Partie 1 - 3

3 minutes de lecture

 Apparemment, les nouveaux se font remarquer. Je ne sais pas s’ils cherchent les ennuis dès leur arrivée, ou s’ils veulent juste faire ma connaissance. Ils ont au moins réussi à me faire venir à peine ma nouvelle session débutée. LaSup a été sans pitié dès mon arrivée. Passé le bonjour conventionnel, elle m’a craché ses ordres sans détour. En sortant du tapis, je vois Scanner et Placer tout reluisants, clinquants, sans une seule égratignure. Et pourtant, ils sont déjà en passe d’aller au rebut. Mais je suis là. Pas d’inquiétude les gars. Je vais faire mentir les projections d’exploitation. Un bon calibrage humain et vous serez dans les clous.

 LaSup, elle va être épatée. Ma note va décoller pour plus de deux semaines. Mover pourra toujours tenter de la faire descendre. Mais, si je remets ces deux-là sur pied, au pire des cas, elle ne bougera pas.

 Je passe mes contacteurs sur Scanner. Et là… Surprise ! Il est nickel, pas une seule erreur depuis la veille. Je secoue un peu Pupy. Mais en bon Pim qu’il est, il ne ment pas. Je débranche tout, réinitialise le bracelet. Et c’est reparti pour un tour. Je repasse les contacteurs. Rien. J’avoue ne pas trop comprendre. Scanner est farceur.

 J’enchaine avec Placer. Même résultat. Avoir ce genre de comportement sur une machine, je veux bien. Mais sur deux, y’a de quoi tenter de gravir Olympus Mons sans combinaison, c’est impossible. Je rédige le rapport, valide la chaîne. Pendant ce temps-là, Scanner et Placer, tout frais, me narguent en exécutant leurs routines parfaitement. D’un côté, je préférais les anciens ; ils ne simulaient pas.

 À peine arrivé sur le tapis jaune, en direction de la chaîne de Mover, voilà que LaSup déboule. Avec toute son élégance habituelle, l’entrepôt résonne de son commentaire.

 « Les unités Pl-56a-E18VL et Sc-56b-E18VL sont défaillantes. La chaîne est corrompue. Nouvelle vérification planifiée à la fin du cycle de maintenance. »

 Une telle intervention, c’est rare. Ça fait froid dans le dos. Quand ce genre d’ordre ne passe pas par Pupy, ce n’est jamais bon pour tout le monde. Je jette un coup d’œil sévère aux deux troubles fêtes. L’un se déhanche et l’autre envoie ses pulsions lumineuses. Décidément, avec ces deux-là, on va devoir se mettre d’accord.

 Je viens à peine de finir trois zones que Pupy s’agite sur mon bras. Seeker est dans les choux. Il ne m’a jamais fait un coup pareil. Pourtant, le diagnostic affiché à l’écran est net et précis comme un coup de bistouri.

 « Lecture erratique des codes conteneurs. »

 Je venais juste de le réaligner lors de ma dernière session. Et que je sache, deux semaines ne se sont pas passées. Il y a un truc qui cloche. Seeker est une machine à usure linéaire, pas exponentielle. Ce n’est ni Charger, ni Baller. Eux, ils cassent d’un coup, dans une grande explosion de conteneurs. Ils ne préviennent pas. Ça fout les jetons quand on passe au même moment sur un tapis. Et puis, Seeker, ce n’est pas son genre. Il ne me ferait jamais un coup pareil. À moins que l’Autre ait fait une erreur. Commettre une erreur sur Seeker, c’est une note qui descend direct au plancher et le Respot est à deux doigts de passer quelque temps dans un entrepôt de recyclage, ou pire, de minerai.

 Inquiet, j’arrive au chevet de Se-22e-E18VL, un bras robotique robuste. Ses muscles de polymères font des merveilles. Il pique un conteneur à une vitesse folle et avec une marge d’erreur microscopique. Faut le voir tournoyer dans sa danse frénétique, sans arrêt. Même en maintenance, il est impressionnant. Sa structure palpite des fluides et des gaz à haute pression qu’il contraint. Des semblables, il y en a plein les entrepôts. Mais Seeker, il avait pour lui cette régularité, cette constance qui le rendait unique à mes yeux. Il a rejoint la masse et ça me rend triste.

Annotations

Recommandations

EmyPavlova
Deux âmes sœurs, deux cœurs à prendre mais deux mondes opposés. Pendant que l'un arpente les rues les plus sombres de Londres, se mélangeant aux différents trafics de la population et des quartiers, l'autre reste allongé sur son sofa, se délectant de cerises et de fruits comme un Cupidon.
0
0
0
46
Jean Defrance
A la façon de ...
0
0
0
1
Défi
Taylor Hide
En réponse au défi : "En six mots"...
4
4
0
0

Vous aimez lire Philippe Ruaudel ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0