Chapitre 3

Une minute de lecture

Il reste ainsi quelques instants, amorphe, sous le choc des ultimes évènements. Puis il se reprend, et se détournant s’enfonce plus profond dans la brume… que faire d’autre ?

Troy ne pourrait dire au bout de combien de temps, mais enfin il remarque une éclaircie, comme un rayon de soleil tentant de percer la nappe fantomatique. Le garçon n’en croit pas ses yeux. Le dos légèrement courbé et la démarche hésitante, il continue d’avancer et finit par laisser l’épais brouillard derrière lui. Lorsque Troy s’aperçoit qu’il est sorti de l’enfer de cet étrange phénomène atmosphérique, il ne peut retenir un sanglot où se mêlent stupeur et soulagement. Se réadaptant à la lumière directe du soleil sur son visage, il cligne plusieurs fois des yeux.

Le garçon remarque alors qu’il n’est plus du tout dans les rues de sa ville. Il marche sur du sable blanc, sous un ciel radieux et face à lui les vagues s’écrasent contre les rochers. Troy regarde autour de lui… la nappe opaque se dissipe… le laissant seul.

Et à des milliers de kilomètres de cette île où la brume l’a déposée, le brouillard continu son inexorable quête, envahissant chaque allée, s’engouffrant dans les immeubles, lâchant ses étranges monstres sur les hommes et n’en sauvant que quelques-uns, au hasard, les protégeant de la destruction, dans l’espoir qu’ils rebâtissent un monde plus beau.

Fin

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Ode Colin
Garrett est amoureux d'une sorcière.
Avec elle, la vie n'est pas simple.
Serena ne rêve que de retrouver sa jeunesse. Pour cela, elle est prête à tout !
Et Garrett va vite s'en apercevoir.
12
18
0
8
Orion

Pour dire vrai, je suis fier de ce que j'écris. Sans prétention aucune, une joie douce et modérée. Je me prétends fin amateur, amusé, passionné. j'ai le cœur qui panse, qui s'abreuve, qui vol au-dessus d'un rêve arc ailé. J'expérimente en quelques frémissants mélanges des potions en sachet mille saveurs. Je me surprends parfois à réaliser ce tour de passe passe. Bien sûr c'est gracile et surréaliste, alambiqué entrelacé. Il se cache à travers un lacis de vérité. Pour moi ça reste l'apothéose sur un amas d'une éléctrique fraîcheur. Il y a encore de ça quelques temps, je m'appitoyai sur mon sort. Impatient, perturbé, frustré de ne pas sortir de la poésie en dentelle de musique. Cet état dynamique sur un rayon de frénésie. La recherche pointue du travail bien fait au contour fleuri. Une immersion éclairée telle une pluie de baisers. Sur un bon rythme de croisière, on aimerait poursuivre son épopée. Tel un fil d'or qui dirige de lui même notre main. Telle une pensée enivrant d'une autre pensée pour étaler ses richesses en azur lacté. Seulement j'ai compris une chose, je dois l'accepter, le processus de création est si dense qu'il a besoin de reposer afin de se régénérer. Une période de relachement, pour perpetuer la tradition de l'expression. À se sentir un peu magicien, on rêve de voir s'agrandir les étoiles... ça compense, maintien un certains équilibre intérieur. De ce fait, fort de mes convictions, je le vis beaucoup plus sereinement. Ce poid écrasant de ne plus y arriver, devient une plume ivre de tranquilité.
4
6
1
1
Anne-Christine B.
Un bruit sec.
15
24
7
1

Vous aimez lire Ode Colin ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0