Interrogations

4 minutes de lecture

  Après un instant de silence, l'ange se décida à lever les yeux vers Athalie. La jeune femme le dévisageait sans bouger. Était-elle surprise qu'il ait répondu ou par son nom ? Samaël serra les poings, tendu par cette seconde perspective. Comme il savait que les humains connaissaient le nom de certains de ses frères célestes, il avait hésité un moment avant de donner le sien à Lili, au cas où ce soit également son cas. Cependant, après réflexion, il avait décidé de lui dire : avant de la rencontrer avec son aïeule, il n'avait jamais eu aucun contact avec l'humanité ; il n'y avait aucune raison que les hommes aient eu vent de son existence. Et puis, il devait déjà garder tant de secrets qu'il souhaitait au moins que la jeune femme connaisse cette vérité. Avait-il commis une nouvelle erreur en s'autorisant cet écart ? Les hommes savaient-ils finalement qui il était ?

  Lorsque son regard croisa celui de Lili, cette dernière cilla plusieurs fois avant de revenir à elle.

  — Samaël ? répéta-t-elle.

  Il opina de la tête, toujours aussi crispé. C'était si étrange pour lui de l'entendre l'appeler, d’entendre sa voix prononcer son nom… Jusqu'à ce jour, seuls ses frères et son Père l'avaient fait.

  Un sourire totalement différent de celui de tout à l'heure fleurit sur le visage de la guérisseuse : seul un coin de ses lèvres se releva. L'air espiègle qu'il peignit sur ses traits apaisa aussitôt Samaël. Elle se remit à le débarbouiller avec plus d'entrain, pressant son linge sur sa joue couverte de sang, sans aucune délicatesse.

  — Samaël... répéta-t-elle à nouveau, pensive. C'est la première fois que j'entends quelqu'un s'appeler ainsi. C'est un très beau nom... Pouvez-vous aussi me dire votre âge ou c'est de nouveau trop indiscret ? Je dois avouez que cela m'intrigue beaucoup... En vous regardant, je vous donnerais la trentaine, mais comme vous n'avez pas pris une ride depuis mes cinq ans...

  Son âge ? Samaël n'en avait pas la moindre idée. Comme tout ange, il était éternel ; le temps n'avait aucun effet sur lui. Dieu l'avait créé ainsi à l'aube du commencement. Combien d'années s'étaient écoulées depuis ? Des millions ? Des milliards ? Cela lui semblait à la fois si proche et si lointain... Il se rappelait encore du jour où il avait ouvert les yeux pour la première fois, de celui où son Père l'avait choisi pour être le reflet de sa Colère, du long combat que lui et ses frères avaient mené pour chasser les démons en enfer, de la violence des affrontements, des morts tombés durant la bataille, de la naissance du monde et de l'humanité, du jour où Dieu lui avait donné pour mission d'exterminer toutes créatures infernales qui oseraient poser le pied sur Terre... Tout, il se souvenait de tout.

  L’ange resta plongé dans ses pensées un moment, puis, petit à petit, les bribes de son passé se dissipèrent et il revint à l'instant présent. Il remarqua seulement qu'Athalie avait arrêté de frotter le sang sur sa peau et qu'elle l'observait avec bienveillance.

  — Tout va bien ? s'assura-t-elle.

  Il détourna les yeux, gêné par ce moment d'égarement.

  — Oui, navré, je réfléchissais... Pour mon âge, je pourrais te répondre puisque tu as vu que je n'avais pas changé depuis notre rencontre... mais je ne le connais pas.

  — Pas du tout ?

  — Non... Je sais juste que j'existe depuis longtemps.

  Athalie assimila cette information d'un geste de la tête, puis elle ôta la dernière trace de rouge sur son cou.

  — Voilà, souffla-t-elle en passant son bras sur son front. Au dos maintenant.

  Alors qu'elle commençait à contourner la table, Samaël referma la main autour de son poignet. La guérisseuse se stoppa sur le champ, un sourcil haussé.

  — Qu'y a-t-il ? demanda-t-elle, interloquée.

  — J'ai... une plaie assez profonde... sur l'omoplate.

  Il aurait préféré qu'elle ne la voit pas, mais vu le caractère de la jeune femme, il ne serait pas parvenu à la convaincre d'interrompre ses soins avant qu'elle n'ait terminé. Aussi, avait-il tenu à l'avertir avant qu'elle ne la découvre. Elle avait déjà été ébranlée par ses blessures superficielles... Comment allait-elle réagir pour la pire d'entre elle ?

  Le regard de Lili se durcit. Elle se libéra de la poigne de l'ange, puis reprit son chemin. Samaël n'eut pas besoin de se retourner pour savoir quand les yeux de la jeune femme se posèrent sur son entaille. Les pas de cette dernière s'arrêtèrent avant qu'elle n'arrive derrière lui, son souffle se coupa.

  — Mais... pourquoi ne s'est-elle pas refermée ? demanda-t-elle après une poignée de secondes.

  — Elle est différente des autres, expliqua-t-il.

  — Donc elle ne va pas guérir aussi rapidement ?

  — Non...

  — Coquard ! Vous auriez dû me prévenir tout de suite !

  — Ce n'est rien, répliqua-t-il. Même si cela va prendre plus de temps, elle va se refermer.

  — Ce n'est pas une raison pour rester avec une plaie béante en attendant ! En plus, les choses accéléreront forcément si on s'en occupe !

  N'ayant jamais eu de soins au cours de sa longue existence, Samaël n'avait pas pensé à cette possibilité. Lili avait peut-être raison...

  — Que peux-tu faire ? s'enquit-il.

  — La recoudre.

  Il fronça les sourcils, perdu. La guérisseuse vit tout de suite qu’il ne comprenait pas ce qu'elle lui racontait et s'empressa de chercher le matériel nécessaire. Samaël l'observa se saisir d'une bobine de fil épais, ainsi que d'une aiguille qu'elle passa au-dessus de la flamme d'une bougie. Elle glissa le fil dans le chat tout en revenant vers lui.

  — Je vais rapprocher les deux bords de la plaie grâce à ce fil. Ensuite, il faudra le laisser jusqu'à la cicatrisation complète.

  L'ange visualisa enfin ce qu'elle voulait lui faire et ses yeux s'écarquillèrent d'effroi.

  — Non... tu ne peux pas faire ça, dit-il d'une voix blanche.

  — Pourquoi ?

  — Parce que...

  Samaël ravala ses mots avant qu'ils ne franchissent ses lèvres. Il ne pouvait se justifier sans dévoiler sa nature. Si Lili refermait son dos par cette méthode, laissait ce fil dans sa chair...

  — Vous ne pourriez plus sortir vos ailes ?

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Gepetto ROSSI
Une petite fable (d'auteur inconnu) écrite il y a [probablement] deux siècles (au XXIème). Je ne suis pas sûr de l'avoir bien comprise. Peut-être que vous...
2
4
6
3
staringdead
Its a slam text.
0
0
0
2
Ball of e-motion
La maison se dressait à flanc de montagne, imposante, impassible... Patiente.
5
3
0
7

Vous aimez lire Asa No ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0