Souvenir n°13 [amitié]

2 minutes de lecture

Je m'entraînais tous les jours
Par la force de l'amour
Je regardais ce ciel bleu
Je savais qu'ils étaient heureux

Nous étions comme inséparables
Deux garçons, une feuille d'érable
Ils m'accompagnaient presque partout
On s'amusait comme des fous

Je laissais l'amitié m'envahir l'esprit
Comme si elle n'avait eu aucun prix

Je prenais le temps de réfléchir
A comment les avoir, je devais courir

Jusqu'à cet indéfinissable moment
Qui m'a fait perdre tout mon coeur
Le temps coulait très rapidement

Je marquais toujours la classe
De mes bonnes notes, de ma grâce
Mais une concurente de taille,
M'affrontait, jamais je ne déraille

Elle était une grande compétitrice
Je l'étais aussi en retour
Jamais tous cela n'était factice
Je préférais l'amitié à l'amour

Elle m'emmènerait jusqu'au bout du monde
Si cela lui était possible

Nous quitterions toutes les deux la ronde
Si nous n'avions eu de cible

Depuis nous sommes liées
Pour la vie et sans aucune rumeur
Que par la force de l'amitié

Je n'avait jamais été confrontée
A ce qu'on appelle la solitude
Je ne connaissais que solidarité
Je n'avais jamais connu l'amertume

Elle me tenait toujours compagnie
Et en plus d'être gentille, elle était jolie
Nous ne pensions qu'à mieux vivre
Et je ne me souciais que des livres

Quand par malheur on se disputait
Je ne pleurais pas, je pensais

Je devais toujours avoir raison
Ensemble, souvent, nous étions

Le jour où elle m'annonçait son départ
J'ai presque fondu en larmes
J'aurais même feigné être en retard

Il est tellement timide et bon
Que je n'osais lui parler
Il aurait pû devenir un champion
S'il m'avait enfin regardée

On s'amusait, lui et moi
On était deux, et puis voilà
Les autres n'étaient que des jaloux
Ils l'auraient presque mis à genoux

Alors je me suis doucement retirée
Mettant mes espoirs que de côté

Je lui ai seulement fait comprendre
Qu'il pouvait revenir me prendre

Il l'aurait fait deux ans après
Il avait peur que je refuse
Nous serions pourtant rester si près

Je ne rentrais au collège
Que pour prendre nouveau départ
Les véritables amis sont rares
Mais en avoir des bons m'allège

Elle avait peur de me contredire
Elle me craignait tout simplement
J'aurais tant voulu la faire rire
Elle était ma meilleure amie, je l'entends

Comment pourrais-je abandonner
Celle qui m'a tellement donné

Je ne m'énerve et je lui fait face
Quand elle parle et que ça me lasse

Le challenge est toujours resté
Entre deux amies liées par la ruse
Elle est la juste définition de l'amitié

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 5 versions.

Recommandations

Défi
Laurent Datünder
Tout est dans les mots clefs. Bonne lecture !

P-S : si le titre change souvent, c'est normal.
1202
742
26
14
Défi
PM34
Une phrase par jour, ou un tout petit peu plus. Humeur du moment, mini-fiction (vraiment petite) et tout (pas grand chose) ce qui me passe par la tête.
2030
1927
92
17
Défi
932
83
5
16

Vous aimez lire Suny ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0