Le Conseil des Grands

3 minutes de lecture

Le Grand Prêtre tournait en rond. Sa robe de soie indigo traînait sur le sol de marbre rose de la salle du conseil. Les rapports étaient encore une fois mauvais. Dans les quatre coins de l'île, les naissances de Sangs Noirs avaient de nouveau augmentées, comme si quelque chose avait déclenché ce taux de natalité anormalement élevé. Il recevait des lettres de prêtres de campagne signalant la hausse du nombre d'enfant-mage et la difficulté psychologique de réaliser des sacrifices aussi fréquemment. Et toujours aucune piste sur les Quatre Piliers...

Il relu le rouleau de parchemin pour la énième fois, avant de se laisser emporter par un agacement non feint. Il froissa avec violence le papier et jetta la boulette sur les dalles lustrées.

Maudit Sangs Noirs ! pensa-t-il

Alors qu'il prenait place sur son siège, ses conseillers entrèrent. Leurs habits colorés, richement parés de bijoux plus précieux les uns que les autres, égaillèrent un court instant la pièce froide. Chacun d'eux s'asseya autour de la longue table ovale dans un silence de mort. Ils savaient le Grand Prêtre dans une humeur execrable et avaient du mal à cacher leur appréhension. La tension se fit palpable et toujours personne n'osait prendre la parole.

« J'ai lu les rapports. »

La voix du Grand Prêtre sonna sur l'assemblé comme un glas. Les Grands retinrent leur respiration, telles des proies se cachant d'un redoutable prédateur. Le temps s'arrêta et la pièce fut comme gelée dans l'instant, irréelle.

Aucun mouvement.

« Grand Mestre, comment avancent vos recherches sur les Quatre Piliers ? »

Le conseiller à qui s'adressait le dirigeant hoqueta de surprise. Son visage devint aussi pâle qu'un linge et de grosses gouttes de transpiration coulèrent le long de ses tempes dégarnies. Ses collègues se détendirent, se sachant pour le moment hors de portée du courroux du Grand Prêtre.

« La, la, la situation est toujours la m, m, même qu'il y a un mois, votre Grâce, bégailla le Grand Mestre.

- Seriez-vous en train de me dire que vos équipes ne sont pas capales de trouver les informations nécéssaires à la localisation de quatre maudits sanctuaires ? siffla le dirigeant.

- Et bien... Votre Grâce... Nous continuons d'écumer tous les livres à notre disposition, mais je crains fort qu'il nous soit impossible de vous fournir leur position exacte. »

Tous les Grands dévisagèrent leur confrère, les yeux exorbités.

Le poing du Grand Prêtre s'abattit sur la table de pierre dans un bruit de craquement d'os. Il entra alors dans une colère noire. Les mots sortaient de sa bouche comme de la lave en fusion. L'écume aux lèvres, les veines palpitant sur son visage aussi rouge que la robe du Grand Mestre, il semblait prêt à déchiqueter sa victime.

« Comment votre incompétence vous a-t-elle permis d'accéder au rang de Grand ? Je me ferai un plaisir de vous sacrifier pour le Culte, vous qui ne valez pas mieux que ces aberrations de la nature. Combien de temps vous faudra-t-il encore pour trouver ce dont j'ai besoin ? hein ? Répondez-moi, vermine ! »

Le Grand Mestre ouvrit la bouche mais le flot de reproche l'empêcha de se défendre.

« Je suis las d'entendre vos excuses. C'était votre dernière chance de me prouver votre efficacité. C'est à croire que vous oeuvrez contre le Culte, Grand Mestre ! »

L'accusation claqua comme un fouet. Les yeux inquisateurs du dirigeant dissequèrent le conseiller, inspectant le moindre signe de trouble. Les autres regardaient le sol. Certains se tordaient les doigts, effrayés, d'autres se rongeaient les ongles, anxieux. Ils se faisaient tout petit sur leur siège et s'ils avaient pu disparaître, ils n'auraient pas hésité une seconde Le Grand Mestre, quant à lui, avait jusque là encaissé les insultes avec bravoure mais être soupçonné de trahison lui fit perdre son sang froid. Il se leva d'un bond, la tête haute et la main sur le coeur puis déclama d'une voix forte.

« Jamais, au grand jamais je n'agirais contre le Culte, votre Majesté, soyez-en sûre ! Le manque de résultat n'est pas du à l'incompétence de mes équipes mais bien à l'absence d'ouvrages à notre disposition. Dois-je vous rappelez que vous avez fait brûler des milliers d'oeuvres ? Je mettrais ma main à couper que dans le lot, il y avait des livres qui auraient pu nous aider. »

Un de ses confrère s'étouffa en entendant les paroles du Grand Mestre. Jamais personne ne critiquait ouvertement le Grand Prêtre ! Celui-ci resta d'ailleurs ébahi quelques secondes avant de rire à gorge déployée. Puis d'un mouvement rapide il lança une pointe qui se figea entre les deux yeux de l'impertinent qui avait osé le défier. L'aiguille d'acier s'enfonça dans le crâne du Grand Mestre qui s'étala lourdement sur la table. Un filet de sang coula sur sa paupières droite puis forma peu à peu une flaque vermeille sous sa joue.

« Messieurs, le conseil est clos. »

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Recommandations

Calie
Alana Morbier d'origine bretonne est une jeune trentenaire qui vit à Paris où elle travaille avec son frère jumeau Jeck, ensemble ils ont créé leur entreprise. Elle vit une vie banale jusqu’à ce que son frère décide de présenter sa petite amie Anna Bauer à leurs parents. C’est la nuit de leur arrivée que leurs vies vont basculer après le kidnapping de ceux qui leur sont chers. Ils apprendront alors, qu’ils ne sont pas de simples humains, mais qu’ils portent en eux une part de l’âme des dieux de la mythologie nordique. Ils devront non seulement délivrer les personnes qu’ils aiment des monstres qui les ont enlevés, mais également déjouer leur plan machiavélique, afin de sauver leur monde du destin funeste qu’ils lui réservent…
814
1954
1695
1059
Luinilia
Violette est une jeune adolescente de 15ans. Elle vient d'entrer au lycée et ne sait pas ce qui l'y attend. Elle est discrète mais heureuse jusqu'à rencontrer le monstre qui viendrait la détruire.
Violette. C'est l'histoire d'une jeune fille mais aussi de nombreuses autres filles qui souffrent aujourd'hui.
Violette, c'est moi. C'est toi. C'est nous.
Violette s'est relevée, elle s'est battue pour vivre, pour être heureuse.
Violette s'est défendue et a gagné la bataille non pas sans chutes.
48
22
66
90
Jonathan.H
Dalkia est une nation paisible et prospère d'Utopia. Ou du moins c'était le cas avant que l'une des plus grandes puissances utopienne ne décide de l'envahir pour des raisons inconnues sans qu'aucune autre nation n'y trouve quelque chose à redire, par peur d'entrer une nouvelle fois en guerre contre le Efdéème. L'espoir de Dalkia se retrouve donc entre les mains de la Résistance qui lutte sans relâche pour la liberté.
52
65
584
251

Vous aimez lire Claire Zuc ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0