23 : C'est par-là !

2 minutes de lecture

C’était de la folie. Du pur délire. J’adore la teck, mais chacun sait que ça fait fuir les lapins ! J’étais assis dans l’herbe, en compagnie d’un chien parlant et d’une bande de chépers à la mémoire en berne. De l’autre côté du groupe, Cyril contemplait les étoiles avec un sourire béat.

J’ai sorti le ticket de caisse plié en huit de ma poche de pantalon. Je l’ai déplié. Je ne sais pas combien de temps je suis resté à contempler le demi trip restant, dans le creux du papier, sur la paume de ma main. Comment un si petit bout de carton pouvait-il provoquer de telles hallucinations ? D’habitude, ça faisait juste vibrer l’air, tanguer le monde, je pouvais avoir des trous de mémoire mais…

J’ai regardé le chien, allongé dans l’herbe, à côté de moi. Finalement, j’ai soufflé :

« OK, t’es pas un klingon. »

Il faisait pas attention à moi. Tout-à-coup, il s’est levé sur ses pattes, les yeux rivés sur l’un des chépers, au bord du troupeau. Ce dernier s’était mis debout. Brun, portant juste un t-shirt et un pantalon noirs, il commençait à s’éloigner du groupe.

Je me suis levé à mon tour et je l’ai rattrapé :

« Eh, attends ! »

Le mec s’est arrêté. se tournant vers moi :

« On se connaît ?

— Ouais, ouais ! Tu te souviens pas parce que t’as pris un truc. On attend tes potes, là, reviens !

— Ah, OK ! »

Et il est revenu. Mais alors que je me tournais vers les autres… surprise ! Ils étaient tous en train de se lever. Ils partaient dans toutes les directions ! Cyril les rattrapait, un par un, comme je venais de le faire avec le premier. Je m’y suis mis à mon tour, mais dès qu’on en asseyait un ou une, il s’en échappait deux.

Le chien courait dans tous les sens, aboyant sur les herbes alentours. C’est alors que je les ai vus. Les lapins ! De toutes les tailles, de toutes les couleurs. Tout autour du groupe, ils hélaient les chépers, avec de toutes petites voix de dessin animé :

« C’est par-là !

— C’est par-là !

— Hého !

— C’est par-là !... »

Attirant les amnésiques dans toutes les directions.

Worf c’est jeté sur l’un d’eux, un gros au poil noir. Il l’a attrapé dans sa gueule et l’a secoué dans tous les sens. Ça giclait le sang ! Alors les autres se sont regroupés autour de lui. Il a lâché sa proie. Celle-ci est tombée dans l’herbe comme un chiffon, morte. De sa voix graveleuse, le clebs a lancé :

« Lâchez-nous, boules de poils ! »

L’albinos lui a répondu :

« Encore toi ? »

Avec un mouvement en arrière, le chien s’est étonné, surpris :

« Bob ?

— Eh ouais, Bob ! Toujours, Bob ! Il faut que je fasse quoi pour que toi, tu me lâches, sale klingon ?

— Je sais pas, peut-être que t’arrêtes d’essayer de détruire l’Univers ? »

Tous les lapins se sont jetés sur le chien. Il se débattait comme un diable.

Cyril faisait pas attention à l’échange. Occupé à rassoir les chépers, il m’a crié :

« Ho, Fred, y’en a un qui s’échappe, là-bas ! Je peux pas m’occuper de tout le monde ! »

Son sourire avait disparu. Il était visiblement en train de revenir de sa transe. Plus loin, en direction des fresques précolombiennes, Marco avait pris le large, suivant un petit groupe de lapins.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Sébastien Guéry

Quand mon encre fuit en ces lettres oniriques,
Je jouis de ces vers, emplis d’un fin millésime,
De ce doux nectar, issu de champs idylliques,
Emplissant ma mine de ces essences intimes,

Ces sublimes scènes d’émotions, se dessinant
Au gré des élans lunatiques de ma plume,
Me font rêver à tous ces décors si charmants,
À ces vallées magiques, exempt d'amertume,

Ce pays, d'une douceur unique et exquise,
M'enivre de pensées tellement délicieuses,
Et me dévoile un univers plein de surprises.

Tous ces fameux décors qui se donnent à moi,
Et me font languir de ce plaisir si grandiose,
M'enchantent de ces lettres si merveilleuses : OSE.
0
0
0
0
Gérard Legat (Kemp)
Réalité augmentée.
7
9
5
1
MarieF
L'enfant va se coucher
2
2
3
0

Vous aimez lire Éric Gélard ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0