Les questions

5 minutes de lecture

   La voiture dévia au dernier moment. Au moment où je pensais que mon heure avait sonnée. Au moment où je réalisais que j'allais mourir sans comprendre. Qui ? Pourquoi ? Je commençais à me dire que c'était une erreur, qu'on m'avait forcément pris pour quelqu'un d'autre ! Tout ça, ça ne pouvait m'être destiné ! J'étais un garçon sans histoire, qui ne cherchait jamais la bagarre, qui disait bonjour au facteur, qui tenait la porte aux gens derrière moi, qui aidait le voisin à sortir ses poubelles, qui était bon à l'école, pourquoi moi ? ... Mais la voiture dévia, me laissant tétanisé sur ce morceau de trottoir. J'avais encore plus de questions qu'en me réveillant par terre dans cette ruelle. Je ne comprenais rien.

   Je fixais la voiture qui s'éloignait avec la peur qu'elle fasse demi-tour. Mon coeur reprit petit à petit un rythme normal quand je vis enfin disparaître ces deux lumières rouges au coin d'une rue. C'est une fois le 4x4 hors de ma vue que je réalisai que j'aurais dû regarder le numéro d'immatriculation. Quel imbécile je faisais... Je fermai les yeux et pris une grande inspiration. J'essayais de comprendre mais ce n'était pas logique. D'abord, l'agression. Au vu des morceaux de verre qui étaient à mes pieds à mon réveil, j'en conclus que quelqu'un m'avait assommé en m'éclatant une bouteille en verre sur la tête. Ensuite, le passage à tabac. J'en saurais certainement plus quelques heures plus tard quand les bleus commenceraient à apparaître et que d'autres douleurs se feraient sentir. Et puis, cette voiture qui m'avait attendu, qui m'avait foncé dessus et qui m'avait épargné. Je n'avais vu personne à bord à part le chauffeur. Avait-il attendu pour voir si je me relevais ? Avaient-ils voulu vérifier que j'étais en vie ? Etait-ce lui qui m'avait tabassé ou n'y avait-il aucun rapport ? J'étais complétement perdu et incapable de réfléchir.

   Je reconnus l'avenue où j'étais, c'était l'avenue du stade. Elle était sur mon chemin pour aller au cinéma. Je me retournai pour regarder encore une fois cette ruelle, comme si je m'attendais à comprendre subitement ce qui m'était arrivé. Je vis une première de mes chaussures à quelques mètres sur la gauche. Puis la deuxième. Je m'étais tellement concentré sur cette lumière que j'avais pris pour un lampadaire que je ne les avais même pas vues en me levant. Elles étaient disposées comme si on m'avait traîné par terre et que j'en avais perdu une, puis l'autre. Ce chemin était un peu excentré et peu emprunté. Avais-je été suivi ? Cette agression avait-elle été préméditée ? Ou étais-je simplement au mauvais endroit au mauvais moment ? J'allai pour les mettre et trouvai une enveloppe sous la deuxième. Je me baissai avec difficulté, la ramassai et l'ouvris. Je dépliai la feuille en tremblant.

Premier avertissement, Tommy...

   Et là, tout se mélangea dans ma tête. Tommy, c'était moi. Alors ce n'était pas une erreur... On s'en était pris à moi volontairement, j'étais une cible. La voiture m'avait épargné car le but n'était pas de me tuer ! Du moins pas pour le moment. Mais je ne comprenais toujours pas. J'essayais de penser à ce que j'avais pu dire ou faire ces derniers jours, mais aucune explication ne me vint. Et même si je m'étais disputé ou si j'avais contredit quelqu'un, ça ne méritait tout de même pas une telle réaction !

   Je remis mes chaussures et me décidai à repartir en direction du cinéma. Je ne savais pas ce que Samantha penserait de tout ça, à part le fait que ma tenue débraillée n'était pas le style favori d'un premier rendez-vous ! Mais je ne voulais surtout pas louper cette soirée avec elle. Je n'avais pas l'heure exacte sur moi, mais si la voiture avait attendu que je me relève c'est que je n'avais pas dû rester évanoui très longtemps. C'est en tout cas ce que j'espérais. Et si j'avais une petite chance d'arriver à temps au cinéma, il fallait que je la tente.

   Chaque pas que je faisais ravivait la douleur dans mon dos. Je supportai assez bien la douleur au ventre une fois les premières crampes passées. Sans vouloir me vanter, mes abdominaux avaient dû amortir la plupart des coups de poings ou coups de pieds qu'on avait pu me donner. Mon tibia était toujours douloureux mais en serrant les dents je pouvais tout de même m'appuyer dessus. En revanche, même en courbant le dos, je sentais une multitude de muscles qui me tiraient et me donnaient comme un coup d'électricité à chaque mouvement.

   Après quelques minutes de marche douloureuse j'aperçus enfin les lumières du cinéma au coin de la rue. Le parking était bondé, comme d'habitude à la séance du vendredi soir. Il y avait encore du monde qui faisait la queue devant l'entrée. Majoritairement des couples, de tous les âges, se tenant la main ou se prenant dans les bras. Il y avait aussi un groupe d'amis, une femme seule, deux adolescents... et la plus jolie fille de la ville selon moi. Samantha était sur le côté de la file, regardant avec alternance sa montre, son portable et les environs. Elle ne m'avait pas encore vu. Au lycée, aujourd'hui, elle portait un jean avec un haut moulant rose pâle. Ce soir, visiblement, elle s'était changée. Je ne pouvais affirmer que c'était "pour moi" mais peu importait, elle était splendide. Elle portait une robe dans les tons bordeaux qui lui arrivait au-dessus du genou. Le haut était assez décolleté mais rien de trop, et le bas de la robe partait en évasé, le vent faisant virevolter le tissu par moment et découvrant ses jambes. De jolies jambes, mises en valeur grâce aux talons de ses sandales compensées noires. Elle avait une petite veste en cuir, noire également, qui mettait en valeur sa fine taille. Elle s'était détaché les cheveux, d'un brun naturel foncé, qui lui tombaient délicatement sur les épaules. Elle n'avait qu'une petite sacoche, qu'elle portait en bandoulière. J'aurais passé des heures à la regarder.

   Mais elle m'aperçut et porta les mains à sa bouche. Est-ce que je faisais peur à ce point_là ? Elle descendit les trois marches et commença à courir vers moi. Je continuai à avancer aussi, me sentant fatigué mais soulagé de la voir. Arrivé juste devant moi, elle me regarda, interloquée, presque la bouche ouverte, ne sachant que dire. Elle passa sa main sur une de mes pommettes. Je compris à la douleur que j'aurais un bleu supplémentaire, à moins qu'une marque ne soit déjà visible. Sa main était d'une douceur...

- Mon Dieu Tom... Qu'est-ce qui t'es arrivé ?

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Défi
Wyn

En relevant la tête après un éclat de rire, elle aperçut l’horloge du bar. Déjà ? Déjà trois heures qu’ils étaient assis là, trois heures que leur rire emplissait l’espace, que leur voix embaumait tout, y compris le reste du monde. Le scintillement dans leur regard ombrageait jusqu’à la lumière brute des néons. Rien de plus banal, de plus ordinaire qu’une sortie au bar, et pourtant...
Ils sortirent enfin se promener et profiter de la fraîcheur de la soirée d’été. Tous les deux légèrement embués par l'alcool, ils décidèrent de descendre pour s’installer sur les quais de Seine. A cette heure-ci, personne. Seulement quelques vagues qui en bousculaient gentiment d’autres, face à eux le musée d’Orsay.
- Quelle soirée…
- Ca tu l’as dit.
- Très heureux de l’avoir passée avec toi. Merci.
Elle ne put réprimer un sourire sincère. Il passa un bras autour de ses épaules.
- Tu sais, fit-elle en se tournant vers lui, c’est la première fois que je passe un moment comme ça depuis…
Depuis deux ans. Deux ans qui avaient pris fin il y a quelques semaines seulement. Et ce fut à ce moment-là précis qu’elle se rendit compte de ce qu’elle était en train de faire.
Il était si… irréel. Ses cheveux l’invitaient sans cesse à y passer la main, à en démêler les boucles. Ses yeux noisette si foncés, si profonds, si envoûtants… Il était d’une bienveillance rare, d’une gentillesse exceptionnelle. Toujours le mot qu’il fallait au bon moment, comme une sorte de don, relevant du surnaturel. Et puis, tout devenait clair avec lui. Rien n’était jamais compliqué.
Comme elle avait interrompu sa phrase, il prit doucement sa main, attendant la suite.
Non, elle ne pouvait pas faire ça. Pas maintenant. Deux ans qu’elle vivait dans le noir, et elle venait enfin de le comprendre. Elle ne pouvait pas tout envoyer balader d’un seul coup comme ça. Mais pouvait-elle réellement laisser passer une personne si belle ?
Deux ans d’insensé, de froid, de solitude, d’anesthésie… Et si c’était lui qui pouvait la sauver ? Si c’était lui, sa douceur et son coeur qui combleraient les doutes ? Ces dernières semaines avaient été les plus difficiles de toute sa vie. Se reconstruire, retrouver un quotidien, un début d’envies, de vie, d’idées, d’épanouissement. Peut-être accompagnée de son soutien, tout serait plus facile, plus simple, moins fatigant. Elle n’aurait plus à supporter les efforts du quotidien seule, quelqu’un serait là pour la féliciter de tous ses progrès. Oui…
Il se pencha vers elle.
Mais non. Plusieurs semaines maintenant qu’elle luttait contre la dépression qui l’avalait depuis deux ans. Et son psychologue avait été très clair, l’important était de se recentrer sur soi, de réapprendre à se connaître, à s’aimer soi. Avant d’aimer. Mais pour l’instant, les deux amours impossibles. Jamais ne lui avait été interdit d’entamer une relation sentimentale, mais lors de de cette phrase de reconstruction, elle savait qu’elle pourrait tout gâcher. Elle n’était tout simplement pas prête.
Avant que ses lèvres n’achèvent de dévorer la distance qui les séparait de celles de la jeune femme, cette dernière le repoussa. Il la considéra quelques instants, passant la main dans ses cheveux, gêné.
- Je suis désolé… s’empressa-t-il de dire, confus. Je ne voulais surtout pas te mettre mal à l’aise…
Des gouttes de sel roulèrent sur ses joues, tandis que les paroles du jeune homme résonnaient dans sa tête.
- C’est moi qui suis désolée. Je ne peux pas…
A ces mots, elle se leva.
- Comment ça ? Attends, tu n’as pas l’air bien, tu ne veux pas en parler ?
Ce qui lui fendit d’autant plus le coeur, c’est qu’il essayait de comprendre.
- C’est dégueulasse. C’est dégueulasse, tu veux savoir pourquoi ? Ca doit faire quoi, trois semaines qu’on se connaît, qu’on se voit tous les jours ? Et à chaque fois c’est… magique. Ca serait tellement plus simple si t’étais un connard.
Elle ne remarquait pas qu’il avait du mal à suivre tout ce qu’elle lâchait.
- Non, t’es quelqu’un de bien. Quelqu’un d’incroyable. Peut-être même la personne la plus incroyable que j’ai jamais rencontrée. Mais…
Elle inspira, libéra davantage de larmes.
- Je peux pas, j’ai tout à refaire. Ca prend tout le temps, toute l’énergie, toutes mes ressources. Mais c’est ce qu’il faut que je fasse, je le sais. Je le ferai, je me battrai pour aller mieux. Le fait est que pour guérir, il me faut des mois, des années. Et toi… Dans quelques mois, quelques années, tu seras plus là. Tu seras avec une fille ou un mec qui sera bien dans sa tête, qui n’aura pas tout le temps des ombres qui passent, qui bouffent tout. Si je pouvais, je te promets sur tout ce que j’ai et que j’aurai, que je ferais en sorte qu’on se rencontre dans deux ans. Si je pouvais inventer une machine qui change les heures et les dates, je le ferais. Mais…
- Si tu me laisses une chance, je pourrais te prouver que je serai à tes côtés, pour tout ce qui t’arrivera. Le bon comme le moins bon.
Il avait parlé d’une voix extrêmement calme, posée, rassurante. La seule envie qui traversa l’esprit de la jeune femme fut de se jeter dans ses bras, de laisser exploser toutes ses larmes et de le laisser la bercer, la consoler, la sauver.
- Ne me dis pas que tu peux aimer pour deux. On serait alors encore plus impossible.
Elle fit un pas en arrière, secouant la tête. Tout était une question de temps. Et partit en courant.
3
3
17
4
Défi
Jean Akpaou
Poème à la Vie
5
2
10
1
emrossa
Sur Gê-Utàr, les seules terres habitées depuis le cataclysme qui a causé la Fin d'une grande partie de l'humanité et transformé drastiquement le paysage terrestre, deux maisons se battent pour obtenir des terres. Cependant, l'unique partie vivable connue en ces jours est entourée de la Barrière Monteuse, une longue et massive chaîne de montagnes qui sépare Gê-Utàr du Pays Monteux à l'air irrespirable et au terrain particulièrement hostile. Dans le but de conquérir ces espaces inconnus, les deux maisons organisent chacun de leur côté des expéditions qui, bien trop souvent, échouent. Mais cette fois, le Roy du Nord compte lancer l'expédition qui réussira. Cinq Voyageurs surentraînés et parés pour survivre plus de quatre ans au-delà de la Barrière partent en mission, dans l'espoir de ramener un maximum d'informations et dessiner la première carte connue du Pays Monteux, ce qui favoriserait largement la maison du Nord. Mais cette expédition ne se déroulera pas comme prévu: après un an de marche, les Voyageurs tombent face à cinq étrangers aux allures de colosses, sans armes, peu vêtus, qui semblent perdus...
2
3
0
9

Vous aimez lire Betty B. ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0