Chapitre 2.1

4 minutes de lecture

C'est comme ça qu'elles nous élèvent. Toutes ensembles. Ainsi, on tisse des liens inébranlables, on en oublie sa première famille. Et qui irait trahir ses sœurs ? Il y a une hésitation, au minimum. De plus, au fil du temps, on apprend à compter sur les autres. On finit par savoir comment chacune d'entre nous agit. On peut même prévoir les actions des autres. Ensemble, personne ne peut nous battre. C'est la stratégie de l'Organisation.

Mes sœurs et moi restâmes plus de dix ans sans la moindre longue séparation. A partir de huit ans, nous avions parfois des missions, à une ou deux. Le plus souvent, cela consistait à infiltrer telle maison sous les traits d'enfants perdues dans le but de récolter des informations. Parfois, notre aspect innocent nous permettait de tuer les hors d'atteinte. Ceux qui se méfient de tout. Sauf des petites filles.

Au lieu de jouer à la marelle ou de taper dans un ballon, nous apprenions à manier les armes à feu, à devenir multilingue ou à savoir pirater des systèmes de sécurité. Nous tenions chacune un carnet spécifique. Nous devions retranscrire précisément chaque mission. Nous comparions entre nous le nombres de cibles atteintes. Cibles humaines. On recevait une petite marque sur le dos de notre main dominante pour chacune d'elles. A l'âge de dix ans, la plupart d'entre nous avait au moins une demi-douzaine de cicatrices. J'en avais treize le jour de mon dixième anniversaire, j'en étais fière, c'était même plus que certaines filles des groupes supérieurs. Les Dames me privilégiaient souvent car j'étais la plus petite, je pouvais me faufiler partout, mais aussi parce que j'étais la plus maligne de mes sœurs. La plus impitoyable aussi. Je ne tremblais jamais.

C'était excitant. Cela ne fait pas si longtemps que j'ai compris à quel point nous étions des armes. Nous n'étions plus humaines.

Certaines commencèrent à être de moins en moins sur le terrain. Elles avaient pour mission de repérer les cibles, de chercher une stratégie. Un plan. Mais nous restâmes ensemble. Quand nous étions dehors, c'était elles que nous avions à l'autre bout de l'oreillette. Nous continuâmes à dormir dans la même chambre. À partager nos repas à la même table, à partager les mêmes armoires, les mêmes bureaux. À tout partager.

Je grandis ainsi, enfermée dans le cocon de fer qu'était la Maison, parfois sortie pour des missions ou des cours "spéciaux", mais rarement. Le regard de Laurence se posait souvent sur moi. Je savais que j'étais une excellente mémoire. J'étais une fierté pour ma lignée.

À 14 ans, je fus appelée par la Mistress. J'étais si excitée ! Elle venait voir nos progrès tous les ans, dans la salle d'entraînement. Parfois, après une mission particulièrement bien réussie, elle nous félicitait elle-même. C'était toujours un honneur de la voir. Un honneur plus grand encore quand elle nous adressait directement la parole.

Ce jour-là donc, je dus me retenir pour ne pas courir dans les couloirs molletonnés. Mes pieds nus s'enfonçaient dans la moquette. On marchait toujours sans chaussures dans la Maison. Je n'ai jamais su pourquoi.

J'arrivai rapidement devant l'imposante porte de son bureau. J'hésitai un instant, poing levé puis me décidai à l'abattre. Le battant s'ouvrit seul.

- Entre, Axeline.

J'avançai d'un pas ferme. J'avais appris à marcher et parler comme toute novice se doit de le faire. J'étais devenue une personne très différente de la fillette qui était arrivée. Le regard haut, les épaules droites, j'entrai.

La Mistress était à son bureau, comme d'habitude. Elle ne me regardait pas. Au milieu de la pièce, je posai un genou à terre et inclinai la tête. J'entendis sa chaise grincer quand elle se redressa.

- Tu peux te relever.

J'obtempérai et fixai mon regard dans le sien.

- Sais-tu pourquoi je t'ai fait venir ?

- Non, Mistress Adèle.

Elle contourna son bureau et s'appuya sur le devant.

- Tu es prête. À partir de maintenant, tu n'es plus une novice, tu es une Damoiselle.

Je fis un effort pour ne pas laisser éclore un sourire. Toujours avoir un visage neutre. Ne jamais rien laisser transparaître.

- Dès ce soir, tu commenceras à préparer ta mémoire. Tu ne suivras plus les cours de tes sœurs.

- Suis-je la seule à le devenir ? (Puis j'ajoutai, remarquant seulement ce que j'avais oublié sous l'émotion) Mistress Adèle.

Une tension apparut entre ses yeux. Évidemment qu'elle avait remarqué ma pause. Rien ne lui échappait.

- Pour le moment, oui. Mais deux novices n'en sont pas loin. Dame Laurence te rejoindra dans ton dortoir pour t'expliquer la suite. Tu peux disposer.

Je m'inclinai à nouveau et sortis. Waouh ! Damoiselle ! Toutes les novices rêvaient de passer au rang supérieur. Cette fois je laissai libre ma joie et, l'étage de la Mistress quitté, je courus jusqu'à mon dortoir. Puis, me rappelant que Laurence serait présente, je refrénai mes émotions. Je me recomposai pour reprendre le visage neutre qui convient à toute novice. Encore plus aux Damoiselles. Mon pas ralentit. Je m’arrêtai, calmai mon souffle.

Je poussai la porte.

Laurence était assise sur mon lit. J'avançai et m'inclinai. J'avais à peine huit ans quand j'avais commencé à le faire. Les Dames estimaient qu'à cet âge, nous leur devions un respect acru. Pourquoi pas plus tôt ? Parce que pour elles, plus tôt, nous sommes trop jeunes pour comprendre ce respect que nous leur devons. Il serait donc inutile et contre-productif de nous le demander. En effet, trop jeune pour éprouver du respect, mais déjà en âge de manier des armes. Logique.

- Tu peux te relever.

Je plantai mes yeux dans les siens. Elle semblait fière de moi. J'étais la première de mes sœurs à devenir Damoiselle. Je faisais honneur à ma lignée. Je le savais.

- Félicitation pour ton passage, Axeline.

Elle se leva.

- Suis-moi.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 8 versions.

Recommandations

Défi
Luna Queen

Il était une fois une princesse nommée Aurore, elle était belle elle ressemblait à sa mère
Les trois petites fées vendirent aux château pour le baptême d'Aurore, tous les amies étaient invité sauf la méchante reine bien sûr !
Ce jour la elle s'invita elle même, elle poussait les portes du château avec fracas et dit dans une colère noir:
- Comme ça ont invité tous le mondes sauf moi !!!
Tous le mondes avaient peur de cette méchante sorcière, les fées déguerpies, les invitées se cachèrent.
Mais ce que la méchante reine était venus chercher c'était le bébé, elle s'approchait du coufin la ou la petite dormait à poing fermé.
Elle la regarda un moment et lançait son sort diabolique:
- Quand Aurore aura quatorze ans, elle ira à l'école de princesse et ce ferat violé par un méchant prince.
Aurore sera tellement bête qu'elle tombera dans son piège et elle gardera des séquelles toute sa vie, elle me pourrai plus jamais faire confiance aux garçons.
La méchante se mit à rire si fort qu'elle réveilla Aurore, le bébé pleurait sa mère la prit dans ses bras:
- Tu n'a pas honte Maléfique?
- Je n'ai honte de rien et tu devrais le savoire.
Maléfique partait en pensant que le jour fatidique allait arrivée.
Aurore a maintenant quatorze ans, elle est toujours aussi belle et pense qu'elle va rentrer le prince de ses rêves, mais si tout allait basculer à cause de Maléfique? ça la princesse ne le sait pas encore.
Aurore allant à l'école de princesse accompagné de ses parents, elle s'inscrit en classe une et attend patiemment les arrivées des professeur et des autres élèves.
Puis elle alla en classe avec les autres, un petit tours de table était imposé afin de tous se connaître au mieux.
Aurore avait déjà flashé sur le prince Philippe, il était beau, séduisant il avait tout pour lui.
à la récréation Aurore alla voir le prince pour plus faire connaissance et devenir amis avec lui, mais la princesse blonde aurait peut être dû se méfier de lui ! Enfin.......
Il l'entraîna aux toilettes, commença à la toucher de par et d'autres.
La pauvre Aurore se laissait faire elle n'avait pas d'autre choix.
Et puis vient l'heur fatidique le prince la voillait en lui laissant toute les séquelles que la méchante reine lui avait demander, Aurore comprit qu'elle était en danger elle se débattait, criait, hurlait mais rien à faire perssonnes ne l'entendit.
Le prince la lâchait au bout de cinq minutes, la princesse lui donnait une claque et sortit des toilettes en pleurant et en jurant que plus jamais elle me s'approchait d'un homme et lui ferait confiance.
2
2
44
2
Ze Dreams
Venez découvrir les textes et expressions méconnues du grand public !
3
2
0
0
Défi
Brad Priwin
Réponse au défi de "Daegann" !

Après mûres réflexions et suggestion de quelques personnes, j'ai décidé d'interviewer Margolyn Deilard. Elle n'est certes pas vraiment le personnage principal de La traversée de Temrick mais elle a assez marqué les esprits pour que ce défi devienne fun :D
5
6
9
8

Vous aimez lire Jo Loschnel ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0