Chapitre 8

9 minutes de lecture

Quand je rejoignis mes deux amis dans le salon, je les trouvais assis dans le canapé, en pleine discussion. Alors que je passais devant Adrien pour aller m'asseoir à côté d'Alex, il enroula un de ses doigts autour d'un des passants de mon jean et tira dessus pour me faire tomber à ses côtés. Dans la surprise, j'atterris à moitié sur ses genoux et je m'empressai de me décaler, gêné. Tout cela s'était enchaîné sans que le châtain ne se détourne de sa discussion avec notre ami -qui me regardait d'un air amusé. Après avoir repris contenance, j'essayais de m'intégrer à la conversation en cours. Je compris rapidement qu'il était question du job d'été d'Eden qui travaillait apparemment dans une petite librairie de la ville. Alex m'apprit qu'elle comptait faire des études de lettres à la rentrée prochaine et que lui partait plus sur une fac d'histoire. Je lui parlais alors un peu de ma vie à Lille et Adrien posa fermement sa main sur ma cuisse à ce moment de la discussion, comme s'il craignait que je ne parte de nouveau, se mettant à dessiner des arcs de cercle avec son pouce. Alex observa notre contact sans le soulever. Je fis diversion en proposant que nous sortions tous ensemble ce week-end avec les filles. Le brun savait que sa petite amie n'avait rien de prévu et valida mon idée avec joie alors que j'envoyai un message à Assna pour la prévenir.

-Il faudra aussi que tu nous présentes tes amis de Lille, me fit remarquer Alex au passage.

-Heu...oui, fis-je un peu incertain.

J'étais sûr que ce serait une très mauvaise idée que de faire se rencontrer Nathan et Adrien. Je sentais que le premier ne pourrait s'empêcher de faire ressentir son amertume face à celui qui me faisait inconsciemment souffrir et je ne savais pas trop comment Adrien réagirait s'il apprenait la nature de ma relation avec le métissé. La prise qui se resserra sur ma cuisse m'indiqua que mon trouble n'était pas passé inaperçu.

-Je veux dire, ouais ça serait cool, repris-je avec plus d'assurance dans la voix.

-Tu pourrais nous les présenter cet après-midi, intervint Adrien. Nous n'avons rien de prévu alors autant faire ça le plus tôt possible.

Je me figeai légèrement. J'avais dit oui sans vraiment penser que ça se concrétise un jour mais visiblement, mon châtain n'était pas du même avis.

-Pourquoi es-tu si pressé ? lui demandais-je suspicieusement.

-Je vous laisse régler cette affaire entre vous les gars, pendant ce temps je vais aux toilettes. Vous me direz ce que vous avez décidé, lâcha Alex en s'éclipsant.

Adrien attendit quelques secondes pour être sûr qu'il soit hors de portée d'écoute avant de me répondre :

-Je te l'ai dit, je veux savoir tout ce que j'ai manqué de ta vie pendant un an et cela implique de rencontrer tes nouveaux amis. De plus, ajouta-t-il d'un ton doucereux, ne vas pas croire que je n'ai pas senti la tension dans ton corps quand Alex a parlé de les rencontrer. Je veux savoir ce qui a causé cette réaction et, crois-moi, je vais finir par trouver.

Je déglutis lentement. Était-il normal que j'ai l'impression d'être une proie ? Je regardai Adrien avec incompréhension alors qu'il me tendait mon portable.

-Pour que tu envoies un message à tes amis, me précisa-t-il simplement.

Je le pris avec réticence et soumis l'idée à mes amis, priant pour qu'ils refusent. Mon téléphone sonna alors que leur réponse arrivait déjà et mon ami se pencha pour voir leur réponse. C'était Maya qui avait répondu pour eux deux.

"Bien sûr qu'on est disponible cet après-midi et nous serions ravis d'enfin rencontrer ton fameux Adrien. On se dit dans une heure au parc que tu nous as montré la dernière fois ? Je ne suis pas sûre de réussir à me repérer si je vais beaucoup plus loin et ce n'est même pas la peine de compter sur Nathan..."

-C'est parfait, commenta Adrien avec un grand sourire. Dis-lui que c'est ok pour le "fameux Adrien".

Je rougis sans relever et m'exécutai lentement, ayant l'impression de m'entraîner tout seul dans les ennuis. Alex revint à cet instant et le châtain le mit au courant pour notre nouveau rendez-vous. L'option "rentrer jouer aux Power Rangers avec Mael" n'était-elle plus valable ? Non, vraiment ?

L'heure suivante me parut à la fois être la plus longue de ma vie tant j'appréhendais pour la suite des évènements et aussi la plus courte alors que le moment tant redouté était déjà là. Maya et Nathan nous attendaient déjà au parc quand nous sommes arrivés Adrien, Alex et moi. Maya et Alex étaient tous les deux très contents de rencontrer mes autres groupes d'amis mais je ne pus m'empêcher de me crisper de nouveau quand Nathan et Adrien échangèrent une poignée de mains, vraisemblablement plus forte que la moyenne, en se sondant l'un l'autre du regard, comme pour chercher une faille chez un quelconque adversaire. Je fis rapidement les présentations et proposai d'aller nous poser à un café non loin pour détendre l'atmosphère et faire connaissance.

Mon stress disparu petit à petit alors que tout le monde parlait avec entrain. Tout ne se passe pas si mal finalement, me dis-je en buvant une grande gorgée de bière. Le caractère social de Maya entraînait les conversations avec efficacité alors que chacun se découvrait -ou redécouvrait. Tout y passa pendant deux heures : les études, la famille, les amis et, forcément, les amours. Tout se passait bien jusqu'à ce qu'Alex demande à Nathan ce qu'il en était pour lui de ce côté. Je m'étais tendu aussitôt.

-Oh, rien de bien exceptionnel pour ma part, lui répondit-il avec son éternel sourire éclatant. J'ai juste quelques relations avec des mecs par-ci par-là en attendant de trouver le bon.

-Tu es gay ? souleva aussitôt Adrien en haussant un sourcil.

-Oui, affirma mon amant lentement, tu as un problème avec ça ?

-Pas du tout, tu fais ce que tu veux, ça ne me regarde pas. Je respecte les homosexuels, ils font ce qu'ils veulent.

Je baissai la tête et fermai les poings sur mes genoux. Même si ces mots ne m'étaient pas adressés, à l'entendre on aurait dit qu'il considérait les personnes gays comme à part. Mon cœur se serra et je battis rapidement des cils en sentent mes yeux me piquer. Qu'il rejette mon amour passait encore mais je savais que je n'y survivrais pas s'il rejetait ma personne tout entière.

-En effet, ma sexualité ne te regarde pas, confirma Nathan d'une voix grave. Je pense cependant que tu devrais faire attention à tes propos quand tu parles, ajouta-t-il en jetant un coup d'œil dans ma direction.

Je sentis le regard d'Adrien se poser à son tour sur moi mais je n'osai toujours pas relever la tête pour affronter le sien. Je fis alors ce qu'il me poussait souvent à faire malgré moi. Fuir.

-Je reviens, je vais aux toilettes.

Je me précipitai vers ces derniers, bousculant un serveur au passage. Une fois à l'abris des regards indiscrets, je me passai de l'eau sur mon visage qui me semblait brûler avec toutes les émotions que je subissais d'un coup. J'entendis quelqu'un entrer derrière moi et lâchai, pensant avoir affaire à Adrien :

-Va-t'en s'il te plaît. Je ne veux pas parler de ce qui vient de se passer.

-Ne t'inquiète pas j'étais déjà au courant, répliqua la voix d'Alex.

Je me retournai vivement.

-Comment ça ? m'enquis-je en fronçant les sourcils.

-N'en veux pas à Hana mais elle a gaffé un jour où elle s'inquiétait pour toi juste avant que tu ne partes à Lille. Mais ne t'en fais pas, je n'ai aucun problème avec ça, au contraire. C'est cool que tu ais réussi à te trouver. Et puis, il n'y a pas de règle en amour, il n'est pas plus incorrect d'aimer un sexe plutôt qu'un autre.

Je le fixai, ému. Si seulement tout le monde pouvait avoir cette ouverture d'esprit et cette maturité de réflexion.

-Merci, balbutiais-je, la gorge nouée.

-Tu n'as pas à me remercier pour accepter une chose aussi naturelle, c'est normal, me fit-il remarquer en haussant les épaules. C'est plutôt le contraire qui devrait t'étonner. Ne laisse pas les gens dégrader ta valeur juste pour ça Shawn. Adrien tient beaucoup à toi. Je suis sûr qu'il s'en veut beaucoup en ce moment et qu'il ne pense qu'à rattraper sa bourde. Il a été maladroit mais ça lui fera du bien de remettre en question son jugement.

L'accumulation de toutes ces émotions contradictoires -le stress de cet après-midi, la bombe lâchée par Nathan, la réaction d'Adrien et la gentillesse d'Alex- firent céder un barrage en moi et des larmes commencèrent à couler silencieusement le long de mes joues. Alex me prit dans une accolade pour me consoler.

-Tout va s'arranger Shawn, ne t'en fais pas.

Il me rassura comme ça quelques minutes avant que je ne finisse par m'écarter pour me rincer le visage. Alors que j'allais sortir pour rejoindre les autres. Alex me retint par l'épaule.

-Attends Shawn, m'arrêta-t-il.

Je me tournai vers lui, attendant la suite, alors qu'il devenait plus hésitant.

-Je voulais aussi te dire que si jamais tu as besoin de parler, tu sais... à propos d'Adrien... Et bien je serais là et j'essayerai de t'aider du mieux que je le pourrais. Je suis avec toi mon pote, tu n'es pas seul, finit-il en posant une main sur mon épaule alors que je m'étais figé.

Non. Non, non, non. Comment avait-il pu deviner. Avais-je été trop transparent ? Est-ce qu'Adrien aussi avait deviné quelque chose ? La voix de mon ami me parvint par-dessus ma panique :

-Hé mec, calme toi ! Tu es en train de paniquer à cause de ce que je t'ai dit ? Ne t'inquiète pas, je n'en parlerais à personne.

Je tâcher de recouvrer une respiration régulière, un peu rassuré par ses paroles. Tout allait bien. Ce n'était qu'Alex, je pouvais lui faire confiance. Je réussis à me calmer après un petit moment.

-C'est bon, je vais mieux, certifiais-je au brun. On peut aller retrouver les autres, ça commence à faire un moment qu'on s'est éclipsé.

Il hocha la tête pour me faire signe qu'il me suivait. Je marquai une pause lorsque j'eus la main sur la poignée, hésitant. Et j'ajoutai avant de sortir, parce que je savais que dès lors notre bulle de tranquillité serait percée :

-Merci Alex... De comprendre et de ne pas me juger.

Il me gratifia d'un regard chaleureux en réponse et, cette-fois, nous sommes sortis pour de bon. Il semblait que nos amis avaient déjà tout payé et nous attendaient près de la fontaine en face du café. Nathan et Adrien étaient encore en train de parler avec passion, s'attirant les regards des passants aux alentours.

-Je le connais depuis qu'on est gosse alors arrête de faire comme si tu le connaissais mieux que moi, s'énerva Adrien.

-C'est pourtant le cas, répondit Nathan sans se départir de son sourire. La preuve, tu viens seulement d'apprendre qu'il était gay. Non seulement je le savais déjà mais en plus, moi, je l'accepte tel qu'il est et je le comprends. Je doute sérieusement que tu puisses en dire autant vu ce que tu as lâché devant lui.

-Shawn est à moi, grinça le châtain en détachant bien chaque mot.

Mon cœur fit un bond dans ma poitrine. Il venait de dire que j'étais à lui, cela voulait dire qu'il n'allait pas me rejeter de sa vie, non ?

-C'est bizarre, ricana le métissé, je n'avais pas cette impression quand il se tortillait sous moi en jouissant mon nom.

Adrien resta bouche bée, incapable de répondre alors je sentais mes joues me brûler soudainement. À côté de moi, Alex se pinçait les lèvres, se retenant de toute évidence de rire et Maya semblait plus désespérée qu'autre chose. Alors, sans qu'aucun de nous ne le voie arriver, Adrien saisit Nathan par le col de son tee-shirt et siffla entre ses dents d'un ton menaçant.

-Je t'interdis de le toucher à nouveau. Je refuse qu'un type louche face du mal à mon meilleur ami.

-Cette décision ne t'appartient pas, elle appartient à Shawn, souleva le Lillois.

-Moi, Shawn, c'est du pareil au même et tu t'en rendras compte bien assez vite.

Il lâcha Nathan, passa un bras autour de mes épaules et se tourna vers les deux spectateurs qui étaient restés silencieux.

-Je suis désolé que vous ayez eu à assister à ça. Nous, on s'en va. Maya, je suis enchanté de t'avoir rencontré et je suis heureux que Shawn ait eu quelqu'un comme toi près de lui à Lille. J'espère qu'on se reverra.

Je saluai rapidement mes amis avant de me faire tirer par Adrien. Il s'était passé beaucoup de chose mais la seule que je retins était qu'Adrien savait que j'étais gay et qu'il continuait de me protéger en étant si tactile avec moi. Et rien que ça suffisait à me rendre heureux.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Défi
Yatagarasu3rd

L'amour ? Cela ne represente pas grand chose tant sa perception est différente selon les consciences. Est-il vraiment conscient ? Non ! Tout porte à croire que l'on en est victime, qu'il s'impose tristement aux esprits qui ne savent qu'il est imaginaire. Aux personnes qui peinent à le refouler. C'est comme un réflexe, mais qui au lieu de nous protéger nous rend plus vulnérable.

L'amour c'est le carburant de la haine, un repas qui une fois complètement consommé, nous rapproche du trépas.
1
0
0
0
Défi
Lumière d’écrits
Ça vient d’un livre que j’écris mais pas sur Scribay peu-être un jour je le mettrai sur Scribay (j’en suis au premier jet).
2
1
3
1
Défi
Elisabeth Blockelet


Il était là, accoudé au comptoir de notre bar favori. Ce bar, témoin de tous nos fous rires, de tous nos coups de gueule et de toutes nos confidences. Nous nous connaissions depuis des années, il m’avait vu grandir, devenir une femme, il me considérait comme une petite sœur alors que j’avais seulement deux ans de moins que lui. Comment lui dire qu’il était bien plus depuis tout ce temps ? A chaque fois que je le voyais, mon cœur battait la chamade, je devenais rouge et timide, le monde pouvait s’écrouler, il n’y avait que lui qui comptait à mes yeux. Il se moquait souvent de moi, mettant ça sur le compte de ma timidité, mais c’était bien plus. Malgré cette timidité dont il m’affublait, j’aimais faire rire toute la petite bande. Tout le monde me regardait attentivement en attendant le dénouement de mon énième histoire passionnante. Je sentais son regard plein d’admiration, ce regard plein de malices qui me donnait tellement de forces, mais me rendait si vulnérable. J’aimais son rire, un rire si joyeux, si naturel. N’importe qui fondrait devant lui tellement il était beau, charmant et attentionné.
Il était là, dans notre bar, il m’attendait. J’avais osé l’inviter dans ce bar, sans la bande pour que l’on parle. Il ne savait pas pourquoi, mais j’étais bien décidé à lui avouer mes sentiments, à lui dire tout ce que j’avais sur le cœur.
Je rentrai fébrilement dans ce bar. Il m’entendit entrer et tourna la tête vers moi. Il sortit son beau sourire. Je le rejoignis avec assurance comme si tout allait bien. Mais mon cœur disait le contraire. Nous nous installâmes à une table.
- Alors pourquoi m’as-tu fait venir ? Ça semblait important.
- Cela fait des années qu’on se connait toi et moi. Je dois avouer que je t’aime beaucoup.
Je n’arrivai pas à le regarder en face, mes yeux étaient figés sur les verres posés sur la table. Mes mains tremblaient. Il le remarqua immédiatement et posa ses mains sur les miennes pour les serrer avec force. Je sentais la chaleur de sa peau. Il sourit doucement et cela me mit instantanément en confiance.
Je souris et le regarda dans les yeux.
- Je t’aime beaucoup plus qu’en tant qu’amis.
- Oui oui moi aussi.
Le temps s’arrêta net à cet instant. Le monde n’existait plus. Seuls nos regards fixaient l’un sur l’autre ne comptaient. Et ce baiser langoureux et chaud fut le début d’une nouvelle page pour nous deux.
1
3
16
2

Vous aimez lire EightNoAme ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0