Chapitre 7 – Kristen Williams

2 minutes de lecture

Mary se réveilla sous la pression d'un violent mal de crâne, elle souleva ses paupières, une pointe de douleur vrilla son esprit et elle y renonça, elle sentait cette odeur métallique caractéristique du sang qui la poursuivait depuis plusieurs jours. Elle entendait un bourdonnement distant, elle fit une nouvelle tentative et réussit à ouvrir les yeux, il faisait nuit. Elle observa autour d'elle et découvrit qu'elle était dans une voiture, elle était à la place du conducteur. Tout l’habitacle était étoilé par des tâches de sang, à ses cotés se trouvait des lambeaux de chair, des bouts de tissus déchirés et des os brisés. Prise de nausée Mary détourna vivement la tête et elle ouvrit la portière juste à temps pour s'effondrer à quatre pattes pour vomir. Mary s'essuya avec sa manche et aperçu l'amalgame de sang et de chairs qu’elle venait de régurgiter, un frisson de terreur et de dégoût lui parcouru l'échine, elle se releva en s'écartant, elle se cogna le dos contre le véhicule et glissa de coté. Prise de panique elle rampa pour s'éloigner, elle fit ainsi quelques mètres avant de se relever fébrilement. Mary se mit à courir, elle courait sans savoir où, où elle était et où elle allait, elle fuyait éperdue.

Tout à coup deux rais de lumière vive l’éblouirent, elle entendit un crissement et elle fût renversée. La voiture qui venait de la percuter s’arrêta et une portière s'ouvrit, un jeune homme descendit et accourut vers elle. Il lui demanda si elle allait bien, il s'excusa et lui dit de ne pas bouger qu'il allait appeler des secours. Mary était étourdie mais elle balbutia quelques mots, elle lui demanda de l'aide en pleurant et en tenant des propos décousus. L'homme paraissait inquiet et sortit son téléphone pour prévenir les secours.

A peine eu-t-il raccroché que Mary sentait sa conscience repoussée par cette puissance malveillante nichée en elle. Mary commença à se relever, l'homme se précipita en lui disant de ne pas bouger que les secours allaient bientôt arriver. Mais Mary posa la main sur l'avant bras de l'homme et lui dit que tout allait bien et elle se releva en lui souriant malgré elle. L'homme croisa le regard de Mary et parut alors la voir différemment. Il ne la voyait plus comme une victime en péril couverte de sang et de fluide amalgamés mais comme la charmante jeune femme blonde qu'elle était maintenant. Il semblait la voir par delà la situation, au travers de ces vêtements masculins sales et trop grand pour elle. Le jeune homme sourit benoîtement à Mary et bafouilla quelques mots. Mary insista alors pour qu'il rappelle les secours afin de leurs dire qu'il n'y avait personne de blessé.

L'homme rappela donc les secours, puis Mary lui expliqua quelle était en panne et lui demanda de la ramener chez elle, le jeune homme s'empressa d'accepter en souriant bêtement

Ils roulèrent tous deux et Mary entendait leurs propos futiles étouffés par cette sensation étrange de perte de contrôle. la voiture descendait au sud, les phares éclairant la route comme deux yeux fauves d'une bête de métal engloutissant les distances. Ils allaient en direction de New-York.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Jacques IONEAU
Variantes de haïkus pour un sonnet.


Sur la plage de Mimizan
13
15
5
1
Jacques IONEAU
Des espoirs ?
8
14
2
1
Défi
PM34

Humanité...
Larve magnifique mais égocentrique, tu es Narcisse qui se contemple dans son lac jusqu'à en mourir ! Lève les yeux et vois la forêt brûler !

Humanité...
Qui suis-je pour te juger ? Un fragment de toi qui n'est ni respectable, ni méprisable. Un homme ordinaire qui, comme beaucoup, se pense différent. Un homme abject, en vérité, car conscient mais aussi immobile qu'un évanoui.
Un homme, en somme, qui n'a rien fait de sa vie.

Mais un homme, cependant, qui ose se prétendre écrivain et qui prend sa plume un soir pour te parler, en sachant bien que c'est vain.
Qu'ai-je à te dire, humanité, que d'autres n'ont déjà dit ? Que je te hais ou que je t'aime ? J'hésite entre les deux.
Tu n'es pas bonne ou mauvaise, humanité. Tu es créatrice de beauté et d'horreur. On pourrait essayer d'estimer en quelles proportions, mais serait-ce utile ?
Je n'ai, de toute façon, pas l'envie de me lancer dans des calculs. Tu devras donc te contenter de ma vision biaisée et subjective.

Humanité, listons quelques-unes de tes œuvres si tu le veux bien.
La Petite Sirène de Copenhague qui regarde, mélancolique, la mer. Auschwitz, lieu des pires horreurs. Le Colisée de Rome, où se sont affrontés hommes et animaux pour le plaisir du public. La Tour Eiffel, colosse de métal et représentante des techniques architecturale de son époque. Le SMS Vulkan, navire de soutien aux sous-marins de la Kaiserliche Marine. Les animaux musiciens de Brême, hommage au conte des frères Grimm.
Je ne parle là que de l'Europe et ne cite que peu de choses, c'est une encyclopédie qu'il faudrait pour tout lister.

Humanité... Il est temps pour moi d'annoncer mon verdict, car te voilà qui me lis.
Que dois-je penser de toi ? Je l'ignore, en vérité...
Que pensé-je de toi ? Ça je l'ai déjà dit... Mais sauras-tu voir au delà du texte ? Sauras-tu relier les points pour avoir la réponse ? C'est ce que nous verrons...
12
47
5
1

Vous aimez lire Guillaume Etuy ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0