18 - Bad Girl. Acte I

12 minutes de lecture

Hayden.


— Calme toi Hayden ! Te mettre dans cet état ne changera rien à la situation.

     Il en a de bonne, lui...

     Voilà dix minutes que mon frère tente de m'apaiser et de dompter ma colère. Ou plutôt ma rage.

— Comment veux-tu que je me calme Jordy ? Qu'est-ce que j'ai fait au ciel pour mériter un truc pareil, putain !

— Écoute, je me suis renseigné. Joey n'a pas fait jouer ses relations, il a bien été prévenu au milieu de la nuit. D'après Clark, c'est elle-même qui a fait des pieds et des mains ces dernières quarante-huit heures. Et sûrement d'autres parties de son corps si tu veux mon avis. Pour avoir le rôle mais surtout pour que tu n'en sois pas informé avant l'annonce officielle, ajoute-t-il en posant une main sur mon épaule.

— Mais comment j'ai pu poser les yeux sur elle !? Elle me dégoûte !

— Si tu avais écouté maman quand elle t'a dit qu'elle ne la sentait pas cette nana, tu aurais coupé court à cette relation ridicule dès le début. Maman est douée pour ça. À croire que Kirsten avait des très bons arguments pour te séduire, Hayden.

— Je ne suis même pas certain que ça l'aurait empêché de me poursuivre toutes ces années même si j'avais rompu avant. Elle est folle ! Et pour ses arguments, je ne sais même plus ce qui m'a attiré chez elle. Elle est refaite de la tête aux pieds et plus vénale que Picsou, dis-je amer..

— Il lui faudrait une bonne « cure de désintoxication Hayden Miller », comme dit Livia.

     Je cesse de tourner sur moi-même à ses mots et pivote vers lui :

— Elle a dit ça ?

— Oui, opine-t-il. Elle a de la suite dans les idées notre petite frenchy. En même temps, entre Kirsten et Julianne, tu lui as montré du lourd, P'tit frère !

     Il termine sa phrase hilare et rit tout seul à ses conneries. Comme si c'était le moment de se foutre de ma gueule.

     La nouvelle du jour ? Abigayle Grims, qui devait jouer Esméah, s'est retirée du show pour raison familiale. Elle devait commencer à tourner ses scènes dans deux jours à Los Angeles et a dû être remplacée en urgence. Et évidemment, qui s'est jetée sur l'occasion ? Kirsten Thompson. Je ne sais pas comment elle a réussi son coup, mais elle a été retenue pour récupérer le rôle. C'est un cauchemar.

     Dans le script, des flash-backs de la vie de mon personnage montrent des scènes de baisers et de sexe entre lui et Esméah, des années avant le présent. Non seulement je vais devoir la supporter sur les plateaux ainsi qu'en déplacements promotionnels, mais le summum de l'horreur, il va me falloir l'embrasser et la toucher. Être presque nu devant elle, avec pour seule barrière entre nos corps un cache-sexe.

     Je suis acteur, c'est mon métier, j'ai déjà reçu plusieurs récompenses dans ma carrière pour mon travail, mais je suis aussi humain. Même pour dix Oscars et cent millions de dollars, je ne voudrais pas embrasser Kirsten de nouveau.

     Mon cachet n'atteint bien sûr pas les cent millions de dollars, mais clairement, je ne suis pas assez payé pour supporter ça. Pour la supporter elle. Il n'y aura d'ailleurs jamais assez de zéros sur les chèques pour que ce soit supportable.

— Putain mais pourquoi elle ? hurlé-je en faisant les cent pas dans la chambre comme un putain de lion enragé dans une putain de cage minuscule.

— Je n'ai pas la réponse. Tu me files le tournis. Calme-toi.

— Il n'y a pas assez d'actrices compétentes aux États-Unis ? C'est parce que j'ai refusé leur deal de merde et leur histoire de faux couple avec Erin ?

— Tu t'emballes Hayden, assieds-toi, répète mon frère avec insistance.

— Même ma femme serait meilleure qu'elle pour jouer Esméah ! Pour les scènes de cul, Kirsten est nulle ! Elle n'est pas naturelle, elle se croit dans un mauvais porno, comme au lit d'ailleurs, je grommelle sans aucune honte. Elle en fait trop ! Elle est bonne pour les soaps, les téléfilms, mais pour le théâtre ou un projet de cette envergure, non ! Putain c'est un grand non ! Qui lui a filé le rôle, bordel de merde ?

— Un abruti, visiblement.

     Je suis hors de moi. Je ne peux m'empêcher de tirer sur mes cheveux comme si ça allait me sortir de cette situation pourrie. Jordan a pris le premier vol quand je l'ai averti. J'avais besoin de lui pour m'éviter de faire une connerie. Nick a misé sur la boxe pour faire descendre la pression, mais c'était peine perdue. J'ai eu beau frapper le sac noir, je suis trop en colère. Mon sang bouillonne tel de la lave au cœur d'un volcan et ma tension doit frôler la tachycardie.

     Heureusement au milieu de toute cette merde, j'ai maintenant la certitude que Joey ne m'a pas menti quand il m'a juré qu'il ne savait rien jusqu'à cette nuit. Nos relations sont toujours tendues mais il s'est vraiment pacifié depuis notre engueulade du mois dernier quand Livia était à l'hôpital. Il s'est excusé auprès de Scott et moi, maintes et maintes fois. Pour son comportement inacceptable de ce jour-là mais aussi de ces dernières années. Pour autant je reste sur ce que je lui ai dit : je veux que Livia lui pardonne, et il va ramer, le mec. J'espère que mon petit volcan va lui en faire baver.

— C'est ta colère qui parle Hayden, soupire Jordan face à moi. Ce n'est pas une grande actrice certes, mais elle n'est pas non plus la plus mauvaise qui soit. Et puis on ne peut plus rien y faire. Son contrat est signé, un communiqué de presse est déjà paru. Elle commence dans deux jours.

     Deux jours. Je ne vais pas pouvoir. Je me masse vigoureusement le visage cherchant une solution, mais rien ne vient. Il laisse passer une minute puis reprend avec son sourire goguenard:

— Donc d'après toi, Livy serait apte à jouer des scènes de cul ?

— Ferme-la Jordan !

— C'est toi qui l'as dit Hayden ! Plus sérieusement, comment ça se passe avec elle ?

     Bonne question.

— C'est tendu parfois, mais ça va lui passer. Ça va mieux, je crois.

—Pourquoi tendu ? Qu'est-ce que tu lui as fait encore ?

     Ah oui, je ne lui ai toujours pas raconté la discussion que j'ai eue avec Livia il y a deux semaines, quand elle m'a reparlé du divorce.

— Pourquoi aurais-je fait quelque chose ?

     Non mais c'est vrai ! Il me prend pour qui ?

     L'abruti que tu es, nasille ma conscience.

— Hayden, répond à la question.

     Je me laisse tomber sur un fauteuil puis déclare, blasé :

— Elle m'a demandé de divorcer il y a quinze jours.

     Jordan me dévisage, étonné, et attend la suite qui ne vient pas.

— Et ? C'est ce qui avait été convenu entre vous alors pourquoi c'est tendu ? Je ne comprends pas bien. Elle t'a demandé quelque chose ?

     Il me teste. Je le vois mais je choisis de ne pas relever.

— À part le divorce tu veux dire ?

— Oui. Elle veut quelque chose de ta part ? Une compensation financière ? Car cela m'étonnerait franchement venant d'elle.

— Déposer nos demandes le plus vite possible. Elle est prête, elle estime que trois mois sont passés et qu’il faut avancer.

     Il écarquille les yeux puis réplique ahuri :

Vos demandes ? Attends mais elle lui a dit quoi Laura ? Moi je n'ai pas voulu répondre à ses questions il y a plusieurs semaines, je ne suis pas son avocat et ce n'est pas à moi de mettre les pieds dans le plat. Mais il va quand même bien falloir lui expliquer les choses !

— Je sais. Laura m'a dit lui avoir demandé d'attendre pour lancer la procédure.

— Pourquoi ça ? s'enquiert-il. En quoi ça la regarde ?

— Elle a peur que ça ne parasite son mariage et que les gens ne parlent plus que de ça. Livia et moi sommes les témoins, je te rappelle.

— Je le sais, qu'est-ce que tu crois ?

— Livia lui a proposé que Kate prenne sa place de témoin. Mais ça en change rien au problème.

— Elle veut vraiment divorcer alors, pas de doute, exhale-t-il. Et toi ?

— Quoi moi ? le fixé-je perplexe.

— Tu lui as dit quoi à Livy quand elle t'en a parlé ?

— Que ça n'est pas le moment idéal pour moi. Que j'ai besoin qu'on attende encore un peu. C'était avant qu'elle ne discute avec sa sœur. On ne s'est pas disputés, elle s'est juste barrée de la maison en claquant la porte.

— Vous êtes sacrément gonflés quand même tous les deux ! J'imagine qu'elle n'a pas trop eu son mot à dire entre Laura et toi, peste-t-il. Donc on attend encore quoi ? Un mois ?

— Oui.

— Hayden ! Il y a autre chose. Ne me prends pas pour un con. Pas moi !

     Il prend son ton paternaliste me donnant une seconde l'impression de me retrouver face à notre père. Il essaie par la même occasion de sonder mon esprit, comme si river ses prunelles identiques aux miennes allait lui permettre de lire en moi. Jordan s'installe lourdement sur le fauteuil en face du mien puis se masse le crâne énergiquement de ses deux mains. Suspendu à mes lèvres, je sais ce qu'il attend une réaction précise de moi, mais il n'aura pas d'aveux. Sa curiosité maladive s'arrête aux portes de mon intimité.

— Ce n'est pas le jour Jordan. Lâche-moi.

     Il est sur le point de répliquer un truc sûrement bien senti vu sa tête quand Nick et Joey pénètrent dans la pièce. La tension est toujours palpable entre les deux hommes. Entre nous tous, en réalité. Nick n'a pas digéré les mots que mon manager a eu envers Livia. Jordan lui, ne lui adresse plus la parole que pour des sujets purement professionnels. Mais je connais mon frère, il va se calmer, il lui faut du temps.

      Quant à mon garde du corps et ami, j'ai du mal saisir la profondeur de son ressentiment. Je sais que ces dernières semaines, sa relation avec Livia a évolué, dans le bon sens, contrairement à l'animosité entre mon agent et ma femme qui a elle, pris une ampleur phénoménale, jusqu'au point de non-retour. Mais je ne l'avais jamais vu cultiver une amertume aussi longtemps pour l'un de nous, encore moins quand le nœud de la rancœur ne le concerne pas directement.

     Je jette un coup d'œil ma montre : dix-huit heures trente. Plus qu'un engagement et la semaine sera enfin terminée, nous pourrons rentrer à Los Angeles.

— Ça va mieux Hayden ? Tu te sens capable d'assurer la conférence de presse et le dîner de ce soir ? s'informe Joey qui sait être sur un siège éjectable.

     Étrangement oui, je me sens mieux.

— Comment tu as fait Jordan ? se tourne-t-il vers mon ainé.

— Je lui ai parlé de sa femme, trouve-t-il opportun de lui répondre. On aurait dû la faire venir, ça aurait sans doute été plus facile de le calmer. Elle sait comment lui parler.

     Le pire c'est qu'il a raison ce con, mais je ne suis pas sûr qu'il le sache. Livia m'exaspère parfois mais elle a aussi une grande capacité d'écoute et d'analyse. Même si quelques années nous séparent, elle trouve toujours les mots justes. Si elle pouvait les appliquer à sa situation, cela serait pas mal.

     Il y a dix jours, j'avais passé une sale journée et les mauvaises nouvelles s'accumulaient comme de la neige un jour de tempête sibérienne. Elle a été la seule à réussir à me faire relativer et en quelques minutes seulement, même si elle a dû lever la voix afin de se faire entendre. Oui, c'est toujours explosif entre nous. Mais la méthode fonctionne donc...

     J'ai hâte de rentrer à la maison pour lui exposer toute cette merde. Je n'ai pas envie de le faire par téléphone, d'autant plus que nos échanges ont été succincts cette semaine. J'ai enchaîné des journées très intenses de quatorze voire quinze heures et j'ai profité de chaque minute de pause pour dormir, mais c'est toujours moi qui lui ai envoyé un message en premier pour prendre de ses nouvelles.

     Comme à son habitude, ma femme n'est pas très expansive. Si elle n'était pas revenue vivre à la maison malgré ma position quant au divorce, et si je n'avais pas pu lui faire l'amour avant mon départ pour le Canada, j'aurais pu croire qu'elle me faisait -encore- la gueule.

— Je le saurai pour la prochaine fois, assure Joey.

     Lui, il n'osera plus jamais dire du mal de ma femme. Pas devant nous du moins. J'aimerais me dire que même en pensées, il ne le fera plus, mais je ne suis pas aussi idéaliste et naïf.

— Bon, si vous comptez arriver à l'heure, c'est maintenant ! nous prévient Nick de sa grosse voix et mu de son humeur patibulaire. La voiture est en bas. Il n'y aura que cinq minutes de trajet. Scott est revenu à Vancouver il y a une heure, il repart directement après le dîner, il t'attend déjà sur place Hayden et il est déjà au courant. Huit gardes du corps pour vous deux, quatre chacun. Plan habituel pour la conférence de presse, puis quatre en civil dans le restaurant qui a été semi-privatisé pour la soirée, et quatre dehors. Plus moi.

— Pour les autographes et les photos, tu peux à l'arrivée mais pas plus de cinq minutes, poursuit Joey. Une demi-heure avec le public est prévue après la conférence de presse et les interviews programmés qui eux, devraient durer moins d'une heure en tout et pour tout. Le dîner est à partir de vingt heures quarante-cinq. Des questions ?

— Une corde ? ironisé-je en me levant.

     Joey soupire fortement sentant mon agacement et part se servir un verre de whiskey.

— Je suis désolé, Hayden. C'est aussi une de mes actrices alors je ne vais pas te mentir et te dire que je suis dégoûté, ce serait faux. Mais je ne sais pas comment elle a fait. Je te l'ai dit, elle n'a pas voulu me dire qui a appuyé son nom pour remplacer Abi. Elle n'était pas la première sur la liste des remplaçantes, il y avait deux autres noms devant elle.

— C'est bon je te crois Joey. Mais je te le dis, ça va être compliqué et devoir l'embrasser...grimacé-je, je ne t'en parle même pas !

— Tu n'es pas le premier acteur à embrasser une partenaire à l'écran alors que tu es marié.

— Rien à voir ! Cela n'a rien à voir avec Livia ! riposté-je en levant le ton. Cette fille me dégoûte Joey, profondément, MERDE à la fin !

— Je sais.

— Je n'ai pas l'impression, non ! Tu me la fous dans les pattes depuis des années ! J'ai tout essayé pour qu'elle m'oublie mais à chaque fois, c'est l'escalade dans la connerie ! Je l'ai trop laissé faire. Je ne voulais pas lui donner de l'importance mais j'aurais dû publiquement clarifier nos rapports bien avant, sans prendre de gant ! Et je n'aurais pas dû t'écouter sur ce coup ! Tu m'avais déconseillé de commenter ses âneries !

— J'ai agi pour ta carrière, Hayden.

— Et aujourd'hui je me retrouve avec elle !

— Tu es au top.

      Il n'a pas tort, mais si c'est le prix à payer aujourd'hui, il est trop cher.

— Dès qu'elle n'a plus de mec à qui s'accrocher, elle revient me les briser à moi ! Le coup de la photo sur les réseaux avec ses hashtags à la con, comme si elle officialisait notre réconciliation, c'était la goutte d'eau ! Et maintenant que Livia est dans l'équation, il est hors de question que Kirsten me fasse encore un sale coup, tu m'entends ?

— Tu n'as qu'à lui dire que tu es marié.

— Pardon ?

     J'ai dû mal comprendre.

— Dis-lui que tu es marié, Hayden. Montre-lui ton alliance, ça lui clouera la bouche au moins ! propose-t-il visiblement sincère.

— Non ! Pas de fuite. La connaissant ça ne la refroidirait même pas ou trop peu. Elle s'est déjà montrée véhémente avec d'autres femmes avec qui j'ai eu des aventures, alors avec Livia qui n'est pas de ce milieu-là, je n'ose pas imaginer ce qu'elle pourrait lui dire ou faire pour la faire fuir.

— Elle a pourtant l'air d'avoir du répondant pour se défendre ta femme. Elle m'a quand même bien envoyé chier, moi ! Ma joue se souvient encore de la douleur de sa gifle.

     Elle aurait dû y aller plus fort.

Tu aurais dû lui péter des dents.

— Kirsten et Livia ne jouent pas dans la même catégorie Joey, intervient Nick. Kirsten est une garce. Livia n'osera pas s'en prendre à elle ni se défendre avec les mêmes armes, et l'autre vipère est capable des pires crasses si elle veut Hayden ou éloigner une rivale.

— Qu'elle ne s'approche pas de Livia putain ! Qu'elle sache qu'elle est ma femme ou non, qu'elle ne s'approche pas d'elle Joey ! m'écrié-je en allant enfoncer deux doigts dans son sternum.

     Je suis clairement sur la défensive et ma rage contre mon ex vient de grandir encore.

— C'est pareil pour moi, qu'elle ne vienne pas dans mon périmètre si ce n'est pas pour une raison professionnelle. Cadre-là bien Joey, car si je dois de nouveau m'en charger, c'est certain que nous ferons les gros titres de tous les journaux des États-Unis ! Peu importe l'issue, j'en ai plus rien à foutre !

Et du globe, certainement.

Annotations

Recommandations

Line P_auteur
Quand Rose, jeune femme intrépide et un brin grande gueule fait ses valises un beau matin pour partir s'installer à l'autre bout du monde sans se retourner, elle sait ce qu'elle quitte, mais ne se doute pas un seul instant de ce qu'elle va trouver, là-bas. Pourtant, elle n'a pas choisi sa destination par hasard, mais rien ne l'avait préparé à un tel choc. Littéralement. Un camaïeu de couleurs, de gens, de cultures, perdu entre terre et montagnes, passé et présent, qui renferme bien plus de secrets que de réponses qu'elle n'était venue en chercher ; et pas que ...

Alors qu'elle pensait pouvoir se faire discrète, Rose s'aperçoit avant même son arrivée que ses prévisions étaient trop téméraires quand on a l'ambition de mettre les pieds dans une ville où même les roues ont des yeux et des oreilles. Une voiture capricieuse qui la lâche au mauvais moment et c'est la première secousse de son séjour pas réellement entamé, qui détruit définitivement son doux espoir d'anonymat. Une collision "titanesque" dont les tremblements ne sont pas que ceux de la tôle froissée.

A la tête des Dark Evil Lions, les bikers protecteurs de la cité, le ténébreux Titàn est l'incarnation même de l'attirante menace. Celle qu'on sait être agressive et prête à tout pour gagner, mais que l'on ne peut s'empêcher de vouloir toucher car irrésistible, et dont l'apparence n'est qu'une partie de la véritable valeur.

Accaparés par deux quêtes différentes, ils s'affrontent, se repoussent, se désirent, se haïssent, jusqu'à ce que la faucheuse elle-même ne sorte de l'ombre pour pointer de son outil aiguisé une question que nul ne se serait jamais posé: Qui est réellement pour eux, le plus grand spectre du danger ?

Doit-on vivre par amour, ou mourir pour lui?

Contient des scènes à caractère sexuel explicit
Public averti
Copie interdite, y compris utilisation des personnages dans d'autres œuvres

TOUS DROITS RÉSERVÉS©
Histoire protégée

Plagiat interdit selon Article L335-2, Modifié par LOI n°2016-731 du 3 juin 2016 - art. 44.
781
155
223
745
Line P_auteur
Elle pensait avoir tout prévu ... sauf l'imprévisible !

À vingt-cinq ans, Livia suit un chemin tracé dont elle seule détient la carte.
Abimée par les drames de son passé, elle aspire à une vie calme, ne laisse que peu de personnes entrer dans son cercle et a revêtu depuis longtemps un masque pour se protéger.

L'amour ? Pas pour elle; elle le fuit comme la peste, persuadée qu'elle gagnera toujours sa partie de cache-cache avec Cupidon.

Une meilleure amie, un week-end au pied levé à l'autre bout du monde et une dose d'alcool de trop, c'est la recette idéale pour que tout bascule ...

Star de cinéma mondialement connu, Hayden Miller entre dans sa vie telle une tornade inattendue. Entre attirance, rejets, nuits torrides, non-dits et secrets, leur petit contrat amis avec bonus; va raviver son corps et pourrait bien devenir quelque chose de plus ... à condition de s'en rendre compte.

Qui ouvrira les yeux en premier ? Les dangers sont-ils toujours les plus évidents ? Mais surtout ... Toutes les promesses sont-elles faites pour être tenues?

Quand le passé entache le présent, peut-il y avoir un avenir ?

Et si commencer par la fin était finalement la meilleure voie pour trouver son chemin ?


Contient des scènes à caractère sexuel.
Public averti : +18 ans
Copie interdite


TOUS DROITS RÉSERVÉS©
Plagiat interdit selon Article L335-2, Modifié par LOI n°2016-731 du 3 juin 2016 - art. 44.
Œuvre Protégée
1135
233
451
1165
Line P_auteur
[Histoire Terminée ]

Diplômée en Marketing, un emploi stable dans lequel elle prenait peu à peu ses marques, un toit sur la tête et même un futur mari, Elly pensait assez bien contrôler sa petite vie paisible. Sa seule bête noire, c'était sa famille. Ou du moins les quelques membres qui la composaient : des parents absents pourtant envahissants à distance qui voulaient depuis sa naissance régenter son existence, jusqu'à choisir sa voie professionnelle. Et elle ne savait pas encore à quel point ... jusqu'à un soir de février où Elly a tout compris, puis tout envoyé balader.

Sa vie, elle veut maintenant la recommencer loin, en laissant décider le hasard, pour une fois. Et elle va détester le résultat tout autant que son corps va l'adorer.

Il est autoritaire, arrogant, froid comme la glace mais pourtant chaud comme la braise. Une gueule d'ange sur une carrure d'Apollon, mais une attitude de démon. Il la fera enrager et est prêt à tout pour la faire fuir. Mais qui pliera en premier ?

Elle va devoir relever le défi : au fond, peut-il réellement y avoir un perdant ?
Quand l'expérience fausse le présent, comment voir la vérité qui brille de l'éclat de l'évidence ?

Contient des scènes à caractère sexuel.
Public averti
Copie interdite

TOUS DROITS RÉSERVÉS©

Plagiat interdit selon Article L335-2, Modifié par LOI n°2016-731 du 3 juin 2016 - art. 44.

Tous Droits Réservés
Œuvre protégée
2165
639
1617
1518

Vous aimez lire Line P_auteur ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0