Chapitre 10 – Terrence et Sylvia

2 minutes de lecture

Samedi 27 Juin 2015

Terrence fut réveillé par la sonnerie de son téléphone, il l'attrapa d'une main sur le chevet de sa chambre d’hôtel. Les deux agents avaient passé la nuit dans un charmant hôtel en rondins de bois, une sorte de grand chalet des plus confortables. Après avoir répondu à l'appel Terrence s'empressa de se lever et sans même faire ses exercices ou prendre sa douche il s'habilla et sortit. Il courut jusqu'à la chambre de Sylvia et frappa à la porte. La voix de Sylvia l'insulta à travers l'épaisse cloison de bois le maudissant en lui reprochant l'heure matinale. Il faisait encore nuit, il devait être trois heures du matin passé.

«Bouge toi Sylvia il y a du nouveau, Mary Delauney a été repérée à Elmford ! »

« Quoi ! »

Terrence entendit du mouvement dans la chambre de Sylvia suivit d'un bruit mat contre un meuble et d'un juron étouffé.

« Dépêche toi un hélicoptère va nous prendre au poste du Shérif à Lake Pleasant. »

« Je te préviens je vais être de travers... » La porte s'ouvrit subitement livrant au regard de Terrence une jeune femme ébouriffée et à la mine encore plus pâle que d'habitude, elle avait des cernes creusées sous les yeux, ses vêtements étaient mal ajustés et froissées après ces quelques jours d'utilisations.

Terrence esquissa un sourire.

« Tu es parfaite allons y. »

« Ouaip, c'est ça fous toi de ma gueule... » grogna-t-elle d'un air appesanti.

Sylvia suivit du mieux qu'elle pu Terrence. Il laissa un mot sur le comptoir de l'hôtel et fila jusqu'à la Dodge.

A la différence de son habitude Terrence conduisait de manière sportive. La sirène du véhicule hurlait et les phares clignotaient, Terrence roulait à pleine vitesse au risque d'avoir un accident ou de verser dans un virage. Sylvia protesta mais il était pleinement absorbé, il ne l'entendait pas, concentré qu'il était dans le pilotage de son lourd véhicule anthracite. Ils arrivèrent en un temps record jusqu'au poste du shérif non sans risquer de provoquer plusieurs accrochages.

Alors que Terrence stationnait le véhicule sur le parking, ils entendirent le bruit caractéristique d'un hélicoptère approchant. Sylvia tourna la tête et aperçut le faisceau du projecteur de l'appareil qui était en train d’atterrir. La piste éclairée était à une trentaine de mètre de là, derrière une haute clôture grillagée. Le Shérif était devant le portail d'entrée, mal habillé, son chapeau de travers dans la pénombre de cette fin de nuit. Il les attendaient.

Dès que le moteur du SUV fut éteint, ils descendirent rapidement du véhicule et coururent jusqu'au portail permettant d'accéder à la piste. Ils franchirent le seuil, saluèrent rapidement le shérif et se penchèrent pour atteindre l'hélicoptère, dont les pales ne s’arrêtèrent pas. Dès qu'ils furent installés l'appareil décolla dans un vrombissement assourdissant.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Jacques IONEAU
Variantes de haïkus pour un sonnet.


Sur la plage de Mimizan
13
15
5
1
Jacques IONEAU
Des espoirs ?
8
14
2
1
Défi
PM34

Humanité...
Larve magnifique mais égocentrique, tu es Narcisse qui se contemple dans son lac jusqu'à en mourir ! Lève les yeux et vois la forêt brûler !

Humanité...
Qui suis-je pour te juger ? Un fragment de toi qui n'est ni respectable, ni méprisable. Un homme ordinaire qui, comme beaucoup, se pense différent. Un homme abject, en vérité, car conscient mais aussi immobile qu'un évanoui.
Un homme, en somme, qui n'a rien fait de sa vie.

Mais un homme, cependant, qui ose se prétendre écrivain et qui prend sa plume un soir pour te parler, en sachant bien que c'est vain.
Qu'ai-je à te dire, humanité, que d'autres n'ont déjà dit ? Que je te hais ou que je t'aime ? J'hésite entre les deux.
Tu n'es pas bonne ou mauvaise, humanité. Tu es créatrice de beauté et d'horreur. On pourrait essayer d'estimer en quelles proportions, mais serait-ce utile ?
Je n'ai, de toute façon, pas l'envie de me lancer dans des calculs. Tu devras donc te contenter de ma vision biaisée et subjective.

Humanité, listons quelques-unes de tes œuvres si tu le veux bien.
La Petite Sirène de Copenhague qui regarde, mélancolique, la mer. Auschwitz, lieu des pires horreurs. Le Colisée de Rome, où se sont affrontés hommes et animaux pour le plaisir du public. La Tour Eiffel, colosse de métal et représentante des techniques architecturale de son époque. Le SMS Vulkan, navire de soutien aux sous-marins de la Kaiserliche Marine. Les animaux musiciens de Brême, hommage au conte des frères Grimm.
Je ne parle là que de l'Europe et ne cite que peu de choses, c'est une encyclopédie qu'il faudrait pour tout lister.

Humanité... Il est temps pour moi d'annoncer mon verdict, car te voilà qui me lis.
Que dois-je penser de toi ? Je l'ignore, en vérité...
Que pensé-je de toi ? Ça je l'ai déjà dit... Mais sauras-tu voir au delà du texte ? Sauras-tu relier les points pour avoir la réponse ? C'est ce que nous verrons...
12
47
5
1

Vous aimez lire Guillaume Etuy ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0