Les Etoiles

3 minutes de lecture

Soleil et Lune échangèrent un regard d’incompréhension.

— Mais les étoiles vivent là-haut, dans le ciel, affirma Soleil.

— Pour certaines, c’est le cas. Mais nous sommes restés bloqués ici, raconta la vieille femme aux cheveux argentés. Nous cherchons le moyen de rejoindre notre famille.

Soleil n’hésita pas une seule seconde avant de proposer de les accompagner. Le groupe accepta avec joie. Lune, elle, ne partageait pas leur enthousiasme.

###

Tandis que les Étoiles reprirent leur route, la jeune Lune tira la manche de son amie avant qu’elle ne puisse emboîter leurs pas.

— Quelque chose ne va pas, Lune ?

— Je n’ai pas très envie de suivre ces gens.

— Pourquoi ?

— J’ai peur.

— Rien ne peut t’arriver. Je suis avec toi.

— J’ai peur qu’elle finisse par te préférer à moi. Je ne brille pas autant que toi. Personne ne fait attention à moi.

— Pour moi, tu as toujours été celle qui brillait le plus.

###

Les deux jeunes filles finirent par suivre les Étoiles. Être entourée d’autant d’individus après avoir été seulement deux pendant longtemps, était un sentiment à la fois agréable et un peu déstabilisant. Personne n’avançait au même rythme. Certains parlaient sans arrêt alors que pour d’autres on entendait à peine le son de leur voix.

###

Il n’y avait pas vraiment de chef désigné même si la vieille dame, que tout le monde appelait Rana, prenait souvent les décisions.

— Gardons le cap à l’est, proposa-t-elle après plusieurs jours de marche.

Soleil, intriguée, trottina jusqu’à la doyenne pour la rattraper.

— Où allons-nous exactement ?

Il fut étrange qu’elle n’eût pas pensé à demander avant mais la découverte d’autant de monde l’avait tant fasciné qu’elle les aurait suivi n’importe où.

###

— Nous cherchons la Montagne, ma petite.

— La montagne ? Quelle montagne ?

— Celle qui nous permettra de rejoindre le ciel et nos familles.

Soleil faillit révéler à Rana qu’elle avait peut-être déjà vu cette montagne mais elle préféra ne taire et retrouva Lune qui traînait à l’arrière du groupe.

###

— Ils cherchent la Montagne, chuchota-t-elle.

— Quoi ? Quelle montagne ?

— Ta Montagne ! Notre Montagne. D’après Rana, ce serait un passage vers le ciel.

Lune ne répondit rien et fixa le sol, l’air pensive. Soleil reprit :

— On a tellement marché que je ne sais plus où elle se trouve, avoua-t-elle, mais toi peut-être que tu sais.

— Non, mentit Lune. Non, je ne pense pas que je retrouverais le chemin d’ici.

###

Soleil sembla quelque peu déçu et Lune regretta de ne pas lui avoir dit la vérité : la Montagne battait en elle depuis qu’elle l’avait quitté et semblait hurler pour l’appeler. Elle l’aurait retrouvé n’importe où sur Terre.

Mais il était hors de question de conduire des étrangers au seul endroit qui avait été sa maison.

Ce que Lune ne savait pas encore, c’est que parfois notre maison n’est pas un endroit, mais une personne.

###

Les journées ne ressemblaient toutes. Le groupe marchait des heures durant dans une direction puis dans une autre. Puis quand ils étaient lasse de cette promenade sans fin, ils s’arrêtaient. Certains s’endormaient immédiatement tandis que d’autres en profitaient pour échanger. Les plus jeunes jouaient entre eux sous le regard bienveillant des aînés. Soleil, qui était à peine plus grande qu’eux, se joignait parfois à leurs jeux.

###

Lune préférait écouter les conversations. Elle compatissait lorsque Aries désespérait de ne pas trouver la Montagne. Elle racontait des histoires imaginaires à Murzim pour l’aider à se calmer lorsque tout le monde se reposait. Elle apprit même à Rana à connecter les étoiles entre elles pour qu’elle retrouve, le temps d’un instant, les êtres chers qui lui manquait tant.

— Je peux te parler ? lui demanda un jour Soleil.

###

— Toujours, répondit la jeune fille dont les cheveux se mêlaient à la couleur du ciel.

— Tu as menti quand tu as dit que tu ne savais pas où était la Montagne ? Je le sais parce que n’importe où sur cette Terre je retrouverais le chemin de mon Désert, de là où je suis née.

— Oui.

— Pourquoi m’as-tu menti ?

Jamais Lune n’avait vu son amie comme ça. Ses yeux étaient éteints et pour la première fois, Lune eut vraiment l’impression d’être dans le noir.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Maude
Trois tranches de vie de femme.
433
668
788
107
Chouchoute14

La première, l'histoire je vous l'ai racontée
Elle a aimé un homme marié
Leur histoire s'est terminée
Alors qu'on les pensait destinés
Sa maladie lui a fait peur
Il a préféré quitter ma sœur

Mon autre soeur est au plus mal
Elle a été victime de violences conjugales
Il a failli l'assassiner
J'ai alors été la sauver
Maintenant elle essaye de reconstruire
Tout ce qu'il a réussi à détruire

Cette dernière histoire parle de moi
Quelqu'un de banal, quelqu'un sans confiance en soi
J'ai fini par prendre une décision
Celle de passer à l'action
Sur ce site je me suis connectée
Et je me suis fait avoir en beautée

Trois sœurs combattants
Leurs souffrances différemment
Trois soeurs meurtries
D'avoir cru à l'amour infini
3
10
8
1
Oreleï
Juste une pensée, sans doute à durée de vie limitée...
18
19
7
2

Vous aimez lire Little ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0