Prémisse

4 minutes de lecture

 Dès sa naissance, Brociande a été cataloguée comme spéciale, originale, singulière ou anormale voire parasitaire.

 A l’aube de ses dix-sept cycles calendaires, elle, si la question lui était posée, se définirait comme une observatrice compulsive. De plus loin de ses souvenirs, elle est attentive à tout ce qui l’entoure sans que la curiosité en soit le moteur. C’est une seconde peau, invisible et intimement soudée à son enveloppe originelle. Une troisième vue en renfort de ses visions frontales et latérales… Un trait de caractère et une manière d’être qu’elle ne veut en aucun cas voir disparaître. En dépit de tout…

 Combien de leçons reçues, de paroles presque insultantes, de qualificatifs à la limite du dégradant n’avait-elle entendu ? Impudence, maniérisme, pusillanimité, mijaurée, anormale, autiste, etc., autant de mots faisant office de compagnons de route des premières années de son existence.

 Aujourd’hui, comme hier, elle n’en a cure et ne s’en tient qu’au faits. Ceux qu’elle a vécu comme les rapportés, comme par ses parents, chéris entre tous. Régulièrement, pour lui remonter un moral parfois défaillant, ils lui racontaient. Quand tu es née, avant de pousser comme les autres bébés ton premier vagissement, ton acte de vie inaugural fut d’ouvrir les yeux, de nous regarder bien en face. Comme si tu y voyais parfaitement ! Père et mère ne manquaient jamais de souligner l’incrédulité absolue des doctes (voir notes). Les nouveaux nés ne voient qu’en noir et blanc, au mieux, mais, plus sûrement, en nuances de gris et sans perception des formes, affirment-ils toujours de nos jours.

 Si la harde connaissait l’existence de ces exceptions, elle ne l’avait jamais vécu. Encore moins le fait que cette première spécificité fut suivie d’une seconde comme le soulignait mère un tant soit peu goguenarde sous le regard approbateur de père. A l’issue de l’accouchement, l’aquinidion reste allongé quelques heures. Puis vient le moment pour lui de se relever, faire ses premiers pas, maladroits, hasardeux. Le plus souvent il s’emmêle ses six pattes. Leur coordination n’est pas innée. Un temps d’adaptation pour leur maîtrise est nécessaire. Il n’en fut rien pour toi. Tu te redressas, sans flageoler, campée fermement sur tes trois paires de pattes. Ton premier pas n’intervint qu’à la suite d’une étude soigneuse du sol du bout des sabots.

 Ce second acte, elle n’en a pas souvenir contrairement au premier qui est resté imprimé sensoriellement dans sa chair. Sa vie a démarré par un frissonement de froid sur sa peau accoutumée à la tiédeur du liquide dans lequel elle baignait. Elle a ouvert les yeux. Sa première vision fut deux contours. Qu’elle identifia immédiatement comme ses géniteurs. Elle en poussa un cri de joie absolue. En allait-il autrement pour les autres ? Sans pouvoir en faire une démonstration, elle imagine que le non n’est pas éloigné. Que, le plus souvent, malheureusement ou heureusement, le souvenir s’en évapore. Pour elle, il est resté, prégnant sans qu’elle sache pourquoi et combien sont dans son cas ?

 Alors les paroles d’autrui… Elles passent, hier, aujourd’hui et demain, d’une oreille, même pas redressée, à l’autre, sans marquer de pause. A peine éraflent-elles, parfois, son amour-propre. Pour ses parents, le doute n’était pas permis. Brociande ne resterait pas au sein du clan. Elle est venue au monde dotée d’au moins deux stoilures, mot à mot des « aspects » avec une connotation mystérieuse, auréolés d’une aura de magie, science ou charlatanisme, suivant l’opinion, à laquelle nombre d’aquinidés pensait, qu’en des temps très éloignés, elle fut omniprésente dans le quotidien.

 De ses croyances, fondées ou non, il ne restait que quelques bribes dont ces fameux « aspects », marqueurs révélateurs d’un destin, hors (la) norme, dont l’éventuelle gradation irait de la mort prématurée à l’accesssion aux plus hautes fonctions. En avoir serait un privilège, une aubaine ? Que nenni !

 Pour nombre d’observateurs, le monde de Myact est rude, limite frustre. Les aquinidés dans leur comportement apparent sont d’une impétuosité et d’une maladresse proverbiales, causes de nombreux accidents, mortels parfois, symptomatiques d’une violence quotidienne d’où, paradoxalement, l’agressivité n’est pas spécificité.

 En réalité, Myact n’est ni plus, ni moins violente ou intolérante que nombre d’autres planètes. La majorité prend la routine pour la normalité. Quand une aspérité surgit, comme bien d’autres avant eux ou ailleurs, ils s’efforcent de l’ignorer, la dénier et, même parfois, malheureusement, à la faire disparaître de manière anticipée. Il existe toutefois un paravent à ce comportement, nommé Tables de la Vérité, qui permet d’éviter des disparitions prématurées. Brociande, sans leur existence, n’aurait pas atteint le second jour de son existence.

 A compter de ce jour, sa prédestination sembla évidente. Elle ne fut pas reçue comme aubaine, non plus comme une charge mais comme une piqûre, irritante sans plus, persistante qu’il fallait prendre soin de ne pas gratter. Sous peine de mort…

 Ces nés en stoilure, dans la traditon hespyenne et dans les faits, constituaient la majorité de l’aristocratie, des penseurs et décideurs. Ils partaient à la capitale, l’Ordonnancerie, après avoir été confrontés au Jour du Conciliabule, étape incontournable pour tout aquinidé.

Notes :

Docte : terme générique de la civilisation aquinidéenne pour désigner aussi bien les médecins que les scientifiques, les théologiens, les artistes, tout ce qui n’entre pas le domaine de la production basique du quotidien de l’aquinidé.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 7 versions.

Recommandations

caillasse
Abigaïl, apprentie magi-soldat, maîtrisant le feu et doué en escrime va rencontrer Liam, apprenti forgeron. Deux personnes que tout oppose, que va donner leurs apprentissages respectifs ?
0
0
0
1
Alban G
Quelques textes en désordre, suffisamment en tout cas pour donner la pâtée à ceux qui passent et ne reviendront pas.
0
0
0
2
Défi
Stone Calle

Avec le temps, on s'envole, on virvolte bien plus loin que là où nos pieds avaient prévu de se poser, dans une terre bien plus verte que celle que nous pensions trouver. Avec le temps, on se perd, pour mieux se retrouver dit-on. Avec le temps qu'est ce qu'on respire, vit, experimente. Avec le temps qu'est ce qu'on apprends, bien plus, bien mieux qu'auparavant. Avec le temps on découvre, la terre, ses paysages, sa famille, ses amis. Avec le temps on commence à aimer, et à s'aimer.
Avec le temps, on parle, on marche on se lève, on pense. Dieu qu'il est important à l'homme de pouvoir penser comme s'il ne lui suffisait pas de vivre.
Avec le temps on grandit, on pleure, on se relève, on sourit et, surtout, on aime, encore et encore, on distribue de l'amour autour de nous comme si nous étions des abeilles avec du polen et que nous l'amenions vers nos amies fleurs en manquent d'amour.
Avec le temps, on se rend compte à quel point on aime et surtout à quel point il est vital d'être aimé. Alors on se targue d'être aimé, on recherche cette sensation, on l'éprouve, on la teste. Mais dans notre monde, dans notre vie il n'y a pas de craintes à avoir car nous le sommes.

4
3
0
3

Vous aimez lire JPierre ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0