Les autres familles

2 minutes de lecture

Il y avait au même étage que nous, une famille avec une mère spéciale. Elle était prostituée. C’était une grande femme avec des cheveux longs colorés en noir corbeau, ses sourcils et ses yeux étaient fortement redessinés au crayon noir et elle portait un rouge à lèvres très vif. Mon père l’appelait la Mère Ramia, je n’ai jamais su pourquoi. Ses enfants et son mari étaient très discrets, mais elle ne passait pas inaperçue souvent avec des fringues très voyantes.

Tous les après-midis, elle partait seule en ville, et rentrait toujours en taxi. C’était pourtant un moyen de transport très coûteux. Durant des décennies, j’ai été mal à l’aise quand je devais prendre un taxi, j’associais automatiquement taxi à prostitution.

Les matins, dès que son mari partait au travail, son amant arrivait pour passer une heure ou deux avec elle. On le connaissait bien, on lui disait toujours bonjour, il faisait partie de la communauté de l’immeuble en quelque sorte.

Au deuxième étage, il y avait un couple avec une petite fille. La mère était très belle, très élégante et très classe, lui était professeur d’espagnol dans un lycée. Un jour, alors qu’il pleuvait très fort, il était venu en voiture chercher sa fille à la sortie de l’école. Tout naturellement, il nous a proposé, à ma sœur et à moi, de monter avec eux en voiture pour rentrer. J’ai refusé catégoriquement et interdit à ma sœur de rentrer avec lui. Nous sommes rentrées à pied sous la pluie. Il ne comprenait pas ma réaction.

En fait à ce moment-là, les médias parlaient beaucoup d’enlèvements d’enfants avec demande de rançon. Mon père nous avait bien recommandé de ne jamais monter en voiture avec quiconque. Pour une fois, j’avais parfaitement obéi. Le voisin est venu voir mon père pour lui faire part de ma réaction et de son étonnement. Après explication, ils ont bien ri tous les deux, et le voisin a félicité mon père pour les bons conseils qu’il nous donnait. Cette famille a déménagé ensuite.

Mais l’histoire ne s’arrête pas là. Des années plus tard, c’était mon premier jour de rentrée en seconde au lycée, un grand lycée tout neuf qui venait d’être construit. Après l’appel des élèves, au micro on m’a demandé de me rendre immédiatement dans le bureau du directeur. Je tremblais comme une feuille, j’imaginais que le directeur avait changé d’avis et qu’il me refusait dans son établissement.

Dans son bureau, après les salutations, le directeur me dit : « Tu ne te souviens pas de moi », je réponds en bredouillant : « Heu, non ». En fait, c’était mon ancien voisin, celui que j’avais pris pour un kidnappeur de petites filles des années auparavant. De professeur d’espagnol, il était devenu directeur d’un grand lycée.

Durant mes trois années de lycée, je l’ai évité soigneusement, je ne tenais pas à ce que cette histoire refasse surface, surtout auprès des professeurs.

Annotations

Recommandations

Défi
Joklaire03

Je suis un. Unique. Moi, du haut de mes quelque picomètres, la Terreur du monde entier.
J'ai vaincu les plus grandes puissances mondiales, et mis à genoux les économies. Donald Trump court pour s'enfuir: stupide réaction humaine, je le rattraperai dès que je l'aurais décidé.
Ils me font rire, tous, déguisés dans la rue. Blancheur de vampire sur le visage, froid dans le dos et terreur à l'esprit, ils fuient tous intérieurement devant moi.
Je suis le Roi du Monde, pour quelque semaines. Couronné de leurs peurs. Ces humains qui me mérpisaient.
Ah, ils pouvaient rire de moi! Ah, ils pouvaient me ridiculiser! Me voilà maintenant, tout puissant et incontesté, je répans mon ombre sur tous ceux qui me croisent.
J'aime cette puissance. Ma domination. Ma réussite sociale.
Comment? Que dites-vous? Que je devrais culpabiliser? Moi?

N'entendez-vous donc pas mon rire sardonique? Je suis si fier de moi. Je me promène maintenant dans les rues désertes de Paris. La ville préférée des touristes, elle aussi, se prosterne à mes pieds. Entre les quatre jambes de la dame de fer, je passe calmement. Quel bonheur! Aucun passant pour me déranger. Tous déjà contaminés!
Sous les arches de l'arc de triomphe, j'ai envie de graver mon nom.
Je le vois déjà, "Corona", dans la pierre, en lettres dorées.
Oui, je vais mourir. Trop de personnes l'espèrent. Oui, ils vont me tuer.
Mais le monde à jamais se souviendra de moi.
Je resterais dans leurs petites mémoire, leurs petites têtes bornées, à tous!

Alors, peut être qu'après tous, lors de mon procès post mortem, je devrais me défendre. Je vois déjà ces procureurs me condamner avant mon plaidoyer!
Mais je dirais des mots que personne ne pense. Mon arirvée a bouleversé le monde, mais ces stupides humaines auraient du s'en souter! Ils savaient que je me faufillais dans leurs avions, dans leur sbateaux, dans leurs propres enfants.
Mais l'économie, l'argent, le fric si vous préférez, règne et règnera à jamais dans leurs esprits.
La Sainte Consommation est leur déesse. Ils la vénèrent.

Et moi, ne serai-ce que pendant quelques semaines, je lui aurais volé la vedette!
10
14
11
1
Défi
P Poly

Sur une généreuse table de banquet porphyre
S’étalait la richesse des hôtes du soir
Une nappe chiffonnée par des éphèbes ivres
Dévoilait le rouge moucheté de la roche d’un autre Vésuve
Accompagnant les amphores de vin miellé
Chaires porcine et blanche sont éventrées
Et autant de miches de pains émiettées par les gloutons
Venus célébrer la victoire éleuthérienne du carpe diem.
1
2
0
0
Rachelle R

Tristesse


Et une incroyable tristesse s'empare de moi à chaque instant.
Impossible de décrire ce que je ressens.


Les émotions déferlent en moi tel un ouragan, 
Et je perds ainsi toute notion du temps.


Les larmes tombent du haut de mes paupières, 
Et moi, je ne me souviens même plus d'hier.


Les larmes coulent comme tombent les gouttes de pluie


Personne ne comprend et personne ne comprendra jamais, 
L'immense lassitude et découragement qui m'envahissent à chaque instant.


Vous qui entrez ici laissez toute espérance.
3
4
3
0

Vous aimez lire Marie Saba ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0