3 - Diagnostic

11 minutes de lecture

Hayden.

— Ah mon cœur, vous êtes là !

Laura se rue sur son mari, sa mère sur les talons et Jess sur Nick. Cette dernière a le teint plus terne qu'après une nuit blanche. Joshua, assis sur l'un des fauteuils parme, relève le visage pour nous saluer. Le visage fermé et les jambes tapant la mesure rapide du temps, il n'est pas celui qui va nous rassurer.

Si la salle a une déco plutôt cosy et paisible avec ses tons blancs et mauves, ses tableaux colorés et ses hautes plantes vertes apportant un côté vivant nous faisant presque oublier que nous sommes dans un hôpital, nos mines inquiètes sont la preuve que la sérénité ne se trouve que dans les meubles.

— Comment va Livy ? Vous avez des nouvelles ?

Scott n'attend pas que la porte de la salle d'attente privée dans laquelle on nous a dirigés soit fermée pour lancer l'interrogatoire. Il embrasse sa femme dont la nervosité apparente créé presque des étincelles, embrasse sa belle-mère. Les secondes sont insoutenables et si mon estomac se retourne un peu plus chaque minute, ça n'a aucun rapport avec un appétit qui est plus absent que les nouvelles de Livia ces deux dernières heures. Jessica m'enlace aussi puis fait de même avec Jordan. Tout ça me donne l'impression qu'on arrive à une veillée funèbre et me file des courants froids dans tout le corps.

— Bonjour Madame McAlleigh.

— Ava, appelez-moi Ava. Merci d'être rentrés, tous.

La mère de Laura et Livia m'étreint avec douceur. Son geste me surprend mais je n'en laisse rien paraître, et elle passe à mon frère, moins étonné que moi, visiblement. La pauvre semble avoir pris dix ans depuis que je l'ai vue samedi soir.

— Bon, maintenant que nous sommes là, tu vas enfin m'expliquer ce qu'il se passe mon cœur ? Pourquoi tu n'as rien voulu me dire au téléphone ?

— Pardon mais nous attendions des nouvelles et il y a très peu de réseau dans l'hôpital, lui répond Laura en se blottissant dans ses bras. Je ne voulais pas rester loin de la salle d'attente.

— Une infirmière est passée il y a environ une heure continue Ava, pour nous dire que ma fille allait être menée au bloc opératoire par Kate, mais sans nous dire ce qu'elle avait décelé à l'examen quand elle l'a prise en charge.

— Kate a interdit à son équipe de nous transmettre des informations, c'est à n'y rien comprendre ! se plaint Joshua. Et je n'ai pas réussi à en avoir moi-même.

— Ils sont tous muets comme des tombes avec nous, conclut Laura.

— On ne vous a rien dit du tout ? demandé-je.

Je glisse mes mains moites dans mes poches, ne sachant plus qu'en faire. Laura soupire, Jessica répond la première :

— La seule information que nous avons, c'est que Livia a fait une hémorragie en arrivant à l'hôpital car Joshua était encore avec elle quand ça a commencé.

— Maman pense que son kyste s'est rompu et... Kate ! se tourne Laura telle une tornade en entendant la porte s'ouvrir. Comment va-t-elle ?

En trois secondes, la médecin aux grand yeux bleus, identiques à ceux de sa mère et sa sœur, se retrouve assaillie et encerclée par huit corps transpirants l'angoisse. Elle porte encore sa charlotte en tissu rose, signe qu'elle sort donc à peine de sa salle d'opération. Son visage se veut impassible, mais c'est pire que s'il avait une autre expression. Mon ventre se tord un peu plus d'appréhension, et je suis certain que je ne suis pas le seul à vouloir la secouer.

— C'était son kyste ? s'enquiert la médecin-mère. Donne-moi son dossier Katy que je regarde...

Elle tente de se saisir de ce que sa fille tient entre ses mains mais Kate refuse catégoriquement, serrant le support entre ses bras croisés sur sa poitrine.

— Madame McAlleigh, NON ! gronde-t-elle pour resituer un contexte : elle, le soignant et nous, la famille.

... ou les amis.

— Maman, s'il te plait, attends une seconde.

— Nous allons vous laisser, propose Nick en s'avançant vers la porte avec Jessica.

— Non Nick ! Vous pouvez tous rester, le stoppe Laura. Personne ne quitte cette pièce, nous sommes tous là pour Livia, tous au courant de ses problèmes, et c'est moi qui suis preneuse de décisions quand elle n'en a pas la capacité.

— Tu es sûre ? la questionne Jess surprise.

— Oui. Personne ne sort, s'il vous plait. Quoi que Kate nous explique, je vous le répéterai de toute façon, alors allons au plus simple et faisons gagner du temps à tout le monde.

Kate considère l'assemblée et ne semble pas convaincue par la demande de sa sœur.

— Dr Kate McAlleigh ! l'apostrophe Joshua. Ne fais pas durer le suspense. Nous sommes tous à bout de nerfs, là. Qu'est-ce qu'elle a eu ?

— Je suis navrée mais je pense avoir besoin de consentement de ma patiente avant de révéler des informations médicales et plus encore, personnelles.

— Dis-moi comment va ma sœur Kate ! lui hurle Laura qui perd son sang-froid tandis que Scott la retient par la taille. Je te jure que ça va très mal se passer ! Tu es obligée de me dire ce qu'elle a ! Pourquoi tu ne veux rien nous dire ? C'est grave ?

Sa voix part dans les aigus et des trémolos de sanglots la font vibrer.

Elle n'a pas tort dans ses exigences, nous sommes tous sur les nerfs comme l'a souligné Joshua et voulons des nouvelles de Livia. Par respect pour mon petit volcan et sa décision de ne rien dire à sa famille sur notre mariage, je la ferme encore -un peu, mais ma patience a des limites et si Kate n'abrège pas cette comédie rapidement, mon self-control va se barrer et je ne garantis pas que je ne vais pas lâcher ce qui me lie réellement et légalement à Livia, au-delà d'une amitié et d'un toit. Hors de question que je bouge d'ici !

— Tu te calmes immédiatement si tu ne veux pas que j'appelle la sécurité ! la gronde le médecin qui ne quitte pas son rôle. Livia est aussi ma sœur Laura et je tiens à elle, ne l'oublie pas ! Mais pour l'heure, elle est surtout ma patiente et a le droit au respect de sa vie privée.

— Kate s'il te plait, la supplie Ava.

— Ce que je peux vous dire, c'est que ses jours ne sont plus en danger.

— Donc ils l'étaient, traduit mon frère.

— En effet. Il s'en est fallu de peu pour frôler le drame, son état était sérieux.

— Quoi d'autre ? l'encourage son compagnon.

— Elle devra rester trois voire quatre jours ici.

— Impossible... souffle Laura statufiée.

— Ce qui va poser un problème étant donné sa pathologie, oui.

— Epanchement péritonéal ? formule Ava.

— Non maman.

— Alors quoi ? rétorque sa mère surprise, enserrant de ses doigts tremblotants le collier qui pend à son cou.

Kate lui fait signe que chaque chose en son temps.

— Elle est réveillée ? m'informé-je.

— Non. J'ai demandé à l'anesthésiste de la garder inconsciente pour le moment.

— Tu as bien fait, énonce l'autre médecin de cette famille.

— J'envisage un coma léger de stade 1 le temps qu'elle se remette de l'intervention si elle réagit mal au réveil et fait une attaque de panique qui pourrait mettre en danger son rétablissement. De plus, son cœur nous a fait quelques frayeurs durant la chirurgie, et si elle s'affole trop, elle risque une nouvelle tachycardie que je préfère éviter.

Il vaut mieux que je m'assoie, sinon c'est moi qui vais faire une crise... cardiaque. Dans tout ça, on ne sait toujours pas ce qu'elle a. Ou a eu.

— Donc ce n'est pas son kyste. Kate, donne-moi ce dossier s'il te plait, je suis sa mère et aussi médecin, j'ai le droit de savoir de quoi souffre ma fille tout de même !

— Non.

— Si tu ne me le donnes pas, je me le procurerai d'une autre manière et tu le sais très bien ! la menace-t-elle.

— Madame McAlleigh.

— Kate, mon cœur, c'est bon. Tu nous fais monter en pression là ! rage Joshua.

Bien dit.

— S'il te plait Kate, ajoute son beau-frère.

Enfin Scott. Pas mon frère.

Kate semble emprise à un combat intérieur. Son regard nous balaie tous. Son visage reflète sa réflexion, et son long soupire qu'elle ne sait réellement pas quoi faire.

— Où est papa ?

— Il sera là dans une heure, il était en déplacement, répond Laura.

— D'accord... hésite-t-elle. Laura, tu es certaine que je peux parler ouvertement devant tout le monde ? Tu en prends l'entière responsabilité auprès de Livia ?

— Oui, dépêche-toi, je perds patience, Docteur...

— Très bien, consent-telle enfin. Juste une question avant, toi qui suis sa vie personnelle mieux que son ombre.

— Oui ?

— Livia est-elle dans une relation suivie avec un homme ces dernières semaines ? Ou pas d'ailleurs, mais elle a quelqu'un en ce moment.

Oui, lève la main ma conscience.

C'est quoi cette question sortie de nulle part ?

— Kate ma chérie, sois plus claire s'il te plait. Quel est le rapport avec la situa...

Ava se fige trois secondes puis se précipite soudain sur le dossier qu'elle arrache des mains Kate, prise au dépourvu.

— Maman rends-le moi !

— Ce n'est pas vrai... souffle Ava ahurie entre ses lèvres.

— Quoi maman ? Qu'est-ce qu'il y a ? lui intime Laura en voulant se rapprocher.

Kate s'interpose, Ava tend elle aussi un bras pour éloigner son autre fille, avant de nous demander d'une voix blanche :

— Pouvez-vous nous laisser quelques minutes s'il vous plait ? Je voudrais m'entretenir de médecin à médecin quelques instants. Toi aussi, Laura.

— Non ! Vous n'avez pas le droit de m'écarter ! Je veux savoir ! Qu'est-ce qu'elle a Livy ?

— Fais ce qu'on te dit pour une fois Laura, réplique sa mère exaspérée avec insistance. Scott, tu veux bien faire la sortir dans le couloir un petit moment, s'il te plaît ? Juste quelques minutes.

— Bien sûr.

— Non !

— Si mon cœur, la pousse-t-il par les épaules. Viens, on va prendre un verre d'eau ou un café.

J'observe les deux médecins en pleine conversation visuelle. Je ne sais pas ce qu'il se trame, mais tout me donne envie de gueuler, et de protester. Je me souviens de ma promesse faite à Livia, et prends sur moi pour obéir et ne pas faire de vague. Elle aura certainement assez à gérer à son réveil, pas la peine de rajouter une famille jouant les paparazzi après avoir appris son mariage. Même pour moi, ce serait trop.

Alors elle...

Nous sortons tous sans exception, dans un silence de morgue. Durant près de cinq minutes, le mur est le meilleur ami de mon dos, mon meilleur soutien aussi. J'ignore le ballet des soignants, fais fi de l'odeur prenante d'aseptisant, des conversations en tous genres. Le bordel est pire dans ma tête.

Je fais mon possible pour ne pas que mon esprit s'égare dans tous les sens. Boire une gorgée d'eau s'avère être le parcours du combattant, et même Jordan le remarque, mais ne m'assène ni de question ni de pics comme il l'aurait pourtant fait il y a encore quelques semaines. Il respecte mon besoin de m'isoler mentalement, et peut-être a-t-il aussi en tête qu'il ne doit pas ébruiter ma relation avec Livia. Ni devant Laura, et encore moins devant Joshua. Aussi blanc que les blouses de certains médecins, mon frangin est plus muet qu'une carpe congelée. C'est rare, et inquiétant, aussi.

— C'est bon, nous appelle Ava dans le couloir.

J'expire un long souffle pour me vider de mes appréhensions en rentrant de nouveau dans la grande pièce lumineuse. Ava est d'ores et déjà installée, comme absente. Mon angoisse repart de plus belle et mon estomac croit opportun de se contacter sans relâche, peut-être pour se débarrasser de la lave qui le consume. Kate nous demande de nous asseoir et sans plus de cérémonie, elle se lance :

— Bien. Merci de votre patience. Si vous avez des informations à me fournir à la fin de mon explication, surtout n'hésitez pas. Comme vous le savez peut-être, Livia était depuis bientôt trois mois sous traitement médicamenteux en raison d'un kyste ovarien sévère.

— Oui, nous le savons, valide Jessica à demi-voix.

— Bien. Et au cas où certains ne seraient pas au courant, Livia souffre d'une phobie hospitalière depuis plusieurs années, elle avait donc opté pour un traitement « moins agressif », selon ses propres termes, que la chirurgie. Traitement qui lui avait été prescrit en France par son gynécologue.

— Ça aussi, on le sait, grince Laura, aussi impatiente que moi de voir le bout de ce tunnel.

— Depuis plusieurs semaines, Livia était sujette à des crises de fatigues sévères ainsi que des crises d'hypoglycémie qui ont été corroborées par un examen sanguin dont elle m'avait fait passer les résultats afin que je puisse préparer le rendez-vous de ce matin.

Elle s'interrompt, regarde sa mère qui opine sourcils froncés à une question silencieuse, certainement. Nous sommes tous scotchés à ses lèvres. Mon pied trépigne sur le sol, je fais craquer mes phalanges pour me calmer.

Bordel, elle se bouge ou quoi ?

— Je ne sais pas pourquoi, quoi que tout bien réfléchi j'ai peut-être une idée sur la question qui inclus le terme incompétence, cingle-t-elle avec une véhémence non feinte, mais le médecin généraliste qu'elle a consulté n'a vu en ces signes que les effets secondaires de son traitement gynécologique.

— Il lui a simplement prescrit des vitamines et du fer sans demander d'examens complémentaires afin de faire un diagnostic différentiel, alors que cela aurait pu révéler son vrai problème il y a plusieurs semaines déjà, prend la parole Ava.

Ok, quel putain de problème ? Faut faire un chèque de combien pour avoir des réponses ?

— Et lui éviter cette situation et les complications liées, poursuit Kate en acquiesçant. Mais connaissant Livia, en tant que médecin mais aussi en tant que sœur, précise-t-elle, et ma mère est d'accord avec moi sur ce point, elle n'a pas elle-même dû envisager un seul instant qu'il puisse s'agir d'autre chose que de cela.

Je pense à ma promesse. Putain, je mérite une médaille pour ne pas lui sortir mon acte de mariage, tout de suite ! D'ailleurs, mon frère me sent sur le fil et pose une main apaisante sur mon genou droit agité.

— Kate viens-en au fait ! peste Laura. Si ce n'est pas son kyste, qu'est-ce qu'elle a ? Une tumeur ? Oh mon dieu ! C'est ça ?

Où elle va pêcher des idées de merde comme ça elle ?

Loin vieux.

Elle a tort, n'est-ce pas ? Je n'ose même plus relever la tête pour les regarder. Entendre le diagnostic est déjà bien assez difficile. Quoi que, je l'attends toujours...

— Laura, sais-tu si Livia souffrait de nausées ? réplique-t-elle sans répondre à la question.

— Oui, réponds-je à sa place en m'obligeant finalement à planter mon regard dans le sien. Il y a quelques jours je l'ai vu vomir chez moi. Elle m'a dit que c'était un effet secondaire de son traitement, que c'était récurrent.

Et je n'ai pas cherché plus loin.

— D'accord, merci. Alors la plupart des signes étaient là.

— Quel signe ? questionne Jordan en même temps que Nick.

— Fatigue, nausées, hypoglycémie, baisses de tension, vertiges, douleurs pelviennes quotidiennes non soulagées par un antidouleur classique, par exemple.

— C'est déjà pas mal, soupire Joshua.

— Et son médecin aurait dû demander une prise de sang plus poussée afin d'écarter d'autres diagnostiques que celui des effets secondaires, surtout pour une patiente qui n'est plus sous contraceptif à cause d'un traitement pour Kyste ovarien, s'énerve l'ainée, donc elle...

— Oh Mon Dieu ! Non ! C'est pas vrai ! l'interrompt la femme de mon pote horrifiée les deux mains sur son visage.

Elle se tend à quelques mètres de moi et se lève d'un bond, coupant Kate dans son -enfin- diagnostic attendu comme le Messi.

— Attends Kate, tu veux dire qu'elle est...

— Livia a fait ce que l'on appelle communément une grossesse extra-utérine, déclare finalement le médecin.

Grossesse.

Le mot tourne et raisonne dans ma tête. Grossesse. C'est l'un des plus gros coups de massue de ma vie. Putain de merde ! Je m'attendais à tout sauf à... ça.

Elle est... enceinte ?

Annotations

Recommandations

Line P_auteur
Quand Rose, jeune femme intrépide et un brin grande gueule fait ses valises un beau matin pour partir s'installer à l'autre bout du monde sans se retourner, elle sait ce qu'elle quitte, mais ne se doute pas un seul instant de ce qu'elle va trouver, là-bas. Pourtant, elle n'a pas choisi sa destination par hasard, mais rien ne l'avait préparé à un tel choc. Littéralement. Un camaïeu de couleurs, de gens, de cultures, perdu entre terre et montagnes, passé et présent, qui renferme bien plus de secrets que de réponses qu'elle n'était venue en chercher ; et pas que ...

Alors qu'elle pensait pouvoir se faire discrète, Rose s'aperçoit avant même son arrivée que ses prévisions étaient trop téméraires quand on a l'ambition de mettre les pieds dans une ville où même les roues ont des yeux et des oreilles. Une voiture capricieuse qui la lâche au mauvais moment et c'est la première secousse de son séjour pas réellement entamé, qui détruit définitivement son doux espoir d'anonymat. Une collision "titanesque" dont les tremblements ne sont pas que ceux de la tôle froissée.

A la tête des Dark Evil Lions, les bikers protecteurs de la cité, le ténébreux Titàn est l'incarnation même de l'attirante menace. Celle qu'on sait être agressive et prête à tout pour gagner, mais que l'on ne peut s'empêcher de vouloir toucher car irrésistible, et dont l'apparence n'est qu'une partie de la véritable valeur.

Accaparés par deux quêtes différentes, ils s'affrontent, se repoussent, se désirent, se haïssent, jusqu'à ce que la faucheuse elle-même ne sorte de l'ombre pour pointer de son outil aiguisé une question que nul ne se serait jamais posé: Qui est réellement pour eux, le plus grand spectre du danger ?

Doit-on vivre par amour, ou mourir pour lui?

Contient des scènes à caractère sexuel explicit
Public averti
Copie interdite, y compris utilisation des personnages dans d'autres œuvres

TOUS DROITS RÉSERVÉS©
Histoire protégée

Plagiat interdit selon Article L335-2, Modifié par LOI n°2016-731 du 3 juin 2016 - art. 44.
781
155
223
745
Line P_auteur
Elle pensait avoir tout prévu ... sauf l'imprévisible !

À vingt-cinq ans, Livia suit un chemin tracé dont elle seule détient la carte.
Abimée par les drames de son passé, elle aspire à une vie calme, ne laisse que peu de personnes entrer dans son cercle et a revêtu depuis longtemps un masque pour se protéger.

L'amour ? Pas pour elle; elle le fuit comme la peste, persuadée qu'elle gagnera toujours sa partie de cache-cache avec Cupidon.

Une meilleure amie, un week-end au pied levé à l'autre bout du monde et une dose d'alcool de trop, c'est la recette idéale pour que tout bascule ...

Star de cinéma mondialement connu, Hayden Miller entre dans sa vie telle une tornade inattendue. Entre attirance, rejets, nuits torrides, non-dits et secrets, leur petit contrat amis avec bonus; va raviver son corps et pourrait bien devenir quelque chose de plus ... à condition de s'en rendre compte.

Qui ouvrira les yeux en premier ? Les dangers sont-ils toujours les plus évidents ? Mais surtout ... Toutes les promesses sont-elles faites pour être tenues?

Quand le passé entache le présent, peut-il y avoir un avenir ?

Et si commencer par la fin était finalement la meilleure voie pour trouver son chemin ?


Contient des scènes à caractère sexuel.
Public averti : +18 ans
Copie interdite


TOUS DROITS RÉSERVÉS©
Plagiat interdit selon Article L335-2, Modifié par LOI n°2016-731 du 3 juin 2016 - art. 44.
Œuvre Protégée
1135
233
451
1165
Line P_auteur
[Histoire Terminée ]

Diplômée en Marketing, un emploi stable dans lequel elle prenait peu à peu ses marques, un toit sur la tête et même un futur mari, Elly pensait assez bien contrôler sa petite vie paisible. Sa seule bête noire, c'était sa famille. Ou du moins les quelques membres qui la composaient : des parents absents pourtant envahissants à distance qui voulaient depuis sa naissance régenter son existence, jusqu'à choisir sa voie professionnelle. Et elle ne savait pas encore à quel point ... jusqu'à un soir de février où Elly a tout compris, puis tout envoyé balader.

Sa vie, elle veut maintenant la recommencer loin, en laissant décider le hasard, pour une fois. Et elle va détester le résultat tout autant que son corps va l'adorer.

Il est autoritaire, arrogant, froid comme la glace mais pourtant chaud comme la braise. Une gueule d'ange sur une carrure d'Apollon, mais une attitude de démon. Il la fera enrager et est prêt à tout pour la faire fuir. Mais qui pliera en premier ?

Elle va devoir relever le défi : au fond, peut-il réellement y avoir un perdant ?
Quand l'expérience fausse le présent, comment voir la vérité qui brille de l'éclat de l'évidence ?

Contient des scènes à caractère sexuel.
Public averti
Copie interdite

TOUS DROITS RÉSERVÉS©

Plagiat interdit selon Article L335-2, Modifié par LOI n°2016-731 du 3 juin 2016 - art. 44.

Tous Droits Réservés
Œuvre protégée
2165
639
1617
1518

Vous aimez lire Line P_auteur ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0