42 - Conscients

17 minutes de lecture

Hayden

Allongé confortablement dans l'un des grands fauteuils en cuir clair du jet que j'avais incliné, j'ouvre les yeux après m'être assoupi un moment. Jordan est toujours à ma gauche et lit un magazine d'économie. Jamie et Scott en face de moi jouent aux cartes avec Cameron. Je balaie l'immense cabine des yeux, me souvenant pourquoi ce vol nous coûte aussi cher : Ce jet est gigantesque mais dans des délais aussi courts à notre arrivée à Los Angeles lundi soir et notre nouveau départ deux heures plus tard. À peine le temps d'aller récupérer quelques affaires propres chez nous. Nous avons donc dû prendre ce qu'on nous proposait. Non pas que je me plaigne, nous ne manquons ni de places assisses ni d'espace, on ne manque de rien d'ailleurs, et le vol est agréable.

Je ne veux pas faire ma star, mais un vol commercial je crois que je n'aurai pas supporter cette fois. Et l'argent nous confère au moins l'avantage de pouvoir offrir à nos proches un agréable voyage , à défaut de le faire pour un motif qui le soit. Doug et Ava doivent toujours être dans la cabine du fond de l'appareil, nous la leur avons laissée pour qu'ils se reposent tranquillement et se remette de leurs émotions, car s'ils ont fait front et bonnes figures devant Livia, aucun des deux n'en menait large durant le trajet aller.

J'ai entendu des bribes de leur conversation à voix basse pendant que Kate et Laura dormaient avant que nous n'atterrissions à Marseille. Ils disaient que cela arrivait encore au pire moment. Oui, mais on ne choisit pas quand on meurt, en général ...

Et s'il est vrai que le mariage est important, le deuil de Livia l'est tout autant, même s'il ne s'agit pas d'un « évènement ». Doug était plus inquiet que sa femme, et ça m'a fait un drôle d'effet d'entendre ce grand homme qui a toujours l'air si sûr de lui bien qu'il soit un homme abordable et simple, ce grand avocat ténor du barreau de Californie et reconnu dans plusieurs états , abaisser ses barrières et montrer sa vulnérabilité de père. Je savais qu'il aimait Livia bien entendu et Laura a toujours clamé que pour ses parents, Livia est comme leur fille biologique. Qu'ils l'aiment tout autant que leurs deux filles naturelles. À toutes les occasions où j'ai pu observer Doug et Livia, j'ai vu qu'il avait une affection particulière pour elle, pour « sa petite fille chérie ».

Il y a dans ses yeux une douceur infinie mais aussi une douleur quand il la regarde parfois, comme s'il voyait en elle ce qu'elle a perdu. Ou peut-être voit-il toujours qui elle était avant que la vie lui retire une partie d'elle-même. Car je suis convaincu aujourd'hui que Livia, amputée de ses parents, a perdu plus que son innocence ce jour-là, plus que sa famille. Elle a enterré une petite partie de qui elle était, et ça l'empêche de vivre sa vie pleinement. Et moi je la vois elle, je vois qui elle est et qui elle pourrait être si elle s'en laisser la possibilité, il faut juste que je trouve comment la libérer de ces chaînes qui la retiennent encore à son passé et l'empêchent de vivre son présent et son avenir. Il faut que je trouve ce qui coince et que tout le monde tait.

Doug craignait que Livia ne se « renferme à triple tours encore une fois et jette la clé », alors qu'Ava, plus confiante, pensait qu'elle surmonterait ça parce qu'elle avait « déjà perdu bien plus et vécu le pire qu'on puisse vivre dans une vie », qu'elle avait survécu et presque guérit.

« Presque » avait répété plusieurs fois Doug.

En somme, les parents McAlleigh ont une divergence d'opinion sur les capacités de ma femme à affronter ses démons. L'un pense qu'il faut la surveiller de près et qu'elle reprenne rendez-vous avec un psy pour pouvoir parler de ce qu'elle vit à une personne extérieure, l'autre pense qu'il faut lui laisser le temps et l'espace nécessaire pour ne pas la braquer davantage et ne pas reproduire les erreurs qu'ils ont commises les deux fois précédentes. Mais ils sont au moins d'accord sur un point : d'une part ne pas laisser Laura étouffer sa sœur, et surtout « l'occuper les prochains jours pour qu'elle ne s'effondre pas elle-même comme il y a trois ans ». Je suppose qu'ils parlaient du décès de la grand-mère de Laura, la maman d'Ava. Laura m'en a parlé, une femme admirable apparemment. A les entendre, on croirait que c'est Laura la plus fragile des deux. D'autre part, ils semblaient avoir déjà convenu qu'ils laisseront Kate et Joshua gérer leur cadette.

Bon, à ce que je vois pour le moment, empêcher Laura se coller sa sœur, ce n'est pas pour tout de suite ... Enfin, ce n'est pas gagner du moins. Déjà avant de m'endormir je l'ai entendu envoyer paitre Josh, Kate mais aussi Scott qui voulait s'approcher de Livia. Elle avait aussi « recadré » ses parents dès notre décollage, juste après que Livia se soit endormie sur le sofa, la tête sur les genoux « son ombre ». Livia n'a pas bougé depuis près de neuf heures donc, et Laura non plus. Un plaid épais à simplement été posé sur le corps de ma femme pour qu'elle n'ait pas froid. Puisqu'elle s'est restaurée avant de prendre l'avion, Joshua en bon infirmier qui lui a fait une injection pour la relaxer et l'aider à dormir. Il n'y a pas à dire, Kate a toujours ce qu'il faut en cas d'urgence.

Mila dort contre Jessica sur un sofa double, elles aussi emmitouflées dans une grosse couverture, Nick dans un fauteuil derrière moi. Je suis ravi de constater que Mila s'est bien intégrée au groupe. Elle nous regarde encore avec des yeux ronds et étonnés quand Scott, moi ou Jamie lui parlons, comme si elle n'en croyait pas ses yeux, mais je sens qu'elle a au fond d'elle la même aura de maman louve que Laura et qu'il ne lui en faudrait pas trop pour qu'elle oublie notre côté célébrité et sorte les griffes si on la titille trop, enfin si on s'approche trop de sa copine, j'entends. Encore une fois, les choses seraient tout de même plus simples pour moi si tout le monde savait que Livia et moi ne sommes pas juste des « colocs ». Même Nick semblait surpris quand j'ai ramené Livia à notre cabine vendredi soir. Pourtant il savait déjà qu'entre elle et moi, il y a un « plus ».

Et la lumière fut ...

Mais voilà ! c'est ça . Même s'ils me chambrent tous sur mon attachement à Livia, pour eux, «le plus » ce sont surtout des parties de jambes en l'air ! Il n'y a que devant Jordan que Livia me laisse l'embrasser ou la câliner simplement. C'est pour ça que Nick a fait cette tête quand je l'ai embrassée en la prenant dans mes bras. Il sait qu'on couche ensemble, mais c'est tout.

- Tu es certain que cela ne te dérange pas d'héberger Mila, Hayden ?

La question de Cameron me sort de mes pensées.

- Non, bien sûr que non c'est avec plaisir. Au moins Livia ne sera pas seule la journée.

- Elle n'aurait pas été seule puisqu'elle comptait retourner vivre chez ses parents avec Mila, me corrige Jordan pour me faire chier.

Lui il ne paie rien pour attendre ! Je le foudroie du regard mais ça ne fait que le faire sourire cet abruti - comme souvent - et Jamie n'a pas une meilleure réaction. Putain ils ont de la chance que je les aime ces deux cons.

- Avec ou sans Mila elle va déménager de toute façon.

Joshua se joint à nous et je sens qu'il y a un truc que je ne sais pas, encore. Scott lui lance un regard réprobateur que l'on peut aisément traduire par « ferme-là vite ». Clairement, ma tension est en train d'augmenter en flèche.

- De quoi tu parles Josh ?

- Heu ... de rien, laisse tomber, me répond-il penaud. Vous jouez à quoi ?

- Trop tard mon vieux, déclare Jamie, tu en as déjà trop dit. Balance ce que tu sais avant qu'il ne pète un câble, ou qu'ils s'engueulent lui et la miss. Ce n'est vraiment pas le moment.

- Est-ce que Livy sait ? demande tout à coup Cameron en me fixant avec sérieux.

- Est-ce que Livia sait quoi ?

- Que tu t'intéresses à elle Hayden ! Est-ce qu'elle l'a vu ? Est-ce qu'elle en est consciente ?

Il se pose vraiment la question le génie ?

La question est surtout « Est ce que Livia comprend quand je lui parle ? ».

Parce que j'ai beau lui répéter qu'elle me plait et pas que parce qu'elle est ma femme et ni uniquement pour son physique, mais elle ne semble pas comprendre la portée de mes mots. Nous parlons pourtant la même langue, Livia n'a aucune difficulté en anglais puisqu'elle est bilingue, enfin trilingue avec l'espagnol mais passons.

Tu n'es pas assez explicite Hayden ...

Un coup d'œil à Joshua qui me fixe avec la même attente dans les yeux que celle de Cameron. C'est mon procès ou quoi ?

- Il n'est pas très discret en même temps, raille Jamie.

- Livia ne verrait pas un éléphant rose dans un couloir si elle ne s'attendait pas à l'y trouver là les gars ! clame Cameron. Pourquoi pensez-vous que je la courtisais aussi ouvertement depuis tout ce temps ? Pour qu'elle ne puisse pas passer à côté de l'information ! Elle est tellement dans son monde quand il s'agit d'elle qu'elle ne voit rien, pas même ce qui est évident . Déjà avant pour l'approcher, il fallait se lever tôt le matin mais depuis ...

Joshua lui donne un coup de coude dans le flanc qui lui coupe la respiration. Pas assez discrètement.

- Oups ! Pardon vieux !

- Qu'est-ce que ...

Nous sommes interrompus par mon petit Trésor qui s'avance vers nous encore ensommeillée, son plaid à la main qu'elle traîne derrière elle et sans un mot grimpe sur les genoux de Joshua, se blottie contre lui en boule tandis qu'il la recouvre du plaid jusqu'à la tête. Il n'a même pas l'air étonné, il la laisse faire et la serre dans ses bras comme si elle était un gros bébé. Livia se rendort instantanément et j'en reviens à ma question première, à voix basse en tentant de calmer un étrange sentiment qui fourmille en moi :

- C'est quoi cette histoire de déménagement ?

Scott soupire et regarde vers Livia dont Joshua embrasse le front qui dépasse de sa cachette.

- Je ne lui dirai rien, promis, je lui assure.

- Elle te rend ta liberté, enfin ton « intimité », lâche Scott en plissant légèrement ses yeux. Elle veut rester quelques jours chez Kate et Joshua avant de repartir en France après le mariage. Enfin du moins, c'est ce qu'elle voulait, mais c'était avant le décès de sa grand-mère. Elle restera peut-être un peu plus longtemps à L.A maintenant.

- Le mariage passé, il faut bien qu'elle rentre chez elle, ajoute Joshua doucement. Les allers-retours ne sont plus nécessaires. Elle a une vie en France, un travail. Et de toute façon elle ne peut pas rester vivre chez toi indéfiniment.

Et pourquoi pas ?

Hum Hum ... Hayden, pente glissante, warning.

Je sais parfaitement ce qu'il est en train de faire, il veut me pousser dans mes retranchements pour que je lui avoue quelque chose. Mais Livia me tuerait. Joshua, c'est son frère, c'est comme Kate, Laura ou ses parents. Si je l'informe de notre relation, elle risque de tout arrêter, surtout que dans sa jolie petite tête pourtant bien faite, c'est encore une histoire de sex-friends, de cul.

- C'est quand même très étrange qu'elle se soit installée chez toi... marmonne Cameron en se frottant le menton, regard levé vers le plafond. Il y avait quand même plus de chance qu'on soit frappés par une météorite que Livia Gardini s'installant chez un homme qu'elle connait à peine. Je sais que Laura peut être envahissante, je l'ai vu à l'œuvre avec elle et navré pour toi Scott, mais je ne sais pas comment Livia fait pour supporter ça depuis onze ans.

- Fusionnelle . Laura est fusionnelle avec sa sœur.

- Oui c'est le mot, admet Cameron. Pourtant j'aurais pensé qu'avec ce qu'il s'est passé il y a ...

- Cam ?

Kate qui s'avançait vers nous l'interrompt dans sa réflexion et passe une main dans les cheveux de Livia, toujours blottie contre Joshua. C'est possible d'être jaloux de son beau-frère?

Apparemment oui.

Cameron se lève et part échanger quelques mots vers l'avant du jet avec Kate. Je la vois se pencher vers celui qui est son meilleur ami et lui murmurer quelques mots à l'oreille. Cameron se tend et regarde furtivement vers nous, ahuri, puis se retourne vers son amie et lui fait « non » de la tête. Puis, voyant que Mila est réveillée, il la rejoint et l'embrasse à pleine bouche avant de s'assoir sur le fauteuil à du sofa qui accueille toujours Jess et sa belle.

Donc récapitulons. Livia a dans l'idée de s'installer chez Joshua la semaine prochaine avant de rentrer chez elle et elle ne m'en a pas encore parlé. Mais peut-être que la disparition de sa grand-mère va la faire réfléchir et qu'elle aura changé d'avis. Enfin quoi qu'il en soit, elle a bien demandé à Kate et Josh d'aller vivre chez eux sans m'en avoir parlé d'abord. Cette femme me rend dingue ! Et c'est quoi cette connerie de me rendre mon intimité ? D'où elle sort ça encore ? Merde mais elle a quoi dans la tête pour être aussi bornée ?

- Ta copine c'est du pipeau n'est-ce pas ?

Joshua revient à la charge sans préambule, ce qui fait s'étouffer Jamie avec son soda. Bien fait ...

- Pour que les filles me lâchent oui, je lui admets sans détour. Elles sont pires que des requins qui ont senti du sang parfois. Et j'ai l'impression que beaucoup le coté acteur et Hollywood qui les attire sans vouloir te froisser, je sais que certaines sont aussi tes amies. Les jumelles m'ont demandé si j'avais quelqu'un dans ma vie à la soirée de fiançailles de Laura et Scott en mai et j'ai dit oui pour avoir la paix. C’est resté depuis. Enfin, ça n'a pas empêché Alana de me reluquer ouvertement, ceci-dit.

- Livy est différente n'est-ce pas ?

- Ça c'est le moins qu'on puisse dire, ris-je.

- Elle est compliquée.

- Elle se complique la vie, je le corrige.

- La vie ne l'a pas épargnée.

- Je sais.

- Elle n'a pas fini ses deuils. Elle a encore des batailles à mener.

- Je sais.

- Comment tu as fait pour qu'elle accepte de venir ?

Je ne lui ai pas trop laissé le choix ...

Encore.

- Je le lui ai demandé, gentiment.

- A d'autres Hayden ! On vous a vus vous affronter au cimetière. Ava s'est même demandé comment vous arriviez à cohabiter tous les deux sans vous étrangler. Tout le monde connait le tempérament de Livia. On ne te blâme pas, même si ta mère nous a quand même dit que tu as toi aussi ton petit caractère sourit-il.

Ma mère a dit ça à Joshua ? Aux McAlleigh ?

- Il n'a pas tort et maman non plus p'tit frère, intervient Jordan, tu n'es pas toujours facile à vivre.

Livia en se plaint pas, en tout cas.

- Très drôle ! Rappelle-moi donc de te virer du Penthouse et de mon testament par la même occasion ! Et de changer d'avocat parce que si t'es aussi nul comme avocat que comme frère, je préfère encore m'occuper de mes affaires moi-même ou de les confier à Emmy tiens, elle fera l'affaire !

- Laisse ma fille en dehors de tout ça mon petit frère chéri, préféré et adoré! raille Jamie en prenant une voix nasillarde, et ne me raye pas de ton testament, merci !

- Bande de vautours vous ne pensez vraiment qu'au fric !

Finalement la seule qui n'en a rien à faire de mon compte en banque, c'est ma femme.

- Alors ?

- Je lui ai dit que sa grand-mère n'aurait pas voulu qu'elle reste seule ... et ... que je la mettrais dans cet avion quoi qu'il arrive, je leur avoue, réprimant un rire à ce souvenir.

Scott se met à rire. Quoi ?

- Mon pauvre vieux, tu réalises que dès qu'elle aura repris ses esprits et des forces, elle va te faire payer chaque mot ? Ne crois pas qu'elle a simplement abdiqué et que tu as eu le dessus, il n'est pas encore né celui qui fera plier Livia McAlleigh! Ça va être la guerre chez toi ! me prévient Joshua.

Miller, Livia MILLER !

Ça fait son chemin.

- Dans huit cents mètres carrés et sans compter la dépendance et le jardin, je devrais pouvoir m'en sortir, je lui réponds en souriant, fier, pensant lui clouer le bec.

- L'espoir fait vivre vieux ... Ma puce, il faut vraiment que j'aille aux toilettes, lui chuchote Joshua à l'oreille en lui caressant les cheveux pour la réveiller en douceur. Livy ? Ma puce ?

- Jordan... lui répond simplement Livia sans bouger.

Joshua la soulève sans effort et la dépose délicatement sur mon frère, puis la recouvre de son plaid correctement. Je rabaisse mon siège en position basse pour dormir, un feu crépitent dans mon estomac.

Il faut que ça cesse!

***


Il est 9h55 quand je m'apprête à quitter la maison silencieuse pour rejoindre le plateau de tournage. Nous sommes rentrés il y a à peine une heure et je n'ai pas d'autre choix que de retourner travailler. Joey a justifié mon absence d'hier et a obtenu une petite modification des plannings mais je dois être au studio et prêt à tourner à midi. Donc habillé et maquillé.

Mila a pris ses quartiers dans l'une des chambres que Jane lui avait préparée à l'étage après avoir visité la villa et Livia a rejoint la sienne, ravie d'y découvrir une large méridienne devant la baie vitrée. J'ai bien cru que Mila allait faire une syncope quand elle est rentrée dans la chambre de Livia. Il faut bien admettre que Laura l'a très bien aménagée et décorée. Et une autre quand je lui ai montré la chambre dans laquelle elle dormira. Nous, les américains, nous sommes habitués aux grandes chambres, mais elle m'a expliqué qu'en France, la taille moyenne d'une chambre à coucher est entre onze ou douze mètres carrés en moyenne pour une famille aux revenus « normaux ». Alors ici, dans une pièce de trente-cinq mètres carrés avec salle de bains et dressing, ça doit lui changer, effectivement.

Livia a dormi les trois quarts du vol et Livia ne s'est réveillée qu'après l'atterrissage. Elle est restée sur Jordan sans bouger jusqu'à la fin, et lui, ça ne l'a même pas empêché de dormir. Doug est passé à plusieurs reprise pour embrasser sa fille endormie. Autant dire que Livia malgré le décalage horaire est requinquée pour quelques heures. Elle m'a dit qu'elle avait quelque chose à faire aujourd'hui mais qu'elle serait de retour en fin de journée car elle a proposé à Cameron de s'occuper de sa fille ce soir pour qu'il puisse sortir avec Mila.

Je traverse le couloir et tape deux fois à la porte de sa chambre, mais pas de réponse. J'ouvre doucement, m'avance et ne vois que sommet de sa tête -son chignon- dépassé de derrière le lit. Elle est assise au sol, un casque audio sur les oreilles et tient une lettre dans ses mains tremblantes. De l'enveloppe posée près d'elle, je vois dépasser le coin de plusieurs photographies. Sûrement l'enveloppe que lui transmis le Docteur de la clinique. Elle m'a dit lui avoir remis une lettre de sa grand-mère quand nous nous sommes vus au cimetière. Elle m'a même transmis un « dernier message » de la part de Mona à moi aussi. Un petit mot sur un papier kraft.

« Le plus grand ennemi de Livia, c'est Livia elle-même.

Sa plus grande peur, c'est son passé.

Sa plus grande faille, c'est la douleur qui ne la quitte plus.

Sa faiblesse, c'est l'amour qu'elle ressent pour ceux qu'elle veut protéger.

Elle ne trouvera la rédemption que quand elle se sera trouvée, quand elle comprendra, enfin, qu'elle mérite aussi d'être d'aimée, qu'elle en a le droit.

Sa vie ne fait que commencer.

Sa vie doit enfin recommencer.

Sois patient, sois près à l'écouter quand elle sera prête et ne la juge pas. Elle a déjà fait son propre procès il y a longtemps, elle a été son propre juge, son propre bourreau.

Je suis fière d'elle, tout comme ils l'étaient.

Ne laisse pas ma lumière s'éteindre, elle mérite de briller encore longtemps.

Il suffit qu'elle ouvre les yeux pour comprendre que tout est déjà là.

Adélina Gardini

Mona ».

Au moment où je longe le lit pour aller m'assoir près d'elle, Livia jette un œil à son téléphone qui vient de biper à sa droite, et, dans un geste de rage, le balance de toutes ses forces à travers la baie vitrée ouverte devant elle. L'appareil explose au sol sur la terrasse sans surprise, et en plusieurs morceaux. Lorsqu'elle sent ma présence, Livia relève la tête et accroche son regard luisant au mien. Ni colère, ni peine, je n'y vois qu'une grande lassitude et j'aurais préféré l'une des deux autres options, moins dangereuse. Elle replie la lettre de sa grand-mère, se lève et part ramasser les restes de son portable, puis en sort deux cartes SIM. Sa ligne française et sa ligne américaine qu'elle a ouverte il y a quelques semaines.

- Je vais aller m'en acheter un nouveau m'annonce-t-elle sans que j'aie eu besoin de lui poser la question lorsqu'elle me dépasse pour aller vers la poubelle sous son bureau.

- Prends ma carte.

Je sors mon portefeuille et lui tends une de mes cartes de crédits qu'elle refuse de saisir en me lançant un regard noir. C'est bien la première femme avec qui je suis qui refuse ma carte de crédit ! Quelle tête de mule !

- Vire cette chose de ma vue, Miller ! pestifère mon volcan.

- Je sais combien coûte un téléphone portable Livia. Cher.

- Ce n'est pas à toi de payer pour mes conneries !

- C'est que tu fric Livia ...

- C'EST TON FRIC MILLER ! Maintenant arrête avec ça, c'est TA carte, TON argent ! Je peux me payer un téléphone !

- Tu es ma femme, tu portes MON nom, je lui rappelle, donc tu as parfaitement le droit d'utiliser cette carte Livia. Arrête un peu tes conneries !

- Putain mais tu le fais exprès Hero ? Tu ne comprends rien ou tu ne veux pas comprendre ?

C'est l'hôpital qui se fout de la charité là ! Pincez-moi je rêve !

- Je te retourne le compliment Livia Miller ! Tu le fais exprès ou tu ne veux pas comprendre ?

Livia se fige et me fixe abasourdie. Ou médusée.

- Qu'est-ce tu ... viens de dire ? articule-t-elle difficilement

Warning ! Danger !

Livia parle calmement, toute colère semblant s'être envolée comme par magie.

- Je viens de dire Madame Miller, que tu m'exaspères à ne rien voir comme ça ! Ouvre un peu tes jolis yeux Livia ! Vire-moi ces œillères bon sang !

Je m'avance vers elle mais Livia tend son bras gauche pour me stopper.

- Fais attention à ce que tu dis Hayden.

- Liv ...

Livia enfile sa paire de tennis blanche en toile et attrape son grand sac à main sur le comptoir centrale de son dressing. Elle se poste ensuite devant moi et se met sur la pointe des pieds pour m'embrasser la joue. Sans ses hauts talons, elle m'arrive à peine au-dessous du menton et je trouve ça mignon.

- Bonne journée H, à ce soir.

- Bébé, ne pars pas comme ça je lui souffle en la retenant par le bras la ramenant à moi pour la coller contre mon torse.

Mon petit trésor prend mon visage en coupe et le rabaisse vers le sien pour coller nos fronts l'un à l'autre.

- Pas aujourd'hui Hero, s'il te plaît, je ne veux plus qu'on de dispute aujourd'hui, je suis épuisée.

Épuisée moralement, oui, je sais. Et la voir dans cet état m'est insupportable.

- Je ne veux pas qu'on se dispute mon Trésor.

- Ok, alors à ce soir.

Elle tente de se détacher de moi, mes bras s'étant enroulés autour de ses hanches. Je la laisse partir, mais uniquement après un baiser en bonne et due forme.

Foutu pour foutu ...

Foutu.

Annotations

Recommandations

Line P_auteur
Quand Rose, jeune femme intrépide et un brin grande gueule fait ses valises un beau matin pour partir s'installer à l'autre bout du monde sans se retourner, elle sait ce qu'elle quitte, mais ne se doute pas un seul instant de ce qu'elle va trouver, là-bas. Pourtant, elle n'a pas choisi sa destination par hasard, mais rien ne l'avait préparé à un tel choc. Littéralement. Un camaïeu de couleurs, de gens, de cultures, perdu entre terre et montagnes, passé et présent, qui renferme bien plus de secrets que de réponses qu'elle n'était venue en chercher ; et pas que ...

Alors qu'elle pensait pouvoir se faire discrète, Rose s'aperçoit avant même son arrivée que ses prévisions étaient trop téméraires quand on a l'ambition de mettre les pieds dans une ville où même les roues ont des yeux et des oreilles. Une voiture capricieuse qui la lâche au mauvais moment et c'est la première secousse de son séjour pas réellement entamé, qui détruit définitivement son doux espoir d'anonymat. Une collision "titanesque" dont les tremblements ne sont pas que ceux de la tôle froissée.

A la tête des Dark Evil Lions, les bikers protecteurs de la cité, le ténébreux Titàn est l'incarnation même de l'attirante menace. Celle qu'on sait être agressive et prête à tout pour gagner, mais que l'on ne peut s'empêcher de vouloir toucher car irrésistible, et dont l'apparence n'est qu'une partie de la véritable valeur.

Accaparés par deux quêtes différentes, ils s'affrontent, se repoussent, se désirent, se haïssent, jusqu'à ce que la faucheuse elle-même ne sorte de l'ombre pour pointer de son outil aiguisé une question que nul ne se serait jamais posé: Qui est réellement pour eux, le plus grand spectre du danger ?

Doit-on vivre par amour, ou mourir pour lui?

Contient des scènes à caractère sexuel explicit
Public averti
Copie interdite, y compris utilisation des personnages dans d'autres œuvres

TOUS DROITS RÉSERVÉS©
Histoire protégée

Plagiat interdit selon Article L335-2, Modifié par LOI n°2016-731 du 3 juin 2016 - art. 44.
781
155
223
745
Line P_auteur
Elle pensait avoir tout prévu ... sauf l'imprévisible !

À vingt-cinq ans, Livia suit un chemin tracé dont elle seule détient la carte.
Abimée par les drames de son passé, elle aspire à une vie calme, ne laisse que peu de personnes entrer dans son cercle et a revêtu depuis longtemps un masque pour se protéger.

L'amour ? Pas pour elle; elle le fuit comme la peste, persuadée qu'elle gagnera toujours sa partie de cache-cache avec Cupidon.

Une meilleure amie, un week-end au pied levé à l'autre bout du monde et une dose d'alcool de trop, c'est la recette idéale pour que tout bascule ...

Star de cinéma mondialement connu, Hayden Miller entre dans sa vie telle une tornade inattendue. Entre attirance, rejets, nuits torrides, non-dits et secrets, leur petit contrat amis avec bonus; va raviver son corps et pourrait bien devenir quelque chose de plus ... à condition de s'en rendre compte.

Qui ouvrira les yeux en premier ? Les dangers sont-ils toujours les plus évidents ? Mais surtout ... Toutes les promesses sont-elles faites pour être tenues?

Quand le passé entache le présent, peut-il y avoir un avenir ?

Et si commencer par la fin était finalement la meilleure voie pour trouver son chemin ?


Contient des scènes à caractère sexuel.
Public averti : +18 ans
Copie interdite


TOUS DROITS RÉSERVÉS©
Plagiat interdit selon Article L335-2, Modifié par LOI n°2016-731 du 3 juin 2016 - art. 44.
Œuvre Protégée
1135
233
451
1165
Line P_auteur
[Histoire Terminée ]

Diplômée en Marketing, un emploi stable dans lequel elle prenait peu à peu ses marques, un toit sur la tête et même un futur mari, Elly pensait assez bien contrôler sa petite vie paisible. Sa seule bête noire, c'était sa famille. Ou du moins les quelques membres qui la composaient : des parents absents pourtant envahissants à distance qui voulaient depuis sa naissance régenter son existence, jusqu'à choisir sa voie professionnelle. Et elle ne savait pas encore à quel point ... jusqu'à un soir de février où Elly a tout compris, puis tout envoyé balader.

Sa vie, elle veut maintenant la recommencer loin, en laissant décider le hasard, pour une fois. Et elle va détester le résultat tout autant que son corps va l'adorer.

Il est autoritaire, arrogant, froid comme la glace mais pourtant chaud comme la braise. Une gueule d'ange sur une carrure d'Apollon, mais une attitude de démon. Il la fera enrager et est prêt à tout pour la faire fuir. Mais qui pliera en premier ?

Elle va devoir relever le défi : au fond, peut-il réellement y avoir un perdant ?
Quand l'expérience fausse le présent, comment voir la vérité qui brille de l'éclat de l'évidence ?

Contient des scènes à caractère sexuel.
Public averti
Copie interdite

TOUS DROITS RÉSERVÉS©

Plagiat interdit selon Article L335-2, Modifié par LOI n°2016-731 du 3 juin 2016 - art. 44.

Tous Droits Réservés
Œuvre protégée
2165
639
1617
1518

Vous aimez lire Line P_auteur ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0