Chapitre III - Rencontre, discussion et désespoir

3 minutes de lecture

« Bonsoir, toi ! lança une voix joyeuse qu’il ne lui semblait pas connaître.

- Bonsoir… qui est-ce ? Ella, c'est toi ? Où es-tu ? répondit-il en cherchant la source de la voix.

- Non, moi ce n’est pas Ella ! Tu ne me vois pas ? Je suis sur ta droite ! »

Nox regarda donc à droite. Il scruta bien les environs mais ne vit rien. Sa vision s’obscurcit, les bords devinrent noirs, puis il la vit. Une fille, d’environ son âge. Les cheveux bruns longs jusqu’aux genoux, entremêlés avec des brindilles et des fleurs. De grands yeux bleus, un sourire joyeux. De taille moyenne. Une robe s’un gris brillant, étrange, laissant voir ses épaules, épousant ses formes, longue jusqu’au-dessus de ses chevilles. La fille brillait entièrement. Mais Nox ne la voyait pas bien, elle était comme de l’eau, impossible à attraper.

« Alors… qui es-tu ?

- Et toi, qui es-tu ?

- Moi, je suis celui que l’on appelle Nox.

- Mais ce n’est pas le nom qui t'as été donné à ta naissance ?

- On ne m'en a pas donné. Ce sont mes amis qui m’est ont donné un.

- Oh. Mais que fais-tu ici, Nox ?

- Eh bien, je vis ici, c’est tout. Où veux-tu que j’aille ?

- Je ne sais pas, moi, partout ! Moi, je m’appelle Amaza.

- Et que fais-tu ici, Ama… Ama… Je n’arrive pas à dire ton nom !

- Oui, c'est normal. Moi… je me promène. Je viens voir mes anciens clients, en quelque sorte.

- Ah… tu connais toutes les âmes du cimetière ?

- Non. Il y en a une que je ne connais pas. La tienne. Du coup, je me suis dit que… je pourrais l’apprendre. Bon, au revoir mon cher Nox, on m’appelle !

- Au revoir, Ama ! »

Mais la fille n’avait pas dû l’entendre, elle avait tout simplement… disparu. Nox resta perplexe après cette étrange discussion. Que c'était-il passé ? Qui était vraiment cette fille ? Qui l’appelait ?

Nox se leva pour marcher. Marcher l’aidait souvent à réfléchir. Mais cette fille était une énigme complexe. Il n’avait pas assez d’éléments pour la résoudre. Il marcha toute la nuit, sillonnant le cimetière.

Le lendemain, il joua avec des âmes d’adolescents. Ella, Gaspard et Alice. Nox aimait beaucoup Ella la farceuse.

« Dis, Nox, tu es bizarre aujourd'hui, fit-elle remarquer. Enfin, plus d’habitude, je veux dire. Qu’est-ce qu’il y a ?

- Non… rien, ne vous inquiétez pas.

- Tu es sûr ? vérifia Alice.

- Oui.

- C'est à cause de ce qu’à dit Marc ?

- Comment le savez-vous ? demanda Nox, intrigué.

- Eh bien, on t’a vu parler avec lui, hier. Mais on n’a rien entendu ! expliqua Gaspard.

- Oh, oui, d’accord.

- Vous avez parlé de quoi ? s’enquit Ella.

- Ella, tu fais encore ta miss je veux tout savoir ! remarqua Alice. Peut-être qu’il ne veut pas en parler !

- Marc m'a parlé de la mort.

- Oh, firent ses amis, soudainement très peu bavards et enjoués.

- Il m'a parlé de sa femme, Jeannette... m'a expliqué qu'ils avaient étés séparés et... oh ! >>

Le nom de la fille lui disait quelque chose. Il comprenait maintenant. Il avait trop été occupé par ce que lui expliqué Marc pour se rappeler ce nom qu'il avait glissé dans ses paroles.

Il marmonna quelque excuse et parti, laissant ses amis en plan. Nox chercha longuement Marc mais ne le trouva pas. Il alla s'asseoir au pied du mausolée et s'appuya contre l'un de ses murs fissurés. Le jeune homme savait, maintenant, que tous ses amis lui avaient caché des choses. Des choses que tout le monde sait. Sauf lui. Les villageois aussi ne lui avaient rien expliqué. Tout le monde le lui avait caché des choses. Tout le monde lui avait caché ce qu'était la vie ! Il avait envie de hurler. Une partie de lui voulait s'allonger sur la pierre froide du mausolée jusqu'à ce que son corps soit plus froid que la pierre elle-même.

Nox se releva et grimpa sur le toit instable du mausolée, un exercice qu'il n'avait pas réalisé depuis des années. Puis il se redressa, bien droit sur le toit, dominant ainsi le cimetière tel un ange. Il écarta les bras, embrassant le ciel. Et lâcha un cri silencieux empli d'une douleur intense. Bien que ce cri fut silencieux, toutes les âmes le ressentirent et les glaça. Les larmes coulaient à flot sur les joues de leur Nox, et elles ne pouvaient pas l'aider. Un nouveau cri, un nouveau frisson. Cela continua encore un certain temps, qui paru bien long et insupportable à tous. Entre temps la pluie s'était mise à tomber, comme si le ciel pleurait avec le garçon perché sur le toit d'un mausolée ancien les bras ouverts.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Défi
Lurhann
Pour certains, c'est être dans l'eau la plus profonde qui les tétanisent. Pour d'autres, c'est d'être dans une forêt remplit de spectres ou de fantômes qui glacèrent le sang de beaucoup. Et si vous croyez que la folie ou la maladie n'est pas une peur, c'est que vous prenez les choses réels à la légère.
0
0
0
8
Tacitus "Asmoun" Zéfiratoun
Chanson légère sur un thème lourd
4
10
0
1
Littérêves

Si près du néant, son souffle lent plane.
Ses yeux se ferment et ses sens s'éteignent
Tels de jeunes fleurs qui déjà se fanent.
Impassibles, l'espérance et le doute règnent.

Le déclin imminent de son souffle parfait
Semble à mon coeur le plus lourd des fardeaux
Et le miroir pur, que ne retrouverai
Jamais, se brise en un million de morceaux.

Parmi les fleurs qui chériront ton souvenir
Heureux, mes larmes essentielles couleront
Et l'éternité qui devait t'appartenir
S'ouvrira pour que jamais nous ne t'oubliions.

Pars ! écho languissant de mon âme fragile,
Envole toi vers un monde éternel et beau
Souffre un dernier instant les hommes futiles
Qui, à ton chevet, viennent apposer leur sceau.
1
2
1
0

Vous aimez lire Riwana Roy ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0