La télé

3 minutes de lecture

On avait le poste de télévision dans la salle à manger. Sauf le dimanche midi, on mangeait toujours dans la cuisine, donc jamais devant l'écran. La télé était, à cette époque, en noir et blanc avec une seule chaîne, puis deux ensuite. Je me souviens du jour où le vendeur est venu l'installer. Les premières images que j’ai vues, étaient le générique d’Histoire sans paroles (des courts métrages muets de Charlie Chaplin ou de Laurel et Hardy). C'était un dessin animé d’un vieux tacot qui roulait, se cognait dans une grosse pierre et basculait doucement à l’arrière pour se retrouver sur le toit. On regardait toutes les émissions ou feuilletons pour enfants. On n’en ratait jamais un. J’ai toujours été très bon public, s’il fallait rire je riais, s’il fallait avoir peur je tremblais, ou si c’était triste je pleurais. La punition suprême, c’était de ne pas avoir le droit de regarder mon feuilleton favori Daktari. C’était une série, avec un lion qui louche et un chimpanzé farceur, qui racontait les aventures d’un vétérinaire et de son équipe vivant dans une réserve africaine. Lorsque je revois aujourd’hui les feuilletons que l’on regardait à l’époque, je constate que presque tous étaient basés sur des faits historiques, en costumes d’époque, plus ou moins romancés bien sûr. Finalement, on apprenait l’histoire en même temps.

Systématiquement, pour chaque feuilleton ou dessin animé, chacune des sœurs s’attribuait l’identité d’un personnage, qu’elle conservait dans les épisodes suivants. C’était d’ailleurs souvent source de chamaille, car bien entendu, je choisissais toujours le rôle de l’héroïne principale.

Le dimanche, avant le déjeuner dans la salle à manger, on regardait la télé, La Séquence du Spectateur. C’était un magazine sur le cinéma qui passait des extraits de films, souvent des westerns, des Walt Disney ou des films comiques. On ne le ratait jamais. Mais avant cela, il y avait une émission culturelle Discorama, présentée par une femme qui avait des yeux surlignés d’un trait noir très marqué et une voix suave. Un jour, elle a interviewé dans son émission un homme original, très extravagant qui m’a beaucoup fasciné, un grand peintre, Salvador Dali. Lorsque j’ai visité des décennies plus tard, le musée Dali à Figueras en Espagne, j’ai repensé à ma fascination pour cet artiste, ce jour-là.

On regardait, en robe de chambre, "Nounours" (feuilleton pour enfants avec des marionnettes), puis on dînait et hop, les trois filles au lit. Ma mère et mes frères s’installaient pour regarder le programme de soirée. J’aurai bien voulu regarder aussi, ça avait l’air d’être intéressant. En fait de cette période, je ne connais que les génériques de début des émissions, car on traînait des pieds pour aller au lit. On faisait au moins trois tours de bisous à tout le monde pour dire bonsoir, on avait toujours une envie de pipi, ou bien on avait très soif, histoire de gagner quelques minutes. On tentait vainement de se cacher sous la table. Ma mère finissait par nous menacer d’une baffe si on ne filait pas au lit immédiatement. Je me souviens surtout de l’émission "Cinq colonnes à la une", la musique m’impressionnait avec ses roulements de grosse caisse et une voix grave énumérait les noms des participants, toujours les mêmes, trois Pierre et un Igor. Je me souviens encore par cœur de la totalité du texte de présentation. Je n’ai jamais vu l’émission plus loin que son générique. En fait, c’était un magazine d’information sûrement très intéressant pour les adultes, mais probablement beaucoup moins pour des enfants.

Les soirs précédant les journées sans école et pendant les vacances, parfois on pouvait regarder la télé plus tard. On voyait souvent du cirque, du théâtre, des émissions de variétés ou des films pour la jeunesse. Mais il y avait ce maudit carré blanc, c'est comme cela que tout le monde le nommait. En réalité, c'était un petit rectangle blanc qui apparaissait en bas à droite de l’écran. Avec lui, la question ne se posait même pas, c’était au lit direct, comme ordonnait ma mère. Il était là pour signaler que le programme n’était pas destiné aux enfants.

Annotations

Recommandations

Défi
Joklaire03

Je suis un. Unique. Moi, du haut de mes quelque picomètres, la Terreur du monde entier.
J'ai vaincu les plus grandes puissances mondiales, et mis à genoux les économies. Donald Trump court pour s'enfuir: stupide réaction humaine, je le rattraperai dès que je l'aurais décidé.
Ils me font rire, tous, déguisés dans la rue. Blancheur de vampire sur le visage, froid dans le dos et terreur à l'esprit, ils fuient tous intérieurement devant moi.
Je suis le Roi du Monde, pour quelque semaines. Couronné de leurs peurs. Ces humains qui me mérpisaient.
Ah, ils pouvaient rire de moi! Ah, ils pouvaient me ridiculiser! Me voilà maintenant, tout puissant et incontesté, je répans mon ombre sur tous ceux qui me croisent.
J'aime cette puissance. Ma domination. Ma réussite sociale.
Comment? Que dites-vous? Que je devrais culpabiliser? Moi?

N'entendez-vous donc pas mon rire sardonique? Je suis si fier de moi. Je me promène maintenant dans les rues désertes de Paris. La ville préférée des touristes, elle aussi, se prosterne à mes pieds. Entre les quatre jambes de la dame de fer, je passe calmement. Quel bonheur! Aucun passant pour me déranger. Tous déjà contaminés!
Sous les arches de l'arc de triomphe, j'ai envie de graver mon nom.
Je le vois déjà, "Corona", dans la pierre, en lettres dorées.
Oui, je vais mourir. Trop de personnes l'espèrent. Oui, ils vont me tuer.
Mais le monde à jamais se souviendra de moi.
Je resterais dans leurs petites mémoire, leurs petites têtes bornées, à tous!

Alors, peut être qu'après tous, lors de mon procès post mortem, je devrais me défendre. Je vois déjà ces procureurs me condamner avant mon plaidoyer!
Mais je dirais des mots que personne ne pense. Mon arirvée a bouleversé le monde, mais ces stupides humaines auraient du s'en souter! Ils savaient que je me faufillais dans leurs avions, dans leur sbateaux, dans leurs propres enfants.
Mais l'économie, l'argent, le fric si vous préférez, règne et règnera à jamais dans leurs esprits.
La Sainte Consommation est leur déesse. Ils la vénèrent.

Et moi, ne serai-ce que pendant quelques semaines, je lui aurais volé la vedette!
10
14
11
1
Défi
P Poly

Sur une généreuse table de banquet porphyre
S’étalait la richesse des hôtes du soir
Une nappe chiffonnée par des éphèbes ivres
Dévoilait le rouge moucheté de la roche d’un autre Vésuve
Accompagnant les amphores de vin miellé
Chaires porcine et blanche sont éventrées
Et autant de miches de pains émiettées par les gloutons
Venus célébrer la victoire éleuthérienne du carpe diem.
1
2
0
0
Rachelle R

Tristesse


Et une incroyable tristesse s'empare de moi à chaque instant.
Impossible de décrire ce que je ressens.


Les émotions déferlent en moi tel un ouragan, 
Et je perds ainsi toute notion du temps.


Les larmes tombent du haut de mes paupières, 
Et moi, je ne me souviens même plus d'hier.


Les larmes coulent comme tombent les gouttes de pluie


Personne ne comprend et personne ne comprendra jamais, 
L'immense lassitude et découragement qui m'envahissent à chaque instant.


Vous qui entrez ici laissez toute espérance.
3
4
3
0

Vous aimez lire Marie Saba ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0