Chapitre 4

9 minutes de lecture

Ils arrivèrent à Egror tel que que prévu et jetèrent l’ancre à Rovouplat, le port de l'île. L’endroit grouillait de vie en cette fin de matinée. De nombreuses échoppes se trouvaient sur la place. On y vendait toute sorte de chose. Illythia s'étira et jeta un coup d’œil aux alentours.

— Jolie couleur rouge.

En effet, cette couleur était omniprésente dans Rovouplat. Les toits et les rues de pierres portait une jolie teinte rubis.

— Ce n'est pas pour rien qu'elle a été nommée Rovouplat, la plage rouge, lui dit Klyn.

Illythia trouvait à cette ville un charme rustique qui lui plaisait bien.

— Continuons d’avancer, les incita Nicolae. Il reste beaucoup de chemin à faire avant d’atteindre la cité des orcs.

Ce n’était pas tant qu’il n’y avait aucun auberge, au contraire. Par contre, s’ils voulaient progresser, la décision de continuer durant la journée les aidait. Personne ne pouvait dire de combien de temps ils disposaient.

— Il nous faudra marcher plusieurs heures pour atteindre la prochaine ville, leur dit le jeune sorcier. C’est là que dormirons.


Ils marchèrent dans un sentier de terre plate. Afin d'être discrets, ils ne parlaient pas et Illythia trouvait ce silence malaisant. Comme prévu par Nicolae, la route leur pris des heures. Le soleil commençait à se coucher et l'air à se rafraîchir lorsqu'ils revirent la civilisation. Les portes d'une ville apparurent à l'horizon.

— Voici Negrasta, annonça leur guide tandis qu'ils passaient le portail.


Le nom "étoiles noires" n'inspirait pas confiance à Illythia. L'endroit en lui-même ne semblait guère mieux. Une ambiance étrange y régnait. Il faisait encore jour pourtant aucun signe de vie dans les rues. Les maisons possédaient toutes des couleurs sombres. Ils se trouvaient bel et bien au royaume des orcs. Illythia avait la chair de poule en imaginant le palais. Ils continuèrent de suivre Nicolae qui s'arrêta devant un bâtiment pourpre avec un panneau « auberge » au-dessus de la porte.

— Nous voici à l'auberge des nuages noirs, déclara le jeune sorcier avant de rentrer.


En dépit de l'apparence extérieure, à l'intérieur, c'était joli et douillet. Il fallait tout de même reconnaître qu'ils n'avaient pas encore atteint le cœur du royaume des orcs. Negrasta faisait partie des villes humaines d'Egror. Une jeune femme se tenait à la réception et un couple de personnes âgées dînait dans la zone qui servait de restaurant. Un papier-peint coloré décorait les murs et y avait de nombreux tableaux de paysages.

— Je me serais attendu à quelque chose de sinistre, fit remarquer la princesse, mais c'est plutôt mignon ici.

Nicolae approcha de la réception et releva le capuchon de sa cape. À la différence de ses compagnons, il passerait sans problème pour un humain normal.

— Bonsoir. Nous voudrions louer des chambres pour la nuit.

— Vous avez de la chance, lui répondit-elle. Nous avons des chambres pour 4 et une pour cette jeune demoiselle.

Malgré son capuchon, la silhouette d’Illythia demeurait féminine.

— Je vais vous montrer vos chambres. Suivez-moi.


Ils suivirent l'aubergiste qui leur montra leurs chambres. Durant le trajet, Illythia en profita pour regarder autour d'elle. Il y avait des portraits mais aussi des paysages qu'elle ne reconnaissait pas. L’un représentait une entrée de grotte décorée de pierres argentées, une ville toute en bleu se trouvait sur un autre et un troisième montrait un coucher de soleil sur la plage au sable doré.

— Ce sont de jolis paysages, dit-elle à l'aubergiste.

— Merci. Un artiste-voyageur les a peints et nous les a offerts.

Un voyageur ? pensa-t-elle. J’aimerais voyager partout dans le monde moi aussi.

Illythia elle-même adorait peindre. Elle pouvait laisser aller son imagination et rêver.

— Vos chambres se trouvent au premier étage, dit-elle en montant les escaliers.

Elle leur montra leurs chambres. Les gardes et Nicolae se séparèrent dans les chambres pour 4. Ils y déposèrent leurs sacs et retournèrent au rez-de-chaussée pour dîner. La soirée venait de commencer et ils n’iraient pas dormir tout de suite. L'endroit était tranquille et ils pouvaient se détendre. Les orcs ne les trouverait sans doute pas. Venaient-ils même si loin de la capitale ?


Ils allèrent tous se mettre au lit de bonne heure. Demain, la journée serait longue et éprouvante. À peine entrée dans la chambre, Illythia alla se coucher sans tarder. Toutes ces heures de marches l'avait vidée et elle ne demandait qu'à aller dormir. Ce fût sans grande surprise qu'elle s'endormit en un instant.


L'adolescente se trouvait dans un couloir noyé par les ténèbres. L'endroit ne lui disait rien du tout et rendait la situation angoissante. Personne aux alentours. Seul le silence l'accompagnait. Quelque chose dans cette ambiance la terrifiait. Un mauvais pressentiment rongeait son cœur.

Où suis-je ? se demanda Illythia. Quel est cet endroit ? Où sont les autres ?

Elle avança à pas lents, nerveuse et sans savoir ce qui l'attendait. L'endroit possédait une ambiance malsaine et les murs sombres ne la rassuraient pas. Qui vivait là ? Elle marcha encore un moment sans croiser personne. Ses jambes tremblaient et ses mains étaient moites. La princesse avait l'impression qu'elle allait étouffer. Elle peinait à respirer. Ce n’était pas un problème pour les vampires, mais demeurait inconfortable.

— Il... Il y a quelqu'un ? demanda la jeune princesse.

Personne ne répondit. Elle se trouvait bel et bien seule dans cet endroit lugubre. Les pas de l'adolescente la menèrent à une porte avec un écriteau. Elle approcha.

— « Chapelle »... Qu'est-ce que ça veut dire ?

Pourquoi il y avait-il une chapelle ? En quête de répondre, elle ouvrit la porte. La scène se déroulant devant ses yeux la cloua sur place. Il s'agissait de ce qu'elle avait craint le plus.


La chapelle bleue et noire était bondée de gens. Se trouvant devant l'autel, sa sœur Raelinn face à un orc. Elle supposait qu'il s'agissait du roi. Ses vêtements étaient brodés de doré et la couronne sur sa tête indiquait son rang. Il n'y avait aucun doute possible. Illythia se trouvait au mariage de sa sœur avec le roi des orcs. Illythia avait la bouche grande ouverte, celle-ci était sèche et ses jambes tremblaient. Il fallait intervenir avant que Raelinn n'épouse cette créature. S'ils se mariaient, il serait trop tard.

La jeune fille respira un bon coup pour se calmer et hurla de toutes ses forces :

— Raelinn ! Que fais-tu ici ? Pourquoi épouses-tu cette créature ?

Personne ne lui prêta attention. Malgré sa présence, ils ne réagirent pas. Comme si elle n'existait pas, ses mots n'eurent aucun effet. Les orcs, sa sœur, personne ne la voyait ni l'entendait.

— Raelinn ! Reviens avec nous ! Est-ce que tu m'entends ? C'est moi, Illythia !

Toujours rien, pas la moindre réaction.

Sans qu'elle ne puisse l'empêcher, le prêtre se mit à parler. Il prononça les paroles qui scelleraient le destin de Raelinn.

— L’heure est venue pour notre royaume d’accueillir sa nouvelle reine. C’est le début d’une

Illythia cria de l'intérieur, sa voix l'avait lâchée, sa gorge brûlait et les larmes lui montaient aux yeux. Ses jambes la lâchèrent et elle tomba sur le sol.

— Votre Majesté, souhaitez-vous prendre Princesse Raelinn pour épouse ?

— Oui je le veux.

— Et vous, Votre Altesse, souhaitez-vous prendre Sa Majesté pour époux ?

— Oui je le veux.


Illythia se réveilla en sursaut. Elle respirait à vitesse folle, des sueurs froides partout sur le corps et tremblait comme une feuille. L'adolescente regardait autour d'elle. Il s'agissait toujours de la chambre d'auberge, pas du palais des orcs. Un cauchemar, ce n'avait été qu'un mauvais rêve. Pourtant, tout avait semblé si réel et ça la perturbait. Les larmes qui coulaient de ses yeux brouillaient sa vue. Avec de profondes respirations, elle réussit plus ou moins à se calmer. Malgré cela, la petite chambre lui parut plus minuscule qu’avant. Elle avait l'impression que les murs se refermaient sur elle. La princesse commença à paniquer et savait qu'elle ne pouvait pas rester là.

— Je vais aller prendre l'air, murmura-t-elle.

Elle enfila des chaussures et alla ouvrit la porte et regarda dans le couloir. Comme il n'y avait aucun signe de vie, la princesse sortit et referma la porte sans faire de bruit. Elle avança vers l'escalier.

— Princesse Illythia ?

Elle se retourna pour faire face à Klyn. L'homme se tenait dans le couloir, ses yeux rubis fixés sur elle. Il ne semblait pas très réveillé.

— Que faites-vous debout au plein milieu de la nuit ? demanda-t-il d'une voix un peu pâteuse.

Comme il surveillait Illythia, Klyn ne pouvait se permettre de baisser sa garde. Il ne dormait qu'à moitié au cas où quelque chose du genre se produirait. Le sous-commandant entendit sans problème la porte s'ouvrir et se fermer.

— J'ai juste fais un cauchemar, déclara-t-elle, la tête baissée, les mains crispées dans la jupe de sa robe de nuit. Je voulais aller prendre un peu l'air.


Klyn resta silencieux un moment et observa la princesse. Puis, il prit la parole :

— Entendu, mais dans ce cas, je viens avec vous. Je ne peux pas vous laisser sortir seule dans une terre inconnue.

Le soldat devait la protéger et il ne s'agissait pas que d'une terre inconnue, mais d'une considérée comme dangereuse.

— D'accord, répondit la princesse.

Elle trouvait que cela était un bon compromis et ne voyait pas de problème à avoir de la compagnie. Sans compter que ça pourrait l'aider de parler.


Ils sortirent donc tous les deux de l'auberge sans faire de bruit. Dehors, un ciel étoilé se trouvait au-dessus d’eux et un léger vent frais soufflait. Malgré le froid et l’obscurité de la nuit, cela ne les affectait point. Ils marchèrent en silence dans les rues de la ville.

— Si vous voulez parler, finit par dire Klyn, je suis prêt à écouter.

Illythia resta silencieuse et se mordit la lèvre. Elle n'était pas sûre de vouloir en parler. Quoique, cela l'aiderait sans doute. Après un instant d'hésitation, elle prit la parole :

— J'étais dans le palais des orcs seule, et je suis tombée sur la cérémonie de mariage de Raelinn. Je ne pouvais pas l'empêcher, personne ne me voyait ou m'entendait. Cela m'a fait penser que... et si nous arrivions trop tard et que Raelinn se mariait avec le roi des orcs ?

Klyn resta silencieux tout le long, écoutant sans interrompre. Pourtant, malgré ce que lui racontait Illythia, il refusait d'y croire.

— J'en doute fort. Princesse Raelinn n'acceptera pas d'épouser un homme qu'elle n'aime pas, surtout un qui l'a enlevée.

Si Illythia ne doutait pas de ce fait, elle avait peur pour sa sœur. Que se passerait-il si elle refusait ?

— Mais comment pouvez-vous en être si sûr ? demanda-t-elle à Klyn.

— Parce que je le sais.

Illythia comprenait que sa sœur refuserait et cela la terrifiait. Si Raelinn refusait de l'épouser... risquait-elle sa vie ?


Ils continuèrent de marcher avant d'arrêter à la fontaine de la place principale et de s'y asseoir.

— Vous êtes plutôt familier avec Dregan. Vous vous connaissez bien ?

— En effet, répondit Klyn. Nous nous connaissons depuis que nous sommes petits et avons toujours été très proches. Il est comme un frère pour moi.

Illythia écoutait le soldat avec attention. Il était facile de comprendre leur complicité.

— C'est Sieur Kazimir m'a recueilli après la mort de mes parents.

Les parents de Klyn étaient morts durant la dernière guerre, environ 200 ans plus tôt. Une guerre mondiale entre tous les peuples. Guerriers comme civils y périrent. Son père faisaient parti des soldats qui s'étaient battu pour protéger leurs proches et y avaient laissé la vie. Sa mère, une des servantes du palais, fût tuée par des orcs. Malgré les années passées, il avait encore du mal à l'accepter.

— Je n’ai pas vraiment de frère de sang, mais je comprends ce que vous pouvez ressentir.

Illythia se mit tout à coup à bailler.

— Pardon.

La fatigue commençait à la rattraper.

— Je crois que nous ferions mieux de retourner au lit. Demain nous reprendrons la route. Ne vous inquiétez pas pour princesse Raelinn. Nous la ramènerons saine et sauve.

Illythia sourit à ces paroles.

— Oui.


Ils retournèrent donc à l’auberge. Suite à toutes ces émotions, Illythia ne souhaitait qu'une chose : dormir. Arrivés à l'étage, elle et Klyn allèrent dans leurs chambres respectives. Illythia se mit au lit et jeta un œil l'horloge au mur. Il ne s'était écoulé qu’un peu plus de deux heures depuis qu'elle s'était couchée. Ils quittaient Negrasta une fois le soleil levé. Elle pouvait encore dormir quelques heures. Illythia ne mit pas longtemps à se rendormir et fut bien plus calme.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Sahiane
Je n'aurais jamais pensé que mon monde puisse à ce point changer en une seule soirée d'été.

Quand des rêves auxquels je ne croyais pas se sont révélés en souvenirs de vies passées, j'aurais voulu me mettre en boule dans un coin et pleurer. Cependant les évènements ne m'en laissèrent pas le temps.

Les fils de plusieurs destinées qui se sont croisées à travers les millénaires vont à nouveau se rejoindre, pour assurer un avenir à tous.
383
159
2769
395
Scribopolis
Cette histoire sera un patchwork de styles et d'imaginaires issus de la fourmillante cité de Scribopolis.

Le récit avancera au gré des additions de chacune des cent pattes qui s'y côtoient.

Lecteur, attends toi à des rebondissements et des surprises.
41
39
48
28
Scribopolis
Troisième concours de Scribopolis.

Thème : L'Île.
159
66
281
81

Vous aimez lire Lierachan ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0