Chapitre 5

9 minutes de lecture

De faible rayons traversaient les nuages. Le soleil venait tout juste de lever lorsque le groupe d'Askaria quitta Negrasta. La ville se trouvait toujours dans leur champ de vision et rétrécissait de plus en plus. Ils sentaient l'air frais sur leur peau et les arbres au-dessus de leurs têtes offraient de l'ombre. Pour les vampires, protégés par leurs capes, cela ne changeait pas grand chose. Un ruisseau quelque part dans la forêt se faisait entendre. Leurs pas les mèneraient à Sunfalls, la prochaine ville sur la carte et la dernière de la partie ouest de l'île. Le palais royal se trouvait tout à l'est. Klyn, en garde du corps d'Illythia, surveillait la princesse. Elle observait autour d'elle mais restait près d'eux. Le soldat pouvait se détendre un peu plus. Au moins, en restant près d'eux, elle ne se mettrait pas en danger.


Ils ne les virent pas arriver. Après avoir traversé près de la moitié du chemin, ils furent pris en embuscade. 5 hommes vêtus de capes sombres se présentèrent devant eux et leur bloquèrent le passage. Ils possédaient tous une carrure impressionnante mais ne semblaient être que des humains normaux.

— Vous ne passerez pas ! cria l'un d'eux, sans doute le chef. Ils portaient tous un grimoire magique, ce qui leur fit réaliser leur erreur.

— Des sorciers ! s'exclama Klyn.

— En effet. Et si vous voulez passer, vous allez devoir nous vaincre tous.

Détestaient-ils les étrangers à ce point ? Ou alors, il travaillaient pour le roi des orcs. Dans les deux cas, il leur faudrait forcer le passage. Tous se mirent en position de combat. Klyn restait en retrait afin de défendre Illythia. Nicolae se tenait près d'eux, son grimoire magique à la main. Azriel muni d'un arc aidait le jeune sorcier à maintenir leurs adversaires à distance. Dregan et le reste des soldats les affrontaient de près avec des épées et tentaient de les empêcher de lancer des sorts. Ils avaient l’avantage du nombre et pouvaient y arriver. Ce qu’ils ne virent pas, fut le sorcier resté tapis dans l’ombre.

— Inmena totalys.


Soudain, le ciel autour d’eux s’obscurcit, une noirceur totale.

— Que se passe-t-il ? demanda Illythia. Je ne vois rien !

Klyn observa autour de lui, mais ne parvenait même plus à voir ses companions. Les ténèbres qui les attaquaient étaient magiques, affectant n’importe laquelle créature.

— Je vais essayer de ramener la lumière, fit Nicolae.

Même sans rien n’y voir, il devait parvenir à lancer un sort en utilisant que sa mémoire. Il n’eut pas la chance de tenter quoi que ce soit.

— Hurikan !

Un ouragan vint vers lui, le plaquant au sol, son grimoire à ses côtés

— Chef, que fais-t’on d’eux ? demanda l’un des sorciers.

Le chef en question était celui qui avait jeté le sort. Un capuchon sur sa tête, comme ses camarades, camouflait ses traits.

— Débarrassons-nous en. Ils sont clairement venus chercher la fiancée de Sa Majesté.

Eh bien, aucun doute possible, ils travaillaient pour le roi des orcs. Pouvaient-ils encore s’en sortir sans rien voir de leurs adversaires ?

— Disparaissez ! cria une voix féminine.

Une soudaine bourrasque de vent envoya les sorciers voler au loin. Ils atterrirent non loin mais inconscients. L’obscurité laissa place à la lumière et ils virent la personne qui venait de les sauver. Une silhouette féminine et menue vêtue de vert se tenait face à eux.

— Venez, les intima l'inconnue. Partons avant qu'ils ne se réveillent.

Bien que douteux, ils suivirent leur sauveuse. Cette dernière leur semblait plus digne de confiance que ces sorciers. Ils prirent la route ensemble. Au bout de plusieurs mètre, Dregan s'adressa à l'inconnue:

— Qui êtes-vous ?


La jeune fille baissa son capuchon pour révéler une chevelure vert vif, un teint caramel et de longues oreilles pointues. Ses yeux émeraudes les regardaient avec douceur. Leur mystérieuse sauveuse était une elfe. Leurs cheveux et yeux représentaient leur élément magique: vert, la couleur du vent, rouge tel le feu, orange, la terre, bleu, tel la mer saphir et jaune, comme la foudre.

— Mon nom est Naevys et je viens de Roskya.

— Que faites-vous ici ? interrogea Klyn.

Il y eut un instant d'hésitation et Naevys finit par répondre.

— Parce que j'y suis obligée.

Ses paroles portaient un poids immense.

— Le roi des orcs m'a fait venir ici il y a déjà un bon moment.

Personne ne parla et l'ambiance se faisait bien lourde tout d'un coup.

— Donc vous êtes une esclave, murmura Dregan.

— Une esclave ? répéta Illythia d'une voix étouffée. Que veux-tu dire?

— Les orcs prennent des esclaves. Ils enlèvent des membres d’autres races, souvent très jeunes, et les mettent aux travaux forcés.

Illythia couina et ne trouvait pas les mots. Naevys se contente d’hocher la tête, un air sombre sur son visage.

— Pourquoi nous avez-vous aidés ? demanda Dregan.

— Je passais par ici pour une course. J’ai simplement fais ce que n’importe qui qui a un coeur aurait fait.

— Ces sorciers sont différents des esclaves, ils ont juré fidélité au roi des orcs.

Naevys demanda ensuite :

— Et vous, que faites-vous dans ces terres infernales ?

— Princesse Raelinn a été emmenée ici pour épouser le roi des orcs.

Naevys écarquilla les yeux.


Cette situation lui rappela la sienne. Ses propres parents, de simples artisans, n'avait pas pu empêcher les orcs ne l'emmener. Ils ne pouvaient aller la retrouver. Mais cette princesse avait tant de gens qui attendaient son retour. Elle trouvait cela bien injuste de forcer les autres à faire selon la volonté du roi des orcs. Elle devait pouvoir leur être utile.

— Emmenez-moi avec vous ! déclara Naevys sans hésitation.

Dregan écarquilla les yeux.

— Quoi ? Vous êtes sûre ?

Il ne voulait pas qu'elle se mette en danger pour quelque chose qui ne la concernait pas.

— Oui. Je peux vous être utile. Je connais les recoins d'Egror comme ma poche. Je vous guiderai.

Ils ne savaient que dire. Se serait risqué qu'elle vienne avec eux. Le roi des orcs ne pardonnerait pas une telle trahison. Sa décision semblait prise toutefois et ils ne pouvaient l'en empêcher.

— Entendu, finit par répondre Dregan. Mais je vous en pris, soyez prudente.

— D'accord.

Lorsque les yeux de Naevys se posèrent sur Nicolae, elle sembla le reconnaître aussitôt.

— Nicolae, vous êtes avec eux ?

— Vous vous connaissez ? demanda Dregan d’un ton étonné.


— Un peu, répondit Naevys. Nous nous sommes déjà rencontrés à quelques reprises.

— En fait je suis le capitaine de leur bateau. C'est moi qui les ait amenés ici. Et grâce à ma magie, je peux me battre à leurs côtés.

— Alors moi aussi ! s'exclama Naevys.

Illythia devait avouer qu'elle admirait le courage de cette fille. Dire qu'elle était prête à s'opposer à ses geôliers pour les aider. Elle promettait de faire elle aussi de son mieux.

— Allons-y, ordonna Dregan. Et je vous promet de vous ramener chez vous une fois toute cette histoire terminée.

Ils voulaient la ramener chez elle ? Elle pourrait retrouver ses parents ? Naevys était émue par leur gentillesse. Quand avait été la dernière fois que quelqu'un s'était montré si gentil ? Surtout des personnes qu'elle venait de les rencontrer. Tout ça lui parut comme un rêve inespéré. Ces vampires lui semblaient être de bonne personnes.

— Mettons-nous en route, annonça l'elfe. À ce rythme, nous arriverons à Solanisk avant le coucher du soleil. Ils reprirent la marche sans attendre. Naevys observait Illythia et s'intriguait de sa présence parmi les soldats.

— Tu ne fais pas parti de la garde, n'est-ce pas ? demanda-t-elle à la princesse.

— Non, c'est vrai... répondit Illythia à voix basse. Cela se voyait trop qu'elle ne portait pas l'uniforme de la garde et qu'elle n'avait aucun entraînement.

— Je m'appelle Illythia. Raelinn est ma sœur aînée.


Les yeux émeraudes de Naevys devinrent ronds comme des soucoupes. Elle ouvrit la bouche et la ferma aussitôt. L'elfe se doutait bien que cette fille ne faisait pas partie de la garde, mais une princesse... elle ne savait que dire. Naevys s'adressa à Dregan :

— Pourquoi Son Altesse vous accompagne-t-elle ?

— Ce n'était pas notre intention, répondit l'homme. Elle est montée à bord de notre bateau. Lorsque nous l’avons remarquée, nous étions déjà bien loin du port.

— Mais nous faisons en sorte qu'elle revienne saine et sauve, ajouta Klyn. Je la surveille pour m'en assurer.

Il n'avait pas le choix, ils ne pouvaient risquer de la perdre. Ramener Raelinn restait leur but, mais Illythia, en tant que princesse de sang royale, prendrait sa place si quelque chose arrivait. Bien qu'ils préféraient de pas envisager cette option. Ils arrivèrent à Solanisk en fin d'après-midi. Les derniers du soleil se trouvaient dans le ciel. Il y avait encore de nombreux humains se promenant.

— Reposons-nous ici nous la nuit, fît Naevys. Demain, nous partirons pour la Grotte argentée.


La Grotte argentée se trouvait à quelques kilomètres de Solanisk. Ce réseau de tunnels souterrains séparait l'ouest et l'est de l'île.

— Très bien, répondit Dregan... Faisons une pause et reprenons...

Il s'interrompit en plein milieu de sa phrase.

— Capitaine Dregan ? s'interrogea l'un des soldats. Vous allez bien ?

— Ne vous inquiétez pas.

L'homme couvrait sa bouche sa main. Ce qui ne les empêcha pas de remarquer une paire de crocs sortant de sa lèvre supérieure.

— Dregan, tu... commença Klyn. Ça fait déjà un mois ?

— Un mois ? répéta Illythia.

— Un mois depuis qu'il a bu du sang, murmura Klyn pour éviter d’être entendu. C'est la principale différence avec nous.

En effet, malgré leur nature mi-humaine, ils avaient besoin de sang comme les autres vampires. Sauf que eux, c'était sur une base d'une fois par mois. La majorité du temps, ils survivaient avec de la nourriture humaine.

— Je reconnais que j'ai été négligeant. Je n'y pensais plus.

Ce n'était pas la première fois. Dregan se faisait souvent prendre dans ses responsabilités et oubliait ses besoins basiques. Ils finissait pas venir l'attaquer avec force. Maintenant, il ne pourrait plus l'oublier.

— Tu devrais t'en occuper tout de suite, lui dit Klyn. Il se tourna vers les soldats et ajouta :

— En fait, si l'un de vous a besoin de boire, vous devriez y aller. Les autres viendront avec moi. Nous nous rejoindrons devant l'auberge.


Suite au départ de Dregan et quelques soldats, Illythia resta auprès du sous-commandant et du reste des gardes, ainsi que Naevys et Nicolae. Ils se séparèrent. Klyn alla au magasin, suivi par Illythia. Le soldat s'approcha du comptoir et s'adressa à l'homme à la caisse.

— Bonsoir, nous sommes actuellement en voyage et nous voudrions acheter des provisions.

Le soldat s'assura de garder son capuchon sur sa tête. Inutile de faire peur aux humains avec ses cheveux argentés, ses oreilles pointues et ses yeux rouges.

— Bien sûr, suivez-moi. De son côté, Illythia regarda les divers objets vendus. Magasin général du village, il y avait tant de choses à acheter. Elle trouvait cela fascinant de voir toutes ces décorations colorées et ces bijoux scintillants. Il y avait aussi des vêtements qu'elle trouvait fort mignons. Elle observa les étagères jusqu'à ce que Klyn revienne avec des sacs. Les autres soldats vinrent l'aider et ils repartirent vers l'auberge.


Lorsque Dregan et les autres les rejoignirent, ils prirent des chambres pour la nuit. Il restait encore du chemin à faire alors ils devaient se reposer pendant qu'ils le pouvaient. Illythia et Naevys se retrouvèrent ensemble. La jeune elfe ne pouvait s'empêcher d'être nerveuse. Elle était en présence d'une princesse après tout. Assise sur son lit, tendue, Naevys murmura :

— Je peux vous poser une question ? Sa voix tremblant, tout comme son corps et elle n'osait pas la regarder dans les yeux.

— Oui ? Qu'est-ce qu'il y a ?

— Pourquoi êtes-vous venue avec les gardes ? Je comprend vos raisons, mais n'est-ce pas un peu dangereux ? N'aurait-il pas été mieux pour vous de rester au palais ?

— C'est vrai, admit Illythia. Mais ça m'ennuie. Et savoir ma sœur prisonnière du roi des orcs, je ne peux pas rester sans rien faire. C'est pour ça que je les ait suivis sans qu'ils ne me voient. Elle s'arrêta un instant et ajouta :

— Toi aussi, pourquoi venir avec nous ? Le roi des orcs va sûrement te punir de s'opposer à lui.

— Je n'en doute pas, répondit Naevys. Mais je veux être libre de faire mes propres choix et ne plus être la possession de quelqu'un. Et je trouve injuste que des gens soient forcés de se marier contre leur volonté.

Ils allaient s’en sortir et ramèneraient Raelinn chez elle, auprès de ceux qui tenaient à elle.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Sahiane
Je n'aurais jamais pensé que mon monde puisse à ce point changer en une seule soirée d'été.

Quand des rêves auxquels je ne croyais pas se sont révélés en souvenirs de vies passées, j'aurais voulu me mettre en boule dans un coin et pleurer. Cependant les évènements ne m'en laissèrent pas le temps.

Les fils de plusieurs destinées qui se sont croisées à travers les millénaires vont à nouveau se rejoindre, pour assurer un avenir à tous.
383
159
2769
395
Scribopolis
Cette histoire sera un patchwork de styles et d'imaginaires issus de la fourmillante cité de Scribopolis.

Le récit avancera au gré des additions de chacune des cent pattes qui s'y côtoient.

Lecteur, attends toi à des rebondissements et des surprises.
41
39
48
28
Scribopolis
Troisième concours de Scribopolis.

Thème : L'Île.
159
66
281
81

Vous aimez lire Lierachan ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0