Ma grand-mère

3 minutes de lecture

Je l’adorais, elle aussi était un sacré personnage.

Elle avait commencé à travailler très jeune, dès ses treize ans, dans les filatures textiles comme ouvrière. Et elle avait milité, à sa façon, pour la condition de la femme toute sa vie.

Elle était plutôt jolie quand elle était jeune, mince, bien sapée et bien arrangée. J’ai vu, un jour, une photo d’elle prise sur la plage alors qu’elle avait à peu près vingt ans.

Elle avait perdu un œil quand elle était enfant. Son œil était bizarre : il ressemblait à un œuf quand on a mélangé le blanc et le jaune pour faire une omelette. C’est toujours l’impression que ça me donnait, la couleur bleue de son iris avait été mélangée avec le blanc de sa cornée, si bien que l’œil n’avait plus d’iris bien délimité et était d’un bleu laiteux. Son globe oculaire avait une forme étrange aussi, au lieu d’être sphérique, il avait aussi une forme d’œuf, un peu pointu. Elle avait perdu son œil enfant en jouant, ou plutôt, en se bagarrant à coup de cailloux. Elle a reçu un caillou dans l’orbite. Sa mère l’a envoyée accompagnée de sa grande sœur chez le médecin. Elles ont dû marcher plusieurs kilomètres à pied pour se rendre au cabinet médical. Et là, elles ont attendu dehors presque toute la journée avant d’être vues par le médecin. Et oui, comme elles étaient pauvres et qu’elles ne pouvaient pas payer la consultation, elles étaient prises en dernier après les patients riches qui pouvaient payer. Elle racontait avoir senti pendant l’attente son œil se vider. Elle avait probablement perdu toute l’humeur aqueuse et le cristallin. Si c’était aujourd’hui, elle aurait été prise en charge par les urgences d’un hôpital et aurait été dirigée immédiatement au bloc opératoire. Elle n’aurait sûrement pas perdu son œil.

Elle avait aussi un doigt abîmé, enfin un ongle d’un majeur. Son ongle n’était pas plat et large, mais était tout rassemblé au milieu, tout en hauteur et pointu. Si bien qu’il ressemblait à une petite corne, genre corne de rhinocéros. Elle avait eu le doigt écrasé dans une presse quand elle était enfant.

Elle avait les cheveux courts au carré crantés, coiffés à l’arrière et maintenus avec des petites barrettes invisibles. Elle les lissait en mettant de la Gomina, une pâte grasse pour les cheveux vendue en tube.

Elle s’était mariée jeune avec le père de ma mère, un patron de pêche. Puis avait divorcé quelques années après. Comme elle travaillait, elle avait confié ma mère à ses parents qui habitaient une briqueterie sur les hauteurs de la ville. Ma mère disait qu’à cette époque, ma grand-mère s’occupait plus de sa personne que de sa fille en nourrice. Elle préférait s’acheter de beaux vêtements avant de payer la pension alimentaire pour sa fille. Elle s’était remariée avec Alphonse ensuite et a eu un autre enfant, mon oncle Claude.

Elle m’a raconté aussi qu’elle avait été enceinte trois fois, une autre grossesse pendant la Seconde Guerre mondiale. Elle a porté l’enfant pendant onze mois. Même si le médecin lui disait qu’elle se trompait, elle en était certaine. La fécondation datait, pour elle, d’une permission de mon grand-père qui était à l’époque à la guerre. Durant son onzième mois de grossesse, elle a eu une très forte fièvre et a été transportée en urgence à l’hôpital. Le chirurgien, appelé en catastrophe, l’a opéré sans même changer sa tenue. Elle racontait qu’il était en tenue d’équitation et portait une culotte de cheval. Elle a subi une césarienne, l’enfant était mort-né et en état de décomposition très avancée. Elle avait apparemment raison sur la date de sa grossesse. Elle a failli mourir, l’infection était encore très importante même après l’intervention chirurgicale. Elle disait qu’on lui versait directement dans la plaie laissée ouverte des bouteilles d’alcool médical. Elle m’a montré un jour sa cicatrice, très impressionnante, une longue balafre du pubis jusqu’au milieu des seins formant un bourrelet sur chaque berge. Depuis cette intervention, outre qu’elle ne pouvait plus avoir d’enfant, elle avait en permanence des bouffées de chaleur. Et à cette époque, on ne prenait pas de traitement hormonal pour compenser les effets secondaires de ce type de chirurgie.

Bien plus tard, lorsque ma grand-mère était très âgée et moi adulte, elle m’a confié avoir eu deux regrets dans sa vie. Le premier, n’avoir jamais eu la chance de porter des jeans, elle aurait adoré en avoir dans sa jeunesse. Et le second, ne pas avoir connu les tampons hygiéniques, elle imaginait le confort et la liberté que cela pouvait apporter aux femmes.

Annotations

Recommandations

Défi
Suny
Une phrase par jour... C'est compréhensible, non ?
61
44
2
1
Défi
plume16

Mirabelle n'était pas comme les autres coccinelles. Elle était différente.


Elle n'était pas rouge avec des points noirs comme son père, sa mère ou ses soeurs. Elle n'était pas jaune non plus comme ses cousines. Non. Elle était de deux couleurs : jaune du côté droit avec trois points noirs et rouge du côté gauche avec quatre points noirs. 

Elle était née comme ça, un matin, sur la plus haute branche du mirabellier, à coté de la plus belle mirabelle de l'arbre : un fruit aux couleurs dorées. Sa mère l'avait alors appelé "Mirabelle". 

Dès son plus jeune âge, les autres insectes de la prairie s'étaient moqués d'elle en disant qu'elle était bizarre avec ses deux couleurs et qu'ils ne voulaient pas jouer avec elle ! Alors, Mirabelle partait à l'aube pour ne croiser personne. Elle allait se réfugier sous une feuille et y restait toute la journée en attendant que la nuit tombe. Puis elle rentrait chez elle, triste. 


Ses deux soeurs essayaient pourtant de la faire sortir de sa cachette :
- Allez viens, Mirabelle. Viens,  on va bien s'amuser.
Mais Mirabelle refusait de bouger. 

Un jour, alors que le soleil innondait la prairie, un mille-pattes passa par là et leva la tête car des gouttes salées lui tombaient sur la tête. Il aperçut alors une créature des plus étonnantes.
- Bonjour petite coccinelle. Pourquoi pleures tu ? Ma tête est trempée.
- Bonjour monsieur le mille-pattes. Excusez-moi, je n'avais pas vu que vous étiez là.
- Comment t'appelles-tu ?
- Je m'appelle Mirabelle.
- Quel joli prénom. Mais pourquoi es-tu si triste ?
- Je suis triste parce que.... je m'ennuie.
- Tu t'ennuies ? Ce n'est pas possible. Il fait un temps magnifique et tous les insectes s'amusent à virevolter à travers les tiges des fleurs et les herbes hautes. Pourquoi ne joues-tu pas avec eux ?
- Ils ne veulent pas de moi. Ils ne m'aiment pas...
- Ils ne t'aiment pas ! Mais pourquoi ça ?
- Parce que je suis...différente.
- Et en quoi est-tu différente ?
- Bah, vous voyez bien, mon corps est jaune d'un côté et rouge de l'autre. Je ne suis pas normale ! 
- Et alors, ça te gêne ces deux couleurs pour voler ?
- Non mais les autres se moquent de moi.
- Ils sont peut-être jaloux...
- Bfff, vous ne pouvez pas comprendre. Vous êtes comme tous les autres mille-pattes, vous !
- Non Mirabelle, tu te trompes. Je suis différent des autres, moi aussi. Si tu comptes bien, j'ai 800 pattes et pas 1000 comme mes camarades.
- Ah oui, et ça te gêne pour marcher ?
- Pas du tout. Je vais un peu moins vite que les autres c'est tout. Allez, sors de ta cachette que je te vois mieux.

Mirabelle grimpa timidement sur le dessus de la feuille et alors les rayons du soleil vinrent refléter sur ces magnifiques couleurs qui étincellèrent à travers toute la prairie. Les insectes furent éblouis par tant de lumière et toutes les fleurs se tournèrent vers elle. Mirabelle resta un instant immobile.
On entendit alors un grand :  Woua !!!! 

 - Tu vois Mirabelle comme tu es jolie.  
Mirabelle, les larmes aux yeux, se tourna vers son ami le mille pattes et lui dit :


- Merci monsieur le mille pattes.
- Je t'en prie jolie Mirabelle, appelle moi "Cloche pieds", c'est mon nom.
- A bientôt, "Cloche pieds"et encore merci. Je pars découvrir la prairie.
- A bientôt petite Mirabelle. Bonne chance à toi.

Mais déjà, Mirabelle volait dans les airs à toute vitesse pour découvrir le monde.
3
2
0
2
Baud007a
« Paris 2025.

La France est un pays sous occupation étrangère et la ville lumière n'est plus que l'ombre d'elle-même. Coupés du reste du monde par une enceinte infranchissable, ses habitants doivent apprendre à survivre seuls.
C'est dans cette ville à l'agonie que nous rencontrons Nathan, jeune homme en quête de sens dans un monde qui n'en a plus vraiment.
Dépassé par un enchaînement d'événements qu'il a lui-même provoqué, il tentera de regagner son honneur perdu en respectant une promesse faite jadis.
Entre dystopie tragique et histoire d’amour plus intimiste, ce roman vous invite à voyager dans un possible futur. »
165
135
1198
392

Vous aimez lire Marie Saba ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0