Une soirée

5 minutes de lecture

- Mon dieu que ça fait du bien ! lança avec soulagement ma femme une fois ses chaussures à talon retirées. C'est plaisant de se faire jolie mais le prix à payer est élevé.


Je la regardais masser ses pieds ; visiblement endoloris par l'épreuve qu'ils avaient subie. Pour ma part je m'étais servi un dernier verre comme pour porter une conclusion à cette nuit particulière. Il était tard, ou tôt selon les points de vue.

Rentrés depuis peu, nous nous étions débarrassés de nos manteaux et dirigés vers le salon pour nous détendre. Assis confortablement sur notre canapé je fixais un point invisible au loin. La soirée défilait dans ma tête. Un soupir m'échappa en repensant à tout ça, ce qui suscita l'attention de mon épouse.

- Tout va bien mon amour ? 
- Oui, répondis-je.
Malgré moi, le ton de ma voix avoua le contraire. Je m'en rendis compte. Ma femme aussi.
- Tu es sur ? Je t'ai senti.... (elle hésita sur le mot à employer) ...absent ce soir. Un peu après le restaurant tu avais l'air ailleurs. Tu n’as pas aimé notre petite virée en ville ? 
Je souris intérieurement. Elle me connaissait si bien qu'elle avait remarqué que j'avais été troublé dès ce moment-là. J'avais pourtant essayé de le cacher. Visiblement je n'y étais pas arrivé. 
- Si, si, répondis-je, essayant d'être sûr de moi cette fois-ci, j'ai aimé. Après le repas, je me suis senti fatigué. Je dois avouer que j'ai un peu lutté ensuite. Je crois que j'ai perdu l'habitude de me coucher tard. Je me fais vieux, terminai-je ironiquement, le sourire aux lèvres. 
Les yeux toujours rivés au plafond, je sentis son regard s'attarder sur moi. Je n'avais pas dû être très convaincant. 
- Bon, si tu le dis, conclu-t-elle en se levant.
Je fus soulagé de l'entendre dire ça. 

Effectivement, il y avait quelque chose. Mais quoi ? Tout n'était pas encore clair dans ma tête. Il fallait que j'y réfléchisse, que je mette un peu d'ordre dans mes sentiments. J'aurais pu lui en parler, lui dire ce que j'avais sur le cœur mais je n'avais pas envie d'aborder le sujet avec elle. Je crois qu'au fond de moi je savais  ce qui n’allait pas et ne voulais pas l'entendre de sa bouche.

Elle s'assit sur la table basse en face de moi. Je relevais la tête pour la voir. Elle me souriait. En cet instant sa beauté me subjugua comme la première fois où je la vis. Elle me faisait souvent cet effet. 
- J'ai aimé danser avec toi me dit-elle. Ça m'avait manqué.
Je souris à mon tour. C'est vrai que c'était il y a longtemps. Avant la naissance de notre enfant, il y a plus de trois ans.
- Oui, ça m'a fait plaisir à moi aussi.
Puis, me levant, je lui dépose un baiser sur les lèvres, espérant la rassurer par ce geste. Elle me regarda les yeux brillants puis commença à me parler des événements de la nuit passée. Apparemment elle avait apprécié la soirée. Je me rassis de nouveau continuant à siroter mon verre, fermant les yeux. J'acquiesçai de temps en temps à voix haute, ne l'écoutant que d'une oreille. 

J'avais la tête ailleurs. La soirée était une réussite mais je restais tout de même déçu. Pourtant elle réunissait tous les éléments pour être parfaite. Nous avions déposé notre fils chez ses grands-parents et pris la direction du théâtre pour y voir une comédie. Ensuite nous étions allés au centre-ville où, après un restaurant, nous avions fait la tournée des bars pour, enfin, terminer en boîte de nuit. Le type de soirée que nous n'avions pas fait depuis longtemps ; trop longtemps je crois. 
La dernière fois , c'était il y a quelques années, avant que notre enfant arrive et que nous ne puissions plus sortir, faute de temps. Je me souviens de ces nuits passées à boire, à rire et à danser. Des moments d'ivresses et de légèretés que j’appréciais. Notre vie, elle-même, était plus légère en ce temps-là. C'était une autre époque, avec moins de responsabilités et de contraintes, où ne devions penser qu'à nous. Depuis ça avait changé. Il y avait eu le mariage puis notre enfant. Une famille avait été créée. Les plaisirs étaient autres maintenant. Je ne regrettais rien, loin de là cette idée, c'était ce que j'avais toujours voulu. Mais je dois avouer que cette période me manquait un peu des fois. 

- Eh oh. Tu m'écoutes ? 
La question de mon épouse me sortit de mes pensées. J'ouvris les yeux et la vis toujours assise sur la table basse. 
- Excuse-moi. Je commençai à m'endormir. Bercé par ta voix, je crois. 
Elle me regarda, compatissante. Son visage affichait l'épuisement lui aussi. D'ailleurs elle bailla avant d'ajouter : 
- C'est vrai que je suis fatigué. Tu veux qu'on aille se coucher ? 
- Volontiers répondis-je. Mais je vais aller me doucher avant. 
- Comme tu veux, dit-elle en se dirigeant vers la chambre. A tout de suite. 

La douche me fit du bien. Je pris le temps de rester immobile, l'eau coulant sur ma nuque, laissant sa chaleur relâcher lentement mes muscles. L'instant était agréable, propice à la détente.   

Toujours cet état d’âme ! Pourquoi n'étais-je pas satisfait ? Depuis le temps que j'attendais ce moment. Ces derniers temps, je me plaignais souvent à ma femme que nous ne sortions plus, que danser me manquait. Ce soir, j'avais pu avoir ce que je voulais. On était retourné dans nos anciens bars. On avait dansé, trinqué et ris. Pourtant, je n'avais pas apprécié autant que je l'aurais voulu. Pourquoi est-ce que je me trouvais déçu ? Avais-je changé ? J'étais toujours le même pourtant, avec seulement quelques années et quelques responsabilités de plus.

Je coupai l'eau et sortis de la douche. Sec et habillé je partis rejoindre ma femme dans la chambre. Elle s'était déjà couchée. 
Avant d'éteindre la lumière je l'observai un moment. Elle était toujours aussi jolie. Les années n'avait marqué que légèrement son visage. 
- C'était une bonne soirée, lui dis-je. Il faudrait en faire d'autres. Ça m'a fait du bien.

Elle tourna la tête vers moi et entrouvrit ses yeux, me souriant en guise de réponse, puis les referma retournant sur la voie du sommeil.

Je lui fis un dernier baiser lui souhaitant bonne nuit puis éteignis. 

Cette soirée m'avait fait au moins réfléchir à une chose. Je crois que mon erreur avait été de partir avec tous ces souvenirs en tête. Souvenirs d'une époque de ma vie que j'avais particulièrement appréciée. J'avais à l'esprit des tableaux parfaits de ces instants auxquels, je me rendais compte maintenant, j'étais nostalgique. J'avais voulu les retrouver, tel qu'ils étaient, tels que je les avais vécus. Et peut-être même, au fond de moi, retrouver cette autre vie. Je n'y étais pas arrivé. Au final je n'avais dessiné qu'un simple croquis de ces tableaux.


Ces soirées faisaient partie de mon passé maintenant. Elles étaient à une autre époque et n'avaient de place que dans leur contexte. Une page avait été tournée depuis. Ma vie avait changé et changera encore. Trop de nostalgie était néfaste. Ce soir en était un bon exemple. Je ne devais pas chercher à redessiner le passé mais plutôt à peindre le présent. De nouveaux tableaux pour de nouveaux souvenirs. Chaque instant était unique. Il ne fallait plus chercher à retrouver le passé, que j'aille de l'avant et que je profite de chaque moment.... peut-être serais-je heureux alors.....  pensais-je avant de sombrer dans le sommeil.


Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Vous aimez lire Jeremie Pastor ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0