60 : Où suis-Je ?

2 minutes de lecture

« Viens, y'a un sentier, par-là, m'invitait le chien en trottant vers le fond du champ.

— Heu... »

Je m'étais arrêté sur place. Revenant vers moi :

« Qu'est-ce t'as ? T'as pas l'air bien !

— Si, si, ai-je répondu en me grattant la tête, mais... on est rendus où, là ?

— T'as encore zappé une zone temporelle !

— Heu... ouais, on peut dire ça ! »

Il a conclu en secouant une truffe désespérée :

« Faut que t'arrêtes le LSD, toi ! Tu te souviens de quoi ?

— Heu... ben... on était à la buvette, avec Érig. Et pouf, on se retrouve au milieu des hologrammes. »

Je scrutais les alentours, indécis. Une demi-douzaine de murs d'enceintes battaient le rythme techno, chacun pour sa foule de teufeurs en sweats et treillis des surplus militaires. Tous ou presque portaient des masques à leds. Rien que ce détail me mettait quelque peu mal à l'aise, j'en avais jamais vu autant. Chaque sound system était surplombé de son personnage en projection holographique. Encore un robot (ils font un carton, en teuf), un Transformer passant d'une forme humanoïde à celle d'un avion de chasse en tournant lentement sur lui-même. Bob l'Éponge, dans sa version tridimensionnelle super musclée tirée du film. Une sirène en plein strip-tease qui retirait sensuellement sa queue de poisson rose, dévoilant des jambes jaillissant d'un string de bain. Rick Wonderstar, chasseur de prime de l'espace, nouvelle coqueluche des jeunes, déguainait ses pistolasers sous son chapeau de cow-boy à visière de réalité augmentée. Harry Potter, la baguette tendue crachant un sort électrique au-dessus de la foule de danseurs. Et enfin... je ne saurais dire... une espèce d'amibe qui changeait de forme elle aussi mais alors... rien de descriptible. J'ai fini par lâcher :

« Dis donc, les hologrammes... je sais que ça attire le péquin, les nouveautés, mais là, ils font fort ! »

Worf m'a regardé de travers, langue pendante :

« De quoi tu parles ?

— Ben, des hologrammes ! J'attendais ça depuis longtemps en teuf, mais on dirait qu'ils sont tous en concurrence !

— Tu débloques, mec !

— Quoi ?

— Ça fait au moins quinze ans qu'ils utilisent des hologrammes, en teknival ! »

J'ai pas su quoi répondre. De toute façon, je m'adressais à un chien ! Qu'est-ce qu'il pouvait y connaître, aux hologrammes ? Finalement, j'ai fait :

« Laisse tomber. On va où ?

— Par-là, je t'ai dit, me montrait-il, de la truffe, le fond du champ entre Bob l'Éponge et la sirène. Y'a un sentier. Une rue du commerce, quoi ! Si de la Distorsion Treize se distribue, c'est là-bas. »

Me rappelant pourquoi on s'était mis en chasse, j'ai demandé :

« On en a vus, des nouveaux chépers ? »

Il m'a répondu en se mettant à trotter :

« On en a déjà repéré neuf. »

Je l'ai suivi, marmonnant :

« Pourquoi on les a pas accrochés ? »

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 5 versions.

Recommandations

Gérard Legat (Kemp)
Réalité augmentée.
7
9
5
1
Petit Brouillard Debout

Malgré le soleil,

L’eau se déverse d’en haut,
Naissent les couleurs.
174
109
7
3
Léa Wellens

Mon pelage est un brasier où luit ma prison
Gagnant ma maigre pitance au prix de prouesses
Pour cela, saute vers Krakatoa d'un seul bond
De mauvaise grâce ploie le genoux, votre altesse !
Mais je n'oserais dire un mot, je suis vivant
Me contenterais-je de cette situation ?
Mais de ma maison vous avez fait néant
Je succombre sous les coups d'un soleil de plomb
Montrant ces richesses qui ornent ma machoire
Qui selon une tradition guérira tout
Pourbeaucoup ma vie n'a que le prix de l'ivoire
Humains prenez-moi en pitié, Sauvez-nous !

Totem sacré, Nanouk est un de mes prénoms
Pour eux, peuple de la nuit, je suis une déesse
Et les dieux m'ont transformé en constellation
Pour avoir brisé mon serment de chasseresse
Cela est mon royaume depuis la nuit des temps
Je régnais sur cette immensité mon garcçon
En maitre des neiges le pelage luisant
Mangeant à ma faim, êtres des mers à foisson
Mais Poséidon poussé par le désespoir
Voit son royaume terassé de noirs poisons
Sans autres issues déferlent sur mon territoire
Humains prenez-moi en pitié, Sauvez-nous !

Pauvres huamains, dois-je vous traiter de guenon ,
Pour avoir fait courber Gaïa sous la tristesse
Où dans ses bras, je vagabonde trublion
Faut-il vous rappeler qu'elle seule est maitresse
Qui décidera sans appel des habitants
Et qui grâce à elle et sur elle vivront
Riant de vous, moi, moqueur tel un chenapan
pourtant parmi les clowns vous êtes le bouffon
Regardez ce que vous faites pour votre gloire
Vous me dites cousin car je suis proche de vous
Mais je suis plutôt rat dans vos laboratoires
Humains prenez-vous en pitié, Sauvez-nous!

Ô humain, vous qui êtes maitre du lendemain
Tigres, Ours et Singe ambassadeurs de ses légions
Les animaux exigent de vous votre devoir
Léguer la terre de vos aïeux, c'est tout
Car si terre se meurt alors avenir est noir
Prenez-nous en pitié, Sauvez-vous!
2
1
0
1

Vous aimez lire Éric Gélard ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0