Chapitre 1 : L'orphelinat

12 minutes de lecture

Une jeune fille arrive à l’orphelinat ce soir-là, la deuxième orpheline de la semaine. Seuls ses longs cheveux noirs présageaient de son sexe. Son visage était recouvert de suie, ses yeux gris étincelants luisaient dans la pénombre du couloir. Semblable à un animal blessé dont le regard révélait une ténacité bestiale, poussé par l’instinct de survie. Son pyjama rose à chats noirs en pilou tranchait avec son allure générale. L'habit en polyester portait, lui aussi, les stigmates d’une nuit épouvantable : il était fondu en grande partie au niveau de sa jambe droite, laissant ainsi apparaître des bandages immaculés. Cette enfant souffrait certainement de douloureuses brûlures. Néanmoins elle ne laissait rien paraître, sa démarche était assurée, prête à en découdre avec ce monde dont elle ignorait encore tout.

Elle était accompagnée d’une femme âgée, en tenue stricte et petits talons noirs. Madame Gutengräm, l'assistante sociale de l’orphelinat de jeunes filles, conduisait toutes ses petites âmes perdues au sein de l'établissement, telle la grande faucheuse accompagnant les défunts dans leur dernier voyage mortuaire.

- Bonsoir Marie-Ange, s’agit-il de la jeune Snowden ? questionna madame Châtelet, un sourire hypocrite plaqué sur le visage, qui vint à leur rencontre.

Cette douce et pétillante femme était aux antipodes de son interlocutrice, ses allures de femme rebelle au crâne rasé d’un côté et aux tenues des plus inventives était la directrice de l’établissement. Les fillettes l'appréciaient beaucoup et chacune d’entre elles recevait de son attention à parts égales.

- Répond gamine ! Quel est ton nom ? invectiva madame Gutengräm à l'encontre de l'enfant, tout en lui tirant les cheveux, dont certains tombèrent, abîmés par l'incendie.

La réaction de l'intéressée fut subtille, elle fuyait le regard d’Elisabeth, en un mouvement très léger, animée par une sorte de malaise discret.

- A dire vrai, la question vous était destinée madame, lanca Elisabeth faisan de son mieux pour rester polie face à une telle scène.

La tortionnaire ignora royalement sa remarque.

- Elle est restée muette avec les médecins et face aux questions des enquêteurs, continua l’assistante sociale. Ce fut la croix et la bannière pour la soigner, elle refuse qu’on lui enlève ses vêtements. A croire qu’elle aime être aussi crasseuse qu'une souillon ! Elle fit une pause et regarda Eléanore avec mépris, l’air profondément dégoûté par l’apparence sauvage de la fillette. Je vous souhaite bien du courage avec cette petite démone.

- Nous prendrons le temps qu’il faudra pour qu’elle se sente à l’aise, je ne suis pas inquiète. Où sont ses affaires ?

- Les pompiers n’ont rien pu extraire de la ruine de cendres qu’est devenue leur maison. Tout a brûlé. La gamine a été retrouvée avec le chien du voisin au pied de sa mère à moitié carbonisée, étendue à deux pas de la piscine. Ils ont eu du mal à récupérer la gosse, le chien, comme enragé, les empêchait d’approcher. Il a dû être abattu, sale clebs.

L’enfant ne réagissait pas aux dires de la vieille femme, comme insensible à son venin. Néanmoins, à l’évocation du sort du chien, Elisabeth cru distinguer une larme.

- Voici son dossier, reprit madame Gutengräm, elle n’a pas de père. Il y a aussi le bilan des médecins et les soins à suivre. Elle devra également se rendre régulièrement à l’hôpital pour surveiller ses brûlures. Et je pense qu’un suivi psychologique un peu plus poussé serait le bienvenu...

La vieille femme tendit à madame Châtelet la chemise cartonnée et poussa, non sans fermeté, la fillette en direction de la directrice. Puis, elle tourna les talons, s'empressant de quitter au plus vite cet établissement maudit. Elle ne dit pas au revoir à Elisabeth, qui s'en passa soulagée de son départ, tout comme Eléanore. Son passage fut aussi rapide que désagrable.

Après avoir fulminé contre cette abominable vieille femme, la directrice se mit au niveau d’Eléanore la mine peinée en pensant à la soirée qu’elle venait de vivre. Elle lui caressa tendrement ses si beaux cheveux un peu roussis par endroits et elle la serra dans ses bras. L’enfant resta de marbre, comme si ses émotions avaient été éteintes pour mieux se protéger. Elisabeth en fût d’autant plus triste, en général les câlins provoquaient chez les jeunes arrivantes un flot de larmes. Ce qui était tout à fait normal, elles avaient toutes vécu le traumatisme le plus violent qui soit pour un enfant, perdre ses parents. Les circonstances étaient toutes plus ou moins aussi effrayantes : accidents de la circulation, crime passionnel, suicide, et là un incendie.

- Dis-moi jolie princesse, comment t’appelles-tu ?

- Léa, souffla cette dernière, comme si ce qu’elle disait était un secret des plus précieux.

- Je remarque qu'il est écrit ici que tu te nommes Eléanore. Tu n’aimes pas ton prénom ? Il est pourtant si beau et digne d’une princesse.

- Ma maman m’appelle Eléanore que quand elle est en colère contre moi, je ne veux pas entendre sa voix en colère.

- Très bien Léa, je comprend parfaitement.

Elisabeth lui fit un clin d’oeil dans le but de créer un moment de complicité. La fillette n’avait pas besoin de pleurer pour l’instant, au contraire, il lui fallait absolument se sentir en sécurité. Et quoi de mieux qu’une routine pour cela.

- Avec l'aide de quelle sorcellerie, ta mère réussissait-elle à te faire prendre une douche ?

Eléanore sourit, un vrai sourire d’une enfant innocente qui se remémorait un doux souvenir. Elle s'apprêtait à répondre, cependant un conflit intérieur semblait la perturber. Elisabeth lui sourit en retour, à l’écoute, l’encourageant à lui exposer son dilemme.

- My mother isn't a witch ! Are you ? l’accent de l’enfant était impeccable, une grande fierté illuminait son visage tout sale, heureuse d’avoir pu montrer de quoi elle était capable à une grande personne.

- Yes, I am, répondit du tac au tac la directrice stupéfaite, ne sachant quoi répondre d'autre.

Elle se rendit compte que la la fillette était peut-être anglophone, d’où son mutisme général précedant son arrivée. Ce qui était loin de l’arranger, ses leçons d’anglais étaient très loin derrière elle.

- Ma maman me parle souvent en anglais, elle pense que cela m’aidera à trouver un bon travail pour avoir autant de chats que je souhaite. Pour aller me laver elle me dit tous les soirs : “ Go shower, you stinky little pig ” . C’est marrant je trouve.

- Alors je pense que tu devines ce que je vais te dire, mademoiselle je parle anglais comme une star ?

- Go shower, you stinky little pig !! s’exclama-t-elle en tapant dans la paume tendue d’Elisabeth.

La directrice se leva et prit la main d’Eléanore, elle vit du coin de l’oeil une vilaine morsure non soignée sur son poignet. Elle était très en colère contre cette sorcière de madame Gutengräm qui n’avait même pas prit le temps de comprendre la fillette et de panser ses blessures. Elle fit une note mentale pour penser à trouver le nom du médecin qui avait “soigné” Eléanore. Depuis quand est-ce qu’on laissait une enfant partir avec des plaies non désinfectées et soignées !

Marie-Ange était loin d’être l’assistante sociale la plus compétente qu’Elisabeth ait croisé depuis les cinq années qu’elle était à la tête de cet orphelinat. La compassion et l’amour n’étaient pas ce qui l’étouffait le plus, au contraire. Pourquoi faire ce métier si les enfants lui répugnaient autant ? Quatre ans auparavant, elle avait tenté de dénoncer ce vieux fossile qui avait eu le temps de traumatiser de nombreuses jeunes filles en à peine quelques heures en sa désagréable compagnie. Ses courriers et appels n’avaient jamais abouti et malgré toute sa détermination, les enfants lui demandant beaucoup d’attention, elle ne pouvait se permettre de perdre autant de temps dans des démarches administratives.

Elles arrivèrent aux douches, la pièce était petite mais très fonctionnelle. Elle comportait une dizaines de box de douches et autant de toilettes fermées. Elisabeth dirigea la jeune fille vers celle dédiée aux personnes à mobilité réduite pour qu’elle puisse l'asseoir afin de l’aider au mieux à enlever son pyjama dont certains lambeaux étaient, à première vue, collés au derme de la fillette.

Eléanore n’hésita pas longtemps avant d’entrer dans le box et de se déshabiller à toute allure sous les yeux ahuris de la directrice. L’enfant avait tiré son pyjama et arraché d’un coup sec les petit bout fondus sur ses chevilles et ses bras. Elle saignait presque à chaque fois qu'elle se débarrassait de résidus un peu trop résistants. Ce n’était plus du courage là, mais de l’insensibilité à la douleur à coup sûr. Jamais un enfant s'infligerais de telles souffrances, sans pleurer. Elisabeth finit par sortir de sa torpeur et saisit les bras d'Eléanore avant qu’elle ne continue à se faire du mal. Elle réfléchit aussi vite que son état le lui permettait, elle chercha un moyen alternatif à cette méthode barbare.

- Dis ma puce, les médecins ont fait comment pour retirer les petits bout de ton super pyjama de ta jambe ?

- Ils mettaient de l’eau froide sur ma jambe et ils enlevaient avec une pince les petits bouts noirs, mais c’était super long, au moins comme ça c’est rapide.

- Mais tu n’as pas mal en faisant comme ça ?

- Si, mais maman dit toujours qu’il faut arracher le pansement d’un coup comme ça on a mal beaucoup moins longtemps.

La logique et le pragmatisme de l’enfant lui ôtèrent les mots de la bouche. Elle n’osait même pas l’aider de peur de la déranger dans cette séance de torture. Elle resta donc dans la cabine, debout mais chancelante, à tout faire pour ne pas laisser paraître son désarroi face à ce qu’il se passait sous ses yeux.

Eléanore était maintenant libre de tout vestige de son pyjama rose à chats noirs. Seul son bandage au mollet était encore présent, intact mais souillés. Ses trois autres membres ruisselaient de sang venant de plusieurs plaies à vifs, mais la blessure qui tracassait plus l’adulte était la morsure à son poignet. Les marques semblaient profondes, mais apparemment le chien du voisin était très protecteur avec l’enfant, alors pourquoi la mordre ?

Afin de protéger le bandage, Elisabeth s’en alla à la cuisine pour prendre du film plastique. Avant cela, elle avait allumé l’eau de la douche le temps qu’elle atteigne une température convenable, même si elle doutait du bien-fait d’une douche chaude sur les dizaines de micros brûlures réparties sur le corps frêle de la fillette. Sur la route de la cuisine, elle croisa Laurette, la dernière arrivée à l’orphelinat. Le brouhaha des canalisations d’eau chaude qui se dilataient avaient réveillé les filles du rez-de-chaussée. Laurette s’approcha de la directrice, son doudou lapin dans sa main droite, pendu par le pompom qui traînait sur le sol. Elle arborait une expression de franche curiosité, son visage angélique encadré par des indomptables boucles blondes.

- Qu’est-ce-qui se passe ? demanda-t-elle encore ensommeillée.

- Une nouvelle arrivante Laurette, tu es d’accord pour lui prêter un pyjama ? Toutes ses affaires ont brûlé avec sa maison.

Laurette se sortit de sa endormissement nocturne en un rien de temps, la perspective de se faire un copine lui plaisait et Elisabeth savait que c’était la colocataire parfaite pour Léa. Cette dernière avait besoin de bonne humeur et de passer du temps avec une fille de son âge.

- Oui madame, mais elle doit dormir dans ma chambre alors !

- Marché conclu jeune fille, rejoins-nous dans la salle de douche avec une brosse à cheveux aussi, les siens sont tout emmêlés. Et prépare le deuxième lit de ta chambre, demande à Camille de t’aider à attraper des draps, une couette et un oreiller.

Laurette acquiesça et partit comme une fusée préparer de quoi accueillir sa future copine pour la vie.

Elisabeth revint au bout de quelques minutes le temps de mettre la main sur le film sans faire tomber la pile de casseroles qui y était entassée, ça sentait le rangement à la Capucine ! Elle avait pensé à prendre un sac poubelle pour y mettre les restes de la tenue d’Eléanore.

La jeune fille, en attendant le retour de la directrice, avait entrepris d’enlever la cendre de ses cheveux et sous ses ongles tout noirs. Elles mirent un peu de temps à bien protéger sa jambe, l’eau ne devait absolument pas traverser les bandages sinon les plaies risqueraient de s’infecter. Néanmoins, Elisabeth ne put s’empêcher de distinguer des marques sur le corps de l’enfant. Le haut de ses bras étaient de toutes les couleurs, des ecchymoses violettes en formes de doigts ne devaient avoir plus de quarante-huit-heures, alors que certaines étaient déjà jaunies par le temps. Elle garda ses observations pour elle et finit de laver les cheveux de la fillette, tout en prenant son temps pour finir l’inventaire des marques et cicatrices. Ses cheveux, en plus d’être emmêlés, avaient été coupés n’importe comment. A croire qu’elle se les était coupé seule. Laurette se fera un bonheur de lui faire une nouvelle coupe à la mode, en quatre jours elle avait relooké la moitié de l’orphelinat, Elisabeth comprise. Tout le monde participait à l'orphelinat.

Laurette arriva très peu de temps après, les mains chargées d’une tonne de vêtements. Elisabeth lui adressa un regard plein de reproches, puisque la moitiée était déjà tombé par terre, prenant l’eau immédiatement. Elle tendit à Eléanore de quoi se sécher et ferma la porte de la douche pour lui laisser un peu d’intimité maintenant que Laurette était là.

- Où est la brosse ? demanda-t-elle.

- Dans ma main qui écrit.

La jeune fille se contorsionna pour libérer sa main gauche et ainsi confier sa brosse licorne à Elisabeth et ce, sans faire tomber d’autres vêtements. Cette dernière tendit l’objet en dessous de la porte de la douche, une petite main aux ongles toujours encrassés la saisit. De suite les bruits d’un brossage sportif envahirent la pièce, Laurette écarquilla les yeux horrifiés qu’une personne puisse maltraiter autant ses propres cheveux.

- Léa, une amie vient de t’apporter de quoi t’habiller, il y a plein de couleurs, rouge, bleu, vert, gris et même jaune, tu veux quoi ?

- Le rouge, s’il vous plaît, c’est la couleur préférée de maman.

- C’est parti pour le rouge alors ! Mais avant ça je déclare l’opération pansements à chatons ouverte. Laurette peux tu aller dans l’infirmerie prendre la boîte blanche avec une croix verte dessus ? On va désinfecter tout ça et te mettre de jolis pansements, ma puce.

A certains endroits, les pansements ne suffirent pas et Elisabeth dû se battre avec des bandages. Eléanore fut patiente même si elle avait tendance à grogner un peu quand la directrice désinfestait des plaies un peu plus profondes. Par chance elle restait immobile et les soins n'en furent que plus rapides.

Propre et soignée, la fillette était maintenant prête à aller au lit. La directrice accompagna les deux enfants dans leur chambre sous le regard curieux de nombreuses pensionnaires, dont les têtes sortaient des portes entrebâillées. Laurette présenta la pièce à Eléanore en lui montrant son lit et les étagères où elle lui avait fait de la place pour ses futures affaires.

- Tu vas voir demain, on ira te trouver pleins de vêtement TROP Ả LA MO-DE !

La petite blonde était toutes excitée, le fait qu’il soit quatre heures du matin ne semblait pas altérer sa bonne humeur ni son énergie. Eléanore, quant à elle, écoutait sans dire un mot, se contentant de sourire quand Laurette la regardait.

- Bon, mesdemoiselles ! C’est l’heure de dormir. Léa, si tu as besoin de venir me voir, ma chambre est la dernière à droite, la porte avec tous les dessins.

Elisabeth borda les fillettes, éteignit les lumières et, ferma doucement la porte de leur chambre. Elle fit semblant de s’en aller, pour écouter un peu, afin de voir si Laurette réussirait à se tenir coite.

Au bout de cinq minutes, elle s’en alla. La nuit était loin d’être fini pour la directrice, il lui restait encore un rapport à taper sur l’arrivée de la jeune fille. L’enfant semblait à première vue équilibrée et aussi d'avoir reçu une bonne éducation, mais elle était toujours en plein déni sur la mort de sa mère. Les marques de doigts sur son corps la tracassaient beaucoup, les enquêteurs n’avaient sûrement pas pu les observer si elle ne se laissait pas faire. Si l’enfant était battue, elle pouvait très bien être à l’origine de l’incendie. La morsure du chien l'embêtait un peu, elle devrait l’emmener à l'hôpital demain.

Son esprit débordait d’interrogations et d’incertitudes, mais Elisabeth le pressentait, Eléanore avait encore bien des secrets.

Annotations

Recommandations

Défi
Kevin Rousselet
Voici ma participation au défi de "Accord écrit" et qui s'énonce comme ce qui suit :

« Bonjour !! Je vous propose d'écrire à partir de l'incipit de Stig Dagerman "Je suis dépourvu de foi et ne puis donc être heureux, car un homme qui risque de craindre que sa vie soit une errance absurde vers une mort certaine ne peut être heureux. Je n’ai reçu en héritage ni dieu, ni point fixe sur la terre d’où je puisse attirer l’attention d’un dieu : on ne m’a pas non plus légué la fureur bien déguisée du sceptique, les ruses de Sioux du rationaliste ou la candeur ardente de l’athée. Je n’ose donc jeter la pierre ni à celle qui croit en des choses qui ne m’inspirent que le doute, ni à celui qui cultive son doute comme si celui-ci n’était pas, lui aussi, entouré de ténèbres. Cette pierre m’atteindrait moi-même car je suis bien certain d’une chose : le besoin de consolation que connaît l’être humain est impossible à rassasier " dans Notre Besoin de consolation est impossible à rassasier.

Le texte lu dans son intégralité ici : https://www.youtube.com/watch?v=ofXXVHbZmlo

Que vous inspirent ces réflexions ? »
1
3
1
1
Genaysis
Quand l'amour d'une mère amène son lot de négativité
0
0
0
1
Salyne424
J'ai repris l'idée d'une fable de La Fontaine, Le chêne et le roseau, et j'en ai fait un poème. Et j'ai réussi - c'est assez étrange - à faire de cette idée un poème qui évoque le non-conformisme, plein d'une opinion très personnelle sur l'individu...
1
4
0
0

Vous aimez lire Fanny ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0