Miracle

2 minutes de lecture

  Les rayons du soleil caressaient son visage. La brise légère d'une belle journée de printemps soufflait sur sa peau. Le parfum de la verdure chatouillait ses narines. Doucement, Samaël revenait à lui. Son corps était encore lourd mais il avait survécu à son combat. Soudain, un linge humide passa sur son front alors que des doigts frôlaient délicatement sa joue, déposant un baume apaisant sur ses griffures. Troublé, il ouvrit les paupières et se retrouva face à une petite fille blonde, penchée vers lui. Son regard croisa le sien. Ses yeux noisette s'agrandirent et elle recula brusquement en poussant des petits sons paniqués. Samaël ne réagit pas, interdit. Depuis la nuit des temps, il tuait des démons pour protéger les humains, mais c'était la première fois qu'il était aussi proche de l'un d'entre eux.

  Un mouvement à sa gauche attira son attention. Une vielle femme tassée par l'âge était à genoux à ses côtés, un mortier rempli d'onguent sur les jambes.

  — Ne vous inquiétez pas, Messire, vous êtes entre de bonnes mains, je suis guérisseuse. Lili, viens m'aider.

  Lentement, l'enfant la rejoignit et préleva du baume. Puis, d'une main hésitante, elle en apposa sur les morsures à la gorge de l'ange.

  Leurs soins étaient superflus ; sous peu, les plaies qui marquaient encore sa peau se résorberaient, comme celles plus mortelles l'avaient déjà fait. Mais Samaël les laissa faire, intrigué par ces humaines. Son corps maculé de sang devait être terrifiant, il sentait d'ailleurs la peur de la fillette, et pourtant, elles l'aidaient.

  — Quelle horrible bête vous a fait ça ? S'enquit la guérisseuse.

  Les muscles de Samaël se tendirent. Il ne pouvait s'attarder ici. Il avait peut-être renvoyé Azazel en Enfer, mais des démons profanaient toujours la Terre et d’autres ne tarderaient pas à arriver à leur tour. Il ne se reposerait qu'une fois leur éradication totale.

  Il se releva en ramassant son épée, alors que les humaines le soignaient encore. L'enfant poussa un étrange petit cri et courut se cacher derrière les jupes de l'ancienne. Il posa les yeux sur elles. Ces femmes avaient fait preuve d'une grande bonté envers lui, elles méritaient compensation.

  — Femmes, comment puis-je vous remercier pour vos bienfaits ?

  — Votre reconnaissance nous est suffisante, Messire. Le Seigneur est bon avec notre famille, nous n'avons besoin de rien.

  À ces mots, la petite fille baissa les yeux et Samaël sentit la profonde tristesse qui la gagna. De nouveau intrigué par son comportement, il s'accroupit à sa hauteur.

  — Et toi, mon enfant, que désires-tu ?

  Elle releva les yeux et émit encore de drôles de petits sons. L’aînée la serra contre elle, le visage compatissant.

  — Ce qu'elle veut, vous ne pouvez lui apporter.

  — Qu'est-ce donc ?

  — Une voix.

  La fillette était muette.

  L'ange l'observa avec attention puis posa sa paume sur ses cheveux dorés.

  — Alors je te fais don d’une voix.

  Sa grâce se déversa en elle. Un humain ne pouvait recevoir qu'un seul miracle au cours de sa vie, aussi fallait-il réfléchir à sa nécessité avant de lui octroyer. On pouvait vivre muet, mais l'enfant en souffrait terriblement. Alors, pour la première fois, Samaël accorda son miracle à un humain. Puis il les quitta et retourna au Paradis.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Vous aimez lire Asa No ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0