Chapitre 2

7 minutes de lecture

Je détaillai mon "frère" en attendant que quelqu'un vienne éclaircir tout ça. Il avait les yeux verts émeraude et des mèches blondes qui lui tombaient sur la nuque. Il avait l'air plutôt attachant mais ça ne me disait pas ce qu'il faisait chez moi ni pourquoi il appelait mon père "papa".

-T'es qui toi ? lâchais-je un peu brusquement à cause de mon incompréhension.

Maya me donna un coup dans les côtes pour me faire remarquer mon indélicatesse. Heureusement, il ne devait pas être susceptible puisqu'il me répondit quand même.

-Je m'appelle Maël ! J'ai 6 ans et demi et je suis en CP, commença-t-il à se présenter comme tout enfant de son âge. Mon meilleur copain s'appelle K...

-On se calme, l'interrompis-je. Je ne t'ai pas demandé ton autobiographie. Je veux juste savoir ce que tu fais ici.

Il cligna des yeux d'un air innocent.

-Maman travaille tard ce soir alors c'est papa qui me garde. Il m'a dit que tu rentrais aujourd'hui donc j'ai attendu à la fenêtre que tu arrives pour rencontrer mon nouveau grand frère.

J'avais peur de commencer à comprendre. Mon père apparu à cet instant et je le fixai, les bras croisés, dans l'attente d'une explication. Et elle avait intérêt à être sacrément bonne!

-Fiston, ça me fait plaisir de te revoir, me dit-il avec un petit sourire chaleureux et accueillant.

Je lui trouvai un air fatigué mais dans l'ensemble, il n'avait pas changé.

-Toi aussi tu m'as manqué papa. Mais tu peux me dire depuis quand j'ai un petit frère ?

Cette fois, Maya ne pu se contenir plus longtemps. Elle me dépassa et tendit la main à mon père.

-Enchantée monsieur Danthez. Je suis Maya et voici Nathan, les introduisit-elle. Je crois que Shawn est un peu trop perturbé en ce moment pour nous présenter. Je vous remercie d'accepter de nous héberger pour cette nuit, ça nous aide beaucoup.

-Moi de même Maya, lui répondit-il avec un air reconnaissant. Mais je vous en prie, appelez-moi Antoine. Entrez, nous serons plus à l'aise pour discuter à l'intérieur.

Mon amie me lança un regard triomphant avec de prendre sa valise et d'emboîter le pas à mon père. Je grommelai, frustré d'être encore sans réponse. Je sentis Nathan poser une main réconfortante sur mon épaule qui me détendit un peu. J'eus à peine mis les pieds à l'intérieur qu'une odeur de tajine me parvint. C'était un des plats que mon père réussissait le mieux et cela suffit à me donner faim. Nous avons laissé nos bagages dans le hall d'entrée pour suivre mon père dans la salle à manger. Vu l'heure, nous ne nous sommes pas attardés à prendre un apéritif, décidant de passer directement au plat. J'attendis que tout le monde soit servit et ait commencé à manger pour relancer mon père.

-Alors, qu'est ce que c'est que cette histoire ?

Il soupira longuement mais vit que je n'étais pas prêt à lâcher l'affaire.

-Je te présente Maël. Je suis en couple avec sa mère depuis deux ans. Nous n'habitons pas encore ensemble mais c'est tout comme, nous nous voyons très souvent. J'ai connu Maël quand il avait quatre ans. Son père les a abandonné et il avait besoin d'une présence masculine alors il m'a très vite appelé papa. Je sais que tu découvres tout d'un coup. Je voulais que l'on passe la soirée à deux pour que je puisse tout t'expliquer calmement mais la mère de Maël est de service de nuit et m'a demandé de le garder.

J'étais un peu secoué par ce que je venais d'apprendre. Je repris une bouchée de poulet pour me laisser le temps de réfléchir.

-Donc toute l'année avant que je parte tu étais en couple et tu ne m'as rien dit ?

-Je voyais que tu n'allais pas très bien et je voulais attendre de voir si c'était vraiment sérieux avant de te présenter Mary, m'avoua-t-il en e grattant la nuque.

Je me calmai aussitôt. Mon père ne voulait que le meilleur pour moi et il méritait d'être heureux aussi. Je m'en voulu un peu de l'avoir assaillit de questions alors que c'était nos retrouvailles mais il était trop tard pour faire marche arrière.

-Je comprends, papa. Désolé de m'être emporté. J'étais un peu secoué mais je suis content d'être de retour, tu m'avais manqué.

Il me fit un grand sourire, clairement soulagé. L'ambiance fut tout de suite plus détendue après cela. Mon père posait des questions à mes deux amis sur leurs études et leur famille. Je me contentai de manger silencieusement comme je savais déjà tout cela. Cependant un regard insistant me fit relever la tête pour constater que Maël me dévisageait. Décidément, il allait que je me fasse à cette histoire d'avoir un petit frère qui traînerait dans mes pattes.

-Quoi? lui demandais-je comme il ne daignait pas me quitter des yeux.

Inutile de préciser que je n'avais jamais été très doué avec les enfants. Savoir qu'il y en avait un sous le même toit que moi me faisait un peu appréhender.

-Tu as les yeux verts comme moi ! Comme ça les gens vont voir qu'on est frère! s'exclama-t-il comme son visage s'éclairait soudainement.

J'eus un temps d'arrêt. Je devais avouer que je ne m'attendais pas à ça. Je pris sur moi pour éviter de lui faire un cours de SVT censé lui prouver qu'avoir les yeux de la même couleur n'impliquait pas forcément un lien de parenté mais j'abandonnai vite l'idée en voyant sa mine enjouée. J'allais recommencer à manger mais Harry Potter ne sembla pas décidé à me lâcher.

-Tu viendras voir ma chambre après manger ? Je pourrais te montrer mes jouets !

Ne se taisait-il donc jamais? Et est-ce que j'avais vraiment la tête d'un gars qui jouait encore aux dinosaures en plastique? Ça faisait des années que je ne regardais plus le Dino train, merci bien. Alors que j'allais sortir une réplique bien cinglante de ma composition, Maya me coupa en plein élan une nouvelle fois.

-Il adorerait voir ta chambre, lui dit-elle doucement en me lançant un regard d'avertissement.

-C'est à Shawn que je parle, pas à toi, répliqua-t-il en la regardant à peine.

Je cachai un rire derrière ma main devant l'air offusqué de Maya. Il n'allait peut-être pas être si ennuyant finalement.

-C'est d'accord Maël, lui promis-je juste pour énerver mon amie.

Je le regrettai presque dix minutes plus tard quand il me tira par la manche de mon sweat à la fin du repas. Je me retins de lever les yeux au ciel. Je connaissais ma maison quand même. Je repoussai sa main le temps de prendre mes bagages au pied de l'escalier et montai à l'étage, suivis par les autres. Je posai mes affaires dans ma chambre avant de me tourner vers mon père.

-Minute. Je suppose que le gamin a investi la chambre d'ami. Il va manquer un lit alors.

-Tu peux venir dormir avec moi dans mon lit ! proposa Maël.

Je cherchai comment lui dire poliment que je dormais pas avec des gosses ayant quitté leur couche depuis un an mais mon père intervint avant.

-Shawn ne peut pas dormir avec toi dans ton lit Malou, lui expliqua mon père. Il est trop petit. Non, tu vas dormir avec moi cette nuit et tu prêteras ton lit à Maya.

-Et il va dormir où lui ? demanda-t-il en pointant Nathan du doigt.

-Avec moi, intervins-je en poussant mon ami dans ma chambre.

-C'est pas juste ! cria l'insupportable gosse. Moi aussi je veux dormir avec toi! Pourquoi lui a le droit et pas moi ?

-Ça suffit Maël ! Tu dormiras avec moi et c'est tout, le réprimanda mon - notre ? - père.

Je me délectai de sa moue boudeuse jusqu'à ce qu'il poursuive.

-Tu pourra dormir avec lui un autre jour.

-D'accord !

Je regardai mon nouveau frère sautiller dans le couloir, bouche bée. Et mon avis à moi dans tout ça ? Je croisai le regard de mon père qui m'enjoignit à laisser couler. Je décidai de laisser ce débat de côté pour aider mes amis à s'installer. Nathan posa sa valise dans un coin de ma chambre tandis que mon père guidait Maya vers la chambre du petit monstre. Un bon petrificus totalus qu'il aurait mérité, oui! Après voir montré la salle de bain, je décida quand même d'aller voir comment la chambre d'ami avait été aménagée. Comme je m'y attendais, des posters Toy story, Avengers et Paw Patrol ornaient les murs et des jouets en tout genre étaient éparpillés environs partout. Génial, j'étais tombé sur un petit bordélique ! Hors de question qu'il entre dans ma chambre en tout cas.

-Ça va aller ? demandais-je à mon amie.

-Mais oui ne t'en fais pas. Je vais juste éviter de me lever cette nuit si je ne veux pas marcher sur un de ses Lego.

Je riais avec elle puis lui cédai la deuxième salle de bain, attendant que Nathan ait fini pour me laver à mon tour. Cette douche me fit du bien. On pouvait dire que mon retour à Lyon commençait fort! J'espérai que les choses allaient se calmer. Je n'étais pas revenu pour avoir encore de nouveaux problèmes. Je me lavai les dents et mis un pantalon de pyjama le temps d'aller dire bonne nuit à mon père, Maël et Maya. Je rejoignis finalement Nathan qui m'attendait déjà dans le lit. J'enlevai mes habits pour ne rester qu'en caleçon avant de me glisser à ses côtés. J'éteignis la lumière et Nathan m'attira fermement contre lui pour que j'ai la tête sur son torse. Je soupirai de bien être, profitant de tout le réconfort qu'il m'apportait avant de laisser le sommeil me gagner. Je m'endormis en réalisant que je n'avais pas pensé une seule fois à Adrien de la soirée...

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Défi
Yatagarasu3rd

L'amour ? Cela ne represente pas grand chose tant sa perception est différente selon les consciences. Est-il vraiment conscient ? Non ! Tout porte à croire que l'on en est victime, qu'il s'impose tristement aux esprits qui ne savent qu'il est imaginaire. Aux personnes qui peinent à le refouler. C'est comme un réflexe, mais qui au lieu de nous protéger nous rend plus vulnérable.

L'amour c'est le carburant de la haine, un repas qui une fois complètement consommé, nous rapproche du trépas.
1
0
0
0
Défi
Lumière d’écrits
Ça vient d’un livre que j’écris mais pas sur Scribay peu-être un jour je le mettrai sur Scribay (j’en suis au premier jet).
2
1
3
1
Défi
Elisabeth Blockelet


Il était là, accoudé au comptoir de notre bar favori. Ce bar, témoin de tous nos fous rires, de tous nos coups de gueule et de toutes nos confidences. Nous nous connaissions depuis des années, il m’avait vu grandir, devenir une femme, il me considérait comme une petite sœur alors que j’avais seulement deux ans de moins que lui. Comment lui dire qu’il était bien plus depuis tout ce temps ? A chaque fois que je le voyais, mon cœur battait la chamade, je devenais rouge et timide, le monde pouvait s’écrouler, il n’y avait que lui qui comptait à mes yeux. Il se moquait souvent de moi, mettant ça sur le compte de ma timidité, mais c’était bien plus. Malgré cette timidité dont il m’affublait, j’aimais faire rire toute la petite bande. Tout le monde me regardait attentivement en attendant le dénouement de mon énième histoire passionnante. Je sentais son regard plein d’admiration, ce regard plein de malices qui me donnait tellement de forces, mais me rendait si vulnérable. J’aimais son rire, un rire si joyeux, si naturel. N’importe qui fondrait devant lui tellement il était beau, charmant et attentionné.
Il était là, dans notre bar, il m’attendait. J’avais osé l’inviter dans ce bar, sans la bande pour que l’on parle. Il ne savait pas pourquoi, mais j’étais bien décidé à lui avouer mes sentiments, à lui dire tout ce que j’avais sur le cœur.
Je rentrai fébrilement dans ce bar. Il m’entendit entrer et tourna la tête vers moi. Il sortit son beau sourire. Je le rejoignis avec assurance comme si tout allait bien. Mais mon cœur disait le contraire. Nous nous installâmes à une table.
- Alors pourquoi m’as-tu fait venir ? Ça semblait important.
- Cela fait des années qu’on se connait toi et moi. Je dois avouer que je t’aime beaucoup.
Je n’arrivai pas à le regarder en face, mes yeux étaient figés sur les verres posés sur la table. Mes mains tremblaient. Il le remarqua immédiatement et posa ses mains sur les miennes pour les serrer avec force. Je sentais la chaleur de sa peau. Il sourit doucement et cela me mit instantanément en confiance.
Je souris et le regarda dans les yeux.
- Je t’aime beaucoup plus qu’en tant qu’amis.
- Oui oui moi aussi.
Le temps s’arrêta net à cet instant. Le monde n’existait plus. Seuls nos regards fixaient l’un sur l’autre ne comptaient. Et ce baiser langoureux et chaud fut le début d’une nouvelle page pour nous deux.
1
3
16
2

Vous aimez lire EightNoAme ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0