Chapitre 2 – Terrence et Sylvia

8 minutes de lecture

Mercredi 24 Juin 2015

La lumière d'une fin d’après midi d'été passait à travers la fenêtre, elle éclairait un torse nu et musclé, par endroits de vieilles cicatrices constellaient ce corps immobile. L'homme était assis en tailleur, les yeux fermés, il méditait calmement lorsque son téléphone sonna.

Terrence étendit le bras sans ouvrir les yeux, il attrapa d'un geste sûr le mobile posé sur le chevet de sa chambre. Terrence était assis en tailleur dans une chambre austère, un futon, un chevet et un placard pourvu de portes coulissantes en bois et papier de riz. Le petit appartement de Terrence était particulièrement sobre, l'ensemble était peu décoré, quelques cadres suspendus aux murs blancs présentaient des photos de paysages naturels anonymes.

Terrence méditait depuis une bonne heure, il ouvrit les yeux et regarda son téléphone, le nom de son correspondant apparaissait. Il parla d'une voix lente et calme.

« Bonjour Sylvia comment vas-tu ? »

Il entendit la voix rapide et enjouée de Sylvia.

« Salut ! Très bien. On a une affaire. »

Terrence se levait tranquillement.

« et qu'est-ce donc ? »

« Je t'expliquerai plus tard. J'ai fait les démarches administratives, on va pouvoir directement aller sur le terrain. Viens me chercher devant le bureau de New York je t'expliquerai en route. »

Terrence n'insista pas, il regardait par la fenêtre les habitants de Brooklyn vaquer à leurs occupations. Il répondit calmement.

« J'arrive. »

« Ok, je t'attends. » Sylvia raccrocha.

A 41 ans Terrence était un agent fédéral particulièrement expérimenté, il s'était distingué à de nombreuses reprises et c'était le genre d'homme à vivre pour son métier. Il n'avait pour ainsi dire aucune vie privée et pas d'attache. Il avait perdu de vue sa sœur, et il gardait un contact en pointillé avec sa mère qui vivait dans le New-Jersey. Terrence était un investigateur émérite, il savait observer et analyser les indices. C'était un bon communicant et il savait faire parler les gens sans devoir user de menaces ou de la force comme certains. Mais c'était aussi un homme d'action, il pratiquait les arts martiaux depuis l'enfant et, il était assidu aux stand de tir. En un mot, Terrence était l'un des meilleurs agent du FBI.

Cependant Terrence s'interrogeait depuis son transfert sous les ordres de Sydney Montana, une femme qu'il n'avait vu qu’une seule fois à Chicago lors d'un court entretien. Sydney Montana était un agent spécial sous les ordres immédiat du Directeur du FBI. Elle choisissait ses affaires. Sydney Montana l'avait recruté comme agent à New-York pour suivre les affaires qu'elle gérait dans l'état du même nom. Terrence avait aussi du se faire à une nouvelle partenaire, Sylvia Philips.

Terrence s'habilla comme à son habitude : pantalon noir, chemise blanche, veston noir et Trench-coat cendré. Il vérifia méticuleusement son pistolet, un Glock23, son portefeuille avec sa plaque du FBI, et la batterie de son mobile. Il sortit de son appartement, traversa la rue et remonta jusqu'au parking où se trouvait leur voiture de fonction. Il salua le gardien du parking et récupéra la Dodge Durango banalisée.

Une trentaine de minutes plus tard Terrence stationnait le véhicule devant un Starbucks Coffee nom loin du Jacob K. Javits Building sur Federal Plaza. Il sortit de la voiture, pris son téléphone et appela Sylvia.

« Je suis devant le Starbucks je t'attends. »

Terrence n'attendit que quelques minutes avant de reconnaître l'apparence frêle et juvénile de sa partenaire. Elle était en jean avec un chemisier ample vert, une veste en velours marron et un foulard à motifs vert, marron et gris.

Sylvia était une jeune femme bardée de diplômes, une belle petite rousse aux tâches de rousseur que personne n'aurait imaginé en agent du FBI. Pourtant cette femme tout juste trentenaire était sous son apparence BCBG un véritable génie. Elle était sortie major de sa promotion de classe d'Histoire de l'université de Yale. Terrence se demandait bien ce que cette fille faisait au FBI… Mais Montana enquêtait sur des affaires étranges, requérant des connaissances spéciales. Terrence n'avait pas tout compris et, en homme pragmatique, il était plutôt sceptique. La seule chose que Terrence avait clairement compris c'est qu'il devait servir de « tuteur » à Sylvia, il devait selon les propres mots de Montana : l'aider dans la résolution des enquêtes, la protéger et la surveiller.

Lorsque Sylvia arriva à sa hauteur Terrence la salut sans sortir les mains de ses poches.

« Bonjour, alors cette affaire ? »

Sylvia lui sourit timidement.

« Salut ! On doit se rendre à Glens Falls pour une disparition. »

Terrence haussa un sourcil.

«Une disparition ? »

« Oui, euh… enfin une suspicion d’enlèvement. »

« Monte, tu vas m'expliquer dans la voiture. »

Sylvia monta du coté passager alors que Terrence reprenait le volant. Il conduisit en direction de la banlieue nord de New-York. A peine parti, Sylvia commença ses explications en lisant sa tablette.

« Alors voici le topo la police d'état de New-York a découvert aujourd'hui un pick-up sur une aire d'autoroute de l'Intersate 87 près de Glens Falls. A l'intérieur ils ont trouvé des traces de sang et des restes humains. »

« Jusque là rien qui n'implique notre intervention... »

« Attends la suite ! Le véhicule appartient à Andrew Ribot qui habite à Indian lake Town et il s’avère que le Shérif de Hamilton a lancé un mandat d'arrestation contre Andrew Ribot, il est suspecté de meurtre après la découverte de sang dans la forêt.»

« Je ne vois pas pourquoi ils ont besoin de nous ? »

« Et bien ! Il s'avère que plusieurs personnes ont récemment disparues et aucun corps retrouvé. Donc il y a de fortes suspicions d’enlèvements. Et le suspect principal est Andrew Ribot d'où le mandat lancé par le Shérif d'Hamilton et notre intervention en vertu de la loi fédérale sur les enlèvements, aussi appelée loi Lindbergh, suite à l'affaire Lindbergh en 1937 qui était...»

Terrence l'interrompit calmement.

«Merci je connais les prérogatives du FBI. »

Sylvia tourna la tête vers Terrence en souriant.

« Ok, donc je reprends, alors les disparues sont : Mary Delauney 18 ans, sans emploi, elle habite chez son père sur les bords de l'Indian Lake. Veronica Parker 41 ans, avocate, divorcée, une enfant émancipée, elle habite à Albany mais possède également une villa sur les bords de l'Indian Lake. Et bien sûr Adrew Ribot 26 ans, bûcheron, il habite près d'Indian Lake. Voilà les infos que nous avons. »

La voiture roulait déjà depuis un petit moment et ils venaient de quitter Manhattan, la voiture sortit du Holland Tunnel et prit l'Interstate 78. Terrence alluma les phares alors que Sylvia lisait encore des informations sur sa tablette. Elle le regarda par intermittence en attendant peut-être une réponse ou des indications. Terrence s'en aperçut et finit par mettre un terme à ce silence.

« Peux-tu faire une demande de localisation des mobiles des victimes au bureau et demande aussi une copie des vidéos des caméras de l'air d'autoroute où à été retrouvé le pick-up. »

« Oui bien sûr, je m'en occupe. »

Sylvia appela le bureau du FBI pour demander le traçage des mobiles ainsi que les vidéos des 24 dernières heures des caméras de surveillance de l'aire d'autoroute de Glens Falls. Elle raccrocha quelques minutes plus tard et Terrence lui lança un regard rapide tout en conduisant.

« Alors ? »

« Ils nous rappellent dès qu'ils ont les vidéos, pour les localisations ils m’envoient les dernières coordonnées connues sur mon smartphone. »

Terrence regarda l'heure sur le tableau de bord de la voiture : 20h15, il exprima alors son avis à Sylvia.

« Je pense que le mieux est de rouler jusqu'à Albany pour voir par nous-même le domicile de Madame Parker. Demain nous irons à Glens Falls pour voir la police d'état. »

Sylvia ne releva même pas la tête de son smartphone et répondit d'un simple ok. Le visage pâle de la jeune femme était simplement éclairé par l'écran de son téléphone et elle ne semblait plus prêter attention à Terrence.

Après une bonne heure de silence Terrence était tenaillé par l’envie d'interroger Sylvia, il se décida à éclaircir certains points qui l’intriguait depuis son transfert sous les ordres de Montana.

« Sylvia, dis-moi une chose. »

« Oui » dit-elle sans relever la tête de l'écran de sa tablette.

« Dis-moi pourquoi une fille comme toi, avec de tels diplômes, travaille comme agent spécial au FBI. »

Elle répondit de manière distraite sans relever la tête de l'écran.

«La passion. »

Terrence haussa un sourcil.

«Quoi?»

« J'aime résoudre les mystères. »

« Et c'est tout ? Tu t'es engagée au FBI pour résoudre des énigmes ! »

« Le FBI me permet de résoudre le genre de mystères qui m’intéresse. »

« Et c'est quel genre d'affaire? »

« genre bizarre, inexplicable. »

Terrence rit.

« Tu cherches à résoudre des mystères inexplicables ?! »

« inexplicable pour la plupart des gens. »

« et toi tu es capable de les comprendre, je suppose ? »

« Pas tous, mais j'ai suffisamment de connaissances pour y arriver et surtout je n'écarte pas certaines pistes. »

« Tu m'intrigues de quoi parles-tu ? »

« d'anciennes histoires, de légendes, de folklore et d'occultisme. »

Terrence répondit en souriant.

« Tu m'excuseras mais le FBI n'est pas vraiment spécialisé dans ces domaines. »

Sylvia releva la tête et scruta Terrence durant de longues secondes.

« Montana ne t'a pas... »

« Quoi Montana ? »

«Enfin! c'est à dire que je pensais... »

«Tu pensais quoi ? »

« Que Montana t'avait un peu plus briefé. »

« Et bien dis-moi ! »

« Je ne sais pas si je peux, enfin je pense que tu t'en rendras vite compte de toute manière. »

« Ne me fais pas attendre veux-tu. »

« Ok, bon et bien Montana t'a quand même dit qu'elle était spécialisé dans les affaires un peu étranges. »

« Justement elle a été plutôt vague. »

« Et bien certains éléments étranges de ces affaires sont parfois bien réels. »

« Des vrais crimes, tu veux dire ? »

« Non ! Il y a parfois véritablement des choses étranges, du paranormal, de la sorcellerie, enfin, ce genre de choses. »

Terrence sourit.

« Marrant. Merci de me faire découvrir ton sens de l'humour... »

Sylvia fit la moue.

« Non, je te jure, le monde n'est pas aussi rationnel que tu peux le croire. »

« Ça, je veux bien le croire, j'ai déjà vu pas mal de déséquilibrés et de psychopathes… mais de là à croire au paranormal. »

« Bah, crois ce que tu veux de toute manière je sais bien pourquoi tu es là. »

« Pardon ! »

« Tu es mon chaperon, pas besoin de jouer la comédie ! »

Terrence resta muet, il comprenait maintenant pourquoi Montana lui avait dit de la surveiller, car si cette fille croyait vraiment à toutes ces fadaises alors elle ne devait pas être entièrement saine d'esprit.

De son coté Sylvia sembla contrariée, elle éteignit sa tablette et regarda en silence le paysage défiler derrière la fenêtre de sa portière.

Deux heures plus tard Terrence et Sylvia se trouvaient à l'adresse du domicile de Veronica Parker. C'était une belle maison de ville dans le centre d'Albany. Quelques marches menaient à la porte d'entrée. Devant l'entrée se trouvait une voiture de police et deux agents en faction. Terrence s'avança et salua les deux policiers et leur montra son badge. Ils entrèrent avec Sylvia pour découvrir un intérieur luxueux, meublé et décoré avec beaucoup d'attention. Les deux agents passèrent plus de deux heures à fouiller les lieux sans rien trouver de significatif, ils décidèrent de quitter les lieux.

Une heure plus tard ils prenaient chacun une chambre dans un hôtel du centre ville.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Jacques IONEAU
Pan sur le sonnet
15
26
6
2
Défi
Victor Bouvier

Sur sa joue une larme sèche.
7
0
2
0
Défi
PM34

Humanité...
Larve magnifique mais égocentrique, tu es Narcisse qui se contemple dans son lac jusqu'à en mourir ! Lève les yeux et vois la forêt brûler !

Humanité...
Qui suis-je pour te juger ? Un fragment de toi qui n'est ni respectable, ni méprisable. Un homme ordinaire qui, comme beaucoup, se pense différent. Un homme abject, en vérité, car conscient mais aussi immobile qu'un évanoui.
Un homme, en somme, qui n'a rien fait de sa vie.

Mais un homme, cependant, qui ose se prétendre écrivain et qui prend sa plume un soir pour te parler, en sachant bien que c'est vain.
Qu'ai-je à te dire, humanité, que d'autres n'ont déjà dit ? Que je te hais ou que je t'aime ? J'hésite entre les deux.
Tu n'es pas bonne ou mauvaise, humanité. Tu es créatrice de beauté et d'horreur. On pourrait essayer d'estimer en quelles proportions, mais serait-ce utile ?
Je n'ai, de toute façon, pas l'envie de me lancer dans des calculs. Tu devras donc te contenter de ma vision biaisée et subjective.

Humanité, listons quelques-unes de tes œuvres si tu le veux bien.
La Petite Sirène de Copenhague qui regarde, mélancolique, la mer. Auschwitz, lieu des pires horreurs. Le Colisée de Rome, où se sont affrontés hommes et animaux pour le plaisir du public. La Tour Eiffel, colosse de métal et représentante des techniques architecturale de son époque. Le SMS Vulkan, navire de soutien aux sous-marins de la Kaiserliche Marine. Les animaux musiciens de Brême, hommage au conte des frères Grimm.
Je ne parle là que de l'Europe et ne cite que peu de choses, c'est une encyclopédie qu'il faudrait pour tout lister.

Humanité... Il est temps pour moi d'annoncer mon verdict, car te voilà qui me lis.
Que dois-je penser de toi ? Je l'ignore, en vérité...
Que pensé-je de toi ? Ça je l'ai déjà dit... Mais sauras-tu voir au delà du texte ? Sauras-tu relier les points pour avoir la réponse ? C'est ce que nous verrons...
12
47
5
1

Vous aimez lire Guillaume Etuy ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0