85 : Attention...

2 minutes de lecture

Tiburse se tenait devant nous, debout sur la plage, la main tendue vers une poignée de porte que personne ne pouvait voir. Derrière moi se tenait une vingtaine de personnes. Mes amis et les petits vieux venus nous prêter main forte.

« Vous êtes prêts ? »

J'ai répondu :

« Attends ! »

Dans ma tête résonnaient les préparatifs d'une bataille insensée à venir. Je vais vous distribuer le fichier son ! clamait la voix d'Érig.

« On n'a pas de cérébros ! avait répondu une petite vieille venue d'un canapé voisin. »

Menue, en robe de laine bleue, elle avait une tête d'oiseau ! Un papy bedonnant en pull violet à losanges avait surenchéri :

« Apparemment, ils sont désactivés chez les personnes atteintes d'Alzheimer. »

Mais le Capitaine et Sandra nous avaient alors assuré que les leurs étaient actifs. Ils devaient en être au début de la maladie. Seulement six personnes en mesure de recevoir et diffuser le fichier.

Lolo a refermé la main, prêt à ouvrir la porte sur la nuit.

Alors on s'était répartis en six groupes, une personne équipée à la tête de chacun. J'avais hérité de Riks et Gwennyn.

Érig m'avait tendu les mains pour que je les prenne. C'est une sensation étrange que de recevoir un fichier dans sa tête. Fermant les yeux, j'avais pu le voir se ranger dans un dossier. Les icones étaient sensiblement les mêmes que pour un ordinateur normal, jusqu'au nom du morceau. Rouvrant les yeux, j'avais fait :

« Je le diffuse comment ?

— Tu penses : "jouer Blah point mp3" »

Il y a des choses qui ne changent pas, quelle que soit la ligne temporelle.

Tiburse a dit :

« Je compte jusqu'à trois. »

Le morceau vibrait dans les paumes de mes mains levées devant moi. Qu'est-ce qui nous attendait dehors ? Quand tout le monde s'était levé pour se diriger vers la porte, le Capitaine avait lancé, avec un signe de tête vers moi et mes deux nouveaux acolytes :

« À partir de maintenant, je sais rien de ce qui va se passer, sauf pour ces trois-là ! »

Mais qu'est-ce qu'il voulait dire par là ?

« Un ! »

Je m'étais insurgé :

« Ça veut dire quoi, ça ? »

Alors il m'avait attrapé par les épaules :

« T'en fais pas, tout ira bien pour toi ! »

Je le trouvais de plus en plus bizarre.

« Deux ! »

Il s'était alors tourné vers Riks :

« On se revoit au débriefing.

— Ouais, mon poto, avait répondu le vieux sur un ton d'une grande lassitude. »

Je n'y comprenais absolument rien.

« Trois ! »

Tiburse a ouvert la porte et, en file indienne, tout le monde est sorti sous les étoiles, descendant le marchepied en bois, laissant la plage et le Soleil derrière nous...

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 5 versions.

Recommandations

Gérard Legat (Kemp)
Réalité augmentée.
7
9
5
1
Petit Brouillard Debout

Malgré le soleil,

L’eau se déverse d’en haut,
Naissent les couleurs.
174
109
7
3
Léa Wellens

Mon pelage est un brasier où luit ma prison
Gagnant ma maigre pitance au prix de prouesses
Pour cela, saute vers Krakatoa d'un seul bond
De mauvaise grâce ploie le genoux, votre altesse !
Mais je n'oserais dire un mot, je suis vivant
Me contenterais-je de cette situation ?
Mais de ma maison vous avez fait néant
Je succombre sous les coups d'un soleil de plomb
Montrant ces richesses qui ornent ma machoire
Qui selon une tradition guérira tout
Pourbeaucoup ma vie n'a que le prix de l'ivoire
Humains prenez-moi en pitié, Sauvez-nous !

Totem sacré, Nanouk est un de mes prénoms
Pour eux, peuple de la nuit, je suis une déesse
Et les dieux m'ont transformé en constellation
Pour avoir brisé mon serment de chasseresse
Cela est mon royaume depuis la nuit des temps
Je régnais sur cette immensité mon garcçon
En maitre des neiges le pelage luisant
Mangeant à ma faim, êtres des mers à foisson
Mais Poséidon poussé par le désespoir
Voit son royaume terassé de noirs poisons
Sans autres issues déferlent sur mon territoire
Humains prenez-moi en pitié, Sauvez-nous !

Pauvres huamains, dois-je vous traiter de guenon ,
Pour avoir fait courber Gaïa sous la tristesse
Où dans ses bras, je vagabonde trublion
Faut-il vous rappeler qu'elle seule est maitresse
Qui décidera sans appel des habitants
Et qui grâce à elle et sur elle vivront
Riant de vous, moi, moqueur tel un chenapan
pourtant parmi les clowns vous êtes le bouffon
Regardez ce que vous faites pour votre gloire
Vous me dites cousin car je suis proche de vous
Mais je suis plutôt rat dans vos laboratoires
Humains prenez-vous en pitié, Sauvez-nous!

Ô humain, vous qui êtes maitre du lendemain
Tigres, Ours et Singe ambassadeurs de ses légions
Les animaux exigent de vous votre devoir
Léguer la terre de vos aïeux, c'est tout
Car si terre se meurt alors avenir est noir
Prenez-nous en pitié, Sauvez-vous!
2
1
0
1

Vous aimez lire Éric Gélard ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0