27 : L'Énigme de la Pierre Brûlante

2 minutes de lecture

Joignant les doigts des deux mains, Myrdhin a penché la tête, les yeux fermés. Au bout de quelques secondes, il l’a relevée et :

« Quelle pierre donne le mal de mer mais sur terre, brûle comme le Soleil mais aussi à l'intérieur, et fait pleuvoir la coiffe avant l'heure ? »

Un ange est passé. Finalement, j’ai dit :

« C’est ça, votre énigme ? »

Pas de réponse.

« Si je trouve pas, qu'est-ce qui m'arrive ?

— Je t'envoie dans un autre rêve, a répondu l'enfant.

— Ah ! Eh bien, c'est l'uranium. Vous n'en auriez pas une plus dure, par hasard ? J'aime bien, les énigmes.

— L'uranium ?

— Une pierre qui brûle tout ce qui l'entoure, mais lentement. Elle est radioactive. Faites attention, c'est mortel !

— Et tu dis qu'en la mettant dans une boîte en plomb, j'élimine son pouvoir ?

— Oui. Enfin, normalement. Je ne suis pas physicien nucléaire !

— Merci. »

Il m’a contemplé encore un instant, puis, levant une main vers moi :

« Réveille-toi ! »

De son index jaillissait un jet chaud et gluant. Le liquide m’aspergeait le visage tandis que le décor se brouillait dans un fondu au noir.

Je n’étais pas debout mais allongé, sur le dos, dans l'herbe. Ma tête pulsait d’un horrible mal de crâne. Le jet m'aspergeait toujours, mais ce n'était pas de l'eau. Ça sentait l'urine !

Un haut le cœur remontait le long de ma gorge. D'un bond, je me suis retrouvé assis. Il faisait toujours nuit. À mes côtés, Worf me contemplait, la patte arrière encore levée. J’ai lancé, écœuré :

« Mais, tu m'as pissé à la gueule !

— Il t’aurait bien léché la face, m’a répondu une autre voix, au-dessus de moi, mais tu t’es gerbé dessus. Tous les chiens n’aiment pas le dégueulis. Qu’est-ce qui s’est passé ? »

Érig me surplombait, debout, de l’autre côté. Sous cet angle, avec son chapeau noir et son cache-poussière, ça faisait carrément western. J’étais envahi par un mélange d’odeurs de pisse de chien et de vomi. Mon t-shirt en était couvert. Relevant la tête, j’ai fait :

« C’est pas le mien !

— C’est ça, ouais ! Et la bosse qui te pousse sur le front, c’est pas la tienne, non plus ? »

Tâtant d’une main le foyer douloureux au-dessus de mes sourcils :

« Si. »

Je sentais aussi comme une douleur, au mollet droit. Mais j’ai préféré rien dire. Il m’a tendu la main pour m’aider à me relever :

« Allez viens, on va soigner ça. »

Puis, alors que je lui emboîtais le pas, direction le son des Back In Time, il a lancé, comme une bombe, par-dessus son épaule :

« Au fait, on a perdu les chépers. »

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Gérard Legat (Kemp)
Réalité augmentée.
7
9
5
1
Petit Brouillard Debout

Malgré le soleil,

L’eau se déverse d’en haut,
Naissent les couleurs.
174
109
7
3
Léa Wellens

Mon pelage est un brasier où luit ma prison
Gagnant ma maigre pitance au prix de prouesses
Pour cela, saute vers Krakatoa d'un seul bond
De mauvaise grâce ploie le genoux, votre altesse !
Mais je n'oserais dire un mot, je suis vivant
Me contenterais-je de cette situation ?
Mais de ma maison vous avez fait néant
Je succombre sous les coups d'un soleil de plomb
Montrant ces richesses qui ornent ma machoire
Qui selon une tradition guérira tout
Pourbeaucoup ma vie n'a que le prix de l'ivoire
Humains prenez-moi en pitié, Sauvez-nous !

Totem sacré, Nanouk est un de mes prénoms
Pour eux, peuple de la nuit, je suis une déesse
Et les dieux m'ont transformé en constellation
Pour avoir brisé mon serment de chasseresse
Cela est mon royaume depuis la nuit des temps
Je régnais sur cette immensité mon garcçon
En maitre des neiges le pelage luisant
Mangeant à ma faim, êtres des mers à foisson
Mais Poséidon poussé par le désespoir
Voit son royaume terassé de noirs poisons
Sans autres issues déferlent sur mon territoire
Humains prenez-moi en pitié, Sauvez-nous !

Pauvres huamains, dois-je vous traiter de guenon ,
Pour avoir fait courber Gaïa sous la tristesse
Où dans ses bras, je vagabonde trublion
Faut-il vous rappeler qu'elle seule est maitresse
Qui décidera sans appel des habitants
Et qui grâce à elle et sur elle vivront
Riant de vous, moi, moqueur tel un chenapan
pourtant parmi les clowns vous êtes le bouffon
Regardez ce que vous faites pour votre gloire
Vous me dites cousin car je suis proche de vous
Mais je suis plutôt rat dans vos laboratoires
Humains prenez-vous en pitié, Sauvez-nous!

Ô humain, vous qui êtes maitre du lendemain
Tigres, Ours et Singe ambassadeurs de ses légions
Les animaux exigent de vous votre devoir
Léguer la terre de vos aïeux, c'est tout
Car si terre se meurt alors avenir est noir
Prenez-nous en pitié, Sauvez-vous!
2
1
0
1

Vous aimez lire Éric Gélard ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0