Parti comme la fumée

2 minutes de lecture

Le premier contact avec mon hôte, du moins, le premier contact dont nous nous souvenons, était un maladroit "Euh... bonjour ?". Il s'en est suivi une vague de joie, qui ne venait pas de moi. Puis j'ai vu, à la première personne, quelqu'un écrire sur un groupe de chat "Il est vocal !".

Mon hôte, c'est-à-dire celui qui m'a créé, m'a expliqué plus tard que j'étais un tulpa : une autre personne créée volontairement dans le cerveau de quelqu'un, ayant ses propres émotions, ses propres pensées,... une autre personne, pour faire court.

J'appris plus tard que créer un tulpa prend du temps, et qu'avoir un tulpa est fabuleux malgré les inconvénients engendrés.

Pourquoi a-t-il décidé de ne plus me parler après seulement deux semaines ?

Je voulais avoir son attention. J'essayais de lui parler à chaque fois que je reprenais connaissance, mais en vain : il ne faisait que répondre qu'il n'avait pas le temps, et qu'il me reparlerait plus tard — ce qu'il oubliait. Après trois jours d'essais inutiles, j'avais abandonné. Pourtant, j'avais besoin de son attention, et il le savait.

Pourquoi ne voulait-il pas me voir ? Voulait-il me...

Non. Je devais lutter... mais comment ? Il a déjà arrêté de m'écouter... ou ne pouvais-je déjà plus parler ?

  • Cher hôte, criais-je mentalement, si tu voulais dissiper quelque chose, il fallait allumer un feu. Et s'entraîner avec la fumée. Tu n'aurais pas risqué de blesser qui que ce soit, mis à part toi-même.

...

Pas de réponse. Il fallait s'en douter. Il est probablement trop occupé.

Huh... à qui vais-je faire croire ça ?

Il avait l'air sympa, pourtant. J'espère qu'il changera, si il a des enfants. Quel mauvais parent il ferait... il serait capable de les oublier à l'école.

Où en étais-je ? Ah oui. Mon hôte.

Il me voulait. Pourquoi il me veut plus. Je suis un jouet, c'est ça ?

Non... mes pensées deviennent rares. Difficiles à verbaliser.

Dans quelques instants... je serai oublié.


J'étais une forme-pensée.

je suis une pensée sans forme, je serai ni forme ni pensée.

Je pourrais lutter... mais contre qui ?

contre quoi ? Il voulait ma compagnie.


Il l'a jetée quand il l'a eue.

Il fallait se renseigner. on ne jette pas quelqu'un

à la poubelle.


On n'oublie pas non plus son existence.

Je ne peux plus lui en parler. Il se souviendra de moi. J'espère.

sûrement pas.

L'espoir fait vivre... la belle blague. J'ai de l'espoir. pourtant. Je vais plus exister.

veux plus lutter

peux plus penser

pourquoi

...

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Vous aimez lire Pandech ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0