VI

2 minutes de lecture
— Réveille-toi, Moerani.

Ma migraine est toujours là, j’ai un mal fou à ouvrir les yeux. Pendant quelques secondes, j’ai l’impression d’entendre la douce voix de mes rêves, puis je réalise que je me trompe. Je sursaute en reconnaissant ma patronne penchée sur moi.

— Tout va bien, murmure-t-elle.

Je suis dans un lit qui n’est pas le mien. La chambre est circulaire et tout aussi richement décorée que la « Versailles » à la différence notable que le mur est un écran gigantesque, panoramique, sur lequel s’étire paresseusement une mer calme baignée par les rayons de lune.

— Je t’ai amenée chez moi, pour que nous y soyons tranquilles. Dis-moi ma fille, qu’as-tu vu ?

Sans son maquillage extravagant, Madame Gauthier me fait l’effet d’une vieille dame fatiguée. Je ne remarque que maintenant les rides qui creusent son visage. Une pilule de rajeunissement, sans doute. Voilà qui explique pourquoi les années n’ont pas d’emprise sur sa physionomie.

— Je n’en ai pas la moindre idée.

Ce qui est juste. J’ai vraisemblablement pris plus de drogue que je ne le pensais. Est-ce que je risque ma place, à force de me réveiller après les clients ?

— Raconte-moi.

Je m’exécute, guidée par le sentiment étrange que je peux lui faire confiance. Je suis persuadée qu’elle va se mettre à rire et me dire que j’ai trop forcé sur la dose. Pourtant, quand je termine mon récit, sa réaction n’est pas celle que j’attendais.

— Incroyable.

Ses yeux brillent avec force, cela me rend bouche bée. D’une main, elle caresse délicatement ma joue, mon front et mes cheveux. Son geste est doux, presque maternel. Une étrange sensation de familiarité m’étreint.

— Je savais qu’il existait des personnes hors du commun, capables de traverser le temps. Mais je n’ai jamais rencontré quelqu’un comme toi.

Nerveuse, je ne peux retenir mon rire. Ma patronne me semble plus folle que je ne le suis.

— Je ne comprends pas ce que vous dites, avoué-je. Je crois avoir simplement fait un rêve curieux à cause d’un mauvais dosage, c’est la seule explication.

Madame Gauthier hoche la tête. Elle me regarde avec une pitié que je ne saisis pas.

— Il y a très longtemps, raconte-t-elle, j’ai rencontré un homme étrange. Lui et sa compagne luttaient pour une cause qui nous était chère à tous. C’était une autre époque, elle n’existe plus, à présent. Ces deux jeunes gens étaient ce que l’on appelle des Passeurs.

Quelque chose remue dans les brumes de ma mémoire, un souvenir que j’avais enterré juste avant mon départ.

— Les Passeurs sont toujours issus de grandes familles, ils ont la capacité de traverser le temps quand la situation l’exige. Leurs pouvoirs sont accordés par un Trio, que l’on appelle les Nornes, mais ils sont limités. Une fois leur mission accomplie, leurs facultés disparaissent jusqu’à ce que de nouveaux Passeurs soient assignés.

— Alors… C’est ce que je suis ?

J’ai vraiment du mal à en croire mes oreilles. Pourtant, au fond de moi, je sais déjà quelle va être la réponse.

— Ton pouvoir est encore plus grand. Tu as l’habilité de visiter les Limbes, le monde de l’onirisme avorté. Tu es une Tisseuse de Rêves.

 Sa révélation n’a pas l’effet escompté sur moi. Je suis groggy.

— Une Norne, si tu préfères, corrige Madame Gauthier, ce qui signifie que tu ne dois pas rester ici.

— Vous me renvoyez ?

— Non, mon enfant, je te laisse t’envoler.

Annotations

Recommandations

Défi
Chatquiécrit
Chaque jour, un nouveau mot, et une explication.
En réponse à mon défi "un mot par jour"
27
15
2
2
Défi
Klaire.DBS
Réponses au défis "en 6 mots".

Pas simple comme exercice ! j'espère que vous serez convaincu(e)s par mes propositions =)
50
31
3
0
Défi
marion .
Une jolie initiative non ?
3
2
0
1

Vous aimez lire Sophie Castillo ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0