Chapitre 12

7 minutes de lecture

Je restai figé sur le lit tandis qu'Adrien se redressait précipitamment. Les mines choquées d'Amy, Assna et Eden nous faisaient face.

-Quelqu'un nous explique ? bredouilla Assna qui pour une fois était sans voix.

-Il faut que j'aille vomir, annonça Adrien avant de courir hors de la chambre.

So sexy. J'allais le suivre pour voir s'il allait bien mais les filles m'arrêtèrent en me faisant barrage devant la porte.

-Pas question que tu fuis. Tu as des choses à nous raconter il me semble, déclara Amy en croisant fermement ses bras sur sa poitrine.

Je risquai un coup d'oeil dans le couloir. La salle de bain était assez éloignée pour que je parle sans craindre qu'Adrien ne m'entende. Alors je me résolus à tout leur raconter. La véritable raison de mon départ. Comment j'avais renoué avec Adrien. Et comment tout avait dérapé si rapidement. Même si leur raconter n'avait rien changé à la situation, je me sentais soudainement moins seul et ça me fit du bien. Au bout d'un longmoment, Adrien refit son apparition dans la chambre, encore un peu pâle. Ses cheveux gouttaient sur son torse nu et une longue serviette était enroulée autour de sa taille, descendant jusqu'à ses chevilles, signe qu'il sortait tout juste de la douche.

-Je suis désolé Amy, je crois que j'ai abusé avec l'alcool et je me sentais tout poisseux après, s'excusa-t-il avec une moue contrite tandis que je suivais du regard une goutte qui dévalait le long de son cou. Désolé d'avoir pris une douche sans demander avant.

-C'est rien Adrien, tu as eu raison. Bon, nous on va vous laisser, on va aider les autres à ranger le salon. Pas la peine de venir nous aider, commencer plutôt à gonfler les matelas.

Je me retrouvais donc de nouveau seul avec un Adrien nu sous sa serviette.

-Je suis désolé Shawn, je crois qu'on a peu déconné avec l'alcool, admit-il avec un petit rire gêné.

-En effet, mais ne t'inquiète pas ça ne voulait rien dire, c'était juste une erreur de soirée. De toute façon nous aimons tous les deux déjà quelqu'un, déblatérais-je, ne voulant surtout pas qu'il se doute de mon secret.

-Alors on oublie ? conclut-il avec un petit sourire entendu.

-On oublie, répétais-je en essayant de lui rendre.

Dans tes rêves on oublie. Pas moyen que j'oublie de sitôt ton corps serré contre le mien, la chaleur de tes lèvres, le léger frôlement de tes lèvres contre mon cou ou les caresses de tes mains sur ma peau. Je m'abstins toutefois de le préciser à voix haute.

Une heure plus tard, nous étions tous allongés dans le noir sur nos matelas. Eden était évidemment avec Alex, Amy était avec Assna et j'avais donc fini pour mon plus grand bonheur avec Adrien. Je repensais à ce baiser avec un sourire niais sur le visage. Je voulais absolument me souvenir de chaque détail. Pas de doute que je gravais bien sûrement dans ma mémoire ce moment que je n'aurais jamais pensé obtenir. Au bout d'un long moment, alors que j'étais toujours plongé dans mes pensées et que j'étais persuadé que tout le monde dormait, je sentis Adrien venir se coller en cuillère derrière moi, son bras venant m'enlacer tendrement au niveau de la taille. J'étais en train de me demandait s'il faisait ça consciemment ou s'il m'avait pris pour son nounours pendant son sommeil quand sa voix répondit d'elle-même à mes interrogations.

-Dis-moi un peu ce qui se passe dans cette petite tête qui t'empêche de dormir, susurra-t-il près de mon oreille de sorte à ce que je sois le seul à pouvoir l'entendre.

Je rougis misérablement en repensant à mes précédentes pensées. Je ne pouvais décemment pas lui dire que j'étais en train de fantasmer à propos de sa bouche contre la mienne. A la place, je me retournais pour lui faire face et enfouis ma tête contre son torse sans répondre. Dans ma manœuvre, j'avais réussi à faire en sorte que sa main repose encore sur ma hanche. Dans un élan d'audace, je mêlai mes jambes aux siennes. Sa main vint relever légèrement mon tee-shirt et se mit à tracer des cercles apaisants sur mon ventre. Je poussai un soupir de satisfaction alors qu'il m'attirait plus près de lui avec son autre bras, me faisant me pelotonner encore plus contre lui. Je sentis son nez venir chatouiller ma chevelure comme il inspirait mon odeur comme pour s'en imprégner en humant de contentement.

-Bonne nuit mon Shawnie, souffla-t-il doucement en posant un doux baiser sur mon front.

Je me redressai un peu pour l'embrasser sur la joue avant de vite reprendre ma position initiale.

-Bonne nuit Adi, lui répondis-je en l'appelant par ce surnom que je n'avais pas utilisé depuis notre enfance en réaction à quoi il resserra un peu sa prise.

Et effectivement, comme il ne pouvait en être autrement quand j'étais blotti ainsi contre celui que j'aime, la nuit fut extrêmement bonne. Je me réveillais en pleine forme le lendemain ce qui était plutôt le bienvenu puisqu'Amy avait décidé de passer la journée à nous traîner dans les quatre coins de la ville pour nous faire visiter ses endroits préférés si bien que malgré mon état reposé du matin, j'étais de nouveau extenué le soir venu. Je devais avouer qu'Heaton Park était vraiment un endroit magnifique. Ça avait été vraiment agréable de faire du canoë tous ensemble par cette chaleur. Alex n'avait pas pu s'empêcher de faire l'andouille comme à son habitude et Eden et moi qui partagions un canoë avions fini dans l'eau au bout de 5 minutes. Je remerciais encore mentalement la dame qui tenait le stand de nous avoir demandé de lui confier nos affaires. J'aurais commis un meurtre s'il m'avait coulé avec mon portable, ou pire, si j'avais perdu la chevalière d'Adrien dans l'eau en chahutant. J'avais grimacé après que nous ayons rendus nos embarcations. J'étais trempé des pieds à la tête et même si je savais que j'allais sécher très rapidement avec le soleil qu'il y avait, je détestais sentir mon haut me coller comme une seconde peau. Bon joueur, Alex avait tendu son tee-shirt à sa petite amie pour se faire pardonner. Nous nous étions posées dans le parc au soleil le temps de sécher un peu et pour profiter de ce petit coin de paradis. J'avais grommelé en essorant mon haut en jetant un coup d'œil à Alex qui contemplait le ciel, étendu sans aucune gêne torse nu dans l'herbe. J'enviais son assurance mais je n'avais pas assez confiance en moi pour faire comme lui alors j'avais simplement soupiré en entreprenant de remettre mon tee-shirt quand une main m'avait arrêté dans mon mouvement. J'avais relevé la tête et adressé un regard interrogateur à Adrien qui s'était contenté d'enlever son propre haut sans un mot avant de me le tendre.

-Tiens, prends-le. Moi ça ne me gêne pas de rester torse nu.

J'étais retrouvé incapable d'articuler une réponse, le regard vissé sur son torse. Mince, il fallait qu'il arrête de me prendre par surprise, je n'étais jamais prêt à admirer ce spectacle, me dis-je en repensant à la scène. Le regard entendu qu'Amy avait posé sur moi avait suffi à me sortir de ma torpeur et j'avais saisi le vêtement qu'il me tendait en le remerciant brièvement d'un signe de tête. J'avais essayé d'être discret en inspirant l'odeur du tee-shirt lorsque je l'avais enfilé. Il portait l'odeur de son propriétaire à ma plus grande joie. Un coup d'œil dans sa direction m'avait informé qu'il était désormais allongé au côté de notre ami, les bras croisés derrière sa tête ce qui faisait ressortir sa musculature. Javais l'impression qu'il faisait tout pour me faire baver. Le petit rire d'Eden à côté de moi m'avait fait tourner la tête. C'était vrai que maintenant tous mes amis étaient au courant, sauf le principal intéressé. Mais je n'arrivais tout simplement pas à me forcer à la discrétion quand il était comme ça. J'aimais la façon dont il prenait toujours soin de moi au quotidien.

La suite de la journée était passée aussi rapidement et Adrien avait repris son tee-shirt bien trop rapidement à mon goût quand le mien eut été sec. C'était un grand bonheur pour moi de rentrer le soir pour manger un nouveau plat préparé par les soins de Kathy. Alors que j'étais en train de me laver les dents le soir, Adrien était entré dans la salle de bain, arborant un air mystérieux. Il avait attendu que j'ai terminé avant de s'approcher dans mon dos, bien que je le voyais dans le miroir en face de moi et de passer ses mains sous mon haut pour me le retirer.

-Adrien ? Mais que...

-Chuuut, m'avait-il coupé. Tu crois que je n'ai pas vu tout à l'heure comme tu aimais avoir mon tee-shirt ?

J'avais encore une fois rougi. J'avais beau être discret, il me remarquait à chaque fois. À quel point me regardait-il ? Il m'avait ensuite fait enfiler un de ses tee-shirt avant de m'entraîner vers notre lit. Notre lit. Comme je rêvais de pouvoir utiliser cette expression tous les jours. Ma deuxième nuit avec Adrien avait comme toujours été reposante. J'avais vraiment été déçu de devoir partir le lendemain midi. La matinée avait été occupée à ranger toutes nos affaires et à aller boire un dernier thé au café où Jérémy était serveur. J'avais profité des heures de vols pour profiter de mes derniers moments seul avec Adrien en m'appuyant sur lui.

Mais une fois atterrit, la parenthèse s'était sitôt refermée. Camélia nous attendait en effet dans l'aéroport et j'avais encore eu droit à une séance de bisous au premier rang. Merveilleux. Adrien s'était ensuite tourné vers moi en m'annonçant qu'il allait chercher nos bagages, non sans m'avoir déposé à mon tour un baiser, sauf que pour moi il était sur le front, tout le monde n'avait pas les mêmes avantages.

Seulement, il m'avait laissé seul avec sa copine alors que les autres étaient déjà partis et étrangement, sa mine me semblait beaucoup moins accueillante que lors du décollage. Il venait seulement de partir mais je priais déjà pour qu'Adrien revienne très vite, j'avais le pressentiment que la suite n'allait pas vraiment me plaire.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Défi
Yatagarasu3rd

L'amour ? Cela ne represente pas grand chose tant sa perception est différente selon les consciences. Est-il vraiment conscient ? Non ! Tout porte à croire que l'on en est victime, qu'il s'impose tristement aux esprits qui ne savent qu'il est imaginaire. Aux personnes qui peinent à le refouler. C'est comme un réflexe, mais qui au lieu de nous protéger nous rend plus vulnérable.

L'amour c'est le carburant de la haine, un repas qui une fois complètement consommé, nous rapproche du trépas.
1
0
0
0
Défi
Lumière d’écrits
Ça vient d’un livre que j’écris mais pas sur Scribay peu-être un jour je le mettrai sur Scribay (j’en suis au premier jet).
2
1
3
1
Défi
Elisabeth Blockelet


Il était là, accoudé au comptoir de notre bar favori. Ce bar, témoin de tous nos fous rires, de tous nos coups de gueule et de toutes nos confidences. Nous nous connaissions depuis des années, il m’avait vu grandir, devenir une femme, il me considérait comme une petite sœur alors que j’avais seulement deux ans de moins que lui. Comment lui dire qu’il était bien plus depuis tout ce temps ? A chaque fois que je le voyais, mon cœur battait la chamade, je devenais rouge et timide, le monde pouvait s’écrouler, il n’y avait que lui qui comptait à mes yeux. Il se moquait souvent de moi, mettant ça sur le compte de ma timidité, mais c’était bien plus. Malgré cette timidité dont il m’affublait, j’aimais faire rire toute la petite bande. Tout le monde me regardait attentivement en attendant le dénouement de mon énième histoire passionnante. Je sentais son regard plein d’admiration, ce regard plein de malices qui me donnait tellement de forces, mais me rendait si vulnérable. J’aimais son rire, un rire si joyeux, si naturel. N’importe qui fondrait devant lui tellement il était beau, charmant et attentionné.
Il était là, dans notre bar, il m’attendait. J’avais osé l’inviter dans ce bar, sans la bande pour que l’on parle. Il ne savait pas pourquoi, mais j’étais bien décidé à lui avouer mes sentiments, à lui dire tout ce que j’avais sur le cœur.
Je rentrai fébrilement dans ce bar. Il m’entendit entrer et tourna la tête vers moi. Il sortit son beau sourire. Je le rejoignis avec assurance comme si tout allait bien. Mais mon cœur disait le contraire. Nous nous installâmes à une table.
- Alors pourquoi m’as-tu fait venir ? Ça semblait important.
- Cela fait des années qu’on se connait toi et moi. Je dois avouer que je t’aime beaucoup.
Je n’arrivai pas à le regarder en face, mes yeux étaient figés sur les verres posés sur la table. Mes mains tremblaient. Il le remarqua immédiatement et posa ses mains sur les miennes pour les serrer avec force. Je sentais la chaleur de sa peau. Il sourit doucement et cela me mit instantanément en confiance.
Je souris et le regarda dans les yeux.
- Je t’aime beaucoup plus qu’en tant qu’amis.
- Oui oui moi aussi.
Le temps s’arrêta net à cet instant. Le monde n’existait plus. Seuls nos regards fixaient l’un sur l’autre ne comptaient. Et ce baiser langoureux et chaud fut le début d’une nouvelle page pour nous deux.
1
3
16
2

Vous aimez lire EightNoAme ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0