Chapitre 34 : La force de la vulnérabilité

9 minutes de lecture

Du côté du domaine de Draggar, Zoobohz rentrait en compagnie de l’escouade de Mélorya. Il n’avait pas réussi à mettre la main sur Alendahl ni même trouver des débuts d’indices. Néanmoins, avec un corps de guerre supplémentaire présent sur place, la défense du siège s’en voyait renforcée. Pour la plus grande joie de Tzoyl, les nouveaux arrivants allaient, à l’instar de leurs compagnons avant eux, se faire tatouer. Mais avant, Mélorya et les siens repartirent vers le centre pour récupérer leurs effets personnels. Cela pourrait s’avérer dangereux, car désormais, le protecteur de guilde – Veg’haral – ne gardait plus que le domaine de Draggar. Fière comme un Felister, elle jugea le risque bon à prendre, à l’exemple d’un excellent entraînement pour ses disciples. De plus, en tant que deuxième force de guerre de la Liste Noire, elle pouvait se défendre contre la très grande majorité de ses adversaires. Mais sa garde pouvait-elle en dire autant ? Elle comptait sur cette mission pour le découvrir. Pour la bonne raison que le domaine de Draggar restait un lieu dissimulé – même pour certains membres de la guilde –, Arch se joignit à eux afin de les guider jusqu’au siège.

— Dis-moi, Arch, comment espères-tu t’y prendre pour connaître la date à laquelle nous allons devoir lancer l’assaut ? demanda Mélorya.

— C’est mon petit secret à moi, répondit-il en arborant un large sourire. Ma famille mène l’enquête à Zenfei. C’est eux qui vont me fournir toutes les informations dont nous pourrions avoir besoin.

— Ah ! tu laisses les autres faire tout le travail ? Malin, ajouta-t-elle.

Mélorya aspirait à rencontrer un ennemi sur sa route pour évaluer la force de son escouade. Fière, elle désirait absolument que son groupe s’avère le meilleur des quatre corps de guerre. À son arrivée au domaine, elle avait vu que les disciples de Sadokon se défendaient plutôt bien. Son orgueil en prendrait un sérieux coup si la troupe de ce dernier se trouvait supérieure à la sienne. Elle le vivrait comme une honte que de simples individus sans capacités spéciales puissent surpasser des animistes. Ils progressèrent à travers la jungle et toujours aucun signe hostile. Ils finirent par atteindre le siège sans encombre.

Arch savait qu’il n’y avait rien à craindre, car l’ennemi demeurait fictif et il se gardait bien de le dire.

— Bien, récupérer vos affaires, dès que c’est terminé, on lève le camp, déclara Mélorya.

— Tu ne recouvres pas les tiennes ? demanda Arch intrigué.

— Je n’ai besoin de rien ! Mais merci de t’en inquiéter, rétorqua-t-elle.

Arch en profita aussi pour prendre quelques-uns de ses effets. Ensuite, il se dirigea vers le cabanon de Mélorya. Même si elle ne le voulait pas, il allait lui chercher des biens qui se montreraient utiles. En y pénétrant, il fut stupéfait par ce qu’il vit. Il comprenait à présent sa réponse. Il n’y avait que le strict nécessaire, aucune décoration, peu importe la pièce. Le vide semblait dominer la propriété. Il revint auprès de Mélorya pour essayer d’en apprendre plus.

— Tiens, je pense que c’est à toi, lui annonça Arch en lui présentant sa paume ouverte.

Mélorya reconnut immédiatement les alliances de ses parents. Furieuse, elle s’en empara brutalement. La main d’Arch prit un sérieux coup.

— Où les as-tu trouvés ? questionna-t-elle.

— Chez toi, répondit naturellement Arch. En visitant l’endroit, j’ai été étonné de tomber sur une vieille boîte en bois au milieu du néant qui régnait partout. C’est dedans que je les ai découvertes. J’ai comme l’impression qu’en réalité, ta maison sert à cacher ses alliances.

— Ce n’est pas ma maison ! lança-t-elle. Ma maison, c’est le champ de bataille. Je ne vis que pour me battre. Ces alliances me rendent faible, mais je n’arrive pas m’en débarrasser.

— Je ne suis pas d’accord avec toi, confia Arch. Les souvenirs que l’on a des êtres qui nous demeurent chers se révèlent une force. Refouler ce que tu ressens est ce qui te rend faible.

Arch prit les mains de Mélorya et commença à glisser les bijoux à l’annulaire de chacune d’elles.

— J’imagine que tes parents se trouvent la raison pour laquelle tu te bats, déclara Arch. À présent, tu ne combats pas seulement pour eux, mais aussi avec eux.

Sa colère s’estompa à mesure qu’Arch enfilait les bagues. Une fois la seconde mise, Mélorya scintilla d’une vive lumière ardente. À son contact, Arch se sentit apaisé et heureux. Leur mission accomplie, les disciples animistes revinrent auprès de leur commandante. Ce qu’ils virent les laissa sans voix. En effet, alors qu’il faisait beau et chaud, de la glace se formait sur le corps de leur chef.

— Que se passe-t-il, Arch ? demanda un des apprentis.

— Comment ça ? Qu’est-ce qu’il…

Quand Arch porta son regard sur sa camarade, il fut choqué de voir du givre la recouvrir. Autour d’eux, la température avait drastiquement chuté.

— Reculez tous ! ordonna Arch.

Mélorya semblait ailleurs, comme si elle se trouvait au beau milieu d’un rêve éveillé. Arch avait beau essayer de lui parler, elle ne donnait pas l’impression de l’entendre. Tous pensèrent que le verglas était en train de la tuer à petit feu. Ils firent de leur mieux pour le contenir. Mais on avait la sensation que le givre devenait plus dense au fil du temps.

— Comment allons-nous faire pour la sauver ? paniquèrent ses recrues.

— Du calme, perdre son sang-froid ne résoudra rien, suggéra Arch. Nous devons comprendre pourquoi elle se transforme en une statue de glace.

Le phénomène de gel avait débuté lorsqu’Arch lui fit porter les alliances de ses parents. S’ensuivit à ce moment-là un épais dégagement de chaleur. De plus, la température autour d’elle ne cessait de diminuer. Il continuait de réfléchir. Ceci ne ressemblait à aucune technique d’animiste connue, à moins que… Arch se souvînt de sa rencontre avec Mwrida et de sa lutte contre le membre d’Apex. Elle lui avait enseigné les rudiments du shamanisme de combat. Et plus important, elle lui avait fait comprendre que cette classe possédait des niveaux de compétences. Le premier – le plus basique – consistait à pouvoir user de sa propre énergie spirituelle afin de matérialiser des choses ou créer des attaques directes. Le deuxième correspondait à la capacité à exploiter l’énergie spirituelle d’une entité extérieure, dans le cas d’Arch c’était l’esprit de Mwrida. Alors était-il possible que Mélorya fasse l’expérience de l’acquisition de pouvoirs supérieurs ? Même si c’était le cas, Arch ne se trouvait pas plus renseigné sur le moyen de lui venir en aide.

— Laissez-moi m’en occuper, clama quelqu’un approchant.

Une sorte de puissante boule de feu, provenant de nulle part, fut projetée en direction de la tête de Mélorya. Celle-ci fit fondre instantanément une partie de la glace.

— Mélorya, écoute-moi, tout ceci n’est qu’une illusion. Ferme les yeux et abandonne-toi. Suis la chaleur, déclara la voix.

Tout le monde paraissait en émoi. Après quelques minutes, Mélorya reprit connaissance. Lorsqu’elle rouvrit les yeux, le givre autour d’elle s’évapora dans une chaude brume. Arch courut la rattraper dans ses bras.

— Est-ce que ça va ? lui demanda-t-il.

— Ne t’inquiète pas, elle se porte bien, elle est juste un peu fatiguée, rassura son sauveur en se dévoilant.

— Zoobohz ! Mais qu’est-ce que tu fabriques là ? s’enquit Arch surpris.

— J’ai ressenti un grand flux d’énergie en provenance du siège. Je me suis dit que cela pouvait être quelqu’un d’Apex. En vous rejoignant, j’ai compris que les aptitudes de Mélorya étaient en train de progresser. Lors du premier stade d’évolution chez les animistes, ceux-ci apprennent à maîtriser ce que l’on nomme l’endothermie. Ils se montrent désormais capables de drainer l’énergie de ce qu’ils touchent. Malheureusement, elle a perdu le contrôle de ses pouvoirs comme le prouve son armure de glace. Son corps absorbait frénétiquement la chaleur de l’air à son contact, d’où la condensation et la formation de givre sur elle.

— Comment sais-tu tout cela ?

— Je suis moi-même passé par cette étape, excepté que j’ai pris conscience que ce que j’étais en train de vivre était fictif. Pour déclencher le phénomène d’évolution, l’animiste doit être soumis à une transition émotionnelle forte. Ceci le plonge dans une sorte de rêve. La perte de contrôle survient quand il ne parvient pas à se sortir de cette illusion, parce qu’il refuse de faire face à la réalité. Sans le vouloir, Arch avait poussé Zoobohz à révéler un de ses secrets. La guilde découvrait donc à présent que leur meneur appartenait à cette classe, qui plus est, d’un niveau hors du commun d’après son histoire. Arch savait aussi qu’il était un shaman sans pour autant connaître son échelon. Nul doute, Zoobohz avait bien mérité sa place de chef des armées au sein d’Apex.

Ses affaires récupérées, l’escouade des animistes se trouvait prête à se rendre au domaine de Draggar. Zoobohz portait sur son dos une Mélorya abattue par la fatigue. Arch, comme à son habitude, menait la voie. Ils arrivèrent avant la tombée de la nuit. La troupe de Sadokon avait préparé un immense festin pour le retour de leurs compagnons. Zoobohz emmena Mélorya auprès de Selivy pour s’assurer de son bon état de santé. Mosz profita de l’occasion pour faire partager aux membres son nouveau breuvage. Il y avait de la nourriture à profusion et la boisson coulait à flots. La guilde organisa à l’improviste cette fête pour oublier pour un temps ses soucis et savourer l’instant. À l’abri des regards, Arch apportait furtivement des mets du banquet à ses proches qui vivaient embusqués de l’autre côté du fleuve. Seul Zoobohz semblait ne pas profiter de l’évènement. Il restait au chevet de Mélorya. Les plus anciens membres de la Liste Noire supposaient qu’elle était en quelque sorte sa fille adoptive. Il l’aurait certainement entraînée au combat dès son plus jeune âge et c’est ce qui justifierait sa position de deuxième force de guerre.

— Elle va bien, Zoobohz, tu n’es pas obligé de veiller jusqu’à son réveil, lui indiqua Selivy.

— Merci pour ton aide, mais je vais continuer à lui tenir un peu compagnie, déclara-t-il.

Selivy laissa Zoobohz seul aux côtés de Mélorya pour rejoindre la fête qui battait son plein.

— Tiens, j’imagine que tu dois avoir faim.

— Ah, merci Arch, ajouta Zoobohz.

— Tu vas rester ici toute la soirée ?

— Je viens de réaliser que les festivités c’était plus de mon âge. Je suis du genre à méditer au calme.

Arch considérait plutôt qu’il était en train de prendre conscience qu’il demeurait plus faible qu’il ne le pensait. La peur de ne pas pouvoir rivaliser avec Alendahl l’obnubilait. La vengeance de Whckl avait l’air de porter ses fruits. Néanmoins, celui-ci devait attendre l’affrontement avec le Majestic 13 pour pouvoir régler ses comptes entièrement.

Le lendemain matin, toute la guilde dormait paisiblement. La fête y s’avérait pour beaucoup. Tous les membres, à l’exception de Zoobohz et Mélorya, s’étaient défoulé jusqu’à épuisement total. Arch semblait se trouver au beau milieu d’un rêve à la vue de ses mouvements agités. Étrangement, son alliance se mit à scintiller subitement. Celle-ci rayonnait depuis plusieurs minutes maintenant. Lorsque la bague cessa de luire, Arch se réveilla. Il se leva délicatement afin de ne pas produire trop de bruit. Il sortit de la maison et regarda les alentours. Il avait l’impression de se situer au milieu d’un champ bataille à la différence que les corps allongés au sol n’avaient pas l’air de cadavres. La voie semblant libre, il gagna la cache de Draggar pour discuter avec ce dernier.

— J’ai une bonne nouvelle, les amis ! les informa Arch. La famille de Seneth a réussi à dénicher une date pour attaquer le Majestic 13. Elle nous donne rendez-vous au prochain solstice d’hiver.

— Hum… ça fait presque un an… Enfin, c’est déjà mieux que rien, déclara Draggar.

— Oui, mais ce n’est pas une si mauvaise chose, ça laisse du temps à La Liste Noire pour s’entraîner, c’est préférablement un avantage, commenta Baryton.

— Que nous réserve la suite de votre plan ? demanda Arch.

— Nous te confions la supervision des opérations ici, répondit Draggar.

— Nous, nous allons retourner à Zenfei pour nous organiser avec la famille, ajouta Seneth.

— Si vous voulez mettre les voiles, vous pouvez partir maintenant, toute la guilde se trouve au pays des rêves.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Vous aimez lire Le Chon ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0