8. L'orage de neige

16 minutes de lecture

Constance

- Constance…

Une voix feutrée l’extirpa de son sommeil lourd. En ouvrant les yeux, les joues rosies par la fraîcheur de la nuit, l’adolescente constata qu’il faisait encore sombre, ses compagnons dormant à poings fermés, éclairés par la pleine lune haute dans le ciel. La voix reprit de sa douce musicalité :

- Constance…

- Qui est-ce ? demanda la jeune fille en s’asseyant.

- Ne veux-tu plus venir me voir ?

- Endrick, arrête-ça tout de suite, ce n’est pas drôle, lâcha Constance d’une voix rauque.

Elle plissa les yeux en direction de l’adolescent auquel elle se fiait le moins ; le nez enfoui dans un pull, la respiration lente, Endrick sommeillait sagement, des mèches brunes tombant sur son front légèrement plissé. Au plus grand regret de la jeune fille, il ne fit aucun mouvement qui pût confirmer son accusation.

- Stancie…

Constance sentit son sang se glacer dans ses veines en entendant ce surnom. Terrifiée, elle se releva, ses longs cheveux bruns couvrant ses bras tremblants. Elle ne savait pas si elle se trouvait en plein cauchemar ou si l’on s’amusait à lui faire une blague de mauvais goût.

- Qui êtes-vous ? chuchota-t-elle.

- Constance…

La voix se perdit dans les profondeurs des terres abandonnées, l’écho de cette dernière marquant les consonnes du prénom de la jeune fille en cadence. Envoûtée, Constance suivit le son cristallin qui résonnait jusque dans son cœur battant à toute vitesse. Elle contourna des arbres qu’elle n’avait jamais vus auparavant, cheminant seule en territoire inconnu comme s’il était normal de s’aventurer à cette heure de la nuit. Le regard dans le vague, l’adolescente prit conscience qu’elle s’était arrêtée tout près d’un marais.

- Tu es finalement venue, Constance, belle enfant au teint hâlé ?

- Puis-je vous voir ? s’enquit-elle naturellement.

- Bien-entendu. Constance hâlée.

Même si la jeune fille ne comprenait pas bien le sens des phrases de son interlocuteur, un petit oiseau au plumage d’algues et aux pattes semblables à des brindilles apparut sous un rayon de lune. Ses grands yeux verts luisaient de bienveillance. Constance se pencha un peu plus pour l’observer, soulagée de se retrouver face à un être aussi inoffensif. Elle avait l’impression de rêver.

- À ton tour, enfant venue. Approche-toi, toi… que je contemple ta beauté.

Toutes ces paroles retentissaient en boucle dans les oreilles de l’adolescente. Elle se retrouva accroupie au bord du marais sans se souvenir de s’y être avancée, la vision accaparée par la tête difforme du volatile.

- Comment connais-tu mon surnom ? murmura-telle.

L’oiseau battit de l’aile, le bout de ses pattes grossissant lentement.

- Je t’ai lue à livre ouvert.

Il se déplaça péniblement derrière elle en répétant son prénom, devenu harmonieux entre les nombreux claquements de son bec. Alors que Constance somnolait, bercée par ce chant entraînant, une force exercée sur son dos lui fit soudainement perdre l’équilibre. Avant d’avoir le temps de se défendre, l’adolescente bascula dangereusement vers l'avant et tomba la tête la première dans l’eau, le visage enfoncé dans la boue. Elle eut beau se débattre sous la surface, un poids ne cessait de l’écraser davantage parmi les remous qui se formaient autour d’elle. À peine consciente de ce qu’il lui arrivait, l’esprit vide de toutes pensées, Constance finit par se laisser faire, sombrant peu à peu dans l’obscurité. Alors que son souffle lui manquait, le poids disparut subitement, mais elle n’eut pas la force nécessaire pour sortir de l’eau. Une main la saisit alors par le col pour la tirer des profondeurs, lui permettant de respirer l’air à pleins poumons malgré la boue qui la gênait.

- Constance, merde, réponds-moi !

Elle se laissa tomber au sol, toussant avec difficulté. Des bras la soulevèrent et elle put reconnaître son sauveur ; Endrick, le teint olivâtre, la tenait comme il pouvait contre lui.

- Tu vas bien ? s’inquiéta-t-il.

Les larmes s’échappèrent des yeux de Constance sans qu’elle ne pût les maîtriser, coulant silencieusement le long de ses joues terreuses. Elle s’accrocha au t-shirt d’Endrick sans se soucier de leurs différends et sanglota, tiraillée entre la confusion et le chagrin. Justine et Ariane arrivèrent quelques secondes après, effarées, suivies de Philéas qui ne tarda pas à s’appuyer contre Endrick pour l’assaillir de questions. Constance était entourée de tous ses compagnons sans réellement saisir ce qui lui arrivait, réchauffée et saine et sauve.

- Je ne sais pas ! balbutia Endrick face à l’insistance de Philéas. Son caladrius m’a réveillé et m’a tiré par la manche. Je l’ai suivi et je suis tombé sur… enfin, elle était là, dans ce marais, en train de se faire noyer par cette… chose, je suis arrivé juste à temps.

- À quoi ressemblait-elle ? demanda l’Asiatique d’une voix grave.

- Philéas… commença Justine d’une voix tremblante.

- Qu’est-ce que c’était ? la coupa-t-il.

- Une forme… noire, presque humaine, je l’ai seulement vue de dos ; quand je l’ai frappée, elle s’est volatilisée, répondit Endrick, désemparé.

- Elle m’appelait, lâcha Constance en serrant un peu plus le pyjama d’Endrick. Je suis désolée, je n’ai pas pu résister, elle avait une voix si douce, et…

Elle éclata en sanglots.

- D’un seul coup, je n’ai plus réussi à réfléchir, je n’ai pas tout de suite paniqué, j’attendais que ce cauchemar prenne fin et que je me réveille…

- Les hupeurs, déclara Justine d’une voix faible.

- Les quoi ? demanda Ariane.

- Ce sont des oiseaux des ténèbres, ils appellent les voyageurs dans leur sommeil pour mieux les hypnotiser. Ils les entraînent jusqu’à des marais ou des lacs pour leur raconter toutes sortes d’histoires, jusqu’à ce qu’ils se métamorphosent et noient leurs victimes. Je… j’ignorais, enfin, je pensais que nous n’aurions rien à craindre, on était suffisamment éloignés des bois…

Tous restèrent silencieux face à l’expression désemparée de Justine. Philéas semblait lui lancer un regard de reproche, mais Constance était trop occupée à reprendre ses esprits pour y faire attention. Elle s’arrêta soudain de pleurer, vidée de tout sentiment. Elle venait d’avoir un déclic et, le temps de retrouver la raison, elle ferma les yeux en tremblant.

- Mais qu’est-ce qui m’arrive… chuchota-t-elle.

- C’est fini, maintenant, la rassura Philéas.

Après avoir relevé la tête vers Endrick, elle laissa échapper un hoquet de surprise et se détacha brusquement de lui.

- Ne me touche plus jamais ! s’emporta-t-elle, bouleversée.

- Ce n’est pas de ma faute si tu trouves toujours des prétextes pour te coller à moi, la railla l’Alsacien.

- Ne joue pas au plus malin avec moi, tu as intérêt à oublier ce que tu as vu cette nuit.

- Ou sinon ? marmonna Endrick en mettant les mains dans ses poches.

- Sinon, je t’étripe, grinça-t-elle.

- Ça y est, on a retrouvé la vraie Constance, pouffa Ariane.

- On devrait aller se recoucher, intervint Justine. Surtout toi, Constance, cette attaque t’as affaiblie, tu ne sais pas ce que tu dis.

- Quel dommage, dit Endrick en fixant l’adolescente brune. Je ne pourrais plus te sauver lorsque tu risqueras ta vie dans un marais.

Honteuse, l’adolescente se retourna vivement et frotta ses yeux humides sur le chemin. Jamais elle ne s’était laissée aller de la sorte ; pleurer était une faiblesse qu’elle ne supportait pas. En revenant dans le champ où ils avaient passé la nuit, elle tomba sur Colin qui dormait toujours paisiblement.

Il est tellement étrange, songea-t-elle en s’asseyant.

Elle l’observa longuement, lui trouvant un air exténué qui aggravait son habituelle mauvaise mine. Il n’était pas comme eux, cela se voyait ; le fait qu’il fût difficilement abordable l’avait immédiatement éloigné du groupe. Cependant, son visage pur ne le rendait pas aussi détestable qu’on pourrait le penser, ni sa façon de répondre avec gentillesse.

Est-ce réellement lui le fautif ou toi qui ne veux pas lui parler ? lui souffla sa conscience.

- Constance ? émit mollement ce-dernier en s’appuyant sur ses coudes, les yeux rouges.

Il venait de s’éveiller, et ce, juste après la tempête. La jeune fille haussa un sourcil, méfiante. Il ne lui avait jamais adressé la parole depuis qu’ils s’étaient rencontrés.

- Ton visage, dit-il spontanément. Il a comme des… traces de boue. C’est normal ?

Constance passa une main sur sa joue craquelée, prise d’un rire nerveux. Les premières lueurs de l’aube illuminaient leurs regards amusés, ce qui ne gêna pas Constance pour la première fois depuis leur aventure ; étant rarement d’humeur à rire, elle fut elle-même étonnée d’être joyeuse et détendue de si bon matin. Peut-être était-ce le fait d’avoir échappé à la mort qui la rendait ainsi.

- C’est que… articula-t-elle.

- Elle est tombée dans un marais, l’interrompit Justine en les rejoignant avec les trois autres. C’était un accident.

L’adolescente brune la gratifia du regard, agréablement surprise d’être soutenue dans son embarras. Les autres ne relevèrent pas ce qu'il s’était passé, tous soulagés que tout allât pour le mieux.

- Et vous ? Où étiez-vous ? s’enquit Colin, peu convaincu.

- Partis en éclaireurs, répondit brièvement Endrick en se baissant pour ramasser ses affaires.

- Bon, le soleil se lève, soupira Ariane. Je suppose qu’on ne peut pas partir se recoucher.

- J’espère que nous trouverons quelqu’un sur la route, soupira Philéas.

Constance rangea son sac sans grande conviction, s’assura que rien ne lui manquait et frôla Endrick sur son passage une fois le départ lancé. Elle n’arrivait pas à se faire à l’idée qu’elle s’était retrouvée dans ses bras, pleurant toutes les larmes de son corps. L’adolescent tâcherait de l’embêter avec cette histoire jusqu'à la fin de leurs jours, c’était inévitable. Un peu à l’écart du groupe, les ongles dans la bouche, elle tentait de réfléchir aux moyens de se défendre ; être vulnérable face à l’Alsacien était ce qu’elle redoutait le plus, étant donné qu’il avait toutes les clefs en main pour la faire craquer. Il connaissait son passé, et il n’en découdrait certainement pas avec elle tant qu’il n'aurait pas eu ce qu’il voulait. Sentant la tension monter à mesure qu’ils marchaient dans la forêt, Constance ne put s’empêcher d’enfiler le pull qu’elle avait attaché autour de sa taille, pensant que son anxiété la faisait frémir. Son caladrius en profita pour se poser sur son épaule, la rassurant par sa présence.

- Vous sentez ? lança Justine, une main sur son bras. Cette température… on se rapproche des montagnes.

- Pourquoi sont-elles blanches en plein été ? fit Ariane en s’approchant d’elle, curieuse.

- Je… j’ai lu qu’une reine des glaces y avait instauré l’hiver. Bien-sûr, ce n’est pas partout, seulement sur quelques monts nordiques, ceux que nous voyons actuellement ; ils entourent les deux plus grosses montagnes qui protègent la vallée. On appelle cette chaîne la barrière de glace.

Justine jeta un coup d’œil à Philéas qui marchait devant elle, serrant son livre entre ses mains d’un air dépité. Il était certain qu’elle se sentait coupable et qu’elle se retenait de courir jusqu’à lui.

- Ça veut dire qu’on est encore loin ? grommela Constance.

- Je n’en sais rien… qui sait, nous sommes peut-être juste en face du mont qui mène directement à la vallée ! répondit Justine avec optimisme.

- Ne traînons pas, trancha Endrick.

Ils s’arrêtèrent à un fossé traversé par un tronc d’arbre déraciné par la tempête et, sans tenir compte de la pente rude, ils descendirent avec précaution dans les feuilles mortes qui jonchaient le sol. Seule Ariane préféra prendre le risque de marcher en équilibre sur le frêne, l’envie brûlante de s’amuser un peu malgré les circonstances.

- Descends de là, il ne supportera pas ton poids ! s’exclama Philéas.

- Je me débrouille, regarde, dit Ariane en faisant de grands pas, les mains tendues avec grâce.

Endrick suivait sa progression avec grand intérêt, bientôt rejoint par l’Asiatique qui la taquinait. Constance sentit ses joues s’embraser en les voyant se préoccuper autant de la jeune fille rousse.

Pourquoi tout ne tourne qu’autour d’elle ? s’irrita-t-elle.

Ariane ne tint pas longtemps en hauteur ; dérapant maladroitement, elle tomba en arrière et s’écroula sur Philéas, sa chute n’ayant heureusement rien de grave. Les deux adolescents rirent, l’un sur le dos, les cheveux couverts de feuilles, l’autre assise sur son ventre, riant aux éclats. Endrick les sépara en leur intimant d’accélérer, un sourire aux lèvres ; Ariane passa une main entre les mèches de Philéas, enroula un bras autour du sien et remonta la pente avec lui. Le silence retomba rapidement entre les adolescents. Leur moral faiblissait, car ils n'apercevaient aucun signe de vie. Ce ne fut qu’une fois sortis de la forêt qu’un homme leur passa devant, tirant avec difficulté une étrange créature semblable à hippogriffe.

- Monsieur ! l’interpella Philéas.

Il lâcha Ariane et se dirigea vers lui, faisant signe à Justine de le suivre. Étonnée, celle-ci se fraya un passage entre les adolescents et le rejoignit calmement sous le regard curieux de Constance.

- Auriez-vous l’amabilité de nous dire où nous nous trouvons ? demanda l’Asiatique. Nous sommes perdus.

L'inconnu se gratta la nuque, sceptique.

- Qu'est ce que des jeunes personnes comme vous peuvent bien faire ici ?

- C'est Osmond qui nous envoie. Nous cherchons la vallée, monsieur, répondit Philéas.

- Vos oiseaux... tous réunis... marmonna l'homme, de plus en plus décontenancé. Vous venez de l'extérieur ?

- En effet. Nous sommes bien les arrivants que vous nommez "les Six", confirma Justine.

L'homme passa une main sous sa casquette gavroche :

- Je rêve, c'est impossible autrement.

- Pouvez-vous nous indiquer le chemin ? insista Philéas.

- Bien-sûr, pardonnez-moi. Ici, vous vous trouvez en dehors du territoire de la vallée des plumes. Nous appelons cet endroit "terres maudites". Il vous suffit de rejoindre Brumefranche, le village au sommet du plus petit mont que vous voyez face à nous. Il n'y a qu'ici que vous trouverez un refuge en attendant de pouvoir atteindre la vallée.

- Merci infiniment. Nous hésitions où nous diriger, la barrière de glace est si longue... soupira Justine.

- Elle est censée protéger les deux versants qui encadrent la vallée. Malheureusement, les oiseaux des ténèbres ont gagné du terrain, expliqua l'homme.

- Nous n'avons rencontré personne jusqu'à présent... nota Philéas.

- Cela n'est point étonnant, plus personnes ne vit ici. Elles ont été désertées depuis que les compagnons de l'echezac s'y sont installés. Je suis surpris que vous ne vous soyez pas fait attaquer, voire tuer. Vos oiseaux vous ont certainement bien protégés.

- Où allez vous, dans ce cas ? s'étonna Justine.

- Je voulais vendre cette bête au marché le plus proche, mais elle s'est enfuie en route, grommela l'homme. J'en ai une deuxième à retrouver, si vous voulez bien m'excuser...

Le paysan abaissa son couvre-chef en guise de salut avant de continuer son chemin.

- Au revoir et encore merci ! lança Philéas avec un grand sourire.

- C’est celui-là ! s’écria Justine en courant vers le reste de la bande, le doigt pointé vers un mont enneigé. On doit le traverser avant de trouver la vallée !

Ils se mirent en marche sans plus tarder, arrivant au pied de la petite montagne qu’ils devaient franchir au bout de quelques heures seulement. Le ventre de Constance gargouillait de faim, mais elle réussit à calmer ses envies de nourriture en sachant pertinemment qu’il n’y avait rien à manger aux alentours. Philéas leur proposa de faire une pause le temps de mettre des habits chauds et de discuter de la situation.

- Je suis sûre que ce mont surplombe la vallée, déclara Justine, son souffle faisant de la fumée.

- J’ai hâte d’y être, dit Ariane en tendant une main vers Flamme qui volait autour d’elle, excitée.

Enveloppée d’un pull et d’une veste, Constance enfila une paire de collants assez chauds sous sa robe pour éviter d’avoir les jambes gelées.

- Tu vas rester comme ça ? s’étonna-t-elle en voyant qu’Ariane ne protégeait pas le bas de son corps.

- Je… je n’ai pas pensé à prendre de collants, avoua-t-elle, gênée.

Constance hésita.

- J’en ai plusieurs, si tu veux…

- Oh, merci !

- … seulement si tu ne les files pas, acheva durement l’adolescente brune.

- Toi et l’apparence physique, alors, gronda Endrick avec lassitude.

- Ignore-le, sourit Ariane en la voyant ouvrir la bouche pour se défendre. Merci beaucoup.

À peine quittèrent-ils la plaine pour emprunter un chemin onduleux et étroit qu’une fine pluie de flocons voila le paysage. Constance rabattit la capuche de sa veste sur sa tête, regrettant amèrement le beau temps en France. Elle oublia le froid qui la rongeait et tenta de se concentrer sur sa marche. Cependant, deux bonnes heures passèrent, et la jeune fille crut qu’elle ne verrait jamais la fin de ce voyage ; les doigts rougis fourrés dans les poches, le nez plissé, elle avançait péniblement dans la neige aux côtés de ses compagnons. Elle avait l’impression que le vent glacial était dû au fait qu’ils fussent en hauteur, puisqu’au pied du mont, elle n’avait rien senti de désagréable ; désormais, il lui arrachait de nombreuses larmes tant il lui fouettait au visage. Jetant un œil aux autres, elle vit au visage pâle de Colin et aux cheveux enneigés d’Endrick qui baissait la tête qu’elle n’était pas la seule à souffrir. Alors qu’elle levait sa jambe aussi lourde que du plomb pour entamer un autre pas en avant, un grondement au loin la figea sur place.

- Qu’est-ce que c’était ? s’inquiéta Ariane, le nez plongé dans son écharpe verte qui se mariait avec ses boucles rousses.

- On aurait dit de l’orage, articula Justine en se retenant de claquer des dents.

Constance ne put ajouter un mot, les lèvres scellées par le froid. Un autre grondement, plus fort cette fois, éclata à leurs oreilles. La neige redoubla d’intensité, un brouillard opaque tombant rapidement au point de les aveugler.

- Donnons-nous la main, vite ! cria Philéas à travers le bruit de la tempête furieuse.

Constance chercha hasardeusement un bras à attraper, intériorisant sa panique avec difficulté. N’arrivant plus à traîner sa grosse valise à roulettes derrière elle, elle hésita à la soulever avant de se rendre compte qu’elle n’avait plus de forces. Elle en sortit son lisseur et l’enfouit dans la petite sacoche qui pendait à son épaule avant de la refermer d’une main agitée. À contrecœur, elle abandonna sa précieuse valise à son sort, avança jusqu’à frôler une main tendue et s’arrêta afin de vérifier ce qu’elle avait senti, tremblante.

- Je suis là ! s’époumona-t-elle.

- Constance, c’est toi ?

Elle s’accrocha à la silhouette près d’elle, soulagée.

- Oui, Justine, c’est moi. Où sont les autres ?

- J’ai trouvé Ariane ! lança Endrick à côté d’elles.

- C’est plutôt moi qui t’ai trouvé, rétorqua celle-ci.

- Où est Philéas ? demanda la voix rauque de Colin.

Un long silence accueillit sa phrase, pesant au cœur de Constance. Pourquoi n’était-il pas auprès d’eux ? Ariane hurla son nom plusieurs fois jusqu’à obtenir une réponse.

- Ici, j’arrive ! Je voulais vérifier quelque chose.

- Tu es fou ! Et si tu t’étais perdu ? s’éleva la voix d’Ariane, à cran.

Peu habitué à la voir en colère, Philéas la calma d’une voix douce avant de rassurer tout le monde :

- J’ai cru voir le toit d’une maison. Il va falloir que vous teniez, ce n’est plus très loin.

- Allons-y vite, alors, dit Endrick en passant une main sur son front, convulsif. Je n’en peux plus.

- En espérant qu’ils veuillent bien nous ouvrir leur porte, marmonna Constance.

Philéas soupira.

- Ne désespérez pas. Ne lâchez surtout pas la main de celui qui est avec vous et référez-vous au son de ma voix, d’accord ?

- Il ne peut rien nous arriver de pire, de toutes façons… tenta de les rassurer Endrick.

Suite à sa phrase, un éclair se refléta sur la neige, sa luminosité éblouissant les adolescents. Le vent, plus puissant que jamais, les fit tous reculer d’un pas, la moitié des bagages posés à terre s’envolant sous la pression. Une explosion s’ensuivit, effrayant Constance qui s’accroupit. Edelweiss, son caladrius, se posa à ses côtés, vacillant ; la jeune fille le pressa contre sa poitrine, les larmes aux yeux. Tous ses sacs y étaient passés.

- Tu disais ? maugréa Ariane.

- C’est bien ce que je pensais, nous sommes au cœur d’un orage de neige, déclara Justine en levant les yeux vers Pia qui s’était posé sur sa tête. Si on ne part pas maintenant, c’en est fini pour nous ; on est les seuls pics susceptibles d’attirer la foudre sur ce terrain. Vite !

- Relève-toi, Constance, je t’en prie ! hurla Ariane qui lui tenait l’autre main.

Elle ne se fit pas prier deux fois, lançant un dernier regard en arrière avec amertume. Le groupe s’élança péniblement dans la brume givrante sous les paroles encourageantes de Philéas, luttant contre les bourrasques impitoyables.

- Essayez de vous pencher le plus possible en courant ! leur intima Justine.

Tous obéirent, brisés par le froid et la terreur. Devant eux se dressait une vague forme de bâtiment qu’ils atteignirent avec peine, les mollets enfoncés dans la haute couche de neige. Philéas frappa faiblement à la porte en bois, les épaules crispées.

- Je vois de la lumière, chuchota-t-il.

Une détonation sonore retentit au moment où la porte s’ouvrit, un homme d’une quarantaine d’année à la mâchoire contractée jaugeant les adolescents du regard depuis le palier. À la fois méfiant et stupéfait, il demanda sans une seule once de compassion :

- Qui êtes-vous ? Que venez-vous faire ici par un temps pareil ?

- S’il vous plaît, on… on n’a pas d’abri pour la nuit et l’orage nous a surpris, répondit Philéas, engourdi. Pourriez-vous nous héberger quelques heures le temps de nous reposer ?

Une pipe dans la bouche, l’homme s’appuya contre le rebord et marmonna :

- Vous n’êtes pas des voleurs, au moins ?

- Mes jambes, chuchota la voix de Colin derrière Constance.

- Quoi, tes jambes ? s’enquit Justine alors que Philéas s’expliquait tant bien que mal.

- Je… je ne les sens plus.

- Courage, Colin, lui souffla-t-elle.

Un bruit sourd s'étouffant au contact de la neige interrompit la discussion entre le jeune homme et l’Asiatique ; inerte sur le sol, la respiration anormale et le visage enfoncé dans l’épaisse couche blanche, le jeune garçon blond venait de perdre connaissance.

Annotations

Recommandations

Défi
Elea1006

Oiseaux migrateurs
La chaleur bientôt ici
Les corps alanguis
45
20
1
0
jean-paul vialard


Qu’est-on lorsque l’on n’est personne ? Que fait-on à cette heure qui n’en est pas une, ici, en ce lieu qui pourrait être sans nom, ne pas figurer sur une carte, un plan, qu’est-on sinon un désespoir flottant à tous vents, un genre de drapeau de prières muet qui distille ses vœux dans l’air glacial et sait que, jamais, ses espoirs ne seront exaucés ? Qu’est-on lorsqu’on n’est pas, que personne ne vous attend dans une pièce douillette, que nul repas ne vous sera servi, que nulle chambre ne vous offrira son abri ? L’hôtel qu’on attribue aux sans-abris est une entité froide, administrative ; la chambre dans le Refuge Social est le lieu où l’on vous dépouille, non de votre misère, celle-ci on vous la laisse, mais de votre dignité, de votre honneur. Vous n’êtes qu’un chiffre parmi la vaste marée humaine des Sans-Noms, des Sans-Grades, des Sans-Mesure. Oui, à la Rue, vous êtes Sans-Mesure, c'est-à-dire que vous ne serez jamais jugé à l’aune de vos qualités, de vos biens, de votre savoir. Toutes ces possessions sont pour les nantis dans leurs luxueux hôtels, pour les Riches dans leurs maisons aux boiseries d’acajou. En réalité vous ne demanderiez pas grand-chose : la pression amicale d’un regard, un geste de complicité, un bol avec une soupe gagnée par le travail, une halte où vous reposer, un foyer où vous réchauffer.
Vos demandes sont bien modestes, comme est modeste l’Amoureux qui grave sur les troncs, à l’abri des regards, l’amour qu’il dédie à son Aimée. Peut-être même l’Aimée n’en sait-elle rien ? Mais l’Amoureux le sait et cela lui brûle le cœur et cela fait dans son âme ce subtil gonflement, cette montgolfière qui l’emporte loin, oui, loin, au-delà des frontières mêmes du corps, là où scintillent les sentiments pareils à une rosée matinale. Oui, toi l’Invisible, ce que tu souhaiterais, comme l’on attend de découvrir une gemme précieuse, cette rosée matinale, cette simple rosée qui brille des feux de la joie. Je sais, les intellectuels diraient que tu es riche, précisément, de ta pauvreté, que ton dénuement tresse à ton front les palmes d’une ineffable félicité. Oui, je sais, l’on peut dire tout cela et bien d’autres choses encore. Mais la réalité est dure, le principe qui l’anime sans pitié, sous les coups duquel tombe son opposé le principe de plaisir. Disserter sur le bol de soupe que l’on n’a pas est sans doute une épreuve, mais n’avoir qu’un bol vide est une expérience autrement douloureuse.
2
4
0
2
Défi
Gwénaëlle L.
Elsa est la jeune dirigeante d’une entreprise dans le secteur des biotechnologies. Passionnée par les sciences, elle travaille d’arrache-pied dans l’espoir d’une percée technologique dans le domaine de la médecine. Par le pur fruit du hasard, elle devient l’objet d’une expérience scientifique à son insu : incarner la première femme omnisciente du monde.
1
3
4
3

Vous aimez lire bbnice ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0