9 Voix. Partie II.

15 minutes de lecture

Petite note :

Hello tout le monde ! Merci d'être encore là pour ce tome 2.

Donc comme je l'avais déjà dit, vous êtes dans une V2.0. Ce texte je l'avais écrit pour moi entre mai et nov 2020 et puisque je n'en avais pas besoin, je ne m'étais pas traduit les paroles de chansons que j'ai intégrées ( licence anglais, entre autres, mais je ne vais pas vous raconter ma vie ininteressante). Bref. Sur Wattpad, j'avais reçu plusieurs " plaintes " quant au fait que je n'avais pas traduit les chansons ( non, ces personnes n'avaient aucunement envie d'ouvrir Google en cours de lecture pour aller trouver la trad ).   Donc, depuis la relecture/réécriture, j'ai traduit au fur et à mesure certains extraits ( parfois pas tout, ce qui me semblait representatif du message à faire passer ). Ici, il va donc y avoir 3 extraits de chansons.  Parce que sur Wattpad je voulais proposer quelque chose d'un peu plus interactif et ludique, les SMS et les chansons + trad sont en montages Canva, que je ne peux pas intégrer ici.

Ma question est donc la suivante ( ouaip, elle arrive ): y'en a-t-il parmis vous qui souhaitent avoir les traductions ? Je ne les ai pas collées pour le moment parce que je dois les copier/coller de Canva, je n'ai pas de sauvegarde surWord (oui, je suis débile mais encore et toujours, je n'en ai pas besoin sur mon manuscrit lol ). J'ai déjà mis des trad ici mais je me demande si elles vous sont utiles ou pas du tout. Voilà, n'hésitez pas. Si vous les voulez, dites moi si je les mets "en notes" ou si je les intégre au texte.

D'avance, merci.

Line

___________________________


Chapitre 9 : Voix. Partie II.


— Pourquoi tu ne m’as rien dit, Hayden ?

 Jordan me retient par le bras. Je comprends l’ombre de déception qui voile ses yeux. Mon silence puis les révélations l’ont blessé dans son amour propre. Mon frère a tenté d’ouvrir la discussion plusieurs fois sur mon renfermement, suggérant que l’hospitalisation m’avait plus marqué que ce que je voulais bien en dire, et que le départ de Livia du jour au lendemain n’avait rien arrangé.

Il n’a pas tort.

— Je ne sais pas Jo.

— Tu rumines ça depuis ?! Tu as perdu la tête ou quoi ? Je sers à quoi, moi ?

— J’avais besoin de temps.

— Je t’ai demandé si Livy t’avait dit quoi que ce soit sur le père ! se plaint-il. Tu m’as dit non !

— Parce qu’on savait elle et moi que c’était moi. Tu as fini ?

 Nos amis nous regardent sans piper mot. Ni eux ni Jamie ne s’immiscent dans le débat. S’ils sont mes meilleurs amis, ce n’est un secret pour personne que Jordy et moi avons toujours été fusionnels. Nos altercations sont donc hautes en couleur, écho de notre relation. Entre nous, tout est plus exacerbé qu’avec n’importe qui d’autre.

 Jordan est la Laura de Livia, version masculine. Pas étonnant qu’il s’entende comme cul et chemise avec ma femme.

— Pour le moment.

— Super.

 Un long moment.

— Bon les gars, on rentre mais ne faites pas de bruit en traversant le salon. Laura fait sa soirée Karaoké, rappelez-vous. Si on les déconcentre et qu’on fait perdre des points à quelqu'un, elles vont nous faire la peau !

— Elles se notent ? se renseigne Nick surpris.

— Oui. Laura a inventé un concours alliant Karaoké et Just Dance pour plaire à tout le monde et que l’activité soit équitable entre celles qui ne savent pas danser mais chanter, et vice-versa, et elles se donnent des notes. Ça reste convivial. Enfin, ceux, y'a deux ou trois amis de Laura et Kate dans le lot.

— Sacré organisation, commente Jordan.

— Penses-tu ! Elle a même prévu des récompenses.

— Waow. C’est quoi, les MTV Music Awards là-dedans ? souris Jamie.

— Presque ! Si un jour les Oscar ont besoin de sang neuf dans l’organisation, on pourra toujours proposer ma femme pour le poste !

Et la mienne s’en tiendra le plus loin possible, me dis-je. À environ cinq mille cinq cents miles.

 Bref. Mieux vaut se faire discrets, donc. Enfin, plus facile à dire qu’à faire quand on est cinq à ne pas avoir des carrures de lionceaux. Comme si l’on pouvait déjà nous entendre d’ici, nous avançons muets jusqu’à la porte. Scott se tourne vers moi alors que nous faisons le pied de grue. Son air grave me fait une seconde penser qu’il a un truc à me dire, mais rien qui finalement ne justifie cette inspection visuelle prolongée.

— Hayden, ne crée pas d'émeute frérot, attends la mi-temps s'il te plait pour te montrer, semble-t-il plaisanter en m'attrapant furtivement par la nuque. Et reste calme.

 Je suis calme.

— T'es vraiment con parfois ! Allez, j’ai soif !

Et besoin de me poser plus au calme après ces révélations, surtout.

— Et je veux voir ma belle moi ! s'impatiente King Kong. Bougez-vous les guignoles!

— Et moi ma femme, lui adjoint Jamie. Zoey adore ce genre d’activité. Elle était excitée comme une puce depuis deux jours à l'idée de venir. Ça faisait longtemps que je ne l’avais pas vu trépigner pour autre chose qu’une sortie avec Emy. Pour une fois qu'elle est dans cet état à l'idée de faire garder notre fille, ça n'est même pas pour passer une soirée avec moi.

 Mon frère se renfrogne mais au fond, je sais qu’il est heureux que Zoey recommence à se voir comme une femme, plus seulement comme une mère et une épouse. Et si elle se plait à Londres, c’est ici que sa famille se trouve.

 Dès le hall d’entrée, le brouhaha de l’agitation nous parvient. Pas de musique ni de chants, mais ça ne saurait tarder.

— Les sœurs McAlleigh, en piste ! réclame une voix féminine haut perchée.

 Scott pivote vers moi, me scrute encore étrangement avant de me finalement me gratifier un clin d'œil dont je ne capte pas la signification. Joshua se tient debout, plus loin dans le corridor qui mène au séjour, les bras croisés sur le torse, en appui sur le chambranle de l’arche. Il a dû arriver il y a peu, il devait nous retrouver ici après sa garde de vingt-quatre heures. Rares sont les moments où nous arrivons à passer du temps tous ensemble pour nouer des liens alors tout est bon à prendre, y compris rappliquer ici à l’improviste parce que l’occasion se présente.

 Nous le rejoignons et le saluons tous par une accolade. Scott et lui échangent un regard de connivence et une messe basse, puis nous passons discrètement à la cuisine pour kidnapper des bières méritées, tentant de ne pas les déranger la troupe d’artistes. Exceptées Laura et Kate qui peuvent nous voir, leur vingtaine d’amis sont tous de dos, tournés vers un écran plat géant et le piano noir qui a été déplacé de plusieurs mètres.

— Mais si ça compte ! affirme Kate avec aplomb. Le piano fait partie de la chanson, donc ça compte ! Trêve de discussion, le bureau des pleurs est clos !

— Et puis, on ne sait jamais, alors taisez-vous bande de rabat-joie ! ajoute Laura en tirant la langue à ses amis. Et franchement, c'est à vos risques et périls vous savez ? Alors taisez-vous, vous le regretteriez si cette solution ne vous convient pas…

 Un grand sourire aux lèvres et les sourcils au plafond, elle semble les prévenir silencieusement d’un danger dont ils n’ont pas tous conscience. Pas tous, car certains adhèrent que mieux vaut le piano que la voix. Laura se met à chanter, accompagnée par quelqu'un au piano.

Party girls don't get hurt
Can't feel anything, when will I learn
I push it down, push it down

I'm the one "for a good time call"
Phone's blowin' up, they're ringin' my doorbell
I feel the love, feel the love

One, two, three, one, two, three, drink

— Elle a vraiment un joli brin de voix, y'a pas à dire, soufflé-je à Scott qui observe sa femme non sans fierté.

— Oui, je sais.

Throw em back, till I lose count
I'm gonna swing from the chandelier, from the chandelier

I'm gonna live like tomorrow doesn't exist

 Kate qui prend la seconde partie. Les coudes sur le bar de la cuisine et mon goulot à la bouche, j’avale ma gorgée tout en tournant le visage vers Joshua, captivé, sa bière à la main. C’est donc l’effet qu’ont les sœurs McAlleigh sur leurs mecs. Deux bouche-bée devant leurs idoles.

— Le pianiste est doué en tout cas, chuchote Jamie le musicien émérite du groupe. C'est parfait. Très juste, fluide. L’intensité des notes est super bien posée.

— Oh oui c'est sûr, très doué, acquiesce Scott toujours le même rictus tendu aux lèvres.

 Il passe une main sur sa nuque puis fourrage ses cheveux, boit d’une traite la moitié de sa bouteille.

 Finalement, personne ne sort sur le patio contrairement à ce qui était prévu. Nous voulons tous entendre et voir la suite, bien arrimés au plan de travail en marbre clair et les pieds cimentés au carrelage gris. C’est plaisant comme spectacle, leur karaoké. Kate a elle aussi un brin de voix très intéressant à l’oreille, bien qu’on sente tout de même qu’elle reste une amateur.

 Mais beaucoup d’amateurs aimeraient avoir son niveau.

And I'm holding on for dear life,

won't look down won't open my eyes
Keep my glass full until morning light,

'cause I'm just holding on for tonight
Help me, I'm holding on for dear life,

won't look down won't open my eyes
Keep my glass full until morning light,

'cause I'm just holding on for tonight
On for tonight

—  Allez Livyyyy ! supplie une voix féminine depuis le canapé. Montre-leur qu'ils auraient dû la fermer !

 Quoi ?

 J'ai du mal comprendre, je perds la tête. Ça devient grave et mon frère a raison. C'est toujours Kate qui chante, mon esprit me joue des tours et la sénilité que guette.

One, two, three, one, two, three, drink
One, two, three, one, two, three, drink

Kate opère une pirouette pour se retourner vers le pianiste dont le corps est caché par le couvercle ouvert, puis hoche la tête sans cesser de chanter, sourit à l'attention de Laura qui fait la même chose.

One, two, three, one, two, three, drink.

Throw em back till I lose count

Elle s’interrompt soudain, net, et une troisième personne prend immédiatement le relai, derrière le piano. Une voix à tomber à la reverse et à vous filer des frissons même en plein été.

I'm gonna swing from the chandelier, from the chandelier
I'm gonna live like tomorrow doesn't exist
Like it doesn't exist

 C'est quoi ça ? Je l'ai déjà entendue cette voix. Où ?

 Scott me fixe, rit dans sa barbe sans se départir de son air inquiet pour autant.

— Oh mon Dieuuuuu !

— Minceeee !

— Comment… ?

 Plusieurs étonnements sonores s'élèvent, aussi stupéfaits que Jordan, Jamie, Nick et moi le sommes. Rien ne perturbe néanmoins la jeune femme donc le coffre pourrait faire trembler les murs. Je suis sûr de l’avoir déjà entendu quelque part, mais où ?

 Laura leur fait signe qu'elle les avait prévenus, mais aussi de faire moins de bruit.

Bonne idée.

— Merde, c'est qui cette nana ? s’enquiert Nick à voix basse. Tu la connais Scotty ?

 Et c'est Joshua qui la bonté d'éclairer notre lanterne en répondant immédiatement à la question, nonchalant et railleur :

— Elle ? C’est Livia McAlleigh.

 Je m’étrangle, ma gorgée fait faute route me faisant tousser. Toutes les paires d’yeux convergent dans ma direction, pressées de voir si j'ai compris et oui, cette fois, j'ai saisi le truc, ainsi que la messe basse de tout à l’heure entre Scott et Josh. Il avait dû lui demander si elle était là. Les coups d’œil étranges de mon meilleur ami qui me cachait quelque chose. Quelqu’un. Livia est rentrée à L.A. Sans m'en parler. Elle est là, et sa voix qui emplit toute la barraque, c'est... quelque chose, bordel de merde ! Joey en ferait une crise cardiaque d'entendre un truc pareil.

Il en perdrait la sienne.

I'm gonna fly like a bird through the night,

feel my tears as they dry
I'm gonna swing from the chandelier,

from the chandelier

And I'm holding on for dear life,

won't look down won't open my eyes
Keep my glass full until morning light,

'cause I'm just holding on for tonight

— Putain, mais d'où elle sort une voix pareille ?

— C'est incroyable. Un truc de fou furieux... merde alors… souffle Jamie une fois la voix et le piano redevenus silencieux.

 Il passe une main sur sa bouche, abasourdi. Je le comprends. Moi-même je suis sur le cul. Alors lui ? Il entend des choses que nous, non avertis, ne captons pas. Mais chacun son job, et mon frère à une oreille en or.

—NOOON Liviaa ! Mais pourquoi ? demande un type. C'est pas du jeu ! Tu ne joues pas dans la même catégorie que nous là, Baby !

— C'est vous qui vouliez l'entendre depuis une heure, le rabroue Kate sur le ton du sermon. Elle s'était abstenue depuis le début, elle ne voulait pas chanter, alors assumez maintenant ! Livia, trouve un truc pour le solo Honey, maintenant que tu as commencé, c'est ton tour !

— Non Katy c'est bon, lui répond ma femme toujours cachée, j'arrête là. J’ai fait ma part.

 Ta part, c’était de me tenir informée de tes déplacements ! je râle mentalement.

— J'ai une idée ! s'écrie Zoey. S’il te plait Livy, pour me faire plaisir, il faut que je t’entende encore, je veux ressentir ce frisson !

— Tu exagères Zoey, je l’entends lui répondre.

 Elle s'élance derrière le piano, se penche vers Livia probablement pour lui soumettre son idée. Puis elle part murmurer un truc à Laura qui se saisit de son IPad, pianote quelque chose dessus et le passe par-dessus l’instrument à une main qui la rattrape.

— Hey tu lui files quoi là ? l’interroge une jeune femme.

— La partition Nora ! l’informe Kate. Laissez-lui juste une minute pour la lire une fois avant. Et préparez-vous à perdre ! rigole-t-elle fierté. Elle va vous mettre la mine !

 Ça parait plutôt évident. Je suis pressé d’avoir une petite discussion avec ma femme, mais tout autant d’entendre comment elle va devancer tout le monde.

— Mais elle a déjà plein de point en danse ! râle la prénommée Nora.

— Vous l'avez cherché. Vous vouliez qu'elle chante, elle va chanter ! prévient Laura. Quand tu veux Baby. Après on fait le break. Cocktails et gâteaux !

Et mise au point.

— Tu ne m’as rien dit, grincé-je à l’attention de Scott à son oreille.

— Je ne pouvais pas vieux, désolé.

— Depuis combien de temps ?

— Tu auras cette conversation avec elle. Je vais déjà me faire étriper par Laura, murmure-t-il.

— C’est pour ça que tu nous as réunis ici ? le questionne Nick qui a l’oreille aussi affutée que Jaime.

— Pourquoi quoi ? demande Joshua suspicieux.

— Rien vieux.

 Il opine néanmoins et attend que Joshua s’occupe ailleurs, en filant vers sa compagne.

— Pourquoi ne m’a-t-elle rien dit ? sifflé-je entre mes dents.

— Du calme, Hayden, riposte-t-il. Elle pensait qu’elle allait te déranger. Evite de la faire fuir. C’est déjà un miracle qu’elle soit là pour nous aider avec l’organisation du mariage, ne gâche pas tout s’il te plait.

 C’est quoi le rapport avec sa cachoterie ?

Cherche, Einstein, se moque ma conscience.

 Puis Livia recommence à chanter. Du Whitney Houston, pas simple quand même le choix de ma belle-sœur. Jamie semble en mode boulot, très attentif.

Share my life
Take me for what I am
'Cause I'll never change
All my colors for you

Take my love
I'll never ask for too much
Just all that you are
And everything that you do

I don't really need to look
Very much further
I don't wanna have to go
Where you don't follow
I will hold it back again
This passion inside
Can't run from myself
There's nowhere to hide

 Plus personne n’émet un seul son, c’est à peine si nous respirons tant sa voix nous retire tout souffle. Jamie a perdu sa langue et est figé jusqu'aux ongles. J'ai même l'impression qu'il est en apnée, en admiration par tous ses sens. Il ne pourrait pas être plus concentré, je suis certain qu'il est dans sa bulle et hermétique à tout ce qui n'est pas Livia. Et je comprends, car si moi j'entends de mes oreilles d’amateur une voix époustouflante, je n'imagine même pas la puissance de ce que lui doit percevoir.

Don't make me close one more door
I don't wanna hurt anymore
Stay in my arms if you dare
Or must I imagine you there
Don't walk away from me
I have nothing, nothing, nothing
If I don't have you, you, you, you, you

— Divorce vite Hayden, et je l'épouse cette femme, me chuchote-t-il doucement avec un coup d'épaule.

— Très drôle. Tu es déjà marié.

— Zoey comprendra, réplique-t-il avec un clin d'œil. C'est une pure merveille pour les oreilles.

 Alors là, il peut toujours rêver.

Oui, il peut.

You see through
Right to the heart of me
You break down my walls
With the strength of your love

I never knew
Love like I've known it with you
Will a memory survive
One I can hold on to?

I don't really need to look

Very much further
I don't wanna have to go
Where you don't follow
I will hold it back again
This passion inside
I can't run from myself
There's nowhere to hide
Your love I'll remember forever

 La voix se fait plus forte, plus rauque à certains moments. Elle est à la fois puissante et douce, pure, vibrante. Pourtant simplement accompagnée d'un piano, sans aucun arrangement, sans répétition, c'est inimaginable d'entendre ça. Même moi, j'en suis conscient.

 Je me referme, hypnotisé, jusqu’à ce que des applaudissements se fassent entendre, et des sifflets, même venant de... nous. Raté pour la discrétion du coup, mais même Scott siffle.

— Livia, tu m'impressionnes à chaque fois baby ! déclare une fille qui a donc déjà entendu la voix de ma femme.

 Moi aussi elle m’impressionne, par sa propension à me tenir éloigné ; de tout.

— Bon, toi, tu ne chantes plus, fini ! intervient une autre, hilare.

— Si ! Attends Honey ! l'interpelle Kate alors qu'elle se levait. Fais ma chanson pour moi, s'il te plait. La fin au moins Livy, la supplie-t-elle les mains en prière.

— Elle l'a chantée à la gare de Paris avec des musiciens de rue, c'était génial ! scande Laura en se tapant les mains. Vas-y, juste ça Livy ! C'est du hors compétition, là !

 Elle se lève totalement. Mes yeux sortent de leurs orbites, attirés par le rouge coquelicot de sa petite robe. Livia se tient debout, les yeux fermés un court instant. Quelques notes au piano se font entendre une vingtaine de secondes, seules, puis...

No masters or kings when the ritual begins
There is no sweeter innocence than our gentle sin
In the madness and soil of that sad earthly scene

Only then I am human
Only then I am clean
Oh, oh, Amen, Amen, Amen

— Oh Livia ! On dirait du gospel ! Ou une diva ! s'extasie une fille.

 Livia ne cille pas. Elle continue, comme si elle était dans sa bulle. Loin de nous.

Take me to church
I'll worship like a dog at the shrine of your lies
I'll tell you my sins and you can sharpen your knife
Offer me that deathless death
Good God, let me give you my life
Take me to church
I'll worship like a dog at the shrine of your lies
I'll tell you my sins and you can sharpen your knife
Offer me that deathless death
Good God, let me give you my life.


_________________________________________


Notes :

I Have Nothing : Sortie en février 1993, interprétée par Whitney Houston, single extrait de l'Album Bodyguard, BO du film portant le même nom. "a chanson a été écrite par , et produit par David Foster." Source : Wikipédia

Je vous invite à aller écouter la Cover de Davina Michelle sur Youtube

Chandelier : Titre co-écrit par Sia et Jesse Shatkin et produit par et Shatkin, il est issu du sixième album de la chanteuse australienne " 1000 forms of fears ". Label : RCA Records. Source : Wikipédia

Cover à écouter : Charlotte Awberry

Take Me To Church : chanson écrite et interprétée par Hozier et sortie en 2013, issue de son album éponyme Hozier. Labels : Island Records, Columbia Records et Rubyworks. Source : Wikipédia

Je vous invite à aller(aussi ) écouter la Cover de Davina Michelle sur Youtube

Annotations

Recommandations

Line P_auteur
Quand Rose, jeune femme intrépide et un brin grande gueule fait ses valises un beau matin pour partir s'installer à l'autre bout du monde sans se retourner, elle sait ce qu'elle quitte, mais ne se doute pas un seul instant de ce qu'elle va trouver, là-bas. Pourtant, elle n'a pas choisi sa destination par hasard, mais rien ne l'avait préparé à un tel choc. Littéralement. Un camaïeu de couleurs, de gens, de cultures, perdu entre terre et montagnes, passé et présent, qui renferme bien plus de secrets que de réponses qu'elle n'était venue en chercher ; et pas que ...

Alors qu'elle pensait pouvoir se faire discrète, Rose s'aperçoit avant même son arrivée que ses prévisions étaient trop téméraires quand on a l'ambition de mettre les pieds dans une ville où même les roues ont des yeux et des oreilles. Une voiture capricieuse qui la lâche au mauvais moment et c'est la première secousse de son séjour pas réellement entamé, qui détruit définitivement son doux espoir d'anonymat. Une collision "titanesque" dont les tremblements ne sont pas que ceux de la tôle froissée.

A la tête des Dark Evil Lions, les bikers protecteurs de la cité, le ténébreux Titàn est l'incarnation même de l'attirante menace. Celle qu'on sait être agressive et prête à tout pour gagner, mais que l'on ne peut s'empêcher de vouloir toucher car irrésistible, et dont l'apparence n'est qu'une partie de la véritable valeur.

Accaparés par deux quêtes différentes, ils s'affrontent, se repoussent, se désirent, se haïssent, jusqu'à ce que la faucheuse elle-même ne sorte de l'ombre pour pointer de son outil aiguisé une question que nul ne se serait jamais posé: Qui est réellement pour eux, le plus grand spectre du danger ?

Doit-on vivre par amour, ou mourir pour lui?

Contient des scènes à caractère sexuel explicit
Public averti
Copie interdite, y compris utilisation des personnages dans d'autres œuvres

TOUS DROITS RÉSERVÉS©
Histoire protégée

Plagiat interdit selon Article L335-2, Modifié par LOI n°2016-731 du 3 juin 2016 - art. 44.
781
155
223
745
Line P_auteur
Elle pensait avoir tout prévu ... sauf l'imprévisible !

À vingt-cinq ans, Livia suit un chemin tracé dont elle seule détient la carte.
Abimée par les drames de son passé, elle aspire à une vie calme, ne laisse que peu de personnes entrer dans son cercle et a revêtu depuis longtemps un masque pour se protéger.

L'amour ? Pas pour elle; elle le fuit comme la peste, persuadée qu'elle gagnera toujours sa partie de cache-cache avec Cupidon.

Une meilleure amie, un week-end au pied levé à l'autre bout du monde et une dose d'alcool de trop, c'est la recette idéale pour que tout bascule ...

Star de cinéma mondialement connu, Hayden Miller entre dans sa vie telle une tornade inattendue. Entre attirance, rejets, nuits torrides, non-dits et secrets, leur petit contrat amis avec bonus; va raviver son corps et pourrait bien devenir quelque chose de plus ... à condition de s'en rendre compte.

Qui ouvrira les yeux en premier ? Les dangers sont-ils toujours les plus évidents ? Mais surtout ... Toutes les promesses sont-elles faites pour être tenues?

Quand le passé entache le présent, peut-il y avoir un avenir ?

Et si commencer par la fin était finalement la meilleure voie pour trouver son chemin ?


Contient des scènes à caractère sexuel.
Public averti : +18 ans
Copie interdite


TOUS DROITS RÉSERVÉS©
Plagiat interdit selon Article L335-2, Modifié par LOI n°2016-731 du 3 juin 2016 - art. 44.
Œuvre Protégée
1135
233
451
1165
Line P_auteur
[Histoire Terminée ]

Diplômée en Marketing, un emploi stable dans lequel elle prenait peu à peu ses marques, un toit sur la tête et même un futur mari, Elly pensait assez bien contrôler sa petite vie paisible. Sa seule bête noire, c'était sa famille. Ou du moins les quelques membres qui la composaient : des parents absents pourtant envahissants à distance qui voulaient depuis sa naissance régenter son existence, jusqu'à choisir sa voie professionnelle. Et elle ne savait pas encore à quel point ... jusqu'à un soir de février où Elly a tout compris, puis tout envoyé balader.

Sa vie, elle veut maintenant la recommencer loin, en laissant décider le hasard, pour une fois. Et elle va détester le résultat tout autant que son corps va l'adorer.

Il est autoritaire, arrogant, froid comme la glace mais pourtant chaud comme la braise. Une gueule d'ange sur une carrure d'Apollon, mais une attitude de démon. Il la fera enrager et est prêt à tout pour la faire fuir. Mais qui pliera en premier ?

Elle va devoir relever le défi : au fond, peut-il réellement y avoir un perdant ?
Quand l'expérience fausse le présent, comment voir la vérité qui brille de l'éclat de l'évidence ?

Contient des scènes à caractère sexuel.
Public averti
Copie interdite

TOUS DROITS RÉSERVÉS©

Plagiat interdit selon Article L335-2, Modifié par LOI n°2016-731 du 3 juin 2016 - art. 44.

Tous Droits Réservés
Œuvre protégée
2165
639
1617
1518

Vous aimez lire Line P_auteur ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0