3ème chapitre

2 minutes de lecture


— Hum, hum. Vous ne devriez pas être ici. C’est la salle des potions. Redescendez au rez-de-chaussée, la cuisinière vous a préparé un encas.

La personne qui interpelle ainsi le petit groupe est une adolescente à peine plus jeune que Milo.

— Qui es-tu ? interroge Lyzon.

Mais déjà la mystérieuse inconnue dévale les marches d’un pas assuré. Plus lentement, les cousins la suivent.

La cuisine est une vaste salle aux couleurs lumineuses. Au centre de la pièce, une grande table en bois blanc trône. Des tartines de beurre accompagnent les bols posés sur la nappe vichy. Une bonne odeur de chocolat chaud règne. Les adolescents s’installent rapidement autour du repas improvisé et Milo plonge avec plaisir son visage dans le cacao. Lyzon, elle, grignote gracieusement son pain beurré, qu’elle repose après quelques bouchées.

La cuisinière essuyant ses mains farineuses sur le tablier noué à sa taille, s’approche d’eux. Milo la remercie chaleureusement.

— De rien, c’est avec plaisir. Nous avons reçu une lettre de vos parents annonçant votre venue. Tout a été fait pour vous accueillir dans les meilleures conditions.

— Cela a dû vous prendre du temps, remarque Milo, le château est immense !

— Ne vous inquiétez pas pour ça. La demeure est spacieuse, mais le personnel est nombreux. Moi, c’est Rozenn. Je suis la cuisinière. D’un signe de tête, elle désigne la jeune fille qui a accompagné le trio dans la pièce. Elle, c’est Claudia, la femme de chambre. Ça ne fait que cinq mois qu’elle est parmi nous. Sans oublier mon frère, Enguerrann le majordome que vous avez dû rencontrer.

— Oui, bien sûr.

Milo interroge :

— Savez-vous où est notre grand-mère ?

— Elle a beaucoup à faire, mais vous allez certainement la croiser tôt ou tard. Vous devriez profiter de la journée maintenant.

Les adolescents quittent la cuisine accompagnés de Claudia qui sautille gaiement derrière eux.

— Elle va nous suivre longtemps ? chuchote Lyzon à l’oreille de Milo. On dirait un petit cabri à caracoler comme ça.

Comme si elle avait perçu les paroles de la jeune fille, Claudia se tourne vers les cousins et avec un sourire entendu leur propose :

— Si nous allions dans la forêt, derrière le château ?

Lyzon retient une moue ennuyée à l’idée de devoir marcher dans les sous-bois avec ses nouvelles ballerines.

— Je ne suis pas certaine d’en avoir envie, dit-elle.

Milo la pousse du coude :

— Allez, viens, de toute façon on n’a pas plus à faire.

— Lyzon émet un soupir agacé, mais son cousin sait qu’il a gagné. L’adolescente demande :

— Qu’est-ce qu’il y a à observer là-bas à part des arbres ?

Un sourire en coin, Claudia répond :

— Tu n’as qu’à venir, tu verras bien.

(à suivre)

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Vous aimez lire Ode Colin ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0