2 - Demi-aveux et pendules à l'heure

16 minutes de lecture

Hayden.


— Livia est à l'hôpital.

     Un silence pesant s'installe, le temps que Scott et moi assimilions l'information. Moi, surtout. Même Joey a fermé sa grande bouche. Impossible d'avaler la boule de plomb qui vient de se loger dans ma gorge. D'instinct, je pense à un accident, mais je ne veux pas me laisser happer par de fausses infos.

— Qu'est-ce qu'elle a ? demandé-je en retenant mon souffle.

— Pour le moment, personne n'a de certitudes. Laura a parlé de son kyste comme piste, mais ça pourrait être n'importe quoi d'autre.

— Depuis quand ? le questionne Scott en rédigeant un message sans même regarder l'écran.

— Joshua l'a retrouvée dans la salle de bains, les secours l'ont transportée à l'hôpital, au Ronald Reagan.

— Kate est de garde ?

— Oui, lui répond mon frère. Elle s'en occupe mais n'a pas encore donné de ses nouvelles depuis l'arrivée de Livia à l'hôpital.

     Que Livia a une peur bleue des hôpitaux est ce qui me traverse la tête en premier. Tout le reste n'est qu'un mauvais nœud qui me retourne le bide.

— C'est bon, on va appeler Laura, annonce Scott. Et je vais réserver un jet, on rentre à L.A.

— Mais n'importe ! proteste Joey qui écoutait dans son coin. Tu as des engagements Scott, tu ne feras rien de plus à L.A qu'ici, tu n'es pas médecin.

— Rien à voir !

— Non, arrête tes conneries ! Tu rentreras demain soir comme prévu. Tu ne vas pas payer quarante mille dollars de jet, c'est ridicule ! s'exclame-t-il en levant les mains en l'air.

— C'est ma sœur ! Je fais ce que je veux de mon fric Joey !

— Ta belle-sœur ! LA SŒUR DE TA FEMME, Scott !

— Livia est ma famille aussi. Ma femme a besoin de moi et les événements familiaux font partie des raisons pour lesquelles on peut tout lâcher, et c'est exactement ce que je vais faire, immédiatement ! Nick, tu rentres aussi ?

— Évidemment !

— Oui bon allez, concède-t-il, pars avec Nick si tu veux, mais Sven reste pour Hayden al...

— Mais je pars aussi moi !

     Ses narines doublent de volume, son regard se teinte d'incompréhension une seconde puis de quelque chose que je n'arrive pas à définir.

— Et en quel honneur tu rentrerais toi ? m'interroge mon agent les yeux dans les yeux, me défiant silencieusement d'expliquer devant Scott que je couche avec Livia.

— Joey, grogne Jordan. Ne va pas trop loin !

Peine perdue...

— Quoi ? Tu ne veux rien dire ?

— Ta gueule Joey.

— Parce que tu étais nu entre les cuisses de cette gamine opportuniste vendredi matin quand je vous ai surpris dans son lit, c'est ça ?

— Ferme-là ! lui ordonné-je.

— Tu vas sauter dans un jet dès qu'une fille avec qui tu baises saigne du nez maintenant Hayden? Qu'est ce qui t'arrive à la fin !

     Qu'est-ce qu'il m'arrive à moi ?

— Attends, t'as dit quoi là ?

— Alors quoi ? Hayden t'a caché qu'il s'envoie en l'air ta sœur Scott ? Je les ai trouvés dans son lit à elle, au rez-de-chaussée, pas plus tard que vendredi matin ! clame-t-il comme si c'était la nouvelle du millénaire. Je m'en suis douté quand je n'ai trouvé Hayden nulle part alors que je venais de le réveiller par téléphone. Je suis allé vérifier et je suis tombé sur ce que je pensais. Quoi que, en pire. Ils étaient tous les deux nus et...

— Putain ta gueule espèce de sale con ! s'écrie mon frère. Va te faire soigner avec Julianne !

     Scott souffle, se tire sur les cheveux. Ce n'est pas du tout ainsi que je comptais qu'il apprenne mon rapprochement effectif entre Livia et moi. Nick s'est figé sous la surprise, même s'il ne doutait pas de mon attirance pour Livia. Jordan sait déjà tout ça et j'ai comme l'impression qu'il vit mal le truc lui aussi, mais pas pour les mêmes raisons que moi. Il apprécie vraiment Livia, et mieux vaut pour Joey qu'il apprenne à la fermer, car si ce n'est pas Jordan qui craque en premier, ce sera moi.

Il va y laisser des dents.

— T'es allé fouiner sans permission dans la chambre de Livia, Joey ? T'es rentré dans sa chambre? s'étrangle mon pote.

— Je ne vois pas encore à travers les portes figure toi ! Mais ne t'inquiète pas, à part ses jambes, je n'ai rien vu. Hayden était sur elle, j'ai surtout vu son cul à lui. Ils devaient être bien emboîtés à ce moment-là.

     Même pas. Mais ce n'est pas l'envie qui me manquait, pas même après la nuit démente qu'on venait de passer.

— Il a aussi traité Livia de « putain » et « petite pute de luxe qui allait se faire sauter par toute l'élite des États-Unis », si tu veux tout savoir Scott.

     Ne pouvant se retenir plus longtemps et voyant que je ne fais pas ce premier pas, mon frère jette de l'huile sur le feu. Il détourne aussi l'attention de mon agent afin que j'aie le temps de prévoir la suite. Suite que je ne trouve pas, mes idées ne se mettant absolument pas en place. Je bous, mais je frissonne de froid en même temps.

— C'est une blague là ? Tu as traité Livy de pute ? Et toi t'as rien dit ? se tourne-t-il vers moi rouge de rage.

— Mais pour qui tu me prends ? Livia m'a empêché de lui coller mon poing dans la figure, figure-toi ! Et elle s'est barrée avant de lui sauter à la gorge, putain ! Elle est rentrée chez ses parents le soir-même !

— J'en ai assez entendu, rappelle Sam, Nick s'il te plaît. On se barre d'ici, j'ai besoin d'air.

     À qui le dis-tu ?!

Californien, l'air.

— C'est tout ce que ça te fait Scott, de savoir que ton meilleur ami baise ta petite sœur ?

— Mais je sais qu'ils couchent ensemble, t'es à côté de la plaque, abruti ! Évidemment et heureusement pour eux d'ailleurs ! Le contraire serait inquiétant, lui assène-t-il en me jetant un regard en coin.

     Il me faut trois secondes pour que mes neurones s'enclenchent, mon ahurissement effacé. Je sais ce qu'il fait, il me crée une allée pour lâcher la bombe. Il continue :

— Et tu sais quoi ? Leur vie sexuelle ne regarde qu'eux, et toi, tu fais une fixette sur nos vies sexuelles depuis des années, paie-toi une putain de thérapie vieux ! Et rentrer dans sa chambre sans savoir dans quelle tenue elle est et sans son accord bordel, t'as de la chance qu'on ne soit pas seuls, parce que j'ai comme une envie de te démonter la gueule là !

— On est deux, dit Jordan.

— Trois, adjoint Nick qui ne dit rien mais entend tout.

— Mais vous vous entendez ? Hayden est prêt à planter des engagements professionnels importants parce qu'il couche avec...

     Ma femme.

— C'EST MA FEMME BORDEL DE MERDE JOEY ! hurlé-je à pleins poumons. LIVIA EST MA FEMME !

    Ça fait un bien fout.

Une droite aurait été aussi pas mal.

     Il se tait, net. Choqué. Joey n'est plus qu'une statue de lui-même et bordel, ça fait du bien de ne plus les entendre, lui et ses putains de conneries. On entend le silence raisonner avant que Jordan ne soupire, soulagé :

— Alléluia ! J'ai bien cru que tu ne le dirais jamais !

— Moi aussi, souffle mon meilleur ami.

— Pardon ? s'étrangle Joey. T'as dit quoi là, Hayden ?

— T'es sourd papi ? l'interroge Nick un sourcil levé et les mâchoires contractées.

— Livia est ma femme ! grondé-je encore en expirant de plus en plus fort pour ne pas écraser son visage contre une vitre. Nous sommes mariés, mari et femme, tu connais le concept, non ?

— Comment ? Quand ?

     Un rire amer m'échappe, et je ne suis pas le seul.

— Crois-moi que là, tout de suite, je n'ai aucune envie de te parler de ma vie privée. Aucune, et je n'ai plus de remords à avoir gardé le secret. Livia est bien ma femme, il est donc parfaitement légitime que je rentre, et aussi que nous dormions ensemble, du coup...

— En bas ? me demande-t-il soupçonneux.

— Livia aime la chambre du bas, point.

— Mais pourquoi tu ne...

— Ce ne sont pas tes oignons, siffle Jordan. N'aggrave pas ton cas.

— À toutes fins utiles, je te rappelle que nous avons une clause de confidentialité, tu n'as pas intérêt à l'ébruiter tant que je ne t'en aurai pas donné l'autorisation. Et tu devras aussi avoir celle de ma femme ! 

— Bon courage, marmonne Nick.

— Mais... Tu te fous de...

— Tu as interdiction d'en parler à qui que ce soit Joey, je le préviens un doigt tendu sous son nez, pas même à Clara !

— Mais Hayden, tu me dois quand même un...

     Mon poing dans sa tronche depuis vendredi, oui.

— Très peu de personnes sont au courant. Nous voulions garder ça pour nous, pour quelques temps, en dehors du champ médiatique et tu n'as pas à en savoir plus. Tu t'es uniquement positionné en manager-enfoiré depuis que tu as croisé Livia chez moi. Tu t'es exclu tout seul, assumes !

     Ok, mensonge, mais ma conscience s'en remettra.

— Mon boulot c'est de protéger ta carrière se défend-il.

— Ton boulot, ce n'est PAS de t'occuper de qui je mets dans mon lit ! Je pouvais l'accepter il y a six ou sept ans, parce que tu nettoyais encore mes conneries, mais plus maintenant. L'eau a coulé sous les ponts. Tu es resté bloqué dans le passé, j'ai passé trente ans et tu penses avoir un droit de validation sur les femmes que je fréquente. Scoop ! Ce n'est pas le cas, et à présent, tu comprendras que tes services sont encore moins requis sur ce sujet. Je suis marié, avec Livia, que ça te plaise ou non, j'en ai strictement rien à foutre !

— Je ne comprends pas pourquoi tu n'as rien dit. Depuis quand ?

— Aucune importance, là, je veux rentrer et être avec elle, tu peux encore comprendre ça ou c'est trop de demander ?

     Il opine, renfrogné dans son siège.

— D'une, je t'avais dit que je ne voulais plus voir Julianne, et elle était encore là. À cause d'elle, on a perdu du temps, et je te jure sur Emmy quE si tu me sors que je ne suis pas médecin, c'est toi qui auras besoin d'en consulter un aujourd'hui même !

Dans cinq minutes.

     Il ne dit rien, les yeux plissés, les traits tendus, fulminant de ne pas avoir été mis dans la confidence et de se retrouver comme un con, le sale con qu'il est, en ce moment.

— Je voulais t'en parler vendredi quand tu t'en es encore injustement pris à elle et que tu as sciemment violé son intimité, mais Livia m'a retenu, après que tu l'as quand tu l'as traité de «pute de luxe», parce qu'elle n'a pas confiance en toi. Et je commence à me demander si elle n'a pas raison !

— Attends, Hayden, blêmit-il à vue d'œil, stop...

— Non. Tu ne l'as jugée que sur son physique et en partant du principe qu'elle est simplement, selon toi, une petite groupie française à la recherche d'une fortune pour l'entretenir. Tu l'as catégorisée sans chercher à la connaître, à discuter avec elle. Ne lui en veux pas de t'avoir exclue de la nouvelle de notre mariage. 

— Mais Livia s'en fout du fric en plus ! Elle vivait sa vie tranquillement dans le sud de la France avant de rencontrer Hayden ! Elle n'a jamais aspiré à être ni riche ni connue ! rétorque Scott.

     Scott a compris que je ne dirai pas à Joey que notre mariage part d'une soirée arrosée pour protéger Livia. Tout comme Nick et Jordy, tous les deux sous pression. Ma femme a même conquis King Kong.

     Mais pas mon agent, qui, au lieu de faire amende honorable, s'enfonce un peu plus dans des sables mouvants desquels il va avoir bien du mal à se sortir -indemne :

— Elle n'aspire pas à plus que sa petite vie ? C'est une plaisanterie ! Vous n'y croyez pas vraiment j'espère ! crache-t-il acerbe. Cette fille avait moins de cinq cents euros sur son compte courant il y a deux jours ! Elle a une petite maison dont elle paie encore le crédit, quasiment la moitié de ses revenus. Elle n'a pas un salaire mirobolant, des dépenses médicales mensuelles ahurissantes, elle bosse plus de soixante heures par semaine...

     Je vais le tuer. Je vais le buter, c'est certain. Il a osé ?

Il s'est gêné !

— Comment tu sais ça toi ? le coupe Jordan sur la défensive.

     Mais je pense qu'il a compris, comme moi. C'est évident que Joey n'a pas pu s'en empêcher.

— J'ai fait faire une enquête rapide sur elle quand je l'ai vue chez Hayden. J'ai eu le retour hier, juste quelques infos sur son boulot et ses finances au cas où, minimise-t-il.

— Merde Joey, tu vas trop loin là ! l'invective Scott. T'as fait faire une enquête sur Livia ! Mais pourquoi ? Tu fais ça sur tout le monde ? Tu l'as fait sur ma femme aussi ?

— Je voulais savoir pourquoi elle était là, aux États-Unis ! À dormir chez Hayden ! Et oui, j'en ai fait une sur ta femme aussi, bien entendu. Mais cette fille-là, elle cherche le fric, c'est tout !

     Il est malade. Je ne le reconnais plus. Scott lui demande soudain :

— Tu vois Joey, tu te trompes sur toute la ligne. Depuis le début. Tu as fait mener une enquête sur Livia Gardini en France pas vrai ? Mais as-tu fait une recherche sur Livia McAlleigh aux US ?

— Non ! Elle est française.

— Tu aurais dû, elle est franco-américaine, et elle est là parce que Laura le lui as demandé, parce qu'elle est mariée avec Hayden, aussi. Et ma femme, tu as appris quoi ?

— Ta femme est américaine, née à Los Angeles, avocate diplômée de Harvard et d'un double cursus en France, récite-t-il. Mais ses ressources n'ont rien de comparable à celle de Livia voyons Scott.

— Livia est la sœur de Laura triple con ! Elles sont sœurs, Joey ! Elles portent le même nom de famille ici, tu piges ou pas ?

— Livia a été adoptée, oui et ?

— Elles viennent d'une famille aisée toutes les deux, espèce de parano de mes deux ! Livia n'a jamais voulu être entretenue par ses parents, c'est tout. Elle vit de ses propres ressources c'est son choix, merde !

— Et Livia est ma femme, interviens-je, par conséquent il n'y a plus à polémiquer sur son fric. Et pour ta culture perso, Livia ne m'a jamais demandé un seul dollar, alors tu vois, ma femme n'est pas la putain vénale que tu imaginais, parce que tu lui as dit ça aussi non ? « Pute vénale » ? répété-je.

—Si j'avais su...

— Mais merci pour l'état de son compte en banque français, elle sera ravie d'apprendre comment j'en ai eu connaissance et toi, tu vas devoir changer de planète. Elle va te faire la peau, et ne compte pas sur moi pour la retenir.

— Hayden je...

     Tu m'emmerdes, ouais !

— Stop ! Ferme-là. Pour la dernière fois, n'essaie plus jamais de me brancher avec Kirsten et si cette cinglée s'approche encore de ma femme, tu auras affaire à moi, c'est clair ?

— Ce serait plus simple si tu rendais ça public.

— NON !!  Non ! Livia n'est pas prête pour ça, et ma vie privée me regarde. J'en ai rien à foutre des envies et aspirations de Kirsten, de ses manigances, et de tout ce qu'elle pense sur un «nous» qu'elle s'invente jour après jour. Tu me fais chier avec Kirsten, Joey ! Elle et moi, c'est terminé, rentre-toi ça dans le crâne une bonne fois pour toute. J'ai cette femme en horreur et jamais je ne me remettrai avec elle, même pour tous les rôles du monde ! Toi qui passes ton temps à vouloir éloigner les sangsues de mon entourage, tu essaies de me caser avec leur reine depuis des années, alors que tu sais pourquoi ça c'est fini, elle et moi. Tu as un Alzheimer précoce ?

— Je vais lui parler.

— Fais surtout en sorte qu'elle comprenne, parce que s'il y a une prochaine fois au coup foireux que j'ai dû démentir tout à l'heure, je peux t'assurer qu'elle va déchanter quand je vais dépeindre la véritable garce qu'elle est aux médias ! Maintenant fais ton boulot et contente toi de ça ! Et commence à réfléchir à comment te de faire pardonner de manière sincère auprès de Livia.

— Comment ça ?

— C'est simple, ris-je sans joie en me pinçant l'arête du nez, si elle ne passe pas l'éponge, je ne le ferai pas non plus. Tu sais ce que ça veut dire, pas la peine de te faire un dessin. Maintenant, je ne veux plus t'entendre.

     Silence de plomb. Nick rappelle Sam qui reprend sa place au volant.

— C'est bon pour le jet, déclare Nick cinq minutes plus tard, s'étant chargé de tout.

     Journée de merde.

◆◆◆

     Vingt minutes plus tard et toujours dans un silence de cathédrale, Nick, Jordan, Scott et moi montons à bord du jet qui nous ramènera à L.A. Joey est pour le moment  relégué dans un cachot de mon esprit. J'ai échangé quelques messages avec Laura et Jess, mais toujours aucune nouvelle de l'état de Livia, ce qui n'arrange l'angoisse de personne. Tout ce que j'ai réussi à apprendre, c'est qu'elle a raté le rendez-vous avec sa sœur en ville, et que, comme promis, Kate lui a envoyé son compagnon.

     Entre temps, Livia l'a appelé, dans un état second apparemment, incapable de tenir une conversation, et répétant qu'elle avait mal avant de s'évanouir. Joshua aurait perdu du temps pour rentrer chez moi, Jane s'étant absentée. Depuis, Kate n'a donné aucune nouvelle.

     Nous nous installons tous les quatre dans le coin salon, l'hôtesse nous propose déjà un rafraîchissement, mais il nous faut quelque chose de beaucoup plus fort. Je ronge mon frein, essaie de camoufler mon stress.

     Scott ne m'a toujours pas posé de question sur ce que Joey a révélé tout à l'heure, je ne sais pas si c'est bon signe ou non. Malgré ses interrogations ces derniers temps, je n'avais jamais admis ma relation avec Livia, ni que nous avions déjà couché ensemble. J'imagine qu'à présent, il interprète mes silences par un mensonge, alors que je ne faisais qu'essayer de tenir ma promesse faite à Livia. Je sais qu'il faut crever l'abcès tout de suite, avant que nous ne rentrions, quand notre seul souci ne sera plus que la santé de Livia. Après tout, Jordy sait, Nick s'en doutait, et nous sommes en famille, alors allons y gaiement.

— Scott il faut qu'on en parle, non ?

— De comment je vais faire ma peau à ce trou du cul d'Herrera ? Ne t'inquiète pas mon frère, je suis déjà en train d'y songer ! Et tout est classé gore, je t'assure ! Quant à Julianne, elle ne paie rien pour attendre, cette garce !

     Il me tapote l'épaule en signe de soutien. Là, je suis perdu.

Et complétement con, aussi.

     Euh oui, aussi. J'aime l'idée mais encore faut-il que je sois encore sur mes deux jambes pour aider Scott dans son entreprise.

— Je ne parlais pas de ça, Scott.

     Il se tourne vers moi et plante ses yeux bleu-gris étonnés dans les miens :

— Et de quoi veux-tu qu'on parle alors, Hayden ?

     Un léger rictus railleur fend sa bouche, mais je n'arrive pas à déterminer s'il se fout de ma gueule et attend que j'expie mes péchés avant de rugir ou s'il est prêt à me sauter à la gorge tout de suite sans confession préalable.

— De ce qu'a dit Joey à propos de Livia et moi vendredi matin. Ne joue pas avec mes nerfs, l'imploré-je presque en m'enfonçant dans mon siège, la tête en arrière et les mains frottant mon visage pour gommer cette merde. J'ai eu ma dose entre Kirsten et Julianne. Et maintenant Joey, et Livia à l'hôpital! Je ne pouvais pas t'en parler ! Livia m'avait fait promettre de ne rien dire !

     Scott éclate d'un rire franc, suivi par Nick, puis mon frangin. Super le soutien ! Ils me font quoi, là ?

— Hayden, Hayden, Hayden, frérot, sérieux ! Tu crois que Joey m'a appris quelque chose ? me demande-t-il les larmes aux yeux. Merde ! On se connaît depuis l'adolescence, je savais déjà pour Livy et toi !

— Quoi ?

— Oui, bien sûr que je savais ! Je vais crever l'hispano pour être entré dans sa chambre et ce qu'il lui a dit, mais je savais pour vous vieux !

— Quoi ? Comment ? Jordan ? pivoté-je vers mon frère.

     Il mime un non de la tête.

— On le sait tous, valide Nick en les englobant. Tous les trois.

     Ok pour Jordan, oui il nous a vus dans ma cuisine et nous a couverts samedi soir. Il avait des soupçons depuis Londres. Mais Scott et Nick ? Jordan se marre de plus belle de mon incompréhension, pour ne pas dire incrédulité. Génial !

— Qui alors ?

— Livy n'a rien dit si c'est ce que tu te demandes, m'informe Scott. Et je n'ai rien dit à Laura non plus. Mais Hayden, c'est écrit sur ton front à chaque fois que tu la regardes !

— Qu'elle me plait ? Je ne m'en cache pas, m'offusqué-je vexé.

— Qu'elle te plait, que c'est chasse gardée, que tu as bien des raisons de ne pas supporter qu'un autre la matte sans vergogne, ta sexy-coloc-le-volcan ! raille Nick.

— Et que vous êtes intimes, gros nigaud ! se bidonne Scotty, les larmes aux yeux, l'enfoiré. Tu devrais prendre des cours de comédie avec elle, d'ailleurs ! Conseil d'ami mon frère, elle est bien meilleure que toi pour feindre l'indifférence !

     Ou pas.

— Ça c'est sûr !

     Nick enfonce le couteau.

     Mais ils se foutent de ma gueule !

     Merveilleux, ai-je dit que je sentais la journée de merde ? Bon, au moins, le pire est arrivé, enfin j'espère. Je ne tomberai pas plus bas.

— Nous ne sommes pas ensemble les gars ! On passe simplement du bon temps tous les deux, entre adultes consentants. Et Livia ne joue pas, maugrée-je. Elle est vraiment comme ça, détachée. Enfin sauf...

     Ouais, sauf là, quand elle se lâche dans mes bras.

— Ferme là Hayden ! Vu l'état de ton dos, ce n'est pas la peine de développer, m'ordonne Scott soudain prude comme un puceau, j'ai très bien compris hier soir que c'est vraiment bouillant entre vous.

     Mon dos ?

— Qu'est-ce qu'il a son dos ? s'enquiert Jordan aux aguets.

— D'après ce que j'ai aperçu hier et ce matin, les stigmates d'un moment très intense avec sa femme... répond mon pote avec un clin d'œil.

     Samedi soir. L'hôtel. Les désirs inattendus de Livia. Ses griffures sur ma peau.

     Intense. C'est le mot. Tout l'est avec elle.

     Y compris la peur qui me ronge les tripes.

Annotations

Recommandations

Line P_auteur
Quand Rose, jeune femme intrépide et un brin grande gueule fait ses valises un beau matin pour partir s'installer à l'autre bout du monde sans se retourner, elle sait ce qu'elle quitte, mais ne se doute pas un seul instant de ce qu'elle va trouver, là-bas. Pourtant, elle n'a pas choisi sa destination par hasard, mais rien ne l'avait préparé à un tel choc. Littéralement. Un camaïeu de couleurs, de gens, de cultures, perdu entre terre et montagnes, passé et présent, qui renferme bien plus de secrets que de réponses qu'elle n'était venue en chercher ; et pas que ...

Alors qu'elle pensait pouvoir se faire discrète, Rose s'aperçoit avant même son arrivée que ses prévisions étaient trop téméraires quand on a l'ambition de mettre les pieds dans une ville où même les roues ont des yeux et des oreilles. Une voiture capricieuse qui la lâche au mauvais moment et c'est la première secousse de son séjour pas réellement entamé, qui détruit définitivement son doux espoir d'anonymat. Une collision "titanesque" dont les tremblements ne sont pas que ceux de la tôle froissée.

A la tête des Dark Evil Lions, les bikers protecteurs de la cité, le ténébreux Titàn est l'incarnation même de l'attirante menace. Celle qu'on sait être agressive et prête à tout pour gagner, mais que l'on ne peut s'empêcher de vouloir toucher car irrésistible, et dont l'apparence n'est qu'une partie de la véritable valeur.

Accaparés par deux quêtes différentes, ils s'affrontent, se repoussent, se désirent, se haïssent, jusqu'à ce que la faucheuse elle-même ne sorte de l'ombre pour pointer de son outil aiguisé une question que nul ne se serait jamais posé: Qui est réellement pour eux, le plus grand spectre du danger ?

Doit-on vivre par amour, ou mourir pour lui?

Contient des scènes à caractère sexuel explicit
Public averti
Copie interdite, y compris utilisation des personnages dans d'autres œuvres

TOUS DROITS RÉSERVÉS©
Histoire protégée

Plagiat interdit selon Article L335-2, Modifié par LOI n°2016-731 du 3 juin 2016 - art. 44.
781
155
223
745
Line P_auteur
Elle pensait avoir tout prévu ... sauf l'imprévisible !

À vingt-cinq ans, Livia suit un chemin tracé dont elle seule détient la carte.
Abimée par les drames de son passé, elle aspire à une vie calme, ne laisse que peu de personnes entrer dans son cercle et a revêtu depuis longtemps un masque pour se protéger.

L'amour ? Pas pour elle; elle le fuit comme la peste, persuadée qu'elle gagnera toujours sa partie de cache-cache avec Cupidon.

Une meilleure amie, un week-end au pied levé à l'autre bout du monde et une dose d'alcool de trop, c'est la recette idéale pour que tout bascule ...

Star de cinéma mondialement connu, Hayden Miller entre dans sa vie telle une tornade inattendue. Entre attirance, rejets, nuits torrides, non-dits et secrets, leur petit contrat amis avec bonus; va raviver son corps et pourrait bien devenir quelque chose de plus ... à condition de s'en rendre compte.

Qui ouvrira les yeux en premier ? Les dangers sont-ils toujours les plus évidents ? Mais surtout ... Toutes les promesses sont-elles faites pour être tenues?

Quand le passé entache le présent, peut-il y avoir un avenir ?

Et si commencer par la fin était finalement la meilleure voie pour trouver son chemin ?


Contient des scènes à caractère sexuel.
Public averti : +18 ans
Copie interdite


TOUS DROITS RÉSERVÉS©
Plagiat interdit selon Article L335-2, Modifié par LOI n°2016-731 du 3 juin 2016 - art. 44.
Œuvre Protégée
1135
233
451
1165
Line P_auteur
[Histoire Terminée ]

Diplômée en Marketing, un emploi stable dans lequel elle prenait peu à peu ses marques, un toit sur la tête et même un futur mari, Elly pensait assez bien contrôler sa petite vie paisible. Sa seule bête noire, c'était sa famille. Ou du moins les quelques membres qui la composaient : des parents absents pourtant envahissants à distance qui voulaient depuis sa naissance régenter son existence, jusqu'à choisir sa voie professionnelle. Et elle ne savait pas encore à quel point ... jusqu'à un soir de février où Elly a tout compris, puis tout envoyé balader.

Sa vie, elle veut maintenant la recommencer loin, en laissant décider le hasard, pour une fois. Et elle va détester le résultat tout autant que son corps va l'adorer.

Il est autoritaire, arrogant, froid comme la glace mais pourtant chaud comme la braise. Une gueule d'ange sur une carrure d'Apollon, mais une attitude de démon. Il la fera enrager et est prêt à tout pour la faire fuir. Mais qui pliera en premier ?

Elle va devoir relever le défi : au fond, peut-il réellement y avoir un perdant ?
Quand l'expérience fausse le présent, comment voir la vérité qui brille de l'éclat de l'évidence ?

Contient des scènes à caractère sexuel.
Public averti
Copie interdite

TOUS DROITS RÉSERVÉS©

Plagiat interdit selon Article L335-2, Modifié par LOI n°2016-731 du 3 juin 2016 - art. 44.

Tous Droits Réservés
Œuvre protégée
2165
639
1617
1518

Vous aimez lire Line P_auteur ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0