Chapitre 4 – Terrence et Sylvia

6 minutes de lecture

Jeudi 25 juin 2015

Terrence se leva tôt comme à son habitude, il effectua ses exercices matinaux, quelques pompes et des abdominaux. Il se lava et s'habilla avant de descendre prendre un petit déjeuner léger.

Sylvia dormait profondément avec un livre entrouvert à ses cotés. Le réveil de son smartphone retentit dans la chambre mais elle l'éteignit plusieurs fois avant de se lever à contrecœur.

Terrence attendait patiemment dans le restaurant de l'hôtel, il avait pris un journal et lisait tranquillement en sirotant un thé vert. C'est ainsi que le trouva Sylvia lorsqu’elle descendit à 9h passé pour prendre son petit déjeuner. Sylvia prit de quoi manger au buffet du restaurant de l’hôtel et s'assit en face de Terrence.

« Salut ! »

Terrence plia le haut du journal.

« Bonjour. Je suis heureux de voir que les enlèvements ne te perturbent pas trop. »

« Bah ! Que veux-tu, on fait notre possible, et puis il faut être en forme pour réussir. » répondit-elle avant d'enfourner un pancake préalablement recouvert d'une épaisse couche de confiture de fraises.

Terrence haussa un sourcil en voyant la pile de crêpes que Sylvia avait prise.

« Tu vas manger ça ? »

« Ben voui » dit-elle en mâchant bruyamment.

« Tu devrais faire attention à ton alimentation. »

Se fut au tour de Sylvia de hausser un sourcil.

« Monsieur se fait du souci pour moi ? »

Terrence haussa les épaules.

« Pour ce que j'en dis... »

Sylvia sourit en répondant malicieusement.

« Et pis c'est dans les frais de mission alors faut en profiter. »

Terrence agita la tête avant de reprendre la lecture de son journal, il se dit intérieurement que ce nouveau poste, et cette nouvelle partenaire surtout, allaient être pénible.

Sylvia émit une sorte de gargouillement en mangeant et parla à Terrence tout en mâchant.

« Mmm, J'ai reçu les coordonnées des portables. »

Terrence plia son journal et le posa sur la table.

« Alors ? »

« les portables de Mary Delauney et de Veronica Parker sont localisés à deux endroits différents en pleine forêt dans les environs de l'Indian Lake. »

« et le portable de Andrew Ribot ? »

« Dans la villégiature de Veronica Parker sur les bords de l'Indian Lake. »

«Passe moi ton mobile je vais envoyer les coordonnées au Shérif Douglas pour qu'il récupère les appareils... »

Sylvia fit un signe négatif de la tête et elle avala sa bouchée avant de pouvoir répondre.

« C'est personnel ces trucs là ! Je vais le faire....»

Sylvia tira son smartphone de sa poche et pianota d'une main avec une dextérité qui émerveilla Terrence.

« Voilà c'est fait. »

« Bon et bien...dès que tu auras fini nous pourrons y aller... »

« Voui, je termine. » dit-elle en tenant un pancake entamé d'une main et en se servant un café de l'autre.

Après le petit déjeuner Sylvia et Terrence réglèrent la note de l'hôtel et reprirent la route en direction de Glens Falls.

Il leur fallu un peu plus d'une heure pour arriver dans la ville. Terrence stationna la Dodge sur le parking de la police d'état et ils sortirent tout les deux sous le soleil radieux de cette fin de matinée.

Terrence prit les devants et se présenta à l'accueil, il montra son badge et demanda à voir l'agent en charge du dossier. Ils attendirent dans le hall, Terrence resta debout, marchant de long en large en observant autour d'eux. Sylvia s'assit et, sortit sa tablette de son sac pour, une fois de plus se dit Terrence, lire et pianoter sur son écran.

Un homme en costume sombre se présenta après quelques minutes. Il regarda alternativement Terrence, qui s'était tourné vers lui, et Sylvia encore absorbée par son écran. Il se dirigea vers Terrence.

« Bonjour. Lieutenant Barett de la NYSP. » Dit-il en tendant la main. Terrence prit cette main tendue.

« Bonjour, agent spécial Smith du FBI. Vous êtes l'agent en charge de l'affaire Andrew Ribot ? »

Le visage du lieutenant marqua un instant de contrariété contrit.

« Jusqu'à maintenant oui, mais vous reprenez l'affaire si j'ai bien compris. »

Terrence comprenait parfaitement le sentiment de contrariété de son homologue et répondit sur un ton neutre et de manière professionnelle.

« Tout à fait, cette enquête relève maintenant d'une juridiction fédérale, nous suspectons un ou plusieurs enlèvements.»

L'homme hocha la tête.

« Suivez moi, je vais vous transmettre ce que nous avons. »

Terrence et Sylvia suivirent l'homme dans les bureaux du bâtiment, ils arrivèrent dans une pièce où se trouvaient des policiers en civil en train de travailler à leurs bureaux. Un bureau était vide, l'agent Barett tira deux chaises pour permettre à Terrence et Sylvia de s’asseoir à ses cotés. Il s'installa devant son ordinateur et commença à les informer sur l'état de l'enquête.

« Comme vous devez le savoir le Shérif du comté d'Hamilton a lancé un mandat d’arrêt contre Andrew Ribot. Cet homme de 29 ans, bûcheron, est soupçonné par le shérif du meurtre de Mary Delauney et de Veronica Parker. »

« Quels sont les indices qui lui ont permis d'aboutir à cette conclusion? » Demanda Terrence.

« Comme vous le savez une importante quantité de sang a été trouvée dans la forêt sur les bords de l'Indian Lake. Le lieu du crime est a moins de trois kilomètres de la maison de Mary Delauney. »

« D'accord. Autre chose ? »

« Le shérif a également un témoignage, » L'agent Barett fit défiler son document de travail à l'écran, trouva se qu'il cherchait, et lu machinalement les informations enregistrée : « Rachelle Azzara, qui travaille dans une station service a vu Veronica Parker et Andrew Ribot ensemble, avant leurs disparitions. »

Terrence n'aimait pas ça, un témoignage aussi mince n'était guère le genre d'indice indiscutable qu'il recherchait toujours pour étayer ses suspicions.

« C'est un peu léger tout de même… »

« C'est certain mais je pense que le Shérif Douglas n'a pas l'habitude de ce genre d'affaire.»

« Pas d'autre trace retrouvée dans le véhicule ? »

« Si, mais il n'y a aucune correspondance dans les bases de données. »

« Et en ce qui concerne le sang retrouvé dans la forêt ? »

« il s’avère que c'est celui de Veronica Parker. Et selon le légiste, comme dans le cas des traces retrouvées dans le pick-up, la victime est morte. »

«Il y a donc deux crimes similaires avec une victime identifié mais sans cadavre? »

«Les deux crimes semblent effectivement l’œuvre du même meurtrier, cependant dans le cas du pick-up, les restes retrouvés semblent indiquer que le criminel n'a pas eu le temps de terminer. »

« A cause des restes humains ? »

« Oui, dans la forêt il n'y avait quasiment que du sang. Alors que dans le Pick-up nous avons retrouvé des lambeaux de chairs et même des os complets.»

« Pouvons-nous voir ces restes ? » les deux hommes se tournèrent vers Sylvia qui parlait pour la première fois depuis que le Lieutenant leur présentait les éléments de l’enquête.

Étonné, le lieutenant Barett regarda Sylvia un instant avant de répondre. « oui bien sûr, je vous amènerai auprès du coroner tout à l'heure. »

Terrence reprit la parole.

« et concernant la villa de Mme Parker sur les bords de l'Indian Lake ? »

« Le Shérif à demandé un mandat et à fait une perquisition hier, j’attends les résultats. »

« Et qu'en est-il de Mary Delauney ? » demanda Terrence.

« Pour le moment aucuns indices, le Shérif a interrogé son père mais rien de probant. Il a aussi lancé des fouilles dans les bois autour de leur maison, j’attends le résultat de ces recherches...»

Terrence se tourna vers Sylvia

« Sylvia tu as d'autres questions... »

Sylvia parla d'une voix qui étonna Terrence. Elle paraissait sûr d'elle, parfaitement calme et ferme.

« Nous allons nous occuper de cette affaire Lieutenant. Vous allez nous transférer tous les éléments de l'affaire et les supprimer de vos ordinateurs. »

Le Lieutenant paru lui aussi surpris, il se renfrogna avant de répondre froidement.

« Je vais vous transférer les fichiers, mais nous conservons habituellement une copie des éléments qui peuvent servir dans le cadre d'enquêtes ultérieures. »

Avant que Terrence ne puisse parler Sylvia répondit d'une voix autoritaire.

« Nous avons toute autorité sur cette affaire et vous devez avoir reçu l'ordre de nous assister et de ne pas entraver notre enquête. Et je vous demande de supprimer toutes les copies des éléments de l'enquête après nous les avoir transmis. »

Le lieutenant Barett sembla déstabilisé devant la certitude de Sylvia.

« Je comprends, mais je vais en référer à mon supérieur. »

Les lèvres de Sylvia formèrent un sourire en coin.

« Faites donc. »

Après cet échange tendu, l'entretien se termina rapidement. Le lieutenant Barett transmis tous les éléments de l'enquête puis il emmena Terrence et Sylvia auprès du légiste.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Jacques IONEAU
Variantes de haïkus pour un sonnet.


Sur la plage de Mimizan
13
15
5
1
Jacques IONEAU
Des espoirs ?
8
14
2
1
Défi
PM34

Humanité...
Larve magnifique mais égocentrique, tu es Narcisse qui se contemple dans son lac jusqu'à en mourir ! Lève les yeux et vois la forêt brûler !

Humanité...
Qui suis-je pour te juger ? Un fragment de toi qui n'est ni respectable, ni méprisable. Un homme ordinaire qui, comme beaucoup, se pense différent. Un homme abject, en vérité, car conscient mais aussi immobile qu'un évanoui.
Un homme, en somme, qui n'a rien fait de sa vie.

Mais un homme, cependant, qui ose se prétendre écrivain et qui prend sa plume un soir pour te parler, en sachant bien que c'est vain.
Qu'ai-je à te dire, humanité, que d'autres n'ont déjà dit ? Que je te hais ou que je t'aime ? J'hésite entre les deux.
Tu n'es pas bonne ou mauvaise, humanité. Tu es créatrice de beauté et d'horreur. On pourrait essayer d'estimer en quelles proportions, mais serait-ce utile ?
Je n'ai, de toute façon, pas l'envie de me lancer dans des calculs. Tu devras donc te contenter de ma vision biaisée et subjective.

Humanité, listons quelques-unes de tes œuvres si tu le veux bien.
La Petite Sirène de Copenhague qui regarde, mélancolique, la mer. Auschwitz, lieu des pires horreurs. Le Colisée de Rome, où se sont affrontés hommes et animaux pour le plaisir du public. La Tour Eiffel, colosse de métal et représentante des techniques architecturale de son époque. Le SMS Vulkan, navire de soutien aux sous-marins de la Kaiserliche Marine. Les animaux musiciens de Brême, hommage au conte des frères Grimm.
Je ne parle là que de l'Europe et ne cite que peu de choses, c'est une encyclopédie qu'il faudrait pour tout lister.

Humanité... Il est temps pour moi d'annoncer mon verdict, car te voilà qui me lis.
Que dois-je penser de toi ? Je l'ignore, en vérité...
Que pensé-je de toi ? Ça je l'ai déjà dit... Mais sauras-tu voir au delà du texte ? Sauras-tu relier les points pour avoir la réponse ? C'est ce que nous verrons...
12
47
5
1

Vous aimez lire Guillaume Etuy ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0