La fin de l'accalmie

3 minutes de lecture

  La défaite d'Azazel coûta très cher à l'Enfer. Le nombre de démons qui s'en échappaient chuta drastiquement, privés de l'énergie gaspillée pour avoir permis au Prince de gagner la Terre. Le peu qui y parvenait ne présentait qu'une force misérable, bien insuffisante pour faire face à Samaël, tandis que l'ange, à peine remis de ses blessures, avait repris sa lutte.

  Grâce à sa dévotion sans faille, il parvint, pour la première fois depuis la chute de Lucifer, à faire pencher le combat éternel qui opposait le Paradis et l'Enfer en faveur du Royaume de son Père. Cependant, il savait que cette embellie ne durerait pas. Sous peu, Satan aurait recouvré suffisamment de force pour envoyer de plus puissants sujets dans le monde des hommes. Déjà, Samaël recommençait à avoir du mal à les sentir dans les corps des possédés.

  Et l'un d'eux finit par lui échapper, signant la fin de l'accalmie.

  Le principauté le traqua des jours durant avant de le trouver. À la seconde où il l'arracha de son hôte, une dizaine de démons se jetèrent sur lui. Cette embuscade se solda par un échec. Bien qu'assailli de tous côtés et malgré les coups qu'il recevait, Samaël les terrassa un par un. Lorsque le dernier tomba, il se retrouva seul, le souffle court, au milieu des dépouilles de ses ennemis devenus poussière.

  –S'il... S'il vous plaît...

  À ce murmure, il se tourna vers l'homme étendu dans l'herbe. Depuis qu'il l'avait exorcisé, toutes les blessures qu'il avait reçues au cours de sa possession et que le pouvoir du démon avait soignées étaient réapparues. Ses membres étaient brisés, sa peau lacérée, et ses organes transpercés. Il n'y survivrait pas.

  –Ai… aidez-moi.

  Samaël s'agenouilla à ses côtés. Il pourrait le sauver en lui offrant son miracle mais maintenant qu'il avait été possédé une fois, cet homme deviendrait une cible privilégiée des démons. Il ne lui infligerait pas pareil destin.

  Il posa une main sur son épaule.

  –Homme n'ait crainte, car le royaume des cieux s'ouvre à toi.

  –Ma... Ma famille...

  Samaël ferma les yeux et se lia aux pensées du mourant. L'image d'une bourgade traversa son esprit, puis celle d'une maisonnée, d'une église, d'un jeune prêtre...

  Son fils.

  –Je te mènerai à lui, je t'en donne ma parole. Repose en paix à présent.

  Un fin sourire se dessina sur le visage de l'homme et il rendit son dernier souffle.



  L'ange se posa dans une petite ruelle de la ville endormie, à quelques pas de l'église, et rangea son magnifique plumage. Désormais vêtu de son apparence humaine, il se dirigea vers l'édifice sous le soleil de l'aube naissante. Il venait tout juste de l'atteindre que la porte s'ouvrit de l'intérieur sur un homme au visage tanné. La main encore sur le bois, il se figea. Son regard glissa de Samaël, couvert de sang, au corps qu'il avait dans les bras.

  –Crédidiou ! s'exclama-t-il. L'cordonnier !

  –Son fils ? fit Samaël.

  Sous le choc, l'humain le conduisit à la petite sacristie où un prêtre priait à genoux devant l'autel.

  –Père Éloi...

  Le curé se tourna vers eux et se pétrifia en reconnaissant le corps. L'ange le déposa à ses pieds, alors que son guide ressortait, les laissant seuls.

  –Comment... Que..., fit le prêtre.

  –Un démon l'habitait.

  Il perdit son souffle.

  –Si... Si le Malin l'a possédé, alors son âme...

  –Est auprès de mon Père, déclara Samaël.

  Eloi releva vivement les yeux et le dévisagea, interdit. L'essence divine de cet inconnu finit par caresser ses sens émoussés par la mort de son père. Comprenant soudain à qui il avait affaire, il lui demanda de bénir le défunt. L'ange hésita une seconde. Il l'avait déjà fait et devait reprendre sa mission, mais il sentait à quel point le prêtre en avait besoin. Il ne pouvait décevoir un homme qui consacrait sa vie au service de Dieu. Alors il accepta, apposa ses mains sur le corps et laissa sa grâce le parcourir.

  Son œuvre terminée, il quitta le curé. Dans l'église, il croisa à nouveau l'homme tanné, le visage rougi et à bout de souffle. Il le salua brièvement d'un hochement de tête et le dépassa.

  –Attendez, M'ssire. Vous allez où ?

  –Mon travail m'attend.

  –Mais... Vous saignez ! À c't'heure les mires sont p't-être pas l'vé mais la cht'iote, oui. Ch'té la chercher pour vous, elle arrive.

  Les lèvres de Samaël s'étirèrent légèrement. Pourquoi les humains voulaient-ils tous le soigner ?

  –Je te remercie pour ton aide, homme. Mais ce ne sera pas nécessaire.

  Sur ces mots, il reprit son chemin et quitta l'église. Alors qu'il fermait la porte, il aperçut une femme courir dans sa direction. Ses longs cheveux blonds battaient au vent. Arrivée à quelques pas de lui, elle se figea brusquement, les yeux complètement exorbités. Tout ce qu'elle avait en main finit par terre, se brisant dans un grand fracas.

  –Vous…

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Gepetto ROSSI
Une petite fable (d'auteur inconnu) écrite il y a [probablement] deux siècles (au XXIème). Je ne suis pas sûr de l'avoir bien comprise. Peut-être que vous...
2
4
6
3
staringdead
Its a slam text.
0
0
0
2
Ball of e-motion
La maison se dressait à flanc de montagne, imposante, impassible... Patiente.
5
3
0
7

Vous aimez lire Asa No ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0