L'apparition

4 minutes de lecture

L'apparition
© Rose P. Katell (tous droits réservés)
Le code de la propriété intellectuelle interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l’auteur est illicite et constitue une contrefaçon, aux termes de l’article L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.

Un sourire gagna les lèvres de Laora sitôt qu’elle se révéla à une bonne distance de nage de ses deux sœurs et de leurs parents. Elle avait réussi… Enfin ! Ses yeux pétillèrent de malice ; après des jours et des jours d’essais infructueux, elle s’était éloignée de ses proches et de leur actuel coin d’exploration sans qu’ils remarquent son manège ni la direction qu’elle empruntait. Miracle ! Elle était désormais libre, pouvait agir à sa guise… Laora en perdit presque sa parfaite synchronisation de mouvements – pour peu, elle aurait juré dormir encore et être au milieu d’un rêve.

Un frisson d’excitation la traversa de part en part. Elle avait tellement hâte d’atteindre la fosse océanique qu’elle avait localisé des mois plus tôt et tellement hâte d’y descendre ! Nom d’une méduse… Qui savait ce qu’elle y découvrirait ? L’endroit avait-il déjà été visité auparavant ? Laora peinait à contenir sa joie. L’idée d’être peut-être la première lui plaisait tant !

Oh ! Elle ne résista pas à la tentation de tourner sur elle-même. Laora avait beau adorer admirer ainsi que répertorier la faune et la flore sous-marine en compagnie de sa famille, elle n’était plus capable de se satisfaire des lieux où ses parents les emmenaient ; depuis un temps, son cœur aspirait à plonger en eaux plus profondes, à déceler des choses peu communes, voire ignorées du grand nombre. Le goût de l’aventure s’était emparé d’elle et il refusait de la lâcher.

Bientôt, la dépression lui apparut et Laora ondula jusqu’à elle avec rapidité. Dire qu’elle apprendrait très vite ce qu’elle recelait… Excitée, elle vérifia les environs, s’assurant qu’aucun membre de sa fratrie ne l’avait retrouvée, avant d’entamer sa descente.

Un doux chatouillis lui remua le ventre. Elle n’en revenait toujours pas d’être là, de faire ce qu’elle faisait. L’instant était merveilleux. Magique. Son regard balaya ce qui l’entourait avec frénésie ; Laora voulait tout admirer et évoluait avec une lenteur calculée.

Poissons, cnidaires, poulpes et divers végétaux se manifestèrent au fil de sa progression, mais ce n’était pas suffisant. Pas pour elle, non. Laora attendait de son excursion des apparitions plus spectaculaires ! Elle ne serait satisfaite que si elle repérait au moins une créature dont l’identification lui serait impossible.

La luminosité s’amoindrit peu à peu sans que le fond marin soit devenu visible ; seule une immense tâche ténébreuse s’étendait loin devant. Mais Laora ne s’en affola pas. Elle était décidée – déterminée même. Oui, elle ne remonterait que lorsqu’elle n’y verrait plus rien du tout !

Elle nagea, nagea et nagea, inconsciente des minutes qui s’écoulaient, jusqu’à ce qu’une curiosité attire son attention… Quel était donc cet étrange point de lumière ? Situé à des mètres, celui-ci grossissait de seconde en seconde, comme s’il se déplaçait à contre-courant d’elle-même ! Ses lèvres s’étirèrent. Venait-il vers elle ? Allait-elle avoir de quoi offrir une belle description à ses sœurs ?

Laora accéléra. Son cœur palpitait avec force ; à l’idée d’une rencontre inédite, l’impatience l’enveloppait de son manteau.

Rapidement, pourtant, elle se figea – son souffle s’interrompit. La silhouette d’où émanait la fameuse lumière, qu’elle commençait à distinguer, était grande. Bien plus que ce qu’elle s’était imaginé ! Elle avait sa taille… La gorge de Laora se serra aussitôt face à l’évidence : en cas d’hostilité, elle n’était pas sûre d’avoir le dessus.

L’hésitation la tenailla. Valait-il mieux jouer de prudence et risquer de manquer une découverte ? Ou continuer son chemin en se tenant prête à fuir ? Son front se plissa… Quitte à être punie par son père et sa mère lorsqu’ils apprendraient la vérité, autant ne pas l’être en vain !

Sur ses gardes, Laora s’avança et attendit que le contact ait lieu – à cause du caractère imminent de ce dernier, son ventre la chatouillait de plus en plus. Serait-elle émerveillée ? Effrayée ? Déçue ? Il lui tardait déjà de le déterminer.

Rien, toutefois, n’aurait pu la préparer à ce qui arriva à sa hauteur… Sitôt qu’elle fut assez proche pour le contempler, Laora plaqua une main contre son cœur ; ses yeux s’écarquillèrent d’horreur.

La peau presque intégralement revêtue d’une matière sombre et inconnue, l’être qui se tenait devant elle voyait la partie supérieure de son visage recouverte par un drôle de masque transparent, derrière lequel il la fixait, sans pudeur, avec un étonnement teinté de crainte. Un tube noir, quant à lui, sortait de là où aurait dû se trouver sa bouche ; il semblait relié à deux bosses – excroissances ? Autre chose ? – campées sur son dos… Mais il y avait pire encore. Laora apercevait deux membres inférieurs !

Elle en oublia son désir d’aventure. Son corps réagit pour elle avant qu’elle ne réfléchisse à la situation : d’un mouvement paniqué, sa queue de sirène battit l’eau, la propulsant vers le haut.

— Iiiiih ! Un humain ! hurla-t-elle. Ils existent !

Annotations

Recommandations

Défi
CordéliawNoble
Correspondance entre Madame de Montelan et son amie d'enfance Madame Delatour.
6
9
0
11
Défi
OD'UN

Dès 5h17 ce matin, j'avais les crocs. Magnons-nous à trouver la squaw Camille, la Street Arteuse qui grotte, gratte, scrute et graisse mes fesses
Soit, j'étais Cosquer mais elle devait effectuer de la spéléologie dans mon dos, Lafesse 
Là-bas, laisses le chevalier Arthur 
Car j'avais un grain de beauté, une Foly pour la littérature 
Or, si je Liane d'Autriche en passant par le mensonge d'une nuit d'été...
Ophélie 2 ce matin, m'avait demandé l'aide-soignante remplie d'hilarité? 
Visiblement, j'étais Meunier par Monet et ce parfum en envahissait mes neurones vers une route inexplorée de l'alphabet
L'Abbey
Baie...la Somme de toutes mes envies se transformait en une multiplication médicale
Des plaquettes la bosse des maths, que l'échec liquide la division pour finir à l'hôpital
Vous avez mes dessins anatomiques que je vous avais demandé pour tatouer stéthoscopes à défaut d'escalopes? 
Quoi répondre? Je ne sais s'il y avait eu distribution de fessées aujourd'hui comme dans House, mais la biopsie serait probablement une anthologie 
Dans quelques années: Issy Gizeh un poète loufoque et précurseur en poésies toxicologiques mais en synergies 
À la demande de Camille, je me devais réécrire la journée et y ajouter d'éther vierges à explorer 
Avant le défilé Dior plutôt que plomb ou Arsenic, un shoot dans le dos Halley mettre en apesanteur mes neurones aménorrhées
Incroyables coïncidences car de médecin en dermatologie, elle aurait pu côtoyer mes dessins en architectures
Mai...non Juin...non...au secours Tom...Novembre ne s'entrechoquaient pas sauf en littérature
Le Petit avait son camembert, Legrand les prises et moi le grain de folie, de beauté, de pâté ou mieux, de Pathé
C'est doux un scalpel: ça tranche les grains poilus depuis l'été
En vérité, un médecin dermatologue, ça aimait des lits rénovés 
Un dépôt pour stocker les grains pour l'hiver et positiver
0
2
0
1
ranulf
Voici le début d'une novella de fantasy et de cape et d'épée ou d'anciens adversaires sont obligés de s'allier. Robin des Bois et le Sheriff de Nottingham vont devoir faire face à une menace envers leurs valeurs pourtant contradictoires.
2
6
12
7

Vous aimez lire Rose P. Katell ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0