Chapitre 1

7 minutes de lecture

Un an plus tard, presque jour pour jour, je me trouvai dans le train en direction cette fois, prêt à retourner chez mon père. J'étais un peu anxieux à cette idée mais savoir que mes deux amis les plus proches de Lille allaient m'accompagner me rassurait grandement. Maya avait mon âge et était ma voisine dans la ville de ma mère. C'était une jeune fille magnifique, avec son teint légèrement métissé, ses longs cheveux bouclés qui tombaient en cascade sur ses épaules et ses beaux yeux bleus. Nul doute que j'aurais tenté ma chance si je n'avais pas été gay. Elle allait avec moi à la fac trilingue de Lyon, très sélective. Nous avions donc été plus qu'heureux en recevant nos affectations. Notre ami Nathan nous accompagnait aussi pour entrer dans une fac de musicologie. Il était attiré par les hommes aussi et il n'était pas rare que nous fassions des choses ensemble. Bizarrement, j'étais plutôt à l'aise avec lui. Mais nous savions tous les deux qu'il ne se passerait rien et que cette situation ne durerait que jusqu'à ce que l'un d'entre nous soit en couple. Maya et Nathan étaient tous les deux au courant de mon amour pour Adrien. Ils m'avaient aidé à tempérer cet amour impossible pendant toute cette année et je leur en étais vraiment reconnaissant.

Adrien m'avait envoyé plusieurs messages les premières semaines suivant mon départ mais je m'étais résolu à ne lui répondre que brièvement. Je n'étais pas parti pour penser encore plus à lui. Ses messages s'étaient donc naturellement faits plus espacés au fil des mois, si bien que je n'avais désormais plus que des nouvelles de lui par Alexander, Eden, Assna et Amy, ma bande d'amis de Lyon. Je savais donc qu'il était toujours en couple avec Camélia, sa copine et qu'il allait commencer des études de droit à la rentrée. Cette année loin de lui m'avait fait du bien. Même si je redoutais un peu que tous mes efforts ne soient gâchés quand je le reverrais, je savais que j'avais désormais plus de contrôle sur cet amour. Et puis, je ne serais plus seul dans cette galère, j'avais maintenant Maya et Nathan pour me soutenir. Mes amis de Lyon n'étaient au courant de rien, je n'aurais jamais osé briser l'équilibre de notre groupe.

-Shawn !

Je sortis brusquement de mes pensées et relevai la tête vers Nathan.

-Mec, ça fait trois fois qu'on t'appelle! Arrête de te prendre la tête avec Adrien, tout va bien se passer.

Maya me lança un regard compatissant que je préférai éviter en regardant par la fenêtre. Je détestais qu'on ait pitié de moi. Je fonçais droit dans le mur avec à cet amour à sens unique, certes, mais je n'avais pas besoin de compassion. Je jouai machinalement avec ma chevalière dans un geste familier. C'était Adrien qui me l'avait offert pour mon anniversaire il y a deux ans. Un mois plus tard, il se mettait en couple avec Camélia. Je ne l'enlevais jamais, comme un ultime présent de grande valeur à mes yeux qu'Adrien m'avait fait avant de s'éloigner de moi. Il avait toujours fait brûler un ardent brasier en moi. M'éloigner l'avait étouffé mais je savais que la flamme était toujours là. Mon amie posa une main réconfortante sur la mienne, devinant sûrement le sujet de ma réflexion.

Une annonce du train annonça que nous arrivions à Lille. Nous nous sommes donc levés pour récupérer nos bagages. J'aidai Maya à descendre sa valise avant de récupérer la mienne et de me diriger vers la porte de sortie, suivis de près par mes deux amis. J'avais demandé à Assna de venir nous chercher à la gare. Je n'avais pas voulu déranger Alex qui devait être avec Eden et Amy était partie chez son parrain en Angleterre. Je cherchai la chevelure rousse de mon amie à travers la foule sur le quai. Châtain foncé avec des reflets roux, m'aurait repris Assna. Je la repérai finalement et me tournai vers mes deux amis Lillois pour leur dire de me suivre. Je pestai quand ma valise s'accrochait à celles des autres qui marchaient dans tous les sens. Décidément, je détestais la foule! J'avais l'impression d'avoir parcouru un kilomètre quand j'arrivai enfin à la hauteur d'Assna. Je tapotai sur son épaule pour lui signaler ma présence. Elle releva aussitôt la tête vers moi, j'étais plutôt grand par rapport à elle avec mon mètre quatre-vingt-trois mais je restai, à ma plus grande joie, plus petit qu'Adrien qui mesurait un mètre quatre-vingt-sept. Je secouai la tête pour le chasser de mon esprit, il avait la fâcheuse tendance à s'y introduire au moindre détail qui me le rappelait. Mon amie se jeta à mon cou et me brailla dans les oreilles.

-Shawn ! Ça fait tellement longtemps ! Tu as changé en plus. Ne serait-ce pas une barbe que je vois là?

Je riais tout doucement. Pas de doute, elle, elle n'avait pas changé. Toujours la même fille pleine d'énergie qui n'a pas sa langue dans sa poche.

-Salut Assna. Toi par contre tu es toujours la même, constatais-je. Je te présente mes amis Maya et Nathan , ajoutais-je en me reculant pour révéler ces derniers qui étaient restés derrière le temps de nos retrouvailles. Les gars, je vous présente Assna, notre chauffeur officiel pour aujourd'hui !

-Ravie de te rencontrer, dit Maya en s'avançant avec un franc sourire vers mon amie rousse pour lui faire la bise.

-Moi de même, lui répondit-elle. Shawn m'a tellement parlé de vous!

J'étais certain qu'elles allaient bien s'entendre. Maya avait cette capacité de s'adapter aux gens et était très ouverte. Nathan la salua à son tour. Assna ne put s'empêcher de sourire en coin en le voyant. Si elle n'était au courant de rien par rapport à Adrien, je lui avais dit quelle relation nous entretenions. À Lyon, seules Assna, Amy et Eden étaient au courant pour mon homosexualité. Je ne leur en avais pas parlé par moi-même mais disons que leur instinct féminin comme elles le disaient si bien, avait fini par me trahir. Je levai les yeux au ciel face à son air narquois et la poussai d'un geste vers la sortie de la gare, pressé de m'éloigner de cette foule.

Nathan m'aida à charger tous nos bagages dans le coffre de la Peugeot d'Assna tandis que les filles faisaient déjà connaissance. Je m'installai d'autorité sur le siège conducteur, ce qui fit évidemment râler la Lyonnaise.

-Minute mon coco. C'est MA voiture alors tu descends et tu changes de côté.

-Ne crois pas que j'ai oublié que tu roules aussi vite que ma grand-mère, ricanais-je.

Elle plissa les yeux à ma remarque.

-Ta grand-mère ne conduit plus, elle est dans un fauteuil, souleva-t-elle.

-Justement ! Allez, je sais que je t'ai manqué, tu peux bien me laisser conduire pour cette fois, poursuivis-je en la voyant ouvris la bouche, prête à protester.

Elle pesta et fit furieusement le tour de la voiture pour finalement s'asseoir sur le siège passager. Elle boucla sa ceinture en me lançant un regard assassin.

-Seulement pour cette fois, insista-t-elle en tendant vers moi un doigt menaçant.

Je pris sur moi pour ne pas rire à nouveau.

-Oui, oui. Regarde Maya et Nathan, ils sont à l'arrière et ils ne râlent pas eux.

Sans attendre sa réponse, je mis le contact et sortis de ce parking, tout aussi bondé que le quai. Mes deux amis de Lille dormaient chez moi pour ce soir, attendant le lendemain pour aller voir le propriétaire de leur colocation. Ils avaient préféré vivre à deux pour des raisons économiques et pour garder un certain repère dans cette ville qui leur était étrangère.

Je fus plus heureux que je ne l'aurais pensé de revoir tous ces bâtiments familiers. Mes trois amis échangeaient avec tellement de naturel qu'un inconnu aurait eu l'impression que nous nous connaissions tous depuis des années. Cette idée me fis sourire tandis que je jetai un coup d'œil dans le rétroviseur pour voir Nathan sourire. Même si ce n'était pas sérieux entre nous, je ne pouvais m'empêcher de le contempler. Son regard croisa le mien et il me fit un clin d'œil qui ne laissa nul doute sur le fait qu'il savait parfaitement à quoi je pensais à l'instant. Je rougis légèrement et me concentrais sur la route jusqu'à la fin du trajet. Je coupai finalement le moteur devant la maison de mon père. Nous avons donc récupéré à nouveaux nos valises avant de déjà prendre congé d'Assna qui devait aller au théâtre avec sa mère. Il était presque l'heure du dîner et elle devait se dépêcher de filer.

-On se revoit demain soir, je vous enlève à nouveau pour qu'on mange ensemble cette fois! nous lança-t-elle en guise de salut.

Elle avait une légère tendance à imposer ses idées mais c'était de mon point de vue ce qui la rendait si attachante.

-Hé bien, commenta Nathan, elle est aussi dynamique que tu nous l'avais décrit!

-Oui, elle m'avait manqué, avouais-je en souriant tendrement.

Maya me fit un sourire chaleureusement, comme seule elle savait les faire pour réchauffer les gens de l'intérieur. Je tirai ma valise derrière moi en remontant l'allée jusqu'à la porte d'entrée. Alors que j'allais frapper, un petit garçon qui devait avoir six ans, vêtu d'un pyjama Harry Potter et de chaussons dinosaures ouvrit la porte en grand.

-Papa ! Mon frère et ses amis sont arrivés ! cria-t-il en direction du salon.

Je me figeai sur place, totalement interdit. Je fouillai au plus profond de ma mémoire pour vérifier que je n'étais pas fou avant de conclure que non, d'aussi loin que je me souvienne, je n'avais jamais eu de petit frère.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Défi
Yatagarasu3rd

L'amour ? Cela ne represente pas grand chose tant sa perception est différente selon les consciences. Est-il vraiment conscient ? Non ! Tout porte à croire que l'on en est victime, qu'il s'impose tristement aux esprits qui ne savent qu'il est imaginaire. Aux personnes qui peinent à le refouler. C'est comme un réflexe, mais qui au lieu de nous protéger nous rend plus vulnérable.

L'amour c'est le carburant de la haine, un repas qui une fois complètement consommé, nous rapproche du trépas.
1
0
0
0
Défi
Lumière d’écrits
Ça vient d’un livre que j’écris mais pas sur Scribay peu-être un jour je le mettrai sur Scribay (j’en suis au premier jet).
2
1
3
1
Défi
Elisabeth Blockelet


Il était là, accoudé au comptoir de notre bar favori. Ce bar, témoin de tous nos fous rires, de tous nos coups de gueule et de toutes nos confidences. Nous nous connaissions depuis des années, il m’avait vu grandir, devenir une femme, il me considérait comme une petite sœur alors que j’avais seulement deux ans de moins que lui. Comment lui dire qu’il était bien plus depuis tout ce temps ? A chaque fois que je le voyais, mon cœur battait la chamade, je devenais rouge et timide, le monde pouvait s’écrouler, il n’y avait que lui qui comptait à mes yeux. Il se moquait souvent de moi, mettant ça sur le compte de ma timidité, mais c’était bien plus. Malgré cette timidité dont il m’affublait, j’aimais faire rire toute la petite bande. Tout le monde me regardait attentivement en attendant le dénouement de mon énième histoire passionnante. Je sentais son regard plein d’admiration, ce regard plein de malices qui me donnait tellement de forces, mais me rendait si vulnérable. J’aimais son rire, un rire si joyeux, si naturel. N’importe qui fondrait devant lui tellement il était beau, charmant et attentionné.
Il était là, dans notre bar, il m’attendait. J’avais osé l’inviter dans ce bar, sans la bande pour que l’on parle. Il ne savait pas pourquoi, mais j’étais bien décidé à lui avouer mes sentiments, à lui dire tout ce que j’avais sur le cœur.
Je rentrai fébrilement dans ce bar. Il m’entendit entrer et tourna la tête vers moi. Il sortit son beau sourire. Je le rejoignis avec assurance comme si tout allait bien. Mais mon cœur disait le contraire. Nous nous installâmes à une table.
- Alors pourquoi m’as-tu fait venir ? Ça semblait important.
- Cela fait des années qu’on se connait toi et moi. Je dois avouer que je t’aime beaucoup.
Je n’arrivai pas à le regarder en face, mes yeux étaient figés sur les verres posés sur la table. Mes mains tremblaient. Il le remarqua immédiatement et posa ses mains sur les miennes pour les serrer avec force. Je sentais la chaleur de sa peau. Il sourit doucement et cela me mit instantanément en confiance.
Je souris et le regarda dans les yeux.
- Je t’aime beaucoup plus qu’en tant qu’amis.
- Oui oui moi aussi.
Le temps s’arrêta net à cet instant. Le monde n’existait plus. Seuls nos regards fixaient l’un sur l’autre ne comptaient. Et ce baiser langoureux et chaud fut le début d’une nouvelle page pour nous deux.
1
3
16
2

Vous aimez lire EightNoAme ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0