8. Erwin

14 minutes de lecture
  • T'es prêt ? demanda Erwin et toquant à la porte de son frère.

Lucas releva la tête de son téléphone et, d'un signe de la tête, signifia que oui. Il passa devant lui sans lui adresser un regard de plus et descendit tranquillement les escaliers. Erwin soupira. Leur relation avait tant changé que s'y faire était difficile. Son frère n'était plus le même. Ce soir, il paraissait sur les nerfs plus que jamais. Il craignait certainement que Raven ne soit nommée par le Mur, et il le comprenait. Même si Erwin supportait mal la présence de la jeune fille, il savait que Lucas y tenait plus que sa propre vie, et la voir entre les bras d'un autre garçon juste à cause d'un Mur pouvait être difficile à supporter.

Les deux frères sortirent de la maison sans s'adresser une seule parole. Le trajet se déroula dans un silence gênant. Pourtant, ils en avaient des choses à se dire. Le froid qui s'était installé entre eux méritait d'être mentionné, mais aucun des deux n'osa se lancer. Erwin voulait lui parler de Raven, de son désir à la voir moins souvent chez eux, mais les mots se bloquèrent dans sa gorge. Quand ils arrivèrent enfin à la plage, il sut que l'occasion de parler avait été manquée.

Tous les autres étaient déjà arrivés. Un feu brûlait sur le sable, alimenté par des papiers d'anciens cahiers que des élèves jetaient, et plusieurs branches d'arbres. Plus loin, ils avaient improvisé une sorte de bar pour commander des boissons. Erwin se dirigea vers l'endroit où étaient assis tout le groupe. Lucas, quant à lui, partit rejoindre Raven avec un autre groupe d'élèves de sa classe.

  • Où est Emma ? demanda-t-il en arrivant à leur hauteur.
  • Partie chercher des verres, répondit William en indiquant le bar d'un mouvement de la tête. Elle t'a pris un coca.
  • Bon choix.

Il vit Madden installée à côté de Gabrielle, parlant d'un sujet qu'il n'arrivait pas à cerner, et une idée soudaine lui vint en tête. Discrètement, il se glissa près d'elle et s'assit à ses côtés, sous le regard curieux des garçons. Elle mit quelques temps à se rendre compte de sa présence. Surprise, elle se tourna vers lui et lui dit d'un ton sec :

  • Qu'est-ce que tu fous ?
  • Je m'assoie.

Le regard qu'elle lui lança semblait dire « Très drôle, vraiment ».

  • Dégage.
  • C'est demandé si gentiment.

William détourna la tête pour cacher son sourire et Gabrielle fit de même. Pourtant, Erwin ne bougeait pas. Énervée, Madden lui lança une poignée de sable sur la figure. Il poussa tous les jurons possibles quand il en eut plein la bouche et dans les yeux et se leva si rapidement qu'il en eut le tournis.

  • Cette femme est dangereuse ! s'exclama-t-il en tentant de se débarrasser des particules de sable.

Il ne voyait plus rien. Ses yeux le piquaient vraiment beaucoup trop et sa bouche avait un goût affreux.

  • Oulà, j'ai manqué un truc là, fit la voix d'Emma.
  • Putain, j'ai besoin d'eau là, ça pique, ça pique, ça pique.

Il entendit les garçons s'assurer de la distribution des verres, comme si c'était plus important que sa santé, et de fines mains le conduisirent loin du groupe.

  • Il y a une fontaine pas loin, indiqua la blonde. Sérieusement, t'étais obligé de la provoquer ?
  • Mais je l'ai pas provoquée, je me suis juste assis à côté d'elle !
  • Donc, tu l'as provoquée.
  • Qu'est-ce qui se passe ? demanda une voix qu'il reconnut comme celle de son frère.

Tiens, il s'inquiétait pour lui maintenant. Quelle bonne nouvelle.

  • Madden lui a lancé du sable sur la figure, rit Emma, parce que la situation était drôle malgré elle.
  • Em', bouge, ça pique vraiment là.
  • Ouais ouais, c'est bon, on y est.

Ils marchèrent encore quelques minutes puis, touchant à tâtons la fontaine, il sentit l'eau couler sous la pression de la jeune fille.

  • Passe la tête dessous directement.
  • Je vais avoir les cheveux trempés, gémit-il.
  • T'en a aussi dans les cheveux je te signale. Attends, je vais t'aider. Lucas ! hurla-t-elle.

Évidemment, il y avait des centaines d'élèves sur la plage, mais il fallait qu'elle appelle son frère pour les aider. Des pas se firent entendre dans le sable plus rapidement qu'il n'aurait pensé.

  • Maintien la pression, je vais l'aider à enlever ce sable.

Après avoir passé la tête entière sous une eau gelée, avoir subi les remontrances d'Emma pour trop bouger quand elle passait ses mains dans ses cheveux, avoir frotté sa peau pour ôter le sable, - chose très désagréable à son goût - , et devoir ouvrir les yeux sous le jet en hurlant que ça piquait, il fut enfin débarrassé de toutes ces particules.

  • Je vais voir si quelqu'un a une serviette, lança-t-elle en s'engageant sur le petit chemin en bois.

Lucas se tenait encore face à lui, appuyé sur la fontaine verte. Le regard qu'il lui lançait était plein de reproches.

  • Quelque chose à dire ? attaqua-t-il, ne supportant pas quand on le regardait ainsi.
  • À force de chercher la merde, tu vas finir par marcher dedans.
  • Je crois que c'est déjà fait.

Il cligna encore des yeux, sentant qu'il restait quelques grains à l'intérieur.

  • Tu sais qu'on aurait pu aller à l'hôpital pour ça ? fit Lucas après une pause.
  • Dis ça à Madden, grogna-t-il en se frottant les yeux.
  • Arrête de faire ça, ça va empirer les choses, l'interrompit-il en chassant ses mains de son visage.
  • Mais ça pique.
  • Évidemment que ça pique, c'est du sable. Tiens, en parlant du loup...

Malgré le fait qu'il y voit un peu flou, il put reconnaître la silhouette de Madden s'avancer vers eux.

  • Désolée, fit-elle en arrivant à leur hauteur. Je voulais pas t'en mettre autant.
  • La prochaine fois, évite de faire ça. J'ai pas envie de passer ma nuit aux urgences, lui reprocha Lucas d'une voix froide.

Erwin fut surpris de la manière dont il lui parlait. Lucas n'avait pas pour habitude de se montrer aussi désagréable envers les personnes qu'il connaissait. Madden aussi s'en trouva surprise, puisqu'elle recula de quelques pas, mal à l'aise.

  • J'ai dis que j'étais désolée.
  • T'as intérêt, cracha-t-il en la contournant pour repartir.

Emma passa à côté de lui en lui jetant un regard curieux puis arriva avec une serviette qu'elle tendit à Erwin.

  • Il a une mine sombre dis donc.

En voyant le visage perturbé de sa meilleure amie et le silence qui régnait, elle put imaginer ce qui venait de se produire.

  • On est tous un peu sur les nerfs, y a pas de quoi se vexer.

Erwin se frotta les cheveux silencieusement. La conversation tournait en boucle dans sa tête. Pourquoi Lucas avait-il réagi de cette manière ? C'était insensé. Lui qui se fichait pas mal de ce qu'il faisait, tout à coup, il se prenait pour le roi du monde et faisait la morale à Madden. Certes, il avait le droit de s'inquiéter pour lui, cela rassurait même Erwin de savoir que son frère s'intéressait à lui, mais de cette manière, non merci. Mais après tout, peut-être qu'Emma avait raison. Ils étaient tous un peu sur les nerfs.

Madden se racla la gorge en observant Erwin.

  • Ça... ça va mieux ?

Un grand sourire vint se loger entre ses fossettes quand il se rendit compte que, oui, elle s'inquiétait pour lui.

  • Ça a l'air, commenta Emma d'un air moqueur.

Ils retournèrent vite auprès des autres, alors que le soleil se couchait lentement derrière l'horizon. Des nuages ornaient le ciel à la manière de coup de pinceaux oranges rapidement donnés. Les vaguelettes de la mer se mêlaient à la musique que les élèves avaient choisi pour la soirée. Plus loin, certains garçons faisaient la police pour empêcher les collégiens de se mêler à leur fête. Chaque année, c'était la même chose. Alors que le Mur ne concernait que le lycée, les plus jeunes cherchaient toujours à profiter des avantages de cette tradition. Certes, ils étaient dans la même école, mais pas dans la même partie.

  • J'ai emmené un jeu de cartes ! s'exclama Emma en brandissant fièrement son paquet.

Tout le monde s'installa donc en rond et ils commencèrent une bataille, puisque William et Madden ne voulaient pas trop réfléchir. Alors que la nuit tombait, ils durent se rapprocher du feu principal, qui était grand à présent, et s'asseoir tout près pour mieux y voir. Erwin put de cette manière voir ce que faisait son frère. Et cela lui déplut fortement. Une bouteille de vodka dans la main, il paraissait légèrement saoul. Ils se passaient tous la bouteille entre le groupe de garçons dans lequel il était. Raven était la seule fille, et elle se contentait de somnoler contre lui. Peter suivit son regard de questionna :

  • Depuis quand ton frère boit ?
  • Je sais pas. Mais j'aime pas ça.

William entendit leur conversation et, tandis qu'il récupérait toutes les cartes qu'il avait gagné lors d'une bataille, se permit d'ajouter :

  • Si tu veux mon avis, j'ai l'impression que Lucas plonge en plein dans un trou noir, et que le récupérer va être très compliqué.
  • Pourquoi tu dis ça ? demanda Erwin en fronçant les sourcils.
  • J'ai vu des mecs comme ça, de son type. Tempérament violent, un peu renfermés sur eux-mêmes. Ils ont tous fini de la même manière.
  • Mon frère n'est pas violent.

Il réajusta toutes ses cartes dans son paquet et sourit.

  • Pour l'instant.

Erwin dut se forcer pour détourner le regard et s'intéresser au jeu. Cependant, au fur et à mesure du temps écoulé, et de par ses coups d’œil furtifs, il vit Lucas enchaîner les gorgées d'alcool fort à un rythme infernal. Quand ils terminèrent la partie, sous les exclamations de joie de Gabrielle qui avait gagné, son frère n'arrivait déjà plus à se tenir debout. Raven dormait à côté de lui, totalement inconsciente de ce qui se passait. Les garçons qui lui servaient d'amis, - si on pouvait appeler cela des amis -, l'incitaient à continuer, comme s'il s'agissait d'un jeu. Quand il s'attaqua à une autre bouteille, Erwin n'y tint plus. Il se leva brusquement et se dirigea vers le petit groupe, sous les regards horrifiés des filles qui s'attendaient au pire.

  • Lucas, lève-toi, ordonna-t-il sèchement en arrivant à leur hauteur.
  • De quoi tu te mêles ? fit un des gars en fumant sa cigarette.
  • Toi, ferme-la, répondit une voix dans son dos.

Erwin sut que c'était William qui l'avait accompagné. Quelque part en lui, il fut rassuré. Son ami avait l'habitude de ce genre de scènes. Il avait ses propres connaissances dans le milieu, du moins les avait-il. Il s'était un peu calmé depuis cet été, comme si la mort de Leila lui rappelait qu'il était en vie, et que c'était une immense chance.

Voyant que son frère ne réagissait pas, il lui empoigna le bras et le souleva de force. En présence de William, le reste de son groupe n'osa interférer. Il le traîna vers les douches avec la ferme intention de le réveiller.

  • Putain, lâche-moi, grognait-il en se débattant faiblement.

Erwin était en colère de le voir ainsi. Comment osait-il se mettre dans un état pareil, se laisser aller aussi facilement ? Il le dégoûtait presque. Irrité, il le lâcha brusquement et Lucas tituba jusqu'à se rattraper au poteau des douches, complètement saoul. Alors Erwin appuya sur le bouton juste à côté et l'eau tomba en plein sur son frère. Celui-ci hurla soudainement, surpris par le jet de l'eau et surtout de sa température. Il mit quelques secondes à réagir, mais finalement, il arriva à s'éloigner pour s'appuyer contre le muret en pierre.

  • Mais t'es con ou quoi ? s'exclama-t-il, complètement trempé.
  • Ça va, t'es réveillé maintenant ? répondit-il d'un ton cassant.
  • Totalement barge, marmonna-t-il en enlevant sa chemise qui lui collait à la peau.

Néanmoins, la manière dont il l'étendit contre le mur lui montra clairement que l'alcool circulait encore dans ses veines.

  • Non mais regarde-toi, sérieux, cracha Erwin en dessinant une grimace.
  • Mêle-toi de ce qui te regarde.

Un hoquet le surprit lui-même.

  • Il est vingt-trois heures, dit Erwin en regardant sa montre. Je refuse de rentrer à la maison avec toi dans cet état.
  • Qu'est-ce que ça peut te foutre, dis-moi.
  • Ce que ça peut me foutre ? Papa sera réveillé, le connaissant. Tu crois qu'il va être gentil en te voyant arriver comme ça ?
  • Je répète ma question : qu'est-ce que ça peut te foutre ?
  • Crois-le ou non, je n'apprécie pas particulièrement te voir frappé.
  • Tu n'apprécies pas mais tu ne fais rien quand ça se produit.

Erwin ouvrit la bouche pour répondre mais la referma immédiatement. Il n'y avait rien à dire. Rien du tout. Lucas, face à sa réaction, fut pris d'un petit rire moqueur.

  • Le gentil fils à son papa ne se dresserait pas contre lui, hein.
  • Qu'est-ce que tu cherches au juste ? Qu'est-ce que tu veux, Lucas ? Tu me dit que tu n'as pas besoin de moi, puis après tu me reproches de ne rien faire.

Son frère continua de rire bêtement et enfouit sa tête dans ses bras sur le muret. Il soupira d'exaspération. C'était inutile de continuer. Vu son état, il ne se rappellerait même plus de cette conversation le lendemain.

  • Besoin d'aide ? s'enquit William qui l'avait rejoint.
  • Pas la peine. Je laisse tomber. Il faut combien de temps pour que les effets disparaissent ?
  • Ça dépend des gens. Plusieurs heures.
  • Super, fit-il avec ironie. La soirée n'est pas prête de se terminer.

Lucas se laissa glisser contre le mur et se recroquevilla sur lui-même, semblant rire ou pleurer, nul ne le sut. Les deux garçons l'observèrent avec tristesse.

  • Faut pas qu'il rentre chez nous, trancha Erwin qui mesurait le pour et le contre depuis pas mal de temps.
  • Tu veux qu'il dorme là ? railla William. Au moins il aura la douche pour demain matin.
  • Très drôle. Non, il devra aller chez Raven.

À son nom, son ami arrêta ses blagues et prit un air sombre. Erwin, quand à lui, avait appris à gérer ses émotions concernant cette fille. Il se retourna pour partir.

  • Et tu le laisses là ? demanda le brun derrière lui.
  • Je pense pas qu'il puisse aller bien loin, lança-t-il par dessus son épaule.

Il rejoint vite le nouveau groupe de Lucas et s'agenouilla à côté de Raven, qui semblait dormir profondément. Il la secoua légèrement sous les regards mauvais des autres garçons. Elle se réveilla, cligna plusieurs fois des yeux avant de le reconnaître et se redresser.

  • Erwin ?
  • Lucas est aux douches. Il est complètement bourré.

Elle poussa un juron et passa une main dans ses cheveux pour se recoiffer.

  • Il pourra dormir chez toi ce soir ?
  • Ouais, bien sûr. Heureusement que je suis avec ma mère cette semaine.
  • Je t'aiderai à le ramener.
  • Merci. Je vais aller le rejoindre.

La soirée continua son cours. D'autres élèves partirent dans les buissons pour vomir. Décidément, la seule soirée qui ne connaissait pas ce genre de situation était le bal de fin d'année, grâce à la présence des profs. À croire que certains ne s'amusaient qu'en buvant jusqu'à tomber par terre. Enfin, il disait cela, mais il dut aussi convaincre Emma d'arrêter de boire avant qu'elle ne finisse comme eux. William lui occupa l'esprit en lui faisant écouter de la musique. À eux deux, ils étaient allongés sur le sable, chacun un écouteur dans l'oreille, se chamaillant toutes les deux minutes pour savoir quelle musique mettre. Un peu plus loin, Alexandre les regardait avec insistance, sans que Erwin ne comprenne pourquoi. Peter parlait avec lui mais il ne semblait pas faire attention à ses paroles. Il finit par abandonner et porta son regard vers Madden qui s'endormait sur les jambes de Gabrielle. Il aurait tant aimé qu'elle s'endorme sur ses propres jambes. Pouvoir caresser sa chevelure, écouter sa respiration régulière. Elle était si belle endormie, ses paupières closes, sa bouche entrouverte. La paix était ancrée dans son visage, comme si rien ne pourrait perturber son sommeil. Autrefois, il l'admirait de cette manière dans son propre lit, ses mains posés autour de sa taille.

Penser qu'il ne pourrait plus jamais vivre ces moments lui fit l'effet d'une gifle.

  • Arrête de la regarder comme ça, c'est flippant, commenta William en faisant défiler les actualités d'Instagram.
  • Elle dort, on s'en fout.

Il esquissa un petit sourire mais ne répondit rien.

Une demi-heure plus tard, ils commencèrent à ranger leurs affaires et se diriger vers le lycée. D'autres les suivirent, surpris que ce soit déjà l'heure. Erwin sentait son cœur battre à cent à l'heure. Qui savait ce qui l'attendait, là-bas. Peut-être que sa vie ne serait plus jamais la même. Peut-être que tout basculerait vers quelque chose qu'il ne voulait pas. Peut-être que rien ne changerait, même. En tout cas, pas pour lui. Sur le chemin, il reçut un message de Raven lui disant qu'elle l'avait déjà ramené chez elle. Elle avait pu le porter jusqu'à sa maison, il ne sut comment. L'important était qu'il ne rentre pas chez eux en présence de leur père. Erwin se sentit même plus léger en le sachant chez elle. Néanmoins, les reflets de la pierre sous le clair de lune lui rappelèrent vite pourquoi il devait s'inquiéter. Emma sautait de partout, trop excitée pour se tenir tranquille. Madden se passait la main dans ses cheveux toutes les deux secondes, William enchaînait cigarette sur cigarette, Alexandre et Peter parlaient de sujet complètement nuls mais qui avaient le mérite de leur occuper l'esprit et Gabrielle avait l'air paisible, se sachant hors d'atteinte. Derrière eux, plusieurs élèves faisaient du bruit, excités eux aussi à l'idée de savoir qui étaient les nouveaux désignés de l'année.

Lorsqu'ils arrivèrent en face du portail clos, il était minuit passé. Derrière cet immense Mur en pierre, sur l'autre face, se trouvaient les noms. Erwin ne sentait plus son corps. Tout était engourdi, impatient et appréhendant à la fois ce moment. Il escalada le premier les statues des aigles, emblème de l'école, et se positionna à califourchon sur le mur pour aider les filles à le passer. Il lui suffisait de se pencher un peu pour voir les noms. Rien qu'un petit peu. Mais comme pour s'infliger à lui-même une souffrance, il s'en empêcha.

Emma passa la première, sautant de l'autre côté le plus discrètement possible. Personne ne travaillait à cette heure ci, mais mieux valait être prudent. Il n'osa pas voir la suite. De par sa réaction, il devinerait qui était désigné, et il ne voulait pas. Pas encore.

Madden fut la suivante. Elle observa Emma et souffla :

  • Ça a l'air mauvais.

Il ne répondit pas et la laissa atterrir tranquillement. Gabrielle escalada à son tour les statues, ayant un peu plus de mal pour se hisser jusqu'en haut dû à sa petite taille, mais grâce à l'aide de William en bas et d'Erwin en haut, elle y parvint.

  • Passe, indiqua-t-il lorsque William arriva à son tour en haut.
  • Faudra bien que tu regarde, mec.
  • Je sais. Je vais aider Alex.

Son ami soupira et atterrit de l'autre côté. Il entendit alors Madden éclater en sanglot. Ses mains tremblèrent lorsqu'il attrapa les poignets d'Alexandre. Ce dernier lui serra la main comme pour lui signifier qu'ils étaient aussi inquiets que lui, mais se garda de dire un mot. Peter fut le dernier. Il s'attarda un instant à ses côtés en observant ce qui se passait.

  • Madden pleure.
  • Je sais putain, lâcha-t-il dans un souffle. J'ai un mauvais pressentiment, un très mauvais.

Sa respiration était si rapide que l'air ne rentrait pas réellement dans ses poumons. Peter le redressa de force et le regarda dans les yeux.

  • Ça va aller, mec. Je suis sûr que ce n'est pas toi.

Mais lorsqu'ils atterrirent tous deux de l'autre côté, il sut que les paroles de son ami étaient vaines.

Sur la pierre blanche du Mur, peints avec une peinture noire et épaisse, étaient inscrits les noms de Madden Scott et Erwin Layne.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Défi
Pétales de nacre
La réponse au défi "Une phrase par jour" en trio...

Quelqu'un, Laurent Datünder et Ténèbres Lumineuses réunissent leurs plumes pour présenter cette nouvelle œuvre, qui risque d’osciller entre poésie, folie, humour et amour.

Merci pour votre passage ! <3

(PS : Ne sont-ils pas adorables, ces trois petits oursons ? ^^)
285
368
4
5
Défi
TeddieSage
Ce recueil contient des questions en tous genres. Qu'elles soient légères, en rapport à la foi, la politique et j'en passe. Ceci est dans le but de communiquer avec vous et d'échanger entre auteurs. Je me réserve le droit de ne pas répondre à certains commentaires pour éviter les conflits. Ceci vous permettra de discuter entre vous, si vous le souhaitez. Si une question vous gêne trop, passez par-dessus. Ceci n'est pas un examen, vous pouvez répondre comme vous voulez. Qui sait ? Peut-être que ça vous permettra de vous faire quelques amis.
3084
5250
19
31
Défi
Œil de Lynx
Réponse au défi une phrase par jour :)

Ce n'est pas une histoire, seulement des phrases jetées chaque jour au hasard... Je ne sais pas si cela respecte bien le principe du défi.
2310
590
46
10

Vous aimez lire Lyanna Stark ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0