Chapitre 2

4 minutes de lecture

En cours d'année, Clément s'installe dans la ville où j'étudie, mais il n'est pas question de vivre ensemble. Il m'a jeté comme une malpropre pendant quelques mois pour revenir comme si de rien n'était et je lui ai ouvert les bras. C'est à ce moment-là je crois, qu'il a totalement changé de comportement. Quoi que je dise ou fasse, ce n'est jamais assez bien pour lui. Mes études sont nulles, mes amies sont stupides, même mon apparence physique ne lui plait plus. Et son comportement vis-à-vis de moi est totalement aléatoire selon les jours : lorsque nous prévoyons de nous voir, il annule alors que je suis à quelques minutes de chez lui ; quand nous ne devons pas nous voir, j'en profite pour bosser à fond, mais il m'harcèle de messages accusateurs comme quoi j'ai une liaison avec un ou plusieurs étudiants de ma promo. Alors je fonce chez lui, pour le rassurer, et le cajoler autant que faire se peut.

Evidemment, dans ces conditions, je suis totalement à la ramasse au moment des partielles et je rate mon année.

Aucun IUT n'accepte ma candidature à la rentrée suivante, je suis anéantie. Et il ne faut pas compter sur Clément pour me remonter le moral ! Il m'enfonce plus bas que terre : tout est ma faute, j'ai fait exprès de rater mes concours d'entrée pour qu'il reste près de moi, je suis nulle, conne et il ne manque pas de me le rappeler : je suis « juste bonne à faire du ménage, et encore !!! » Cette phrase je l'ai entendu toute mon enfance par ma mère et ma grand-mère, il sait que ça m'a fait beaucoup souffrir - je lui ai confié - et il me claque ça en pleine tête avec le plus grand plaisir.

Mon conte de fée est brisé, mais je tiens bon, j'espère vraiment qu'une fois mes études passées, il m'aimera de nouveau comme avant, j'y crois plus que tout. Cela ne peut pas se passer autrement, c'est l'homme de ma vie. Je redouble d'efforts pour bosser mes cours, je passe tout mon temps libre chez lui à préparer à manger, m'occuper de son ménage, son linge, etc. Parfois, nous regardons un film qui ne m'intéresse pas vraiment, ou je le regarde jouer en ligne sur l'ordinateur avec ses copains. J'avance, un jour, l'idée de venir vivre chez lui, ce qui serait plus simple pour que je bosse encore plus mes cours. Il refuse tout net et me quitte dans l'instant !

Pendant des semaines, je le supplie de me reprendre, je m'excuse, je lui montre tout mon amour. Il finit par me dire que si je veux vivre avec lui, c'est le jour même. Je prends trois grands sacs que je remplis et fonce. Arrivée sur place, il se place dans l'encadrement de la porte, me regarde l'air moqueur, refusant d'abord de me laisser entrer. Puis il finit par me dire :

« Tu ne déballes pas tes affaires, t'as une semaine pour trouver un job étudiant et payer ta part du loyer ou tu retournes chez ton père ».

Et moi pauvre idiote amoureuse, je dis oui.

Je trouve un petit boulot de serveuse en centre ville. Je ne suis pas très douée, il faut le reconnaître, mais la patronne est vraiment adorable et patiente. Evidemment, cela ne plait pas à Clément mais je n'ai rien trouvé d'autre qui me permet de travailler et étudier en même temps. J'essuie ses remarques quotidiennes et ses crises de jalousie. Je suis fatiguée de tout ça, mais je l'aime, inconditionnellement, et je suis toujours persuadée que quand j'aurai un métier stable, tout ira pour le mieux entre nous.

Les semaines passent et les tensions ne s'apaisent pas à la maison. Heureusement, à la fac, les copines sont vraiment adorables avec moi. Nous avons un groupe de travail, sommes hyper motivées pour réussir cette année. Je ne peux les rejoindre que le midi car le soir, il faut que je rentre dès la fin des cours de peur d'une remontrance, mais ça elles n'en savent rien, je trouve la plupart du temps un prétexte qu'elles ne croient qu'à moitié.

Puis je pars bosser, je rentre souvent tard, à pieds, environ 45 minutes de marche, dans les rues mal éclairées et mal fréquentées de ce quartier que je déteste plus que tout. Et si l'un de mes collègues vient à proposer de me raccompagner parce que c'est dangereux, je refuse toujours.

Le week-end, Clément part chez ses parents qui ne veulent plus me voir, peut-être parce qu'il leur a dit que je suis venue squatter gratuitement chez lui. En réalité, je paie la moitié de tout : loyer, facture, resto (au moins un par semaine), autant dire que je travaille pour lui donner tout mon salaire. Je n'ai même pas les clefs de l'appart. Il part le vendredi soir en refermant derrière lui. Moi pendant ce temps, je reste et lave mon linge, assise dans le bac à douche, à la main, parce que je n'ai pas le droit d'aller à la laverie (des fois que je rencontre un mec entre les chaussettes et les serviettes sales). Puis je bosse mes cours tant bien que mal puisqu'il a limité mes accès à Internet, comme pour les enfants.

Il revient le dimanche soir, avec son linge propre mais que belle-maman n'a pas repassé, et puisque je n'ai rien fait du week-end à part dire du mal de lui avec mes copines par sms ou msn, je n'ai qu'à le faire.

Mais dans mon esprit, tout cela est temporaire, bientôt ça irait mieux, et puis je le cherche aussi, je ne fais que des choses qui le contrarient...

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Chloé Grasset
Lucy posséde une magie détesté et crainte par tous les habitants du royaume de Fiore. La jeune mage décide de partir en quête de son avenir en tentant de rejoindre la guilde de Fairy Tail et de fait, gagner une liberté dont elle à été privée. Sur son chemin, elle rencontre Natsu, un mage dragon slayer, magie antique lui permettant de manipuler des flammes noir; et son compagnon exeed Happy, un chat bleu pourvu d'aile. Le jeune homme va vouer une férocité brulante à l'égard de Lucy. Pourquoi? Quels vont être les secrets qui vont êtres mis à jour par leur rencontre et l'apparition de cette étrange prophétie?
Recherchée par son père, un homme cruel et violant, cible de Zeleph et Acnologia, les pires monstres crée par la magie, Lucy devra choisir le camps à défendre changeant le destin du royaume et le sien.
Alors qu'il lui voue une haine sans nom, Natsu réussira t'il à laisser ses ressentiments de côté pour la sauver et comprendre le liens qui les unis. L'amour peut-il être possible entre ces deux êtres déchiré par le passé?
0
0
2
47
Zyrha
J'ai essayer de faire un poème a ma manière, basé sur la différence ainsi que la déception.
2
14
18
1
Défi
Aline Lopes

Tout commence par une fin de journée épuisante. Un coup de fil et c'est partis.
Une amie en pleine déprime, un coloc fêtard et une journée de travail qui jambes. Rien de mieux pour oublier un patron autoritaire et radin. 
Je décidai de partir dans un endroit que je ne connaissais pas. Un endroit où je pourrait vraiment me lâcher avec mes amis. Mais je ne pensait pas que ce serait à ce point. Voici mon histoire.
Donc après ma journée de travail épuisante, j'ai reçus un coup de fil de mon amie qui venait de se faire plaquer par son mec, elle me raconta son histoire et à la dernière minute je lui propose de me rejoindre à mon appartement pour tout me raconter. Ce qu'elle fit en moins d'une minute. Je lui présenta un verre de vin et elle commença à tout me raconter. Trente minutes plus tard mon coloc arriva et écouta la fin de son récit.
Il nous proposa de partir dans une nouvelle boite de nuit qui venait d'ouvrir dans le coin, une boite appeler "LE  BACCUS".
Il nous expliqua que c'est une boite d'un nouveau genre. Nous décidions de partir la-bas.
Nous prîmes un verre , puis un autre. Tout commença bien. Puis je le vois. Lui qui dansait sur la piste. L'homme de mes rêves. Mais trop timide pour le joindre sur la piste, je pris plusieurs verres et là c'était décidé je me lâche. Je détache mes cheveux, fais en sorte que ma poitrine soit assez ressortis et je me lance.
J'avance telle une lionne qui part chasser une proie faible et fatiguée. Mes amis ne croyais pas ce qu'ils voyaient. Moi, femme timide, réservée comme une bonne sœur qui a quitter le couvant la veille. Je ne pensait pas que je pouvait avoir un tel pouvoirs.
Il me regarda droit dans les yeux et moi aussi. On commença part danser et le jeu de séduction termina part faire le reste. Rien nous partir dans ce monde où l'attraction et la séduction était de rigueur. Mes amis décida de rentrer, moi je restai ici dans ce monde où je me sentait bien, là où ma vraie personnalité était enfin révéler. Avec mon jeu de séduction et de règles, là où je savais enfin qui j'étais.



0
0
19
2

Vous aimez lire Mel Careti ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0