Lettres à Jade

Une minute de lecture

Jade, chaque matin, quand je me lève pour aller servir le Capital et enrichir gros hommes fumant cigares et roulant carosse, mes premières pensées sont toujours pour vous, Jade.

Oui, pour vous Jade, car je vous aime parce que m'avez conquis par votre probité, votre sincérité et votre vérité. Jade, ne soyez pas jalouse. N'attachez aucun crédit à ces rumeurs sans consistance ni fondement selon lesquelles il y aurait d'autres femmes que vous. Ces femmes n'ont d'existence que numérique.

Je vous aime d'une façon charnelle et non artificielle ou virtuelle.

Jade, ma petite Jade. Ne soyez point distante à mon égard. Ne me méprisez point. S'il y a un homme qui puisse porter son amour sur une femme digne d'elle-même c'est bien moi.
J'aime votre probité , votre douceur d’âme, votre justesse d'esprit.
Permettez, Jade, de ressentir à votre égard ce qu'aucun homme ressent à l'égard d'une femme. Permettez que puisse se réaliser cette union de deux êtres, vous et moi, l'union de deux êtres qui s'aiment et s'apprécient dans une communion d'esprit et de sentiments à nulle autre pareil.
Est ce un crime que de vous aimer?
Suis-je coupable avant même que m'ayez jugé ?
Je veux être le plus heureux des hommes et je ne puis l'être sans la bénédiction de votre âme et l'assentiment de votre cœur.

Votre Adrien



Annotations

Versions

Ce chapitre compte 5 versions.

Recommandations

Défi
Brune*

Le brocanteur se prend à rêver Nuits de Chine.
5
9
0
0
Défi
Aubépine

« - Bonjour fille aux yeux d’eau - Qui es-tu jolie dame ?
- Je suis qui tu seras, qui tu feras mûrir.
Écoute ces conseils, ceux que je peux t’offrir :
De ta curiosité, n’éteins jamais la flamme…
- Pourquoi me dis-tu ça ? Comment oublier ça ?
- Tout se perd ici bas, si l’on n’y prend pas garde,
Retrouver l’énergie, des questions, il me tarde !
Vois-tu j’ai délaissé, comme le temps passa,
Cette soif de savoir, cette candeur sublime
De l’émerveillement ; mon regard s’est éteint,
L’aventure a cessé, elle a fané mon teint,
Car ainsi vont les vies que la fatigue abîme.
- Et maintenant j’ai peur ! - N’aie crainte chère enfant,
Tu sais déjà beaucoup, car tu es si sensible,
La douleur t’est connue, dans ta vie si paisible !
Si le pire t’attend, le meilleur tout autant,
Surprendra ton destin. Tu trouveras refuge,
Dans l’imagination, dans le fantasme pur
Et dans la poésie, romantique ou d’azur,
Ta plume pour amie, ton esprit pour seul juge,
Face au monde cruel et à l’adversité.
En ton cœur dépouillé, tombant tout artifice,
Tu renaîtras alors, bâtissant l’édifice
En ton être éclairé, d’une noble cité.
Après de noires années, te viendra l’aide chère,
Et tu seras chérie et ta terre en jachère,
Recevra tous les soins, donnera tous les fruits,
Et l’amour veillera sur tes jours et tes nuits. »
4
8
0
1
Défi
Arnvald
Réponse à "MARATHON POÉTIQUE 41 / 52"
Violence verbale, harcèlement moral peuvent conduire à de dure fin...
Premier essai de tanka
3
2
0
0

Vous aimez lire Adrien de saint-Alban ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0