41 : Mais qu'est-ce que je fous-là ?

2 minutes de lecture

La foule s'était clairsemée, devant le mur de Doc, comme devant les autres sound systems. Quelques motivés se trémoussaient encore, quasiment collés aux caissons de basse, torse-poil pour la plupart, probablement boostés au speed et à la cocaïne. Mais les autres s'étaient répartis en petites oasis de convivialité, assis dans l'herbe, reprenant des forces tout en profitant de la musique. La Delorean tournait encore, lentement, flottant au-dessus des derniers irréductibles danseurs. Jérem était aux platines, Martine à la buvette.

« Wohoho, Wohoho ! chantaient les enceintes sur un rythme surgi des temps passés. »

On se serait crus en discothèque, dans les années quatre-vingt-dix. Quant-à Cyril, au Fumarium presque désert...

Il s'était endormi !

Allongé sur sa banquette de DS. Mais il avait pas perdu les chépers. Ces derniers, toujours sur leurs propres sièges, continuaient de sourire vers les nuages du petit matin, surveillés par Worf. Il veillait sur eux, la langue pendante, assis sur son arrière-train, au milieu du carré formé par les banquettes. Célime s'est penchée pour lui flatter l'encolure en passant :

« C'est bien ! Bon chien, reste-là ! »

Puis elle s'est dirigée vers le fond du barnum. Je l'ai suivie, bercé par une voix féminine qui m'invitait à des délices inavouables alors qu'on franchissait la bâche noire :

« Boom, boom, boom, boom, I want you in my room ! »

Célime a frappé aux portes de la remorque blindée. Cette dernière s'est ouverte sur un Doc un peu fatigué. Des cernes se dessinaient sous ses yeux. En nous voyant, il a fait :

« Ah, ouais ! Vous tombez bien. Heuuuuu... »

Il est resté un moment, comme ça, sans bouger, la bouche ouverte, les yeux équarquillés, puis, comme si un générateur auxiliaire s'allumait tout-à-coup dans son esprit, il a redémarré :

« Attendez... »

Il a éteint la lumière dans le labo et en est descendu. La remorque est remontée d'au moins deux centimètres sur son essieu.

« Venez, faut qu'on parle ! »

Alors que Célime franchissait la bâche du fumarium, il a sorti sa fiole de LSD de la poche de sa blouse. Il en a déposé une goutte dans le creux de son pouce, y a donné un grand coup de langue puis, tendant le facon bleu ciel vers moi, les pupilles dilatées :

« T'en veux ? »

Indécis, j'ai répondu :

« Oui, enfin... bon... bof... »

L'instant d'après, on était assis sous le barnum, sur des sièges avant de 4L disposés en triangle. Célime demandait :

« Alors ? Y'a quoi, dans la Distorsion Treize ?

— J'en sais fichtrement rien ! répondait Doc avec la voix française de Christopher Lloyd. »

Et moi, je me demandais ce que je faisais là. J'avais zappé le trajet entre la bâche et mon siège.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 4 versions.

Recommandations

Gérard Legat (Kemp)
Réalité augmentée.
7
9
5
1
Petit Brouillard Debout

Malgré le soleil,

L’eau se déverse d’en haut,
Naissent les couleurs.
174
109
7
3
Léa Wellens

Mon pelage est un brasier où luit ma prison
Gagnant ma maigre pitance au prix de prouesses
Pour cela, saute vers Krakatoa d'un seul bond
De mauvaise grâce ploie le genoux, votre altesse !
Mais je n'oserais dire un mot, je suis vivant
Me contenterais-je de cette situation ?
Mais de ma maison vous avez fait néant
Je succombre sous les coups d'un soleil de plomb
Montrant ces richesses qui ornent ma machoire
Qui selon une tradition guérira tout
Pourbeaucoup ma vie n'a que le prix de l'ivoire
Humains prenez-moi en pitié, Sauvez-nous !

Totem sacré, Nanouk est un de mes prénoms
Pour eux, peuple de la nuit, je suis une déesse
Et les dieux m'ont transformé en constellation
Pour avoir brisé mon serment de chasseresse
Cela est mon royaume depuis la nuit des temps
Je régnais sur cette immensité mon garcçon
En maitre des neiges le pelage luisant
Mangeant à ma faim, êtres des mers à foisson
Mais Poséidon poussé par le désespoir
Voit son royaume terassé de noirs poisons
Sans autres issues déferlent sur mon territoire
Humains prenez-moi en pitié, Sauvez-nous !

Pauvres huamains, dois-je vous traiter de guenon ,
Pour avoir fait courber Gaïa sous la tristesse
Où dans ses bras, je vagabonde trublion
Faut-il vous rappeler qu'elle seule est maitresse
Qui décidera sans appel des habitants
Et qui grâce à elle et sur elle vivront
Riant de vous, moi, moqueur tel un chenapan
pourtant parmi les clowns vous êtes le bouffon
Regardez ce que vous faites pour votre gloire
Vous me dites cousin car je suis proche de vous
Mais je suis plutôt rat dans vos laboratoires
Humains prenez-vous en pitié, Sauvez-nous!

Ô humain, vous qui êtes maitre du lendemain
Tigres, Ours et Singe ambassadeurs de ses légions
Les animaux exigent de vous votre devoir
Léguer la terre de vos aïeux, c'est tout
Car si terre se meurt alors avenir est noir
Prenez-nous en pitié, Sauvez-vous!
2
1
0
1

Vous aimez lire Éric Gélard ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0