Chapitre 7 – Kristen Williams

2 minutes de lecture

Mary se réveilla sous la pression d'un violent mal de crâne, elle souleva ses paupières, une pointe de douleur vrilla son esprit et elle y renonça, elle sentait cette odeur métallique caractéristique du sang qui la poursuivait depuis plusieurs jours. Elle entendait un bourdonnement distant, elle fit une nouvelle tentative et réussit à ouvrir les yeux, il faisait nuit. Elle observa autour d'elle et découvrit qu'elle était dans une voiture, elle était à la place du conducteur. Tout l’habitacle était étoilé par des tâches de sang, à ses cotés se trouvait des lambeaux de chair, des bouts de tissus déchirés et des os brisés. Prise de nausée Mary détourna vivement la tête et elle ouvrit la portière juste à temps pour s'effondrer à quatre pattes pour vomir. Mary s'essuya avec sa manche et aperçu l'amalgame de sang et de chairs qu’elle venait de régurgiter, un frisson de terreur et de dégoût lui parcouru l'échine, elle se releva en s'écartant, elle se cogna le dos contre le véhicule et glissa de coté. Prise de panique elle rampa pour s'éloigner, elle fit ainsi quelques mètres avant de se relever fébrilement. Mary se mit à courir, elle courait sans savoir où, où elle était et où elle allait, elle fuyait éperdue.

Tout à coup deux rais de lumière vive l’éblouirent, elle entendit un crissement et elle fût renversée. La voiture qui venait de la percuter s’arrêta et une portière s'ouvrit, un jeune homme descendit et accourut vers elle. Il lui demanda si elle allait bien, il s'excusa et lui dit de ne pas bouger qu'il allait appeler des secours. Mary était étourdie mais elle balbutia quelques mots, elle lui demanda de l'aide en pleurant et en tenant des propos décousus. L'homme paraissait inquiet et sortit son téléphone pour prévenir les secours.

A peine eu-t-il raccroché que Mary sentait sa conscience repoussée par cette puissance malveillante nichée en elle. Mary commença à se relever, l'homme se précipita en lui disant de ne pas bouger que les secours allaient bientôt arriver. Mais Mary posa la main sur l'avant bras de l'homme et lui dit que tout allait bien et elle se releva en lui souriant malgré elle. L'homme croisa le regard de Mary et parut alors la voir différemment. Il ne la voyait plus comme une victime en péril couverte de sang et de fluide amalgamés mais comme la charmante jeune femme blonde qu'elle était maintenant. Il semblait la voir par delà la situation, au travers de ces vêtements masculins sales et trop grand pour elle. Le jeune homme sourit benoîtement à Mary et bafouilla quelques mots. Mary insista alors pour qu'il rappelle les secours afin de leurs dire qu'il n'y avait personne de blessé.

L'homme rappela donc les secours, puis Mary lui expliqua quelle était en panne et lui demanda de la ramener chez elle, le jeune homme s'empressa d'accepter en souriant bêtement

Ils roulèrent tous deux et Mary entendait leurs propos futiles étouffés par cette sensation étrange de perte de contrôle. la voiture descendait au sud, les phares éclairant la route comme deux yeux fauves d'une bête de métal engloutissant les distances. Ils allaient en direction de New-York.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Beatrice Luminet-dupuy
Napoléon est un chat ordinaire, qui vit dans une famille ordinaire, dans un appartement ordinaire, mais dans la tête du chat rien d'ordinaire, il rêve d'aller au-delà de la fenêtre et il imagine qu'il lui arrive des aventures extraordinaires.

Du toit de l'immeuble d'en face à l'arbre dans la cheminée, de la fenêtre entrouverte jusqu'à l'univers fabuleux qui s'offre à lui, accompagnez Napoléon dans ses tribulations félines !
165
139
38
24
lelivredejeremie
DISCLAIMER

Comme pour le Port-Salut, c'est écrit dessus, ceci est un récit gay, j'aurais pu être encore plus clair en ajoutant un arc-en-ciel à la photo de couverture, mais les clichés m'ennuient, il faut tirer la ligne quelque part, non ? ;)

Ce que j'aurais pu également y signaler - quitte à me retrouver avec un titre qui en couvrait l'entièreté, c'est qu'il pourrait y avoir des passages légèrement explicites, dont le principal était difficilement esquivable, car base de l'histoire...

Il doit probablement y avoir moyen d'écrire une histoire d'amour sans sexe (ou sayxe, en l'espèce) mais là aussi, ça m'ennuierait, et comme l'idée générale que je corrige mes faiblesses tout en m'amusant un minimum...

Bref, il y aura des jeunes hommes (majeurs légalement et sexuellement) qui font des bisous - et peut-être un peu plus - à d'autres.

Hmmm... En me relisant, je me demande si j'entamerais la lecture du récit, perso O.O Mais soit...

Enjoy, anyway !
130
85
30
65
Louise 17

La star des gazons
Chanson du grillon le soir
Son concert d’été
128
19
0
1

Vous aimez lire Guillaume Etuy ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0