9. Emma

7 minutes de lecture
  • Je vais tuer celui qui a mis nos noms sur ce foutu mur ! Je vais le tuer, je te jure ! C'est n'importe quoi, comment... comment oser une telle chose ? Comment est-ce que je vais faire maintenant ? C'est la merde, la merde, la merde, la merde...

Emma bâilla et appuya sa tête sur sa main, adossée sur son lit. Les deux filles étaient retournées chez elle pour la nuit, après que Madden ait appelé ses parents pour leur demander l'autorisation. Mais à vrai dire, la blonde regrettait. Il était trois heures du matin, et cela faisait déjà une heure que sa meilleure amie faisait les cent pas dans la chambre, les yeux grands ouverts.

  • De toute façon, fallait bien que ça tombe sur quelqu...
  • Non ! Tout le monde, n'importe qui, mais pas ça ! Pas lui !
  • Tu veux pas dormi...
  • Ça devrait bien l'arranger, lui. Évidemment. En ce moment même, il devrait être en train de célébrer sa victoire avec une petite flûte de champagne et du caviar.
  • Pourquoi du caviar ? demanda Emma qui commençait à s'endormir sans s'en rendre compte.
  • Parce que. Du caviar, c'est comme ça.

Ce qu'elle disait n'avait vraiment aucun sens. Elle jeta un coup d'oeil à sa porte pour vérifier qu'elle était bien fermée. Heureusement que sa chambre était plus éloignée par rapport à celle de ses frères, ou Madden aurait réveillé toute la maison.

  • Total, conclut-elle en espérant pouvoir dormir le plus rapidement possible, tu vas devoir sortir avec lui. Tu n'as plus le choix. Alors c'est soit ça, soit...

Un silence se posa.

  • Soit ça, trancha-t-elle ne sachant que dire d'autre.

Madden se tint face à elle, ses deux mains posées sur les hanches, un sourcil relevé.

  • J'ai vu mieux comme discours d'encouragement.
  • À trois heures du matin, j'ai pas vraiment envie d'être imaginative tu vois.

Son amie se remit à faire les cents pas, poussant des soupirs toutes les deux secondes et se passant la main dans les cheveux tellement de fois que des nœuds commençaient à se former.

  • Je ne peux pas me remettre avec lui. Pas après ce qu'il a fait. Pas après tout le mal qu'il m'a infligé.
  • Madden.
  • C'est impossible, je m'étais promis de faire une croix sur lui, une croix définitive, je dois m'y tenir, oui...
  • Madden !
  • Quoi, merde ! s'exclama-t-elle en relevant vivement la tête.
  • Est-ce que tu l'aimes ?

Elle fit une pause. Même ses yeux ne clignaient plus, et Emma étaient sûre que son cœur s'était arrêté.

  • Je... je sais pas.
  • Comment ça tu sais pas ? Est-ce que, quand tu t'imagines être dans ses bras, tu te sens bien ?

C'était la question que lui avait posé une fois sa mère quand elle lui avait avoué ses sentiments pour un garçon de sa classe. Elle avait tout de suite compris qu'il n'avait pas été pour elle, mais à la réaction de Madden, elle sut que c'était le contraire pour elle.

  • À vrai dire, je ne m'imagine plus ce genre de choses, finit-elle par avouer. Ça fait bien trop mal.
  • Alors si ça fait mal, c'est que tu continues de l'aimer.

La brune ouvrit la bouche pour parler mais Emma la coupa d'un geste de la main.

  • Cherche pas, c'est ça. Maintenant, au lit.

Soupirant de soulagement en voyant Madden obéir, elle se jeta sur son lit deux places, prête pour fermer les yeux et ne les rouvrir que deux cent ans plus tard. À côté d'elle, elle sentit le matelas s'affaisser lorsque sa meilleure amie s'installa et la lumière de sa chambre s'éteint. Soudain, alors qu'elle souriait de plaisir rien qu'en songeant à plonger dans le sommeil, son téléphone vibra. Une fois. Ce n'était rien, ça attendrait demain. Deux fois. Elle grogna, changea de position. Trois fois.

  • Tu réponds ou quoi ? râla Madden.
  • Et merde, marmonna Emma en se retenant de prononcer tous les jurons possibles.

Lorsqu'elle alluma l'écran, la luminosité l'aveugla. Elle s'empressa de la baisser au maximum et vit le nom d'Erwin s'afficher.

« Tu dors ? »

« J'ai besoin de parler à quelqu'un »

« Personne répond »

Puis, à l'instant :

« EMMA ».

Elle se leva du lit de mauvaise humeur, s'enroulant autour de son drap pour ne pas avoir froid.

« Je sais que tu dors pas ».

  • Tu peux pas dire à ce connard ou cette connasse que trois heures du matin n'est pas une heure pour envoyer des messages ? s'écria une nouvelle fois Madden.
  • C'est pas de ma faute s'il envoie un mot par message ! se défendit-elle.
  • Eh ben met ton foutu téléphone en mode silencieux.
  • Eh oh, y a cinq minutes c'est toi qui m'empêchait de dormir, alors chut.

Sa meilleure amie ne dit rien. Emma sortit de la chambre en répondant rapidement « J'appelle ». Elle traversa les couloirs en faisant traîner ses pieds puis descendit au rez de chaussée. Elle traversa le salon et sortit sur la terrasse où elle s'assit sur une des chaises de dehors. Son pouce parcourut les numéros qui s'affichaient et elle tomba sur celui du jeune homme, qu'elle appela. Au premier bip, il prit l'appel. Il devait être accroché à son téléphone, le pauvre.

  • Je savais que tu dormais pas.
  • Entre Madden et toi, je vais finir par faire une nuit blanche.
  • Qu'est-ce qu'elle a dit ?

Sa voix sonnait très inquiète, presque rauque. Emma fronça les sourcils.

  • Dis-moi d'abord ce qui ne va pas.
  • Je... tout ne va pas. Tout.

La fin de la phrase était secouée d'un tremblement.

  • Eh. Ça va ?
  • Ouais ! Ouais, au top.

Mais la manière dont il l'avait dit signifiait tout le contraire.

  • Tes parents sont au courant ?
  • Ma mère était réveillée quand je suis arrivé. Je lui ai dit.
  • Et ?

Un silence.

  • Erwin. La suite.
  • Elle a pleuré.
  • Quoi ? Mais pourquoi ?
  • L'année dernière, c'est Lucas qui lui avait dit ça, et tu sais comment ça a fini. Il n'est plus le même depuis. Elle a juste peur... elle a peur que ça me change moi aussi.
  • Mais la situation est différente.
  • Ah oui, et dis moi en quoi ? Je dirais même qu'elle est pire. Madden me déteste, ça va être un carnage.
  • Non, elle ne te déteste pas. Enfin si, un peu, mais... c'est Madden quoi. Quand elle aime quelqu'un, elle le fait de tout son cœur, et même quand c'est terminé elle continue de souffrir pour avoir donné autant. Et toi Erwin, je sais que tu lâcheras jamais.
  • Pourtant je devrais. Tout ça est de ma faute.
  • On fait tous des erreurs, soupira-t-elle. Tous. Je sais pas ce qui s'est passé avec Leila, ni ce qui t'es passé par la tête, mais y a des moments comme ça où toute raison s'en va et...
  • Je ne me rappelle de rien Em' ! Rien !

Elle appuya avec ses deux doigts l'arête de son nez. Et c'était reparti. Toujours cette phrase qu'il répétait depuis le début et qui était totalement irréaliste. Erwin ne buvait pas, il n'avait pas pu être bourré. L’Alzheimer n'existait pas chez les adolescents de seize ans, elle éliminait donc cela aussi, il ne restait que le mensonge. Et plus il le répétait, plus Madden le haïssait et moins ils avaient de chance de se remettre en couple.

  • Arrête, s'il te plaît. Tu t'enfonces.
  • Mais que veux-tu que je te dise ? C'est pourtant simple. Leila était dans ma chambre, certes, je me rappelle avoir bu un verre avec elle, mangé quelques chips, puis plus rien, le noir total. Le lendemain, je me suis réveillé, et j'ai vu cette foutue vidéo circuler sur le net.
  • Le noir complet, comme ça par magie, ça n'existe pas. Avoue-le ! Avoue que tu as couché avec elle, et peut-être que Madden finira par te pardonner !
  • Mais je ne vais pas avouer quelque chose qui est faux !
  • Qu'est-ce qui est faux, dis-moi ? Tu as couché avec elle, merde. La vidéo n'est pas assez claire peut-être, tu veux qu'on fasse un zoom dessus ?

Elle entendit une sorte de reniflement étouffé.

  • Erwin, te mets pas dans un tel état...
  • Je ne me rappelle pas je te dis ! s'exclama-t-il d'une voix cassée. Pourquoi personne ne me croit ?
  • C'est pas ça, ta version de l'histoire est juste... irréaliste. Après, qui sait, peut-être que tu as une maladie bizarre qui crée des trous noirs dans ton cerveau...

Un petit rire lui répondit. Il était petit, mais c'était déjà ça.

  • Je crois que c'est l'explication la plus plausible qu'on ne m'ait jamais donné, assura-t-il d'une voix rauque.

Elle esquissa un sourire.

  • Comment va ton frère ? demanda-t-elle pour changer de sujet.
  • Je sais pas, il doit dormir. Je lui ai envoyé un message mais il n'a pas répondu.
  • En même temps, avec la dose qu'il s'est pris, demain matin il va encore être dans les vapes.
  • Sûrement...
  • Bon, tu vas pouvoir dormir ?

Il ne répondit qu'après un court silence :

  • Je vais essayer.
  • Bonne nuit alors.
  • Bonne nuit Beauté.

Elle eut un petit rire puis raccrocha. Un petit vent frais vint caresser sa peau, et elle se blottit dans ses draps. La lune était ronde ce soir. Les cigales continuaient de chanter, infatigables. Sa tête tomba peu à peu sur le côté, assommée par le sommeil, quand soudain, la porte fenêtre coulissa. Le bond qu'elle fit faillit la faire tomber du fauteuil. Diego se faufila dehors, les yeux mouillés.

  • J'ai fait un cauchemar, j'arrive plus à dormir, gémit-il.

Du contour de ses yeux rougis, Emma comprit qu'il avait pleuré. Attendrie, elle lui déposa un baiser sur le front.

  • Tu veux que je dorme avec toi ?
  • Mais Madden est dans ton lit.
  • On va dans celui de Papa et Maman si tu veux.

Il hocha activement la tête, réjoui par l'idée.

  • Allez viens, fit-elle en se relevant.

Quand elle se retourna pour profiter une dernière fois de la fraîcheur nocturne, les cigales avaient arrêté de chanter. Et elle se surprit à penser que, dans ce silence, la vie n'allait peut-être pas être aussi aimable qu'elle l'avait été jusqu'à aujourd'hui.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Défi
Pétales de nacre
La réponse au défi "Une phrase par jour" en trio...

Quelqu'un, Laurent Datünder et Ténèbres Lumineuses réunissent leurs plumes pour présenter cette nouvelle œuvre, qui risque d’osciller entre poésie, folie, humour et amour.

Merci pour votre passage ! <3

(PS : Ne sont-ils pas adorables, ces trois petits oursons ? ^^)
285
368
4
5
Défi
TeddieSage
Ce recueil contient des questions en tous genres. Qu'elles soient légères, en rapport à la foi, la politique et j'en passe. Ceci est dans le but de communiquer avec vous et d'échanger entre auteurs. Je me réserve le droit de ne pas répondre à certains commentaires pour éviter les conflits. Ceci vous permettra de discuter entre vous, si vous le souhaitez. Si une question vous gêne trop, passez par-dessus. Ceci n'est pas un examen, vous pouvez répondre comme vous voulez. Qui sait ? Peut-être que ça vous permettra de vous faire quelques amis.
3084
5250
19
31
Défi
Œil de Lynx
Réponse au défi une phrase par jour :)

Ce n'est pas une histoire, seulement des phrases jetées chaque jour au hasard... Je ne sais pas si cela respecte bien le principe du défi.
2310
590
46
10

Vous aimez lire Lyanna Stark ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0