62 : Retour aux Back in Time

2 minutes de lecture

De retour au son des Back in Time, je n'avais zappé aucune zone temporelle. En traversant le champ aux hologrammes, Worf sur les talons, puis celui des 62P, j'avais repéré pas moins de treize chépers potentiels, dans l'espace dépeuplé, entre les foules dansant devant les murs d'enceintes. Teufeurs et teufeuses errant seuls, le nez en l'air... Et encore, me disais-je. Ce n'est que la partie visible de l'iceberg. Combien y'en a-t-il au milieu des danseurs ?

Quelque-chose me turlupinait alors que, prenant le temps d'en tester au passage, mecs et meufs de tous âges répondant invariablement de la même manière...

« Eh, salut !

— Salut, on se connaît ?

— Non, moi c'est Fred. »

Ils se présentaient à leur tour puis :

« J'ai perdu mes potes ! »

Ou encore :

« On est en teuf ? »

« Je me souviens pas comment je suis arrivé là ! »

Bien sûr, ils auraient pu être tous tripax. Moi-même, je zappais des zones temporelles. Mais ils se souvenaient même pas du voyage jusqu'au teknival. Je m'attardais un peu et, même moi, ils finissaient par m'oublier. Encore plus flagrant : cette expression béate sur leurs visages. Je les laissais sur place pour passer au suivant, plus loin, avec cette impression désagréable que l'Univers me hurlait quelque-chose, au coin de mon champ de vision.

J'ai fait halte à l'épicentre des 62P...

Le robot au corps en damier noir et blanc enserrait toujours sa foule de danseurs, de ses bras en tuyaux de récuprération. En face, le mur des White Rabbit était toujours surmonté d'un énorme lapin blanc en peluche qui commençait, entre les spots rouges déjà allumés, à prendre une teinte rose. À l'autre pointe du triangle, la tête de Ché Guévara tournait lentement au-dessus des teufeurs rassemblés devant lui... Partout vibrait la musique techno, faisant trembler le sol sous mes pieds...

Mais qu'est-ce qui pouvait bien clocher dans ce décor ?

Ça a fini par me sauter aux yeux. Jusque-là, je m'étais pas rendu compte que les petits sons entre les gros s'ornaient eux aussi d'hologrammes. Un schtroumpf en kilt mixant sur des platines translucides, une tête de mort surgie de quelque film de pirates oublié et autres galéjades du genre dont, je sais que vous me croirez pas, Mickey Mouse dansant le smurf. On se serait crus à Disneyland !

Ils ont dû les rajouter pour la deuxième soirée, histoire d'y aller crescendo, me suis-je dit en traversant le champ suivant, direction les Back in Time.

Le Soleil touchait déjà l'horizon.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Gérard Legat (Kemp)
Réalité augmentée.
7
9
5
1
Petit Brouillard Debout

Malgré le soleil,

L’eau se déverse d’en haut,
Naissent les couleurs.
174
109
7
3
Léa Wellens

Mon pelage est un brasier où luit ma prison
Gagnant ma maigre pitance au prix de prouesses
Pour cela, saute vers Krakatoa d'un seul bond
De mauvaise grâce ploie le genoux, votre altesse !
Mais je n'oserais dire un mot, je suis vivant
Me contenterais-je de cette situation ?
Mais de ma maison vous avez fait néant
Je succombre sous les coups d'un soleil de plomb
Montrant ces richesses qui ornent ma machoire
Qui selon une tradition guérira tout
Pourbeaucoup ma vie n'a que le prix de l'ivoire
Humains prenez-moi en pitié, Sauvez-nous !

Totem sacré, Nanouk est un de mes prénoms
Pour eux, peuple de la nuit, je suis une déesse
Et les dieux m'ont transformé en constellation
Pour avoir brisé mon serment de chasseresse
Cela est mon royaume depuis la nuit des temps
Je régnais sur cette immensité mon garcçon
En maitre des neiges le pelage luisant
Mangeant à ma faim, êtres des mers à foisson
Mais Poséidon poussé par le désespoir
Voit son royaume terassé de noirs poisons
Sans autres issues déferlent sur mon territoire
Humains prenez-moi en pitié, Sauvez-nous !

Pauvres huamains, dois-je vous traiter de guenon ,
Pour avoir fait courber Gaïa sous la tristesse
Où dans ses bras, je vagabonde trublion
Faut-il vous rappeler qu'elle seule est maitresse
Qui décidera sans appel des habitants
Et qui grâce à elle et sur elle vivront
Riant de vous, moi, moqueur tel un chenapan
pourtant parmi les clowns vous êtes le bouffon
Regardez ce que vous faites pour votre gloire
Vous me dites cousin car je suis proche de vous
Mais je suis plutôt rat dans vos laboratoires
Humains prenez-vous en pitié, Sauvez-nous!

Ô humain, vous qui êtes maitre du lendemain
Tigres, Ours et Singe ambassadeurs de ses légions
Les animaux exigent de vous votre devoir
Léguer la terre de vos aïeux, c'est tout
Car si terre se meurt alors avenir est noir
Prenez-nous en pitié, Sauvez-vous!
2
1
0
1

Vous aimez lire Éric Gélard ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0