Prologue : Les transports en commun

2 minutes de lecture

  J'ai toujours aimé les transports en commun. Je sais que beaucoup de personnes les ont pas dans leurs cœur. Mais j'aime bien.
  Je trouve agréable la sensation qu'il y a. Être dans la foule tout en étant isolé. Puis il y a aussi cette impression d'aller nulle part, vers l'inconnu. Quand tu rentres dans un tram, un métro, un train, tu ne sais jamais se qui peux se passer. Une rencontre ? Des sourires ? Une discussion ? Ou encore... Des moqueries ? Des insultes ? Une agression ?
Je comprend complètement pourquoi la majorité des gens n'aiment pas les transports en commun. Tout est incertain quand tu monte dedans.

  J'avais pris l'habitude de prendre le tram pour aller jusqu'à la gare, pour ensuite prendre le train. Avec ce dernier, j'ai quelque souvenir qui me sont restés en mémoire. Une fois, en été, je devais prendre le train pour rentrer chez ma mère. Je me souviens mettre habillé d'une robe jaune et de sandale à talons. Cette tenue m'avait procuré une confiance en moi dont je n'avais pas l'habitude à l'époque. J'avais alors passé les deux heures de trains sans musique, juste en étant bien et savourant le moment.
  C'est vrai que j'ai une préférence pour le train. Surtout quand il est vide. Son bercement, ses craquements, le paysages qui défile, tous ça contribuent à mon affection pour le train.
  Je voudrais tellement essayé de voyager en train d'époque ou en train-couchette. Ce serait tellement génial ! Le temps d'un voyage, retourné dans le temps à l'époque du Crime de l'Orient Express.

  Le train est un transport remplie de nostalgie à mes yeux. Je m'y sens bien la plus part du temps.
  Il faut dire que j'y ai passé beaucoup de temps lors de mon enfance jusqu'à la fin lycée. Ayant les parents divorcés, le train était ce qu'il y avait de plus pratique pour passé de l'un à l'autre. Souvent les week-end commencé par deux heures de train et se concluait de la même façon. À l'allée, il avait le goût du repos et du soulagement. Au retour, il laissé un goût amer et de mélancolie. Avec le temps, on s'y habitue. Le train fait partie entièrement de ma vie.

  Mais tous ça pour quoi ? Me direz-vous. Eh bien... J'ai envie de vous raconter une histoire. Pas une histoire d'un amour impossible ou d'une folle aventure. Non. Rien de tous cela. C'est pas quelque chose d'extraordinaire non plus. Mais je veux vous le partagez.
Cette histoire est celle de ma vie. Une vie banale mais unique dans un sens. J'avoue que je ne sais pas trop où tous cela va aller, mais j'espère que vous apprécierez.

  Tous commença un soir de printemps dans une chambre à peine éclairé...

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Défi
Joëlle Muglia

Des plumes timides et téméraires, envolées, perdues dans des limbes écarlates qui en pétales florals de mots s'éclatent au quotidien sur une page blanche, une page aussi jaunie par le temps des poètes qui s'immiscent dans une époque incertaine, une époque de folie furieuse, une folie scélérate, grignotant la conscience des esprits faibles, affolant les individus terrés dans la peur, la panique, la terreur qui les paralysent ; 'la chose' invisible a envahi et colonisé leurs neurones au point de changer leur paradigme, au point de s'enfermer dans des sphères négatives et hostiles à la Vie en Soi.
4
1
0
0
Gérard Legat (Kemp)
Le combat millénaire entre les forces du bien et du mal.
3
4
0
9
morgaane-mnt


On vivait des nuits pas très claires, que nos larmes brouillaient. On essayait de dormir entre les « je t’aime » qui sonnaient un peu bizarrement dans nos crânes mais qui faisaient quand même vibrer nos corps. On respirait fort, comme pour se convaincre mutuellement qu’on était encore en vie. On tremblait un peu en se caressant, nos doigts, nos pensées entremêlés. On ne savait pas vraiment pourquoi on se voyait sans se parler. Peut-être qu’entendre le coeur de l’autre faisait juste battre le notre un peu plus fort. Puis ce que je raconte n’a pas trop de sens, comme nous deux tout compte fait. C’est juste mes doigts qui rencontrent le stylo, tes lèvres qui rencontrent les miennes. C’est anormalement banal.
1
0
0
1

Vous aimez lire RubyPommeRouge ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0