19 : On fait pas toujours ce qu'on veut

2 minutes de lecture

Sur le chemin du retour une idée me trottait dans la tête. Je n'arrêtais pas de penser à Worf. C'était idiot, je sais, mais jamais le pétard ne m'avait transformé en Dr Doolittle !

« T'en fais pas, m'a lancé mon ami en marchant, si tu pars en bad, je te rattraperai !

— C'est pas ça mais... »

Tout-à coup, quelque chose a attiré mon attention, dans l'herbe, à quelques pas.

« Le chimiste... l'autre a dit qu'il discutait avec un lapin. »

Deux longues oreilles, blanches, dépassaient des fourrés. J'ai secoué la tête, les yeux fermés... plus rien. On croisait d'autres teufeurs, par petits groupes. Aucun ne semblait s'inquiéter de ce qui pouvait pousser à leurs pieds.

« Et alors ? poursuivait Érig. Il doit être perché !

— Oui mais... »

Je me faisais des idées, le LSD, ça n'agit pas aussi vite que ça. On venait de me parler de lapin, alors j'en ai vu un, point barre. De la suggestion. Mais quand-même, un clebs m'avait adressé la parole ! Alors j'ai tourné autour du pot :

« Célime a dit que l'Univers vous réunissait chaque fois qu'il a besoin de vous.

— Tu sais, Célime, elle aime le mystique. La spiritualité par les anges, des choses comme ça.

— Pas toi ?

— On n'a pas le même point de vue sur la spiritualité.

— Comment ça ?

— Éthymologiquement, ça ne concerne que l'esprit. Elle croit aux êtres immatériels bienveillants, qui nous guident comme des muses. Je ne crois qu'à celui qui est dans ma tête. Pour moi, la spiritualité, ça veut dire élever son propre mental, afin d'évoluer en bien, mais ça s'arrête là.

— Mais... vous n'avez jamais vécu de choses incroyables ?

— Comme quoi ?

— Je ne sais pas, moi, des animaux qui parlent ! »

Il s'est arrêté, plongeant son regard dans le mien :

« T'as entendu parler un animal ? »

Comment lui dire que c'était son chien ? Alors j'ai répondu :

« Non, je... non... mais... voilà, quoi ! Votre histoire d'amants holistiques, réunis par le hasard quand l'Univers a besoin de vous, c'est quand-même chelou ! Il a besoin de vous pour faire quoi ? Juste sauver des chépers ?

— C'est plus compliqué.

— Alors j'ai raison, il se passe des trucs chelous !

— Oui, tout le temps ! Je le reconnais, si Célime et moi sommes réunis au même endroit, tu peux être sûr que ça va virer au bizarre. »

Reprenant sa marche :

« Il faut garder l'esprit ouvert, c'est vrai, mais aussi la tête froide. C'est toujours lié à la drogue.

— Je croyais que vous aviez arrêté !

— On fait pas toujours ce qu'on veut. »

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Sébastien Guéry

Quand mon encre fuit en ces lettres oniriques,
Je jouis de ces vers, emplis d’un fin millésime,
De ce doux nectar, issu de champs idylliques,
Emplissant ma mine de ces essences intimes,

Ces sublimes scènes d’émotions, se dessinant
Au gré des élans lunatiques de ma plume,
Me font rêver à tous ces décors si charmants,
À ces vallées magiques, exempt d'amertume,

Ce pays, d'une douceur unique et exquise,
M'enivre de pensées tellement délicieuses,
Et me dévoile un univers plein de surprises.

Tous ces fameux décors qui se donnent à moi,
Et me font languir de ce plaisir si grandiose,
M'enchantent de ces lettres si merveilleuses : OSE.
0
0
0
0
Gérard Legat (Kemp)
Réalité augmentée.
7
9
5
1
MarieF
L'enfant va se coucher
2
2
3
0

Vous aimez lire Éric Gélard ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0